Test de la Nik Collection 3 de DxO

Lecteur et abonné depuis de nombreuses années à bonplanphoto.fr, lorsque la proposition de tester cette suite de logiciels est apparue, j’ai tout de suite postulé !

En effet j’utilisais depuis longtemps la première version de DxO, et la première version gratuite de la Nik collection, je connaissais donc assez bien ces deux logiciels. Mais pouvoir tester les dernières mises à jour de ces logiciels phares de la retouche m’a emballé ! Je n’ai pas été déçu, mais avant de voir de quoi il en retourne, sachez que je travaille depuis mes débuts sur la suite Adobe avec Lightroom et Photoshop, donc ce test ne pourra pas rentrer dans tous les détails de la suite de la Nik Collection 3, mais seulement sur certains outils qu’elle propose et que j’utilise au quotidien. En effet il y a de nombreux logiciels dans cette suite et tous les maitriser est difficile.

Initialement développés en Europe les produits de retouche et d’édition d’image Nik software avaient été racheté en 2012 par google. Le géant du web ne s’intéressait malheureusement qu’à une petite partie du catalogue de l’éditeur, et avait cessé le développement de la suite logicielle, pour au final la rendre gratuite bien qu’elle soit devenue populaire dans le workflow de nombreux retoucheurs et d’utilisateur de la suite adobe. C’est en 2017 que DxO crée la surprise en annonçant le rachat de la Nik Collection. La firme française propose aujourd’hui la 3ème version de cette fameuse suite.

 

La mise en place du logiciel :

Une fois téléchargé le pack qui comprend tout d’abord Dxo d’une part et la suite de logiciels de la Nik Collection 3 d’autre part, il nous faut commencer par installer Dxo :

Tout se déroule comme depuis toujours avec Windows, et après avoir aperçu la fenêtre de lancement ci-dessus, nous arrivons directement dans DxO. Nous pouvons fermer nos logiciels, suite Adobe Comprise, et lancer l’installation de la suite Nik Collection 3, entrer la clé de licence et nous voilà équipés de nos deux logiciels !

Ouvrez DxO photolab le voilà équipé du bouton de la suite NiK Collection 3 :

A ce stade nous pouvons désormais développer une photo par l’interface le DxO et accéder à tout moment à la suite de Nick collection en cliquant sur le bouton indiqué par la flèche.

Compréhension et utilisation du logiciel :

Une fois que vos réglages sont appliqués dans DxO, vous pouvez cliquez sur Fichiers, puis export vers Nik Collection, ou tout simplement cliquer sur le bouton dédié comme sur l’image précédente ! La fenêtre suivante s’affiche :

Il ne vous reste plus qu’à choisir votre éditeur externe, j’ai choisi pour l’exemple Color Efex Pro 4 ! La fenêtre s’ouvre et une première alerte apparait qui propose de faire un choix :

« A savoir avant de travailler avec un fichier Tiff : vu que vous avez importé des images au format TIFF, vous avez la possibilité de reprendre l’édition plus tard. Activer cette option en cochant la case située à côté des boutons Annuler et Enregistrer. »

Et c’est ici une des grandes nouveautés de cette mise à jour : la possibilité de travailler avec des calques, c’est-à-dire que l’on va pouvoir revenir sur notre travail à notre convenance, chose impossible auparavant !

Une fois la fenêtre de la nik collection fermée en cliquant sur Enregistrer, le logiciel DxO crée un fichier TIFF qui inclus les calques de correction, qui sont sauvegardés à l’intérieur du fichier, si l’on souhaite revenir sur nos corrections on sélectionne le Tiff et on retourne dans la suite Nik Collection qui nous laisse reprendre là ou nous nous en étions arrêtés avec tous les filtres de correction. Une fois les changements effectués on appui sur enregistré et DxO crée à nouveau un autre Tiff avec les nouveaux réglages !
Choix judicieux de la part des programmeurs de DxO, car cela peut s’avérer très pratique dans certains cas, mais cela surcharge rapidement les dossiers qui vont devenir très volumineux, surtout si on travaille à la base sur des fichiers Bruts (« RAW »), puisque pour chaque retour dans la nik collection crée un nouveau TIFF, d’un poids d’environ 140 Mo minimum aujourd’hui !!

Libre à nous donc, de travailler avec des Tiff multipage capables de pouvoir revenir en arrière ou non !

Pour le reste, et cela est valable dans tous les modules de la suite, nous travaillerons avec des filtres qui nous sont proposés sur la partie gauche de la fenêtre et leurs paramètres sur la partie droite.

La possibilité de créer ses propres filtres et de les sauvegarder pour une utilisation ultérieure est possible, je le recommande fortement d’ailleurs.

