Test du livre photo Négatif+ (format à la française)

L’aboutissement pour un photographe est de montrer ses photos tout le monde n’a pas l’opportunité d’exposer ses images, et celles-ci restent souvent au fond d’un disque dur, ou bien sont publiées sur le web, mais sans être vraiment regardées par les amis qui nous visitent, même si ceux-ci utilisent les TIC. Les albums d’antan que l’on feuilletait, faisant surgir de nos mémoires endormies ces instants de vie entourant les images, n’existent plus!

Nous ne prenons plus le temps de trier, de développer nos photos, de les coller soigneusement, de les commenter dans un album … Vraiment ?

Le Livre Photo vient à notre secours, pour peu que nous sachions utiliser les outils qui nous sont mis à disposition par les sites dits de «photo en ligne».

Cet article va montrer succinctement comment créer un tel Livre Photo, chez le prestataire NEGATIF +, laboratoire photographique numérique et argentique crée en 1992 et situé à Paris, comme l’indique la page d’accueil du site. Et comme c’est un test, seront expliqués les avantages et les inconvénients de l’interface, la qualité de l’impression, pour conclure par un avis global sur la prestation.

[review]

Le logiciel de Négatif+

Deux possibilités existent: le prestataire met à disposition soit un logiciel téléchargeable, soit une application en ligne. Le logiciel téléchargeable présente l’avantage de pouvoir constituer son livre hors connexion, donc avec un gain de temps considérable (surtout si l’on dispose d’une connexion lente). Le choix des images se fait directement à partir de son disque dur, sans dimensionner les images, le logiciel se chargeant de cette tâche. Une fois le Livre Photo constitué, il sera envoyé vers le prestataire, qui se chargera de l’impression et de l’envoi.

L’application en ligne présente l’avantage d’être universelle, indépendante du système d’exploitation, un simple navigateur étant suffisant. Inutile d’installer un logiciel spécifique. Cependant, il faut télécharger ses images pour pouvoir les disposer dans le Livre. Une fois cela fait, vous pouvez utiliser l’application au sein de votre compte, de n’importe quel ordinateur, c’est la solution choisie par NEGATIF +.

La création en ligne sur Negatifplus.com

La page d’accueil, très claire, comporte les différents produits proposés dans un panneau à gauche; cliquons sur le lien Livre Photo. La page affichée nous propose le choix soit de consulter les tarifs, soit d’explorer la gamme, soit d’accéder directement à nos livres, explorons la gamme.

Nous allons alors sur une page présentant deux options, soit « Presse numérique », soit « Papier Photo argentique », et selon la couverture choisie, souple plastifiée, rigide toile beige ou rigide jaquette, en ce qui concerne la Presse numérique, les formats disponibles s’affichent, et selon le choix du format, une explication claire de la fabrication et du tarif apparaît. Une formation est possible, sur rendez vous, et uniquement sur place (rien n’est prévu par téléphone).

Négatif+1
Test du livre photo Négatif+

Si l’on choisit la consultation des tarifs, nous avons toutes les possibilités, tous les différents tarifs (cela me semble plus complexe). Pour ce test, a été choisi Couverture rigide avec jaquette, format 21×27 vertical (36 pages+couverture, tarif 45,50 €).

Très naturellement, en choisissant le format, une page nous propose la connexion ou la création d’un compte. Jusque là, tout est très clair et intuitif. La création d’un compte ne présente aucune difficulté. Une fois les informations rentrées, un email de confirmation est envoyé dans votre boîte mail.

Il faut sélectionner PhotoBooks, et Créer un nouveau livre.
Il faut sélectionner PhotoBooks, et Créer un nouveau livre.

De nouveau nous trouvons la page de choix de format, et une fois celui-ci choisit, une page d’information apparaît avant de commencer l’aventure.

Négatif+3

Un didacticiel (barre d’outils en haut à droite de l’interface) vous explique sommairement le maniement de l’interface. Je vous conseille de prendre un moment pour prendre connaissance des différents outils à disposition. Une première partie vous montre les zones, et en les survolant, apparaissent diverses informations sur la zone image, la zone texte et le chemin de fer.

Plus bas dans la page, une deuxième partie vous permet de connaître le détails des outils.

Exemple sur Sélection
Exemple sur Sélection

Ainsi, vous en connaissez suffisamment pour vous lancer. Comme il faut télécharger ses photos, je vous conseille de préparer à l’avance vos images dans un dossier spécialement nommé. Vos images seront réduites à une taille correspondant à la taille de l’image que vous voudrez imprimer, inutile d’envoyer des images très lourdes, ce qui pénaliserait le temps de chargement.

Pour tester cette création de Livre Photo, j’ai 52 photos à organiser, correspondant à un projet 52 (1 photo par semaine) selon un thème choisit sur un site Internet. 52 photos, plus commentaires dans une zone de texte, en vertical et horizontal, en format de proportion photographique 3 x 2, et du format carré.

