Test du Nikon Coolpix A

 Ce Nikon Coolpix A est un appareil photo est un appareil photo étrange. Sous ses airs de compact comme il y en a des dizaines sur le marché, il cache bien son jeu et se révèle être un appareil photo très intéressant à découvrir. J’oserais dire que la cible visé est le photographe expert, amateur ou pro peu importe; c’est donc le photographe qui a déjà des bases de photographie, des notions de composition, de profondeur de champ.

On pourrait penser que, du fait de l’absence d’une touche dédiée « vidéo », le Coolpix A ne soit pas en mesure de faire de la vidéo. Que nenni. Il suffit d’appuyer sur « i » au dos de l’appareil et changer le mode de déclenchement. Une touche dédiée « vidéo » n’est pas nécessaire.

Les nikonistes n’auront aucune difficulté à se retrouver dans l’arborescence des menus et à changer les paramètres au fur et à mesure.

Les photos sont tout bonnement extras jusqu’à 3200 Iso, voir 4000 Iso; puis il faut faire appel aux logiciels de développement photo pour limiter la montée du bruit numérique, mais rien de bien grave.

Test du Nikon Coolpix A

Nikon Coolpix A
Nikon Coolpix A

 

Quelques caractéristiques:

– Nombre de pixels effectifs: 16.2 millions.

– Capteur: CMOS de format Dx 23.6mm x 15.6mm.

– Focale: 18.5mm (angle de champ équivalent à un objectif 28mm au format 24×36).

– Autofocus: à détection de phase.

– Moniteur: écran TFT de 7.5cm, résolution de 921.000 pixels à large angle de visualisation.

– Formats: pour les photos c’est le Raw Nikon (NEF) et le Jpeg. Pour la vidéo le MOV (H.264/Mpeg-4 Avc).

– Sensibilité: 100-6400, avec possibilité de monter par palier jusqu’à 25600 (utilisation très très rare…).

– Modes de mesure: matricielle, pondérée centrale ou spot.

– Contrôles d’exposition: Automatique, P, S, A, M

– Vitesse: 1/2000ème, mode B et mode T (avec la télécommande ML-L3)

– Autonomie: 230 prise de vue avec l’accumulateur En-El20

Prise en main du Nikon Coolpix-A

Rien à dire. Avec sa batterie il est bien présent dans la paume de la main, il y a de suite une sensation de qualité, ce n’est pas l’appareil chipouille en plastique qui va rendre son âme au bout de quelques jours.

Un grip en façade assure une bonne prise. La position de la main droite un peu recroquevillé est typique de ce type d’appareil; venant du reflex, j’ai mis un peu de temps à m’y faire mais rien de bien grave, comme souvent c’est une question d’habitude et on finit par s’habituer rapidement.

Nikon Coolpix A
Nikon Coolpix A

L’allumage est rapide, inutile de savoir s’il est en 0.5s, 0.8s ou 1.5s. C’est rapide, c’est tout ce qui compte. Et c’est silencieux, d’une discrétion à toute épreuve.

L’image sur l’écran arrière est bien nette et lumineuse, les infos d’ouverture, vitesse et iso s’affichent en partie basse. En plein soleil on a du mal à bien voir le cadrage mais ce n’est pas un défaut propre à Nikon, il suffit de patienter pour que les yeux s’habituent à la forte luminosité.

L’accès aux menus de paramétrage s’effectue par la touche « menu » (élémentaire Watson…); nous avons alors accès aux paramètres de visualisation, de prise de vue, de configuration, de retouche et au rappel des réglages récents. Le tout se pilote avec la roue codeuse.

Deux touches Fn personnalisables (une à l’avant l’autre à l’arrière de l’appareil) devraient permettre d’affecter à ces touches les fonctions choisies; pour une raison inconnue, les ingénieurs de Nikon en ont décidé autrement et ils ont opté pour un choix dans une liste d’options préétablies. Dommage: on croit pouvoir personnaliser et on se retrouve un peu le bac dans l’eau…

 

Les images

Avec un capteur Aps-c similaire à celui du reflex D7000 les images ne peuvent qu’être à la hauteur de ce type de capteur: tout simplement géniales.

DSC08362
Nikon Coolpix A

Avec 16 millions de pixels il y a de quoi recadrer à l’aise; en effet, s’agissant d’un appareil à focale fixe, la prise de vue demande un soin particulier pour une composition agréable: d’où mon sentiment qu’il s’agit d’un appareil à destination de ceux qui pratiquent la photographie avec un bagage technique et de composition déjà en route. Il pourrait en effet devenir un deuxième appareil pour les possesseurs d’un reflex, qui cherchent un appareil de qualité pour sortir pas trop chargés (oui, je confirme, il y a des fois où nous n’avons pas envie d’avoir autour du cou un reflex de 900gr).

Les contrôles d’exposition traditionnels en priorité à la vitesse et priorité à l’ouverture laissent toute latitude pour gérer ses profondeurs de champ et ses flous (quoi que, avec une focale large comme celle-là, tout est net du début à la fin…).

J’ai testé l’appareil en basse lumière et les résultats sont époustouflants en termes de qualité; de toute manière, la plupart des photographes amateurs impriment en 10×15. Ça veut donc dire que le bruit numérique des hautes sensibilités passe allègrement à la trappe dans l’impression et l’image à la fin est nickel.

