Test du logiciel PhotoDirector 10

PhotoDirector 10 est la nouvelle version proposée par Cyberlink, société éditrice de logiciels d’images (photos et vidéo) basé à Taiwan. Il existe une version (ultra) à 69 euros. Egalement, une formule d’abonnement (365) à 3,17 euros /mois et une dernière formule comprenant 4 logiciels (PhotoDirector 10 +3logiciels dédiés à la vidéo). Chaque formule permets un abonnement sur différentes périodes cela ayant une influence sur le tarif d’abonnement.

Photodirector 10 se veut un logiciel tout en un, permettant le développement de fichiers et leur catalogages mais aussi la modification créative à travers différents modules. Dont un module travail de calques mais aussi la possibilité de capturer des images à partir d’une vidéo afin de créer un gif,un motion stills etc… Un véritable couteau Suisse ce logiciel.

Compréhension et utilisation du logiciel

L’installation est très facile est assez rapide, le plus long sera l’ingestion d’une grande quantité de photos mais cela est bien normal. A l’importation vous avec la possibilité d’importer un dossier, une photo, une vidéo à photos ou à partir du cloud. Puisque Cyberlink vous propose 25 GO de stockage. La fenêtre d’importation vous propose une importation de base. Attention à cocher inclure les sous dossiers si besoin. La fonction avancée vous permet de créer une copie, d’appliquer un prédéfini (préset), d’appliquer une correction automatique sur le bruit et ou sur le ton. Vous pouvez appliquer un profil IPTC (si vous en avez créer un), un copyright et des balises !

Le module bibliothèque

Tout cela sera également possible dans le module bibliothèque, les photos seront affichées sous différentes formes :

  • Visionneuse et navigateur : 1photo + vues miniatures (au-dessous)
  • Visionneuse : 1 photo
  • Navigateur : 1 grille.

La notation, le marquage, l’attribution d’un libellé (une couleur) permettront un tri grandement facilité d’autant que l’option traitées ou pas. Mais aussi par boîtiers et ou objectifs sont aussi disponibles tous comme la reconnaissance faciale. Un onglet métadonnées est présent et permet d’afficher les exifs, d’appliquer un profil IPTC est d’ajouter des balises. On peut aussi importer des vidéos à photos permettant de réaliser différentes opérations. Voir ci-dessous, cela est rare voir unique (il me semble) dans un logiciel photos.

Pour conclure c’est un module très performant qui répondra au plus grand nombre de photographes quel que soit leur niveau du débutant au professionnel sans exception. Cependant j’ai constaté un bug récurant lors la suppression de fichiers. Ce qui m’a permis de tester le SAV et j’en ai vraiment été bluffé par la réactivité de celui-ci et la recherche de solutions proposées, une vraie plus-value à PhotoDirector 10.

Le module réglages

Le module réglages est divisé en 2, l’un manuel, on y retrouve les outils de développement couleurs et noir et blanc et le second prédéfini. C’est très proche de Lightroom et de son module développement, que j’ai utilisé de LR4 a 6. Depuis l’abonnement j’ai quasiment abandonné son usage. Si ce n’est le module bibliothèque et j’utilise maintenant DXO lab dont le module bibliothèque répond suffisamment à ce que j’attends et il va évoluer. Je termine cet aparté pour revenir à PhotoDirector 10 qui propose même un peu plus d’outils localisés. Mais aussi un peu plus d’outils de réglage global et j’ai vraiment apprécié de travailler mes images dans ce logiciel voilà c’est dit !

Etude de cas :

A gauche l’avant, à droite l’après j’ai opéré une transformation noire et blanche dans le module réglage. Et j’ai utilisé les différents outils, en particulier le masque radial et le pinceau pour un travail localisé.

J’ai commencé à effectuer les réglages de base en particulier une augmentation du contraste de la netteté et de la clarté. J’ai aussi ajouté un peu d’effet HDR.

Ensuite dans le module modifier, j’ai supprimé l’arrière-plan. Il est a noté que PhotoDirector 10 effectue des copies virtuelles afin de préserver les fichiers d’origines.

Pour finir, un passage dans le module calques ou j’ai pu importer un nouvel arrière-plan. Puis effectuer un travail me permettant d’accentuer les traits du visage et sur la chromatique. Après cela un nouveau passage dans le module de développement, afin d’affiner les opérations d’accentuations.

Habituellement j’utilise DXO et Affinity pour réaliser ce genre de portrait. Et je ne pensais pas atteindre ce résultat en utilisant uniquement PhotoDirector 10.

Les réglages prédéfinis sont applicables à partir de l’onglet du même nom. Ceux-ci sont souvent caricaturaux mais ils peuvent servir de base à un réglage que l’on modifiera afin d’en atténué les effets. Je pense que pour quelqu’un qui débute cela sera un bon éducatif. On peut enregistrer ses propres préréglages ou encore en importer!

En effet Cyberlink propose de télécharger beaucoup de préréglages. Mais aussi d’autres éléments qui pourront être utilisé dans différents modules. Et j’en profite aussi pour signaler que la rubrique aide et vraiment bien fournie, avec mode d’emploi et de nombreux didactiels, webinaire etc..

Par contre les profils d’objectifs proposé pour Olympus, (c’est la marque que j’utilise) sont quasiment inexistant. Le seul objectif disponible est une monture 4/3 monture arrêté depuis plusieurs années par Olympus… Et un compact là y a du boulot!

Le module modifier

Le module modifier permet de retoucher ses photos. Les possibilités proposées sont assez importantes.

Embellisseurs de personnes :

  • Outils de visage :modelage, brillance, yeux, rides et dents
  • Peau et ton
  • Modeleur du corps qui fonctionne comme l’outil liquify personna d’affinity ou le filtre fluidité de psp

Un éditeur de photos panoramique redressement, suppression du trépied, réglage effet little planet et édition de photo à 360.