La contrainte est de placer les images dans l’ordre des thèmes, 4 par page, peu importe le format. C’est-à-dire que la mise en place change très souvent. Les photos auront les mêmes dimensions, les verticales seront toutefois moins grandes que les horizontales.

La présentation du livre montre une double page, avec une zone d’image par page remplissant tout l’espace. Si vous voulez en mettre plusieurs images sur une page, il faut créer et positionner les conteneurs. Un titre sur la tranche est possible.

Première difficulté, il n’y a pas de repérage, pas de grille pour placer de la même manière les images. Il existe bien une taille de zone d’image (en w et en h, largeur et hauteur), mais essayer de garder les même dimensions pour chaque image de même format, c’est assez contraignant de devoir ajuster à chaque fois la même chose (52 zones à retailler, ouf …). Pas de copier/coller pour les zones (cela aurait été trop simple).

Pour caler les images par rapport aux bords, il existe des coordonnées. Il faut choisir l’origine de ces coordonnées, et faire un savant calcul, par rapport à la dimension de la double page, et retrancher l’espace que l’on veut libre par rapport aux bords. Galère !

Négatif+8

Exemple, sur cette image, placée en haut et à gauche, je veux laisser un espace libre de 7 mm. J’ai choisit une dimension de 169 x 113mm pour chaque image horizontale.

(169/3 x2 = 112,66 rapport 3/2). Cela est visible avec les indices w et h.

En choisissant l’origine des coordonnées de la zone d’image en haut à droite, j’ai placé la zone à 7mm de chaque côté. Jusque là, ça va, mais c’est assez difficile avec la souris sur un espace d’une double page d’arriver à caler juste.

L’image en haut à droite du livre
L’image en haut à droite du livre

Pour l’image en haut à droite du livre, pour caler aussi à 7mm en haut et à droite, j’ai changé l’origine des coordonnées, j’ai donc calé à 7 mm (le y) par rapport au haut et à 421 mm par rapport à droite (le livre fait 214 mm de large, en double page 428 mm, moins 7mm, cela donne 421 mm). Facile, non ?

Et pour le bas, 270mm -7 = 263 mm, en changeant là aussi l’origine des coordonnées). Il aurait été plus facile de positionner des repères sur lesquels les zones se seraient calées.

Il existe une possibilité d’enregistrer sa composition sous forme de gabarit. Malheureusement, les gabarits fonctionnent sur une double page, ce qui multiplie forcément selon la composition l’enregistrement de ceux-ci et la difficulté, donc la lenteur, à constituer tout son panel de gabarits.

Il est donc inenvisageable de créer un livre photo avec beaucoup de fantaisie. Les gabarits proposés par défaut sont intéressants, mais ne conviennent pas toujours. Les gabarits personnels sont réutilisables dans d’autres livres photos de même format. Voila qui est intéressant.

La méthode que j’ai trouvée : choisir le dimensionnement de ses images, selon le rapport photographique, et la composition que l’on désire (j’ai choisi une dimension en horizontal, 169/113, en vertical 140/93, en carré 128/128). Puis déterminer l’espace que l’on veut libre entre le bord et la zone d’image, et faire les calculs, selon le point d’origine à déplacer.

Pour mes choix, cela donne, en haut à gauche, x=7 et y=7, en bas à gauche, x=7et y = 263, au milieu, x=207 pour la page de gauche, et page de droite, au milieu x= 221, sur le bord droit x=421. J’ai enregistré ensuite les gabarits différents.

Négatif+10

Cela a été plus rapide, selon les formats des photos à intégrer, j’ai sélectionné le gabarit qui convenait, ou s’il ne l’était pas exactement, le plus proche. Ainsi, après des modifications mineures, il suffit de glisser déposer dans les zones voulues les images. Finalement, il faut un temps d’apprentissage, bien comprendre le fonctionnement des coordonnées, et cela devient plus simple.

Un gabarit par page simple aurait facilité la tache, ainsi qu’un copier coller de zone (image et texte) conservant les proportions.

Pour les zones de texte, la couleur ou la police s’applique sur le texte en entier. Dommage, pour les titres, de ne pouvoir changer soit la couleur, soit la police. Sinon, il faut une autre zone de texte. Et autre galère pour ajuster cela.

La couleur de fond a été le gris, pour être aussi neutre que possible. Il est possible de choisir une image à appliquer en fond.

Les contours des images peuvent être arrondis, mais il n’est pas possible de faire des marges. Il est possible de corriger la densité et le contraste d’une image. La qualité des images est analysée avec indication par une à trois étoiles. L’interface est simple, assez intuitive. Les options s’affichant selon les éléments sélectionnés. Attention, ne pas utiliser les flèches du clavier pour vous déplacer dans les zones de texte, cela déplace les doubles pages.

