Test du GorillaPod Hybrid

En partenariat avec la société JOBY, Grégory m’a confié un exemplaire du trépied souple GorillaPod Hybrid pour que je le teste et que je puisse me faire une idée de ses capacités. Je les en remercie pleinement. Je vais donc essayer d’être le plus objectif possible et de donner mon avis sur cet accessoire.

Caractéristiques du GorillaPod Hybrid

Pour ce trépied les caractéristiques annoncées par le constructeur sont:[checklist]

  • Utilisation recommandée : Photo/Vidéo
  • Charge Maximale : 1 kg
  • Pas de vis : 1/4″ (6,4 mm)
  • Livré avec tête : 3D « Ball Tilt »
    Matière : Plastique
  • Niveau à bulle intégré
  • Coloris : Noir/Gris
  • Hauteur Maximale : 25 cm
  • Poids seul :  191 g
  • Garantie : 5 ans[/checklist]

Ce trépied est disponible chez nos différents partenaires:

Prise en main du GorillaPod Hybrid

C’est un trépied de la gamme GorillaPod qui est donc constitué d’une succession de rotules en plastique qui permettent de donner la forme que l’on veut à chaque pied. Il est de taille adaptée aux appareils hybrides et éventuellement aux reflex “légers” car il est prévu pour soutenir jusquu’à 1kg. Ce tripode fait environ 25cm de haut et pèse moins de 200g, il est équipé d’une vis ¼” pour fixation standard et d’une rotule. Toutes ces informations sont les spécifications du constructeur, maintenant entrons dans le vif du sujet.

_DSC4265
Joby GorillaPod Hybrid

Le produit est emballé dans un présentoir plastique simple (ce qui semble normal pour des raisons économiques.). Au dos on peut voir une “notice” succincte des fonctions de l’ensemble montrant les différents angles de rotations de la rotule et les possibilités de torsions des pieds. Pas d’autre notice ou document à l’intérieur.

l’ensemble du Pod est en matière plastique de bonne qualité la rotule est en aluminium et les extrémités des pieds est en plastique souple pour ne pas glisser. Chaque petite rotule qui constitue les pieds est entourée d’une bande de plastique souple pour permettre une accroche correcte quand on fixe le pied autour d’un objet (balustrade, branche d’arbre…). La rotule de fixation est équipée d’une molette de blocage caoutchoutée, et d’un plateau amovible que l’on fixera à l’appareil photo pour pouvoir le monter et démonter facilement. Elle est également équipée d’un petit niveau à bulle, ce qui permettra de positionner l’appareil au mieux pour les paysages.

Test terrain du GorillaPod Hybrid

Dès les premières manipulations on constate que chaque articulation est assez dure à manoeuvrer, ce qui donne une impression de solidité et qui permet de soutenir un poids assez conséquent sans se plier. Je pense que au fur et à mesure de leur utilisation ces articulations vont s’assouplir (tout en restant solides). Au niveau de la rotule, une fois la molette de serrage dévissée, les mouvements sont fluides. Le serrage est efficace.

La mise en position des pieds est très facile. On peut les enrouler autour d’un pied de table, d’un poteau, d’une branche, les façonner pour les fixer sur un dossier de chaise, en fait les possibilités sont infinies. La seule difficulté est de remettre les pieds droits, c’est un peu long car il faut aligner chaque articulation une à une… Une fois la mise en forme effectuée on s’aperçoit que les extrémités des pieds ont une très bonne adhérence, aucun glissement que ce soit sur du carrelage, sur du verre, du métal ou de la pierre.

Ce tripode est adapté aux appareils hybrides en priorité je vais donc faire des essais avec mon sony nex 6 mais également avec mon sony alpha 65 pour le pousser au maximum de ses capacités. J’ai décidé de le tester avec ces 2 appareils car ma pratique principale de la photo est lors de voyages et c’est les 2 boîtiers que j’utilise, j’ai souvent hésité à prendre un pied lors de mes voyages et c’est l’occasion (vu le faible encombrement et poids) d’utiliser ce type de matériel.

Dans le jardin, un exemple de fixation pour faire de la macro: la toile d’araignée du fil à étendre le linge. J’ai donc fixé le pod sur le tube de mon fil à étendre le linge. C’est très facile: il suffit d’entourer le tube avec les bras de notre araignée. les caoutchoucs ne glissent pas cela tient très bien, et c’est stable. Ensuite, on oriente l’appareil avec la rotule.

DSC06905
Joby GorillaPod Hybrid

Un autre test, sûrement le plus intéressant pour moi, je fixe mon appareil sur une branche d’arbre proche de la mangeoire à oiseaux. Voilà 2 exemples de mise en place.

