Mercredi , 23 avril 2014
Ne ratez pas:

8 astuces pour bien photographier les oiseaux

Article rédigé par Régis Moscardini, le blogueur de auxoisnature.com et passionné de photographie animalière.

_______________________

L’hiver étant fini, il n’est pas conseiller de poursuivre le nourrissage des oiseaux à la mangeoire : les passereaux (petits oiseaux chanteurs) peuvent maintenant se nourrir seuls, le froid et la neige ne les gênent plus. Mais c’est dommage pour les photographes qui en profitaient pour fixer sur le capteur les habitués des mangeoires. Est-ce pour autant la fin des photographies de passereaux pour les beaux jours à venir ? Evidemment non ! Je vous propose donc de découvrir comment photographier ces oiseaux en pleine nature et donc sans mangeoire, comme sur la photo ci-dessus : un rouge-gorge dans une clairière.

[Trucs et astuces] 8 astuces pour bien photographier les oiseaux

Un rouge-gorge dans une clairière

La photo d’oiseaux peut être parfois frustrante, et vous pouvez vous dire que vous n’êtes jamais assez près ou qu’il vous faudrait une focale toujours plus longue. Mais avec un peu de patience et quelques petits trucs, vous ferez rapidement d’excellentes photos d’oiseaux. Alors, voici quelques conseils pour vous aider :

1 – Les photographier les oiseaux avec suffisamment de lumière

Cela vous aidera à obtenir une vitesse d’obturation plus rapide (qui permet de geler les mouvements rapides de l’oiseau et augmente vos chances d’obtenir une photo nette). Par contre, faites attention à la lumière trop dure d’un soleil au zénith : les différences seront trop importantes entre les ombres et les zones éclairées. La gestion de l’exposition pour votre appareil sera alors problématique.

2 – Attendre qu’ils viennent vers vous

Et par l’inverse ! Si vous essayez d’approcher un oiseau, même un passereau commun, vous le ferez fuir à coup sûr : ils ont une excellente vue. Votre silhouette humaine caractéristique sera détectée avant de vous être approché suffisamment. La solution, évidente mais encore faut-il le savoir, est donc de vous poster à couvert, idéalement assis (pour casser votre silhouette) et d’attendre que les oiseaux viennent à vous. Ils peuvent être assez proches et, rassurez-vous, ne le seront jamais trop ( un passereau de quelques centimètres remplit rarement tout le cadre).

3 -Trouvez un endroit avec des perchoirs pour photographier les oiseaux

Vous devez tout de même savoir deux choses importantes pour choisir l’endroit où vous allez vous poster :

  • vous avez évidemment besoin d’oiseaux ! Les haies, les clairières, les bords de rivières et d’étangs, sont des zones à forte densité de passereaux. Les forêts aussi, mais la lumière fait souvent défaut.
  • trouvez un endroit où les oiseaux puissent se poser. Sur quoi? Sur des branches, des souches d’arbres,   voire des piquets de clôture en bois. Evitez les perchoirs type barbelés à forte connotation humaine. Idéalement, ces perchoirs devront être  à hauteur de votre appareil photo
rémiz penduline

Les roseaux font d’excellents perchoirs pour cette rémiz penduline

4 -  Camouflez-vous !

Vous êtes assis dans un endroit avec du passage et des perchoirs, il vous reste à vous camoufler. Rassurez-vous, rien d’extraordinaire : j’utilise pour ma part un simple drap de cotonrésistant marron dans lequel j’ai découpé deux cercles : un pour l’objectif et un autre juste au dessus pour observer. Je le place sur moi, pour ne plus avoir cette forme humaine si terrible pour les oiseaux (et toute la faune d’ailleurs !).

Vous pouvez rester sans ce camouflage mais mettez une casquette, un bob et des gants pour dissimuler le plus possible les zones blanches de votre peau.

