Home » A la une » Ma technique préférée: la photo aérienne par cerf volant

Ma technique préférée: la photo aérienne par cerf volant

Pour ceux qui me suivent un peu, vous devez vous demander pourquoi je vais vous parler de photos aériennes par cerf-volant (kite aerial photography) comme étant ma technique photo préférée, alors que je ne vous ai jamais présenté la moindre photo aérienne réalisée par mes soins…

En effet, j’aurais pu vous parler de macro, domaine que j’affectionne et pour lequel j’ai déjà fait pas mal de photos. Mais en ce début d’année, propice aux grandes résolutions personnelles, j’ai décidé de franchir le pas et de me lancer dans la photo  aérienne par cerf- volant. Et à l’occasion de cette  5ème édition de La Boite à Photo, je trouvais intéressant de vous faire découvrir cette technique photo très peu connue et pourtant ancestrale.

Certains droits réservés par Garder le Kap

Pourquoi cette envie de photo aérienne ?

Au cours d’un saut en parachute, outre la sensation de chute libre, j’ai ressenti une très forte émotion à découvrir une vision toute autre de notre terre, et à me croire un instant un oiseau. Depuis ce temps, j’ai toujours aimé les vues aériennes et rêvais -secrètement- de pouvoir un jour photographier cela.

J’ai donc recherché sur internet de la documentation sur la photo aérienne: j’y ai découvert toutes les techniques (hélicoptère, U.L.M., para-moteur, cerf-volant, …).

Évidemment un certain nombre d’entre elles représentent un coût élevé. J’ai donc choisi celle qui me paraissait la mieux adaptée: la photo aérienne par cerf-volant.

Je me suis inscrit sur un forum consacré à cette activité. L’accueil que j’y ai reçu est à la hauteur de la passion des cerf-volistes. J’y ai glané de nombreuses informations utiles et j’ai même rencontré Alban (les photos illustrant cet article sont toutes de lui) un cerf-voliste du forum, qui m’a fait manipuler mes premiers cerfs volants. Je vous propose donc , à mon tour, de vous faire découvrir cette technique.

Certains droits réservés par Garder le Kap

La photo aérienne par cerf volant a plus d’un siècle d’existence.

C’est en 1888, dans le Tarn, que le Français Arthur Batut a réalisé la première photographie aérienne par cerf-volant.   C’est en observant un papillon planer contre le vent, qu’Arthur Batut a eu l’idée de fixer une chambre noire  sur un cerf-volant. Mais la photographie aérienne par cerf- volant a  réellement  pris son essor lors de la  première guerre mondiale, pour des besoins  militaires.

Le cerf volant permet en général d’avoir des clichés beaucoup plus proches que ceux réalisés avec un hélicoptère ou un avion. D’ailleurs, certains archéologues utilisent la photographie par cerf-volant afin d’avoir une vue d’ensemble d’un site archéologique sans faire appel à un hélicoptère, dont le coût est parfois trop important pour une association.

Je vous propose une vidéo d’archive sur les utilisations militaires lors de la première guerre mondiale:

Certains droits réservés par Garder le Kap

Le principe 

Il faut évidemment un cerf volant :  on utilise ainsi des monofils de tailles différentes suivant la force du vent.  On en trouve de toutes les formes, avec armatures ou sans armatures… Bref il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. C’est un peu comme pour son boitier reflex, c’est plus une affinité qui se dégage pour trouver le bon. Vous trouverez ci après quelques modèles  de cerf-volant utilisés:

Cody
Lifter 4 m2
Delta conyne
106315_rokkaku_tut_cmyk
Rokkaku Gecko

Le principe est simple: l’appareil photo n’est pas accroché au cerf-volant, il est accroché sur la ligne, environ 50m plus bas.

Lors d’une séance de KAP (kite aerial photography), après avoir choisi le cerf volant en fonction des conditions météorologiques, on commence par le faire décoller seul pour libérer environ 50 mètres de ligne.