Dans les 2 cas la fixation est solide et l’appareil ne bouge pas, il y avait du vent lors du test mais le montage était stable. Le gros intérêt avec le Nex 6  est que l’on peut le piloter en wifi avec son smartphone. Du coup je me suis installé à 10m de l’arbre, j’ai surveillé la mangeoire et j’ai pu prendre des photos de mésanges sans les déranger et surtout avec une proximité impressionnante. Cela permet de prendre des oiseaux en photo sans avoir de téléobjectif.

Le test a été effectué un jour venté, et j’ai donc pu valider l’accroche du GorillaPod Hybrid sur les branches, une fois enroulé autour, la fixation est vraiment efficace et donne une impression de sécurité et de solidité, ce qui n’est pas un luxe étant donné le prix des appareils que nous fixons dessus.

Un tout petit défaut constaté: les caoutchoucs qui entourent les articulations ont tendance à se salir rapidement (à la première mis en place par exemple la mousse des branches a coloré les pieds en vert) et le nettoyage n’est pas des plus facile car le nombre d’articulations est conséquent.

Autre point de ce test: le GorillaPod Hybrid étant prévu pour des appareils hybrides, il est donc destiné a des photographes qui ont des impératifs de poids et de volume relativement restreints. Au niveau du poids: moins de 200 grammes, c’est très correct, au niveau du volume comparé à un trépied plus classique, les pieds de notre pod sont plus gros en diamètre et ne sont pas rétractables. On a donc 2 solutions pour le ranger: aligner les pieds au mieux et avoir un encombrement d’environ 5cm de diamètre sur 25 de long, ou alors l’enrouler ou le plier pour le loger dans un angle de notre sac photo.

Exemple de rangement dans un sac relativement grand: le flipside 400 de lowepro (celui qui me suit dans tous mes voyages). On voit bien que le GorillaPod Hybrid est assez encombrant. Il prend largement la place d’un zoom 70-300.

_DSC4285

Ensuite dans un sac plus petit: le Slingshot 200 qui permet de ranger un appareil et 1 zoom supplémentaire. Il ne rentre pas dans la zone pour appareil photo, nous sommes donc obligés de rouler le Gorillapod et de le loger dans la poche supérieure dans laquelle il occupe toute la  place.

Et enfin si on a un sac vraiment spécifique pour appareil hybride… là le GorillaPod Hybrid ne rentre pas du tout.

DSC06915

Ma conclusion:

N’ayant jamais utilisé de Pods dans ce genre avant de tester celui là j’ai été agréablement surpris par la qualité du produit, je m’attendais plutôt à un produit un peu “plastique” mais en réalité on voit bien que les matériaux (comme les caoutchoucs autour des rotules ou en bout de pieds) sont solides et bien étudiés. La manipulation est aisée tout en gardant un maintien en position ferme (une fois réglées, les articulations ne bougent plus et permettent de soutenir un poids conséquent). Les articulations du Gorillapod sont modulaires et permettent de s’adapter à toutes sortes de supports.

Son faible poids et son encombrement “correct” permettent de l’emporter facilement pour les sorties photos ou les voyages. Et enfin, sa capacité de charge de 1Kg permet de l’utiliser avec les boîtiers Hybrides mais également avec un reflex équipé d’un objectif relativement léger. ce qui est un plus pour les voyages et évite d’emporter 2 pieds.

Je suis donc séduit par ce GorillaPod Hybrid, et je pense qu’il va trouver sa place dans mon sac photo pour mes prochains voyages. Je ne manquerai pas de vous faire un retour dans quelques temps sur sa solidité ou son éventuelle usure sur un temps d’utilisation plus conséquent sur le terrain.

[box type= »shadow » ]

Points forts:

  • Le faible poids.
  • Les matériaux de bonne facture.
  • La modularité infinie.
  • La stabilité.
  • La qualité de fabrication.
Points faibles:

  • Le volume un peu élevé pour le rangement dans un sac photo.

[button color= »blue » size= »big » link= »http://www.amazon.fr/gp/product/B005I491Z8/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=19458&creativeASIN=B005I491Z8&linkCode=as2&tag=bonplanphot-21″ target= »blank » ]Achetez sur Amazon[/button]

[/box]

Bruno Oules

Je ne suis pas photographe professionnel, la photo est juste un passe-temps pour moi ou une passion diront certains, même si je la pratique un peu en pointillés. Ma pratique principale est lors des voyages que j’effectue chaque année depuis 2002, j’ai commencé avec un reflex argentique (Minolta), pour ensuite passer au bridge(Lumix), puis au reflex numérique (Sony Alpha). Voyageant toujours avec 2 boîtiers, je me suis finalement décidé à prendre un hybride pour second boîtier pour limiter le poids et le volume.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.