A la rencontre d’Adrian Deweerdt

Aujourd’hui, partons à la rencontre d’Adrian Deweerdt. Adrian a accepté de se prêter au jeu de mes questions et je vous propose donc d’en découvrir un peu plus sur ce photographe passionné. Vous pouvez également retrouver son travail sur :

Bonjour adrian,
Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?

Je m’appelle Adrian, j’ai 29 ans et je suis photographe dans le sud de la France principalement entre Arles et Montpellier. J’ai un statut un peu particulier, je suis à la fois salarié à la fondation Luma Arles et je suis également à mon compte depuis 2014.

Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Raconte-nous quand et comment tu as commencé la photo?

Je ne me souviens plus très bien de comment tout à commencé. Je me souviens avoir reçu un appareil photo pour un noël. Un canon 1000D avec le kit de base, c’est à dire un pack Fnac 18-55. Rien d’incroyable mais assez pour pouvoir aller un peu plus loin que le simple mode auto. Je suis parti au lycée français d’Irlande à Dublin et le boîtier m’a suivi. J’ai appris à photographier un peu plus tard en faisant des stages, en suivant des pro sur le terrain et en lisant des manuels photos.

Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Quelles sont tes spécialités photographiques ?

J’ai commencé comme beaucoup de photographes dans l’événementiel et plus particulièrement dans le mariage. Mon insta est tourné mariage (marketing oblige) mais j’ai appris à faire plein de choses différentes depuis le début. J’ai eu l’opportunité de photographier des chefs à domicile, des restaurants, des conférences, des suivis de chantier, des salariés d’entreprises pour du corporate des spectacles de danse ou encore des courses de vélo.

Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Dans tout ton matériel photo, as tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux?

Il y a quelques années, j’ai acheté un Canon 5D, premier du nom. J’ai trouvé ça dans un club photo et je souhaitais m’en servir comme boîtier de secours en prestation. Il est usé, la peinture s’écaille, le viseur est rayé, mais c’est un vrai bonheur de shooter avec. A tel point que mon mark IV devient mon boîtier de secours sur certains shootings. Les 5D Classics possèdent cette touche particulière qui disparaît avec les successeurs de la gamme. Une focale fixe montée dessus et le tour est joué.

Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Où puises-tu ton inspiration (artistes, tes maîtres à photographier, d’autres formes-expressions artistiques… )?

J’ai la chance d’être à Arles où se tiennent les rencontres de la photo, malgré cette année où les choses se sont passées différemment. Il y a une certaine émulation avec des galeries ou des tireurs photo en ville. J’essaie d’aller régulièrement au salon de la photo à Paris et aux visa pour l’image à Perpignan. Je suis principalement intéressé par le photoreportage. Edouard Elias par exemple est régulièrement surveillé par mes soins. J’ai aussi fait un stage chez William Klein à Paris. Même si son style est un peu éloigné de ce que je fais, il reste une référence dans la façon de procéder et d’appréhender le sujet. J’ai une licence d’histoire de l’art et archéologie. J’ai appris à lire des œuvres que ce soit en peinture ou en sculpture et même en architecture. Tout cela contribue à forger un œil je crois.

Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Nous étions en famille au lac de Côme. Le lieu est magnifique et il y a peu de chance de prendre des photos qui ne soient pas esthétiques. J’étais en train d’apprendre les bases de la composition. Nous étions sur un bateau et nous traversions le lac lorsque un taxi boat est passé à côté de nous à toute vitesse. J’ai sorti mon appareil et je l’ai shooté en ne réfléchissant qu’à cette satanée règle des tiers. J’ai oublié la photo et je ne me suis rendu compte de son potentiel qu’une fois rentrée devant mon ordinateur. Une fois sur grand écran j’ai commencé la retouche en tâtonnant. Cette photo n’a cessé de changer d’aspect pendant plusieurs années et j’ai toujours pris plaisir à la retravailler. Elle m’a suivi pendant longtemps et elle marque pour moi le début de ma réflexion stylistique.

Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Quelles sont tes actualités – projets en cours & à venir ?

Pour le moment, tout est un peu en pause mais disons que la prochaine étape serait de regarder un peu plus du côté vidéo. C’est le moment ou jamais avec le temps mis à disposition.

Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

J’imagine qu’un projet à la Robert Franck serait le plus évident. Une espèce de mosaïque sociale à un instant T. Sûrement en collaboration avec des gens que j’apprécie et sur plusieurs mois ou même une année entière pourquoi pas!

Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenirs pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

Commençons par le pire. J’étais en route pour une prestation mariage en Camargue. C’était dans mes premières années donc j’y allais encore avec le stress du début. Tout était prêt depuis la veille batterie chargée, bouteilles d’eau, objectifs nettoyés etc,… Après 45 minutes de route, j’arrive sur le lieu des préparatifs et je me rends compte que TOUTES mes cartes mémoires sont gentiment sur mon bureau à patienter. Un petit challenge pour trouver un magasin ouvert qui vende des cartes SD pas loin.
Un des meilleurs moments est quand j’ai commencé à photographier des chefs à domicile. C’est la première fois que je me suis retrouvé avec un professionnel passionné par son métier et heureux de partager son savoir faire. En prime, j’ai même pu goûter ses plats!

Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?

Il y une photographe qui m’est chère. Elle est japonaise et elle s’appelle Rinko Kawauchi. Elle se définit comme une photographe poète. Je l’ai découverte par hasard avec son livre Illuminance. Son style est aux antipodes du mien et je serais bien incapable de vous expliquer pourquoi j’aime son travail. Néanmoins c’est une artiste qui maîtrise à la perfection la lumière et le mouvement. Mais si certains clichés restent conceptuels, il est impossible de rester insensible à ses photos.

Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Tous droits réservés à Adrian Deweerdt
Merci Adrian

 

J’espère que tout cela vous aura donné envie de découvrir son travail. Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.