Pour aller plus loin, chaque filtre est réglable à l’aide des u-points, ou point de contrôle (hormis le Perspective Efex), c’est une spécificité de la Nik Collection et désormais de DxO, ces u-point sont des armes redoutables, à tel point que DxO en fait des outils à part entière de son logiciel de développement. Pour les utiliser il suffit de choisir une zone de l’image et le logiciel calcule tous les pixels qui sont de valeur similaire en couleur, teinte, saturation, et luminance puis applique le réglage dessus, à nous de choisir la taille de la zone à impacter !

Cela revient au même que les masques de luminance dans Photoshop, mais avec une approche plus ludique et accessible.

Chaque u-point peut être choisi pour qu’il ajoute ou qu’il retire l’effet du filtre avec une certaine opacité, cela nous offre une grande flexibilité dans le traitement de nos images.

Seul bémol, pour maitriser ce genre d’outil, comme dans tous les domaines, cela nécessite un temps apprentissage et de la pratique ! Mais on n’a rien sans rien, n’est-ce pas ?

Voyons maintenant le panel de possibilité qu’offre la Nik Collection :

Tout d’abord elle s’implante évidement dans DxO Photolab, mais aussi dans Lightroom classic, Photoshop et Affinity Photo en permettant toujours ces allers-retours caractéristiques ! De plus nous pouvons aussi utiliser les divers modules indépendamment d’autres logiciels.

Puis nous avons accès au panneau qui offre plus de 200 presets à travers 10 applications et un centre de messages qui propose de l’aide et des mises à jour, ainsi que l’accès au site internet et la chaine YouTube ou des Lives et des tutoriels sont proposés.

Dfine est un module de réduction du bruit numérique relativement puissant qui peut se contrôler manuellement ou de façon automatique.

Viveza permet de retoucher la colorimétrie et les tonalités d’une image globalement, mais je vous conseille l’utilisation des u-point pour agir localement.

Perspective Efex est la grosse nouveauté de cette version 3 ce plugin qui permet de corriger les déformations optiques des images. Le mode auto est très puissant, et plus efficace que le module intégré à amera Raw. Les photographes d’architecture devraient être satisfait.

HDR Efex Pro 2 se distingue en deux plugins, un pour fusionner plusieurs images de différentes expositions, ou bien si vous ne disposez que d’une seule image en vue d’obtenir un certain effet hdr grâce à un algorithme spécifique.

Analog Efex Pro c’est un peu le instagram 3.0 de l’édition photo, ce module vous permet de simuler les appareils, pellicules, et objectifs anciens à l’aide de nombreux filtres. Bien plus probant qu’insta donc puisque tout est paramétrable à souhait et non destructif !

Color Efex Pro 4, 4 c’est parce qu’il a était mis à jour de nombreuses fois et donc beaucoup retravaillé, ceci car il est à ma connaissance le plus utilisé de cette suite. C’est aussi mon préféré, vous le constaterez ci-dessous.

Silver Efex Pro 2 transforme vos images couleur en noir et blanc. Un puissant outil avec aussi de nombreux filtres pour créer votre propre noir et blanc.

Sharpener Pro 3, un autre plugin qui se décline en deux modules, le premier sert à optimiser les détails d’une image brute, le second à gérer la netteté en vue d’une éventuelle impression, ceci toujours à l’aide des u-points.

A l’heure où j’écris ces lignes, une nouvelle mise à jour payante est déjà à disposition avec 25 nouveaux filtres répartis dans différents plugins.

 

Etude de cas, exemple N°1

Sur cet exemple je vous montre l’image telle quelle est arrivée dans Color Efex Pro 4, avec les filtres désactivés, nous allons étudier chaque filtre et la manière dont ils ont été appliqués.

Numéro 1, le filtre « GLAMOUR GLOW », qui comme son nom l’indique apporte un effet qui pourrait s’apparenter à l’effet orton dans photoshop.

j’ai donc voulu qu’il s’applique sur les hautes lumières sur le premier plan, et placé des u-point pour cela sur les zones concernées en gérant la taille des u-point, les zones blanches sont concernées, les zones noires ne le sont pas, les zones grises le sont mais à des taux plus réduits en fonction de la densité du noir.

 

Numéro 2, le filtre « DETAIL EXTRACTOR » : comme son nom l’indique travaille sur les détails de l’image. Ici appliqué finement avec 5 u-points pour révéler la structure des filés des vagues, et créer un réel intérêt sur le premier plan de l’image. La rapidité de la tâche est vraiment bluffante car une fois le bon réglage du filtre trouvé, il suffit de créer des clones du u-point pour répéter l’effet aux endroits désirés.

