Photographier une goutte d’eau

Je vous propose quelques conseils pour photographier une goutte d’eau et plus précisément en macrophotographie. Avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut déjà avoir quelques connaissances dans le monde de la macro, mais l’eau est statique et permet de prendre son temps.

[box type= »info » ]Pour rappel du 1er juillet au 31 octobre, vous pouvez participer au second challenge photo « L’eau dans tous ses états! »

challenge2

[/box]

Le matériel pour photographier une goutte d’eau

Pour faire le macrophotographie, il faut être un minimum équipé. Et oui, sans optique ou accessoire, pas de macrophotographie. Pour ma part, voici ce que j’utilise :[checklist]

  • Boîtier reflex (Nikon D7000)
  • Objectif macro (Tokina 100mm ƒ/2.8)
  • Monopode pour les sujets vivants
  • Trépied pour les sujets fixes
  • Flash cobra (Metz 44AF1)[/checklist]

Pour l’objectif macro, on peut le remplacer par le couple objectif classique et bagues allonges, par le couple objectif classique et bonnettes ou par le couple objectif classique et bague d’inversion. Ces 3 solutions ont l’avantage de coûter moins cher que l’objectif macro, mais comporte aussi quelques inconvénients comme la perte de lumière, de qualité d’image, d’automatisme ou de gestion de la distance d’approche.

J’utilise un flash cobra pour compenser le peu de lumière que l’on trouve après un orage, une pluie d’été ou la rosée du matin. Si le soleil revient vite après un orage, il n’est pas nécessaire d’utiliser le flash, le résultat sera plus naturel. Le monopode ou le trépied permettra d’avoir une image bien nette même sans flash et avec peu de lumière, à condition d’avoir une vitesse suffisante pour empêcher le flou de bouger.

Exemple de photo prise avec un vieil objectif M42 et une bague de conversion
Exemple de photo prise avec un vieil objectif M42 et une bague de conversion

Choisir son sujet

Le sujet est assez simple à trouver, car il s’agit ici d’une goutte d’eau. Il faut par contre faire très attention à son environnement proche, car c’est lui qui va conditionner la réussite de votre photo. La goutte seule ne suffit pas à rendre une photo inoubliable, il faut que les couleurs ou le reflet soient aussi bien gérés. Donc, comme pour toute macro, l’arrière-plan est aussi important que le sujet.

Pour les couleurs, préférez un support vert ou bien coloré et uni, cela permet de bien faire ressortir la lumière sur la goutte. Pour l’arrière-plan, vous avez deux choix : de couleur neutre, mais bien contrastée ou une forme qui se reflètera dans la goutte. Pour la couleur neutre, je vous renvoie à la roue chromatique qui pourra vous servir à avoir une image bien contrastée.

Quand vous utilisez une forme pour l’arrière-plan, il faut faire attention à ce que vous allez choisir. La goutte d’eau va faire que la forme se retrouvera retournée sur la photo, donc si c’est un insecte il sera la tête en bas. La taille et la distance comptent aussi beaucoup sur le résultat final, il faut que la forme soit entièrement visible dans la goutte.

Prise au trépied avec ma baie vitrée en arrière-plan
Prise au trépied avec ma baie vitrée en arrière-plan

La technique pour photographier une goutte d’eau

Je m’installe habituellement à la même hauteur que la goutte d’eau pour avoir une vue débouchée et ainsi choisir mon arrière-plan (parfois je suis couché pour avoir mon angle de vision). Je suis proche de la goutte d’eau (objectif macro oblige) et selon la lumière ambiante, j’utilise ou non mon flash cobra (toujours avec mon diffuseur pour ne pas avoir un éclair trop prononcé, aussi appelé lumière dure).

Selon l’arrière-plan, je fais la mise au point soit sur le support, soit la forme dans la goutte d’eau. Dans le cas d’une couleur unie, je fais la mise au point sur le support qui retient la goutte d’eau, et ce au plus proche du point de jonction. Dans le cas d’une forme, je fais la mise au point sur la forme en question, attention c’est assez difficile et c’est là que le trépied devient approprié.

Pour les réglages de l’appareil, je suis toujours en priorité à l’ouverture et j’utilise une ouverture aux environs de ƒ/11 afin d’avoir la goutte complètement nette. La vitesse doit toujours être supérieure à la longueur de focale (attention au facteur de multiplication des capteurs APSC), donc il faut souvent monter en ISO. J’utilise aussi souvent la mesure d’exposition pondérée centrale pour donner plus d’importance à la lumière issue de la goutte d’eau.

Prise à main levée lors d'une sortie dans la forêt sous la pluie
Prise à main levée lors d’une sortie dans la forêt sous la pluie

À vous de trouver vos réglages préférés selon votre style et surtout selon votre sujet et votre environnement. Avec ces quelques conseils, vous allez pouvoir vous amuser un peu.

Renaud PERRAI

Je suis un photographe amateur, autodidacte et un blogueur. J'aime beaucoup apprendre des autres sur les domaines que je ne maîtrise pas et partager le savoir que j'ai déjà acquis.

3 pensées sur “Photographier une goutte d’eau

  • 06/09/2014 à 23 h 04 min
    Permalink

    Je trouve vos conseil super intéressant, ont en apprend tout les jours, se que je trouve superbe en photo extérieur est que la lumière change à chaque fois et sur un même sujet, Macro = patiente rigueur et passion tel est mon objectif

    Répondre
    • 28/10/2014 à 10 h 52 min
      Permalink

      Merci pour vos compliments.
      Effectivement, la macro demande beaucoup de temps en apprentissage et en mise en pratique. Il m’arrive par moment de passer 2 minutes devant mon sujet à me demander comment je vais faire.

      Répondre
  • 06/04/2015 à 9 h 19 min
    Permalink

    Est-il possible d’obtenir la transparence de la goutte d’eau sans forcément avoir une mesure de F/2.8 « au moins » ? Car je possède un appareil canon reflex et il ne s’arrête qu’à F/3.5

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.