Home » A la une » Sublimer ses photos de paysages

Sublimer ses photos de paysages

Les vacances ont commencé pour certains ou vont bientôt l’être pour d’autres, et qui dit vacances dit voyages! Dans le cadre des « Trucs et Astuces » je vous propose de voir comment sublimer vos photos de paysages pour revenir avec de jolis clichés dans vos valises. Pour cela je laisse la place à Laurence et Philippe, photographes passionnés qui adorent voyager et photographier les magnifiques paysages. Nos deux photographes vous ont concocté un article richement rédigé et illustré de leurs photos. D’ailleurs je vous invitent à visite leur site pl-photographies.fr

Combien de fois s’est-on retrouvé en vacances ou en promenade devant un superbe paysage avec l’envie de le prendre en photo?

Une fois la photo prise, on est tout heureux et quand on la regarde à la maison elle parait soudain bien plate et somme toute banale alors que sur place le panorama était sublime.

Cherchons un peu à comprendre les raisons de cette déception

Tout d’abord il faut savoir que l’œil humain voit un peu comme une focale de 50 mm c’est-à-dire que si vous utilisez un grand angle vous allez capter un espace beaucoup plus grand que ce que voient vos yeux mais le tout aura une apparence plus plate si votre premier plan est vide.

Si vous voulez rendre l’immensité d’une étendue, il vous faudra aider l’œil à la percevoir comme telle en mettant un point d’entrée, dit point fort dans votre photo.

La photo est un peu comme un tableau, avec son avant plan, son arrière-plan, ses détails etc. il faut donc guider et accompagner le regard de votre visiteur dans la photo.

Prenons un exemple, sur la photo ci-dessous, le paysage est très plaisant mais il parait un peu plat. Votre œil va aller directement sur le point fort à savoir l’arbre sur l’ilot mais n’ira pas explorer plus en avant la photo.

Un paysage neutre - Loch Nah-Achlaise – Ecosse - 2009
Un paysage neutre – Loch Nah-Achlaise – Ecosse – 2009

Pourtant plusieurs éléments sont intéressants tels la couleur de la bruyère au pied de l’arbre, les petits arbres verts sur le côté, la langue de brume qui donne une ambiance un peu fantomatique à la photo et qui va mettre en valeur les montagnes en arrière-plan. On a globalement un paysage très riche mais dont la photo ne fait pas ressortir tout son potentiel.

Prenons maintenant la même photo mais recadrée un peu différemment.

Loch Nah-Achlaise - Ecosse - 2009
Loch Nah-Achlaise – Ecosse – 2009

La photo va apparaître beaucoup plus plaisante car il y a de nombreux éléments qui vont servir à entrer dans la photo et ainsi guider le regard.

Tout d’abord vous serez dirigés vers le rocher en avant plan à gauche puis votre œil ira du rocher à l’arbre au milieu de l’îlot dont il fera le tour pour se diriger ensuite à travers la ligne de rochers à gauche.

Parcours de l'œil
Parcours de l’œil

Puis, naturellement, il suivra la ligne formée par la brume et les montagnes au fond pour se diriger vers le second îlot en haut à droite. De là, il reviendra à l’îlot central en suivant la ligne de rochers. Il parcourra ensuite la ligne imaginaire formée par les herbes sur l’eau pour rejoindre celle des petits rochers en bas à droite.

Enfin il reviendra toujours en suivant une ligne formée par les herbes vers le point d’entrée. On ne lui donne ainsi aucune occasion de sortir de l’image.

D’autre part, avec cette composition nous avons respecté globalement la « règle des tiers » qui permet de bien équilibrer les points forts de l’image.

La grille des Tiers
La grille des Tiers

Vous remarquerez que la ligne d’horizon a été placée sur l’une des lignes horizontales des tiers et non pas au centre de l’image comme c’était le cas avec la première photo. Ceci renforce d’autant plus l’impact visuel de cette image. Cette ligne aurait pu être placée sur le tiers inferieur ce qui aurait mis en valeur le ciel. Cependant ce dernier n’était pas très intéressant alors que les herbes et les rochers sur l’étang étaient beaucoup plus attractifs et plaisants.