Il faut déplacer les zones en cliquant sur le petit carré au centre, changer la taille grâce aux poignées au coin des zones. Les options plein cadre ou pleine image (à essayer) sont intéressantes, l’une adapte l’image en remplissant le cadre, l’autre conserve l’image dans le cadre.

Tout est donc possible, les images et les textes peuvent occuper n’importe quel endroit. Il faut vraiment penser à sa mise en page, faire quelques calculs pour conserver les coordonnées stratégiques, composer quelques gabarits, ou utiliser ceux par défauts. Par contre, pas de retour possible sur une action, pas de sauvegarde automatique (il faut penser à sauvegarder dès qu’une modification importante à été réalisée).

Délais de livraison

La commande est passée le 7 Février, puis une relance a été effectuée le 13. La commande a enfin bien été prise en compte. Le jeudi 20 février, un appel téléphonique m’indique que la commande n’a pas été exécutée, qu’une machine est en panne. On me propose même d’annuler ma commande !

Commande validée le 13/02/2014
Commande validée le 13/02/2014

Après avoir passé autant de temps pour la conception de ce livre, (vu l’interface peu pratique), avec 72 photos mis en page et le texte, j’ai trouvé ce « conseil » déplacé. J’ai maintenu bien sur la commande. Celle-ci a été postée le 24, reçue le 26. Les délais n’ont donc pas été respectés.

Le colisage

Le paquet est constitué d’une grande enveloppe cartonnée, dans laquelle se trouve une autre enveloppe avec les références de la commande, puis dans une pochette plastique se trouve l’objet tant attendu. La protection est bonne.

La grande enveloppe cartonnée
La grande enveloppe cartonnée

 

 

Le déballage

Stupeur lors du déballage. Une magnifique jaquette toute blanche ! Où sont passées mes photos de couverture ? Où sont passées les explications du projet52 ? Et les thèmes ? Avoir tant œuvré pour mettre en place sur la jaquette les vignettes des images, et les textes, pour ne rien avoir à la réception !

Voila ce à quoi je m’attendais
Voila ce à quoi je m’attendais
Et voila ce que j’ai reçu.
Et voila ce que j’ai reçu.

J’essaye de comprendre. La commande est passée le 7, prise en compte le 13, à 10 h 41 comme l’atteste les références sur l’enveloppe.

Les références sur l’enveloppe.
Les références sur l’enveloppe.

Et sur le site, nous trouvons étrangement une modification à 11h19 le même jour.

La modification à 11h19 le même jour.
La modification à 11h19 le même jour.

Dans l’éditeur, il n’y a plus le travail effectué sur la jaquette, il n’apparait que sur la page au niveau supérieur. Aucune possibilité de retrouver l’original. Je subodore une erreur de manipulation, qui a malencontreusement effacé la composition de la jaquette, et je m’autorise à croire que le retard pour la fabrication, et la demande d’annulation est la conséquence de cette erreur. Toujours est-il que la jaquette reçue ne correspond pas à celle commandée. Sans commentaire, pour l’instant.

Qualité d’impression

La jaquette : comme elle est blanche, que dire ? L’épaisseur est correcte, la surface est brillante. Mais aucune photo pour juger de la qualité de l’impression. Le titre est présent (il n’y a plus que lui qui reste)! Le papier est mat, ne laisse pas de marques de doigts, de bonne épaisseur. L’impression est fade, les couleurs sont à peu près respectées, la luminosité un peu sombre. (Je travaille avec écran calibré). La reliure paraît solide, la couverture cartonnée solide.

Ma conclusion

Avec un logiciel qui n’est pas évident de prime abord et une absence d’aide téléphonique, il faut un certain temps d’apprentissage pour composer son livre, ce qui rebutera bon nombre de personnes pressées ou non habituées aux calculs. Une fois ce cap franchi, tout est possible pour la mise en page.

Les délais ne sont pas respectés, et pour ma commande, il y a eu modification du livre (erreur ?), et sans jaquette de présentation, l’intérêt de ce livre est fort réduit.

Après quelques recherches sur la toile, les différents avis semblent confirmer cette première (et dernière) mauvaise expérience. Je comprends maintenant le nom de ce labo, avec lui vous bénéficierez d’un service NEGATIF +.

Jean François Warnier

Jean-François WARNIER, ingénieur électronicien de formation, photographe amateur depuis 1969, ce loisir est resté en sommeil pendant quelques années. L’arrivée du numérique a transformé ce loisir en passion, et depuis 5 ans, j’ai fondé un club photo que j’anime. Tous les aspects de la photo m’intéresse, et particulièrement l’échange entre amateurs passionnés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.