L’incrustation d’effet photos, transfert AI qui applique des effets peintures. Cela me laisse perplexe mais pourquoi pas en y passant du temps peut être…

L’effet couleur qui est l’application d’un masque sur lequel on peut travailler avec un pinceau. Par exemple du noir et blanc et vous appliquer le pinceau pour ne faire apparaître qu’une couleur.

Un outil flou circulaire, linéaire ou au pinceau et différents flous sont disponibles tel que bokeh, zoom, etc. Bien pensées et réussies, les possibilités de réglages sont intéressantes et peuvent s’avérer utiles. L’effet de grain est aussi disponible le nom est suffisamment parlant 😉

L’outil incrustation permet d’ajouter des fuites de lumières, des textures, des flâres avec une richesse de possibilités importantes (beaucoup de téléchargements disponibles). Et bien sur tout cela est dosable et modifiable, d’ailleurs automatiquement PhotoDirector 10 crée une copie virtuelle.

La suppression d’objet est l’outil qui m’a le plus impressionné ! très efficace il est plutôt facile de sélectionner une surface complexe et le la supprimer, cela m’a pris quelques minutes pour un résultat qui m’aurait pris beaucoup plus de temps dans d’autres logiciels c’est là encore un gros plus de ce logiciel. On dispose de deux outils sous formes de pinceaux l’un qui fonctionne comme un tampon (duplication de zone) et l’autre de sélection d’objet a supprimer.

On continue toujours dans les sous menus avec extraire et composer là aussi un résultat bluffant avec la suppression d’arrière plans (voir l’exemple photo), à l’aide d’un pinceau on peut aller chercher les mèches de cheveux avec précision et facilité. Le compositeur de photo permet d’ajouter une image comme on le ferait en mode multi expositions.

Le déplacement intelligent permet de déplacer un « sujet ou objet etc.. » et le clone de dupliquer tout cela de manières assez précises pour ce que je l’ai essayé.

L’avant dernier sous menu intitulé fusionner les photos nous propose plusieurs possibilités de fusion ; un bracketing hdr jusqu’à 5 images, un assemble panoramique très efficace ainsi qu’un mode échange de visages, celui-ci permet de fusionner plusieurs photos en ne gardant que les meilleurs visages sur une seule image et le dernier d’assembler en une seule image une action décomposée, je n’ai pas pu tester cela mais la proposition est fort intéressante.

Pour finir le module filigranes permets d’intégrer un modèle parmi une liste proposée mais aussi de personnaliser celui-ci par l’intégration d’une image (png/jpeg etc..), ajouter un cadre à votre photo, la couleur et la transparence sont modifiable, on peut aussi ajouter du texte et pour finir les exifs tous ou certains sélectionnables dans une liste ainsi qu’un copyright personnalisable.

Le module calques

Le module calque s’apparente à un Affinity ou Photoshop pour les plus connus mais en beaucoup plus simples. Masques de fusion, mode de fusion et les outils de bases sont présent mais manques de finesse dans les possibilités de réglages.

Cyberlink propose des sets de calques téléchargeables en assez grande quantité cela peut être servira de base de travail à modifier, cela peut servir d’éducatif afin de comprendre le fonctionnement général de calques. Ce module tient son intérêt par la cohérence du logiciel avec ses modules de réglages et de modifications.

Le module créer

Il permet de réaliser un diaporama avec des options de personnalisation, des gifs mais aussi des motions stills (pas évident à  utiliser et avoir une vidéo qui s’y prête) et de les exporter directement sur youtube à différents formats.

le module imprimer

Enfin le dernier module imprimer qui permet de choisir différents formats de papier, d’impression, on peut zoomer changer l’orientation d’impression, choisir un filigrane etc..Un module suffisamment complet pour la majorité d’entre nous.

Ma conclusion

Une très bonne surprise par les possibilités qu’il offre, il en donne beaucoup pour un tarif contenu.

Il conviendra à beaucoup, cependant j’ai quelques réserves en effet la capacité à récupérer du détail dans les hautes lumières (moins que les logiciels que j’utilise) et ce qui me gène le plus et quelques lenteurs dans le fonctionnement général du logiciel mais les outils d’éditions et les fonctions créatives sont séduisantes alors il va rester sur mon PC sans remplacer DXO qu’il supplante pourtant dans le module bibliothèque. Sa force réside aussi dans la facilité d’utilisation il est plus qu’un logiciel grand public et conviendra au photographe confirmé qui recherche un bon logiciel capable de : gérer des bibliothèques, d’être efficace en développement avec des fonctions créatives intéressantes avec en plus un SAV réactif !

Les points forts:

  • Solution tout en un
  • Le tarif
  • Le module de développement
  • Le module bibliothèque
  • Certaines fonctions créatives et la précision de leur outils !

Les points faibles:

  • Les lenteurs dans le module bibliothèque
  • Manque de finesse des outils du module calque
  • Récupération des hautes lumières
  • Certaines fonctions gadget
  • Bugg dans le module bibliothèque

Découvrir PhotoDirector 10

Eric Leroy

Je suis photographe pro depuis un peu plus de 3 ans, je suis ambassadeur visionnaire Olympus, marque que j'affectionne particulièrement et qui me soutien dans mon activité.
J'anime le blog olympuspassion.fr ainsi que le groupe Facebook associé Olympus Passion OMD & Pen.
Ancien éducateur sportif, j'ai du changer de métier des suites d'une maladie et j'essai de fusionner mon ancien métier avec le nouveau ce qui fait que j'oriente mon activité sur la transmission /le partage par le biais de stages et de tutoriels sur youtube.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.