Une autre manière de guider le regard dans une photo consiste à utiliser des points forts qui nous sont connus et naturels comme une route, des cailloux, un chemin ou une piste…

Une route qui va guider l'œil naturellement vers l'arrière-plan – Islande - 2012
Une route qui va guider l’œil naturellement vers l’arrière-plan – Islande – 2012

La route et son tracé central vont être le point d’entrée dans la photo. Votre regard va suivre naturellement cette route comme si vous étiez au volant de votre voiture pour aller se perdre au fond de l’image et découvrir alors tout l’arrière plan. Le tracé en lacet de la route va également permettre au regard d’aller sur la partie gauche de la photo puis rebondir sur la partie droite.

Notez que le point fort qui permet d’entrer dans l’image ne doit pas limiter le déplacement de l’œil mais au contraire le favoriser. Pour cela il est important de garder un équilibre entre les différents éléments qui composent une photographie.

Une barque – Ecosse - 2009
Une barque – Ecosse – 2009

Ce n’est pas tant sa taille que sa présence et son pouvoir d’attraction qui lui confère de l’importance. Comme sur la photo ci-dessus, la bouée, bien que plus petite, a autant de présence que la barque de par sa couleur et son emplacement dans la photo.

Equilibre respecté entre les points forts de l’image
Equilibre respecté entre les points forts de l’image

Un autre point tout aussi important que celui du cadrage, est la lumière.

Tout d’abord sachez que la lumière du matin ou du soir est plus favorable pour le point de vue car plus douce qu’en pleine journée. Les éléments paraissent moins écrasés et révèlent plus leur beauté. La photo ci-après n’aurait pas cet aspect doré si elle avait été prise à midi et non au petit matin comme ce fût le cas ici.

The Black Rock cottage – Ecosse - 2009
The Black Rock cottage – Ecosse – 2009

L’éclairage du matin permet aux ombres d’être présentes car la lumière est plus rasante. D’autre part, ici il y avait de la brume donnant un côté un peu fantomatique à la vallée qui passe au pied de la montagne en arrière plan. La lumière chaude et dorée de cette matinée illumine parfaitement bien la montagne et le cottage écossais.

Cependant, en milieu naturel, on est soumis au caprice de la météo et elle n’est pas toujours favorable. La lumière de pleine journée, qu’elle soit voilée ou non, peut être très dure, et les contrastes importants. Pour palier à cela, deux types de filtre peuvent être très utiles : le filtre polarisant et le filtre gris neutre (dégradé ou non). Appliqué au paysage, le filtre polarisant va faire ressortir les couleurs tout en accentuant les contrastes.

Accentuation des contrastes et des couleurs avec le filtre polarisant – Islande - 2012
Accentuation des contrastes et des couleurs avec le filtre polarisant – Islande – 2012

Ceci est très utile pour mettre en valeur des petits nuages dans le ciel et donner plus d’éclats à une photo trop terne. Il réduit l’impact des microgouttelettes en suspension dans l’air et permet ainsi d’avoir un ciel plus bleu. C’est vers midi, quand les rayons du soleil forment un angle à 90° par rapport à la croûte terrestre que les effets de ce filtre se ressentent le plus.

Ce type de filtre a une autre utilité non négligeable. Comme son nom l’indique il va polariser la lumière c’est-à-dire qu’il coupe les rayons qui se propagent de façon latérale, selon l’orientation du filtre, à la direction principale de la lumière. En le faisant tourner vous pourrez éliminer les reflets dans les vitres, sur l’eau etc. Ou bien, au contraire, les accentuer, ce qui a été fait sur la photo suivante:

Accentuer les reflets avec un filtre polarisant – Islande - 2012
Accentuer les reflets avec un filtre polarisant – Islande – 2012

D’autre part, lorsque la différence de luminosité entre le ciel et le sujet à photographier est très importante, de l’ordre de 3 à 5 IL, pour ne pas avoir un ciel surexposé, on peut l’assombrir artificiellement par l’utilisation de filtres gris neutre dégradés ce qui permet d’homogénéiser la luminosité du paysage à photographier, et par la même de simplifier les réglages. Ces filtres, dits neutres, ne modifient pas les couleurs mais réduisent la luminosité qui passe à travers eux. Cependant attention à la qualité de ces filtres, car suivant les fabricants certains filtres peuvent tout de même générer un léger virage de teinte.

Avec filtre dégradé gris neutre – Islande - 2012
Avec filtre dégradé gris neutre – Islande – 2012

Ces filtres peuvent également servir à donner une atmosphère dramatique à votre paysage en augmentant le contraste de la structure des nuages. L’intensité de la scène s’en trouve alors renforcée.