Ensuite, quand il est bien stable dans le ciel et que la puissance de traction semble  suffisante, il suffit d’accrocher  la nacelle sur laquelle l’appareil photo est fixé: l’ensemble est alors soulevé facilement, sans à-coup,  dans le ciel.  En libérant ensuite plus ou moins de ligne selon l’altitude souhaitée, on peut réaliser les clichés.

Certains droits réservés par Garder le Kap

AutoKap ou radiocommandée?

Mais de quoi nous parle t’il maintenant? Tout simplement des deux moyens pour prendre les photos. Dans les deux cas l’appareil photo est fixé sur une nacelle qui permet de le stabiliser, mais voyons donc cela plus en détail:

L’ autoKap …

C’est la technique que je qualifierais d’idéale pour débuter (c’est d’ailleurs celle par laquelle je vais commencer  ). En effet, avec cette technique, la prise de photo est automatique, vous ne vous occupez pas de cadrer et de déclencher l’appareil photo, vous n’avez que le cerf volant à gérer. Pour cela, soit votre appareil photo est équipé de la fonction « intervallomètre » qui permet de programmer l’appareil afin qu’il  déclenche toutes les X secondes jusqu’à ce que la carte mémoire soit pleine, soit votre nacelle dispose d’un mécanisme pour appuyer sur le déclencheur.

Dans ce domaine il existe de très nombreux types et formes de nacelles. Cela va de la nacelle faite de matériel de récupération (Alban utilise quasi-exclusivement une nacelle montée à partir d’une bouteille de Cola), à la nacelle en carbone équipée de mécanismes automatiques permettant à l’appareil de prendre des photos sous tous les angles.

L’avantage de ce moyen est de n’avoir à gérer que le cerf volant. L’inconvénient est que le résultat de la séance photo est assez aléatoire. En effet, on ne visualise pas les résultats en temps réel et on ne peut intervenir sur le cadrage, si ce n’est en jouant sur la longueur de ligne et en se déplaçant.

Je vous propose cette petite vidéo montrant le principe d’une nacelle motorisée:

La nacelle radiocommandée …

La nacelle radiocommandée demande plus de maîtrise, puisqu’il faut à la fois maîtriser le cerf volant et gérer le cadrage  à l’aide d’un système de radiocommande pour commander, diriger et déclencher l’appareil à distance. Avec ce système, on  travaille parfois avec un retour vidéo qui permettra de visualiser en bas ce que l’appareil verra d’en haut.

Pour vous faire une idée, je vous propose de découvrir une vidéo avec une petite démonstration de photographie aérienne par cerf volant avec une nacelle radiocommandée:

garderlekap-500x375
Certains droits réservés par Garder le Kap

Les règles de sécurité

Pour pratiquer la photo aérienne par cerf-volant, il est nécessaire de respecter un certain nombre de règles de sécurité. En premier lieu, il faut un terrain dégagé d’obstacles, un jour de vent régulier, ne pas voler près des lignes électriques, d’un terrain d’aviation, de routes ou voies ferrées, ni par temps d’orage ou par vent violent.

Il faut également respecter les plafonds de vol (150 mètres) et ne pas oublier de respecter le droit à la propriété et la vie privée.

Certains droits réservés par Garder le Kap 

Pour conclure

Du coté de la technique photo, on reste proche de la photo de paysage traditionnelle: on y retrouvera les même types de réglages. La difficulté vient de la gestion du cerf-volant, mais une fois maîtrisé, on se rend compte que l’on peut obtenir de superbes résultats.

Cette pratique n’est pas sans risques et il arrive parfois que l’appareil photo arrive au sol un peu plus vite que prévu, c’est également pour cela que des règles de sécurité sont à respecter.

De mon coté, j’ai fait mes débuts avec un cerf volant que Alban m’a prêté: il s’agit d’un Flow Form Lifter. Je n’ai malheureusement pas de photos à vous proposer, car le temps était très gris.