5 - Utilisez un monopode ou un trépied

Croyez-moi, si votre poste est excellent et que vous devez y rester  un certain temps, vous aurez vite mal au bras ! Un trépied ou un monopode peut vous être très utile. Cela vous évitera de devoir laisser reposer votre appareil sur vos genoux puis de le remettre à vos yeux : tous ces mouvements pourront faire fuir vos sujets. Avec le trépied, votre reflex sera toujours bien positionné.

Une astuce : gardez votre appareil fixé au trépied de sorte que vous  n’ayez plus qu’à déplier les jambes ( pas les vôtres, mais celles du trépied ou du monopode :) )

Vous déplacer avec cet attirail vous effraie? Il existe des monopodes très légers et stables, ne vous en privez pas.

6 – Activez le mode rafale et prenez beaucoup de photos

Avant votre sortie, vous aurez pris soin d‘activer le mode rafale. Et lors des prises de vues, garder votre doigt appuyé pour prendre le plus de photos possible (en numérique ça ne coûte rien !). Une raison à cela :

  • Les oiseaux sont sans cesse en mouvement : c’est le seul moyen de vous assurer de les avoir dans une attitude intéressante et sur 10 photos, vous en aurez au moins 1 ou 2 à garder.

Par expérience, je sais que laisser son doigt appuyé n’est pas un reflex ( sans jeu de mots ; ), et il faut se forcer à le faire.

mésange longue queue4 1

Mésange à longue queue dans une position acrobatique !

Vous pouvez en savoir plus à ce sujet sur un de mes articles Comment photographier les mésanges à longue queue

7 – Réglez votre point autofocus au centre

  • Réglez votre autofocus sur automatique. Les mouvements des oiseaux sont trop rapides pour faire la mise au point manuellement.
  • Ensuite, le collimateur à privilégier sera celui du centre (c’est à dire la zone où sera faite la mise au point). Sachez en effet que la plupart des objectifs ont un autofocus très réctif au mileu. Tous les reflex permettent de choisir les petits carrés de mise au point, choisissez celui du centre, ne laissez pas l’appareil décider pour vous : il pourrait se caler sur la feuille du premier plan !
  • Pour finir, concentrez vous sur les yeux de l’oiseau : le regard du spectateur se porte naturellement sur les yeux : il est essentiel que cette zone soit nette, sinon votre photo sera ratée.
collimateur central

Le collimateur central est le plus réactif

8 – Observez et apprenez sur leur comportement

  • Ce dernier conseil est sans doute celui qui vous prendra le plus de temps sans vous donner de bons résultats rapidement. Pourtant, il est essentiel. Prenez le temps d’observer les oiseaux. Parfois, forcez-vous à ne pas prendre votre appareil pour vous concentrer uniquement sur l’observation.
  • Lisez également quelques ouvrages sur eux ou glanez quelques infos sur internet. En savoir plus sur leur comportement vous aidera à prédire leurs attitudes dans certaines situations.
  • Un exemple très concret : vous apprendrez que certaines espèces ne cessent de  revenir sur le même perchoir : de superbes opportunités s’offrent à vous !

J’espère vous permettre de réussir de belles photos avec ces quelques conseils. Et si vous avez aussi des astuces à partager qui ne sont pas dans l’article, dites-le dans les commentaires !

____________________________________

Merci à Régis qui s’est prêté au jeu de l’article invité. Je vous invite à découvrir son site  auxoisnature.com, vous y découvrirez beaucoup d’informations pratiques et techniques sur la photo animalière, ainsi que de magnifiques photos. 

Je vous invite également a vous inscrire à sa newsletter et vous recevrez en cadeau le mini-guide « 4 ateliers pour réussir ses premières photos natures ».

Si vous aussi vous voulez parler photo sur bonplanphoto.com, n’hesitez pas à me contacter

A propos de Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Un commentaire

  1. Bel article, mais pour la deuxième astuce ce n’est pas toujours faisable dans un peu du temps ;)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>