Utilisez un filtre gris neutre avec dégradé doux pour dramatiser une scène en renforçant le contraste des nuages.Celles-Sur-Belle – France - 2011
Utilisez un filtre gris neutre avec dégradé doux pour dramatiser une scène en renforçant le contraste des nuages.Celles-Sur-Belle – France – 2011

Par contre il faut faire attention lors de l’utilisation de ces filtres. Si la zone de coupure entre la partie claire et la partie plus sombre de la scène à photographier est nette et droite on pourra utiliser un filtre dont le dégradé, dit dur, s’arrêtera net au milieu du filtre. Sinon, on utilisera préférablement des filtres avec un dégradé doux qui permettront de passer plus graduellement de la zone filtrée à la zone non filtrée en laissant ainsi la photo exempte de toute trace de contraste non désiré.

Les filtres gris neutre ont un autre avantage en dehors du fait d’équilibrer une différence de contraste. Imaginons à présent que vous vous retrouviez sur une plage en plein jour par temps ensoleillé. Vous souhaitez figer le mouvement des vagues mais de façon artistique. La lumière crue du soleil ne va pas vous permettre d’avoir un temps de pose suffisamment long pour lisser ce mouvement. Si vous ne voulez pas surexposer votre photo vous serez obligés d’appliquer un temps de pose trop court qui va au contraire figer le mouvement des vagues.

Le fait de mettre un, voire deux, filtres gris neutre, non dégradé cette fois-ci, devant l’objectif ne modifiera aucunement la colorimétrie mais par contre vous permettra de descendre votre vitesse d’obturation et ainsi vous pourrez lisser les vagues comme sur la photo de droite. Ces filtres gris neutre peuvent également être utilisés lorsque l’on photographie une cascade en plein jour comme sur la photo qui suit.

Utilisation d'un filtre gris neutre pour lisser la chute d'eau – Cascade Charlemagne – Vosges - 2011
Utilisation d’un filtre gris neutre pour lisser la chute d’eau – Cascade Charlemagne – Vosges – 2011

Le but étant ici toujours le même, à savoir, descendre la vitesse d’obturation suffisamment bas afin de ne pas figer le mouvement. Rien n’interdit d’utiliser à la fois un filtre polarisant et un filtre gris neutre dégradé ou non. Certains systèmes permettent facilement d’associer plusieurs filtres et s’adaptent facilement sur tous vos objectifs en utilisant des bagues. C’est le cas notamment du système Cokin ou Lee Filter.

Les petits détails qui font tout

Maintenant que nous avons vu comment gérer le cadrage et la lumière, voyons comment faire en sorte que votre public puisse se rendre compte de l’immensité du paysage que vous avez vu.

Que ce soit un arbre, une statue, un animal, une habitation, il n’est pas toujours possible de donner une dimension aux choses. Pour cela il faut placer en évidence un référentiel de taille connu par tous. Placez-vous sur la photo, utilisez un objet commun, prenez un groupe de personnes en référence.

Notion d'échelle: Placer un référentiel dans l'image. – Islande - 2012
Notion d’échelle: Placer un référentiel dans l’image. – Islande – 2012

Sur la photo ci-dessus, la petite maison rouge placée en bas à droite de l’image nous donne une bonne idée de la taille de la coulée de lave au pied de laquelle elle se trouve. On imagine aisément aussi la taille du volcan qui se trouve à l’arrière plan.

Un autre élément clef de la photographie de paysage et qui fait qu’on aura toujours une photo unique en son genre est la météo.

Le phare de Lismore – Ecosse - 2009
Le phare de Lismore – Ecosse – 2009

Ne négligez pas cet aspect dans vos photos. Un paysage pourra paraître banal en plein soleil avec un ciel magnifiquement bleu et prendre soudain une allure beaucoup plus intense avec un ciel parsemé de petits nuages blancs ou bien sous un ciel orageux.

Et si le ciel en vaut la peine, consacrez-lui plus d’espace dans l’image. Un ciel qui ne sera pas uni pourra, par effet de perspective, rendre compte de la profondeur et de l’immensité d’un paysage et ainsi donner du relief à votre image.

On pourra également donner du relief à la photo en donnant de l’importance à un des éléments du paysage lui-même.