Un petit voyage sur un logiciel de développement, j’appelle ici Capture One, donne la possibilité de lisser sans problèmes l’éventuel surcoût de bruit numérique…

Shooter au delà des 6400 iso relève de l’exploit et d’un besoin pressant: soit on fait la photo, soir on rentre bredouille. Donc, de toute façon, il ne peut que s’agir d’un besoin extrême. Alors, les exigences de qualités passent au second plan…

Sur le barillet des modes d’exposition figurent deux paramètres personnalisables de prise de vue, les mode U1 et U2; c’est ici qu’on peut donc affecter, par exemple, au mode U1, des prises de vue en Jpeg, sur 100 iso dans l’espace SRvb et en mode U2 des prises de vue en mode Raw en autofocus AF-F et en mode de mesure pondérée centrale.

Nikon Coolpix A
Nikon Coolpix A
Nikon Coolpix A
Nikon Coolpix A

Sur le manuel rien n’indique comment procéder au paramétrage de ses deux modes et vous vous retrouvez inévitablement avec des paramètres qui ne se sauvegardent pas. On découvre ensuite que, dans le menu configuration, il y a l’option d’enregistrement des réglages utilisateur, on est sauvés…

Les images sont tout à fait exploitables jusqu’à 6400 iso et, même en cas de recadrage, il y a assez d’informations dans les pixels pour manipuler l’image sans soucis en post production. La gestion du bruit est vraiment ce qui fait la force de ce type d’appareil compact.

Voilà un petit exemple d’une photo prise à 1600 iso, avec et sans recadrage. La qualité est au rendez-vous…

saint_etienne-6-
Nikon Coolpix A
Nikon Coolpix A
Nikon Coolpix A

Les experts vous diront qu’à pleine ouverture la périphérie de l’image n’est pas bonne mais est-ce qu’il s’agit vraiment d’une surprise ? Je ne crois pas. De toute façon, on s’évertue à acheter des optiques d’enfer pour ensuite mettre un petit vignetage sur la photo: à quoi bon alors dépenser autant d’argent ? Allez savoir…

Donc, si les bords sont un peu mou et la luminosité décroit, vous avez votre vignetage sans passer par la case logiciel …

Il n’y a pas d’écran tactile: tant mieux. Pas de fonction Gps ni de Wi-fi: tant mieux aussi. L’appareil est résolument tourné vers la photo, sans gadgets ni chichi et c’est très bien ainsi.

La qualité des images

Le Coolpix A est équipé pour réaliser des photos techniquement irréprochables; d’ici à en faire, si la technologie était le seul paramètre à prendre en considération pour prendre des belles photos ça se saurait. La base est là: un appareil avec un beau capteur dans une belle coque, avec assez de paramétrages pour s’en sortir dans chaque situation.

Un regret: il manque un viseur optique. S’il s’agit d’un deuxième appareil pour les possesseurs d’un reflex, le choix de ne pas équiper le Coolpix A en viseur est étonnante et, limite, désagréable pour l’utilisateur, à en croire que Nikon n’est pas allé au bout de l’exercice.

Le choix d’une focale fixe est à regarder aussi avec circonspection, dans la mesure où tout le monde est habitué à faire joujou avec le zoom, ce choix pourrait éloigner toute une catégorie d’acheteurs; mais les ingénieurs chez Nikon en sont pas bêtes, ils ont sans doute leurs raisons…

Encore un exemple de la possibilité de traiter les photos dans votre logiciel préféré, ici avec l’outil « redressement des perspectives » de Capture One Pro 7:

Nikon Coolpix A
Nikon Coolpix A
Nikon Coolpix A
Nikon Coolpix A

Le prix: à sa sortie l’appareil avoisinait les 1000€, trop à mon goût. On le trouve maintenant chez différents vendeurs aux alentours des 750€, un prix bien plus compétitif mais qui reste à mon sens un prix fourchette haute. A ce prix là on peut acheter le Nikon D3200 ou le D5300 avec un ou deux objectifs.

C’est donc un appareil qui n’est pas destiné à monsieur tout-le-monde ou à un monsieur tout-le-monde qui a quand même les moyens…

Mais quand on aime, on ne compte pas…

Giorgio Paparelle

Giorgio PAPARELLE, photographe amateur, architecte de formation, je suis un pur autodidacte. J’ai commencé à m’intéresser à la photo un peu par hasard; à mes débuts j’utilisais des compacts puis j’ai été attiré par les reflex et les possibilités offertes en termes de contrôle de chaqueparamètre en fonction de la veine créative du moment.

3 pensées sur “Test du Nikon Coolpix A

  • 12/05/2014 à 15 h 48 min
    Permalink

    Aux vues des photographies que tu nous présentes, les images sont effectivement excellentes! Avec 16 millions de pixels en même temps, on ne peut qu’espérer ce genre de résultats!
    Merci pour la découverte, de plus, j’aime beaucoup le design de ce Nikon Coolpix A.

    Répondre
    • 12/05/2014 à 22 h 32 min
      Permalink

      Oui, l’appareil est un appareil d’enfer et les possibilités de recadrage multiples…
      Il y a de quoi s’amuser et sortir des photos superbes…

      Répondre
  • 16/05/2014 à 11 h 23 min
    Permalink

    Bonjour,
    merci pour ce très bon test. C’est un bel appareil qui fait envie, la qualité d’un Réflex dans un boîtier compact, que demander de plus. Le zoom ? Ok, mais le 28 mm est parfait pour la street-photography !
    A noter, il existe bien un viseur optique optionnel, et on peut trouver le Coolpix A encore moins cher, autour des 600 voire 500 €…

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.