 

Numéro 3, le filtre « SKYLIGHT FILTER » : qui comme son nom ne l’indique pas apporte une teinte chaude façon coucher de soleil, même paramétrable comme les autres filtres j’ai choisi ici de l’appliquer avec parcimonie sur l’entièreté de l’image.

 

Numéro 4, le filtre « DARKEN LIGHTEN CENTER » : Le filtre pour créer un vignetage par excellence, qui agi correctement sur les densités sans pour autant fusiller les tonalités et la saturation des couleurs, entièrement paramétrable sur deux formes différentes. Notés que le u-point est ici en soustraction, c’est-à-dire qu’il agit pour retirer l’effet du filtre à un endroit particulier, ici pour ne pas assombrir cette zone et qu’elle ne perde pas des informations. Il est souvent préférable d’utiliser ce filtre en fin de traitement.

 

Pour terminer cet exemple, je présente ci-dessous les modes de comparaisons, qui sont je trouve très bien pensés depuis la création de la nik collection, et particulièrement le module avec le slider qui permet de voir un avant après très parlant, avec beaucoup de précision sur toute l’image.

A noter que le simple clic maintenu sur le bouton comparaison est déjà très efficace, cela devrait être obligatoire dans tous les logiciels.

 

Etude de cas exemple N°2

On continue ici avec l’image à l’importation dans le logiciel, elle est tirée d’un timelapse.

 

Numéro 1, le filtre « DARKEN LIGHTEN CENTER » : Je l’ai dit plus haut, je conseille d’utiliser ce filtre à la fin du traitement, mais ici il sert à atténuer les reflets !

 

Numéro 2, le filtre « GLAMOUR GLOW » : A l’aide des u-points j’ai ciblé une partie des hautes lumières. Comme expliqué plus haut, c’est un outil simple d’utilisation, une fois qu’on le maitrise un peu et qui se révèle être très puissant, sans avoir une bonne connaissance des masques de luminosité.

 

Numéro 3, le filtre « SKYLIGHT FILTER » : Ce filtre fonctionne à merveille pour réchauffer une ambiance de début ou de fin de journée, une fois ajouté, il suffit de régler via le curseur l’intensité de l’effet, à utiliser donc avec parcimonie pour ne pas changer complètement la balance des blancs.

 

Une fois encore le mode de comparaison se révèle très probant et sert de garde-fou afin de ne pas tomber dans l’excès des retouches. Mode subjectif « ON ».

Le rapport qualité/prix

La Nik Collection 3 by DxO est en licence à 149 €uros et cela comprend :

  • Le téléchargement de 8 plugins et le code d’activation
  • Activation du logiciel jusqu’à 3 ordinateurs (Mac et/ou PC)
  • Accès gratuit à toutes les versions mineures ultérieures
  • Des tarifs préférentiels sur les mises à jour majeures (changement de version)
  • Connexion à votre compte client pour accéder aux mises à jour disponible
  • Avec plus de 200 préréglages
  • Support technique disponible dans les langues suivantes : Anglais, Allemand, Français, Japonais
  • Le logiciel est disponible en : Allemand, Français, Japonais, Italien, Espagnol, Portugais, Chinois, Néerlandais, Coréen, Polonais, Russe, Thaï, Turc.

La mise jour est à 79 €uros.

Cela signifie qu’il n’y a pas d’abonnement, et que pour ce prix là vous pouvez utiliser ce logiciel sur 3 machines, toute votre vie. Au vu des capacités de cette suite, le prix n’est pas élevé selon moi, d’autant que vous pouvez facilement bénéficier d’un code promo de 15%, simplement en tentant de sortir du site internet, une fenêtre s’ouvre et vous le propose, ce qui revient à 126€65…
On a déjà vu des softwares bien plus cher et qui ne rendaient pas le même service, à condition de vouloir retoucher ses photos !

Le rapport qualité prix est donc très bon.

Conclusion

En conclusion je dirais que la nik collection fait partie intégrante de mon workflow et j’aurais du mal à m’en passer aujourd’hui. Je ne peux que la conseiller, et encourager à réaliser plusieurs tests afin d’en tirer le meilleur pour vos images.

DxO a su dépoussiérer ce pack d’outil désormais incontournable de l’édition photo et le faire rentrer dans le groupe fermé des logiciels de qualité !

Points forts :

  • Edition non destructive
  • Nouveau plugin perspective efex performant
  • Nombre de possibilité de traitement infinie
  • Ne nécessite pas une bonne connaissance des masques de luminosité
  • Technologie u-point

Points faibles :

  • Demande une certaine pratique pour une bonne prise en main
  • Trop de possibilité de traitement
  • Poids supplémentaire des fichiers TIFF
  • 10 modules, une vie pour tous les maitriser
  • Le risque de pousser trop de curseurs et obtenir un résultat « too-much » est grand

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.