Usez des éléments du paysage pour le mettre en valeur – Toscane - 2011
Usez des éléments du paysage pour le mettre en valeur – Toscane – 2011

Ce tronc d’arbre planté là dans le sable de cette plage toscane de par sa forme était sommes toutes intéressant car il donne un caractère singulier au paysage lui-même. Et avec un peu d’imagination on pourrait croire à un ver des sables géants qui par curiosité est venu taquiner notre objectif.

Ombres chinoises d'une villa et son entrée bordée de cyprès – Toscane - 2011
Ombres chinoises d’une villa et son entrée bordée de cyprès – Toscane – 2011

Enfin, aux lueurs du jour ou bien au crépuscule il n’est pas rare de pouvoir jouer avec le ciel à contre-jour pour créer des ombres chinoises avec des éléments qui vont prendre une découpe particulière et reconnaissable.

Nous venons de voir qu’il existe bien des façons de sublimer un paysage. Avant toute chose ne perdez pas de vue votre première émotion. Ensuite, exprimez-là. Qu’est-ce qui vous a le plus frappé de prime abord? Quelle est votre intention en photographiant ce paysage? Et comment allez-vous faire pour exprimer au mieux cette émotion en utilisant les éléments du paysage à votre disposition ?

Mais surtout n’oubliez pas de vous faire plaisir car c’est ainsi que vous arriverez le mieux à faire passer vos émotions.

Bonnes prises de vues à tous.

____________________________________

Merci à Laurence et Philippe qui se sont prêtés au jeu de l’article invité. Je vous invite à découvrir leu site pl-photographies.fr, vous y découvrirez de magnifiques photos. 

Si vous aussi vous voulez parler photo sur bonplanphoto.fr, n’hesitez pas à me contacter

a propose Gregory LAROCHE

J’ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques.

N’hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

7 Commentaires

  1. Bonjour,
    J’aime beaucoup les explications données avec les traits rouges en surimpression. Cela permet de visualiser très simplement des notions de composition qui sont parfois un peu .. abstraites.

    Je pense que je vais m’offrir un dégradé neutre .. 🙂

    Belle journée.

    • Bonjour Eric,

      Il est vrai que la composition possède tellement de facettes qu’on peut parfois s’y perdre.

      Vous avez précisé dans votre article qu’il faut regarder beaucoup de photos pour s’inspirer et je suis tout à fait d’accord avec ce point de vue.

      Pour ma part, j’ajouterais qu’il faut également lire beaucoup d’ouvrages sur le sujet, même si de prime abord ça peut paraître abstrait par moment, ça permet tout de même de se faire une petite idée du langage de l’image et de la représentation en général. Ne serait-ce que pour mieux les lires avant même d’en faire soi-même 🙂

      Bonne journée et belles photos,
      Philippe

  2. J’ai bien apprécié tes approches sur le comment sublimez ses photos de paysages, c’est bien réussie mais ma question c’est que je n’arrive pas à avoir un beau chute d’eau malgré que ma vitesse d’obturation est assez basse ou je dois utiliser des filtres.

    • Bonjour Fab@ foyer logement marseille,

      Merci d’avoir pris le temps de nous lire 🙂

      Pour obtenir un filé sur une chute d’eau il y a plusieurs paramètres à prendre en compte et qui vont toutes avoir un impact sur la vitesse d’obturation.
      Tout d’abord travailler aux ISO les plus bas et éventuellement fermer un peu le diaphragme (au delà de F/11 mais sans dépasser F/18 grand maximum).
      Ensuite, le débit de la chute. Plus celui-ci sera faible plus le temps de pose devra être long pour obtenir un beau filé.
      Suivant le temps de pose que tu souhaites obtenir, la lumière ambiante aura son importance. Si ton temps de pose doit être long et que la scène que tu souhaites photographier est ensoleillée, il te faudra dans ce cas utiliser un filtre gris neutre afin de pouvoir augmenter ton temps de pose sans surexposer les zones claires. Si tu n’as pas de filtre il faut alors revenir un jour où le temps est nuageux. Plus le temps sera sombre et mieux ce sera. Il est plus facile de photographier les cascades lorsque la lumière est faible, le matin, le soir, par temps couvert ou bien si la scène est en sous bois à l’abri de la lumière directe.

      En espérant avoir répondu à ta question.

      Bonnes prises de vues.
      Philippe de P&L Photographies

Laisser un commentaire