Au niveau du budget, cela me semble accessible puisque il faut compter entre 200 et 1000 euros pour un système complet (hors appareil photo):

– Un cerf volant de 50 à 120 euros en fonction du modèle choisi.

– Une ligne de 400 m sur son dévidoir pour environ 50 euros.

– Une nacelle de 2,50 euros pour celle réalisée avec une bouteilles de cola à 900 euros pour les kits tout prêts. A noter que de très nombreux aérophotographes fabriquent eux même leurs nacelles.

Vous connaissez maintenant presque tout de cette technique photo encore peu connue, si cela vous intéresse je suis à votre disposition pour toute question, vous pouvez également aller sur le forum photocerfvolant.free.fr où vous rencontrerez de vrais passionnés qui répondront à vos interrogations.

Au fur et à mesure de mon avancée dans cette technique je vous ferai partager mes essais, mes résultats et certainement quelques ratés …

a propose Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

16 Commentaires

  1. Super article.
    Merci.

    (P.S. je ne trouve pas les vidéos citées dans la publication)

  2. Je dois dire que c’est article est relativement intéressant. de par sa technique innovante et fraîche, et par la qualité des photos que tu nous présente (celles d’Alban). Merci pour cette découverte, je crois que je vais tenter l’expérience cet été avec un petit compact pour commencer (moins de risques de casse);-)

    • Merci Julien,
      Cette technique n’est pas si innovante que cela, elle a juste profité de petits moteurs mécaniques.

      Si tu t’y essaie, j’espère que tu nous fera partager tes résultats, en tout cas pour moi c’est lancé, j’ia acheter le compact étanche et j’espère faire quelques essais ce week end.

  3. Un bien bel article qui illustre cette belle technique, c’est un plaisir supplémentaire à la photo qui est celui de voler.

  4. Bonsoir Greg,

    Sympa l’article, bien illustré avec ces photos et ces vidéos. Quand découvrirons-nous tes premières photos !?

    Aymeric

    • Ma premières séances est loin d’être une réussite photographique, j’ai maîtriser le cerf volant, mais pas la nacelle … je n’ai que le sol!

  5. très bon article pour une technique que je n’imaginais même pas, d’autant plus que j’ai jamais réussi a faire décoller un cerf Volant de plus que mètres et qu’il a toujours fini par un crash spectaculaire au sol… alors y mettre un appareil photo !!!

    • Le décollage et l’atterrissage ne m’ont pas encore posé de problème … pour info je débute avec un compact étanche et résistant … on ne sait jamais!

  6. Toujours très intéressant et toujours cette approche simple et pédagogue des conseils, trucs et astuces. Merci

  7. bjr je suis debutant peut tu me conseiller un appareil photo correct merci

  8. Super article qui met bien en valeur notre activité, merci
    Longue vie à la photographie aérienne par cerf-volant 😉

    Fabien
    http://www.airkapture.fr
    https://www.facebook.com/airkapture.fr

  9. je m’y suis mis il y a un an , j’ai fabriqué ma nacelle radio commandée avec retour fpv et commande du déclenchement par la radio , j’utilise un delta de 6m2 a 120€ ,une radio commande flysky fst6 45€ 2 servos 360° 9g 4.40€ les 2, un recever fst6 9,50€ , un ubec a0.80€ pour la transformation 5v obligatoire pour le recever . pour le fpv j’utilise un emetteur ts 832 et un receveur rc832 environ 28€ ,et un écran lcd 7¨ pour la retransmission . système picavet pour l’accrochage , et 300m de fil dynéma 130kg . le nikon s3100 ou 3500 sont très bien et peu chères d’occasion une cinquantaine d’€ voire moins . le cadre est fait en allu de25x3 mm une longueur de 1m suffit environ 2€50 a brico marché . voilà pas chère et résultat plus que correcte.
    bon vent a tous et bon œil .

Laisser un commentaire