Home » A la une » Interview d’Eric Forey, alias KALA

Interview d’Eric Forey, alias KALA

Je vous propose aujourd’hui de découvrir – ou de connaître mieux – le travail d’Eric Forey : KALA, Photographe urbain bien connu, qui vit en région lyonnaise. On le voit souvent exposé dans des espaces prestigieux à Paris et dans les régions : les toulousains ont ainsi la chance de voir quelques uns de ses grands formats ce mois de septembre, sur les murs de la ville, dans le cadre de la MAP. Cette photographie est marquée par un style bien singulier, où la composition est remarquablement pensée. Éric Forey est influencé par une culture visuelle forte, une connaissance de la peinture en particulier, qui lui donne une grande attention à la matière de l’image photographique.

Interview d’Eric Forey, alias KALA

segsscb1-Border
Tous droits réservés à Eric Forey

De plus, ce photographe a un vrai talent pour la construction d’ensembles sériels : il aime la transmission et vient de faire paraître, après un ouvrage sur la Photo Urbaine en 2012, un nouveau livre chez Pearson : Serial Photographer, sorti fin août 2014. Ce livre, qui connaît d’emblée un grand succès, vient combler un manque réel dans l’édition spécialisée actuelle et j’en recommande chaleureusement la lecture.

cdj2-Border (1)
Tous droits réservés à Eric Forey

De fait, la photographie de Kala nous raconte des histoires : avec ses séries urbaines centrées sur l’architecture contemporaine et une street photography où la solitude des villes se perçoit dans une saisie des espaces vides ou traversés par quelques silhouettes.

mpm3-Border
Tous droits réservés à Eric Forey

Facebook accueille également une page Les Apparts ne mentent pas, qui a toute la matière d’un livre – dont on attend la parution papier… ! Il s’agit d’une très belle série d’histoires courtes écrites par le photographe et assorties d’images, un monde est ainsi ouvert, à la fois tout proche de nous et très imaginatif. On en est aux habitants du 6e étage… les lecteurs espèrent qu’il reste encore pas mal d’étages… allez voir ici : https://www.facebook.com/lesappartsnemententpas

Vous pouvez retrouver le travail de Kala :

Interview d’Eric Forey – KALA

Éric, comment présenterais- tu ton itinéraire photographique ?

Je suis un autodidacte. J’ai la chance d’avoir un père fan de photo qui m’a offert mon premier reflex à un âge ou ce n’est pas la première idée de cadeau qui vient à l’esprit, 12 ans. Toutefois lui était plus intéressé par tout ce qui était technique, moi j’ai tout de suite aimé essayer de regarder autrement, même si à l’époque le prix des développements était un frein à l’expression complète de ma créativité. J’ai donc appris tout seul, essentiellement par l’expérience, et mon amour de la peinture qui m’a aidé à comprendre comment composer. Le numérique est venu compléter mes outils pour créer ce que j’avais envie de créer. Je suis devenu professionnel doucement, pour répondre aux demandes de formation ou de vente ou toutes autres interventions liées à la photo et nécessitant un statut pro (ceci dit je ne fais ni mariage ni autres activités dans le genre).

pfrdj1-Border
Tous droits réservés à Eric Forey

Le goût pour la transmission et l’écriture est sensible dans ta production, artistique mais aussi théorique et pratique comme le montrent tes ouvrages parus, peux-tu préciser cet aspect très singulier de ton rapport à la photographie ? D’où il te vient, qu’est-ce qu’il t’apporte ?

L’écriture c’est comme la photo, faut que ça sorte c’est plus fort que moi.
Pour la transmission en fait c’est une réaction énervée envers tous les bouquins techniques casses pieds, les langages abscons et compliqués, les gens qui ne se mettent pas à la portée des autres. Cette attitude m’a toujours fait piquer de grandes colères. Certes parfois il faut un peu de technique mais pourquoi rendre l’apprentissage des choses ardu et aride. J’aime essayer d’être simple, compréhensible, ne pas jargonner, et puis surtout, quelle satisfaction quand ça porte ses fruits sur les autres !
Ma pratique photographique (le temps de la prise de vue) est très solitaire et ça ne changera pas ; du coup, mon goût des autres et des rencontres, je le comble aussi avec la formation ou les échanges divers et variés sur la photo.

wemzmjm8-Border
Tous droits réservés à Eric Forey

Tu travailles avec des appareils différents, moyen format, par exemple, et je crois que tu es aussi plutôt un Nikoniste… Quel est ton rapport au matériel photo?

On a l’habitude de dire que c’est l’œil qui fait le photographe et pas son matériel. C’est vrai. En partie.  Je suis très influencé par l’outil avec lequel je photographie. Rien à voir entre une prise de vue au moyen format argentique et une prise de vue au reflex numérique. Il n’y a pas supériorité de l’un à l’autre, juste des approches différentes. Par exemple avec le Hasselblad je vise avec l’appareil au niveau du ventre et, en baissant la tête, rien que la posture induit déjà un certain type de prise de vue.
Je suis effectivement un nikoniste convaincu même si j’admets que Canon fait de très bons photocopieurs (provocation gratuite et amusée!) Je suis surtout chez Nikon car en pratiquant lematériel depuis de très nombreuses années, je suis familier de l’ergonomie : je peux être opérationnel à 80 % immédiatement si je doit faire des photos avec un nouvel appareil ou un appareil de prêt Nikon. Les rares fois ou j’ai eu des Canon entre les mains, j’ai passé trop de temps à essayer de comprendre comment exploiter l’engin. Et puis j’ai aussi un parc d’objectifs important, et cela coûterait fort cher de changer de marque !

sdlpdmtb2-Border
Tous droits réservés à Eric Forey

Quels sont tes appareils et objectifs de prédilection ?

Je suis amoureux de mon D800, je retrouve le plaisir que j’avais avec mon F801-s, Nikon mythique et mon premier bel appareil. J’aime beaucoup mon 12/24 Sigma qui me permet d’obtenir des effets très spectaculaires.
Et le 24/70-2.8 Nikon que j’utilise aussi énormément.

pfrpj4-Border
Tous droits réservés à Eric Forey

Pour mon travail plus intime j’utilise mon Hasselblad 501 c, qui date de 1996 et avec qui je vis une relation passionnelle. Je le laisse parfois prendre la poussière pendant des semaines et n’arrive plus à m’en séparer pendant certaines périodes. Mon travail avec cet appareil est d’ailleurs peu partagé.

Dans cet équipement quel est ce qui t’es indispensable ou particulièrement précieux?

Mon filtre polarisant. Même si on y perd un peu en exposition (environ un diaphragme) j’aime qu’il me permette de jouer avec les reflets et de faire « claquer » les couleurs.

sgah7-Border
Tous droits réservés à Eric Forey

Qu’est ce qui est, selon toi, le plus compliqué dans la photographie ….? Et le plus gratifiant?

gpf2acid-Border
Tous droits réservés à Eric Forey

Le plus compliqué est de se renouveler sans se trahir. D’avancer avant de se pasticher soi même. Le plus gratifiant est de réussir à rester sincère dans sa démarche et d’avoir certains retours qui te disent que tes photos ont touché certaines personnes.

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire

Ce n’est peut être pas à proprement parler ma préférée mais celle avec lequel j’ai le lien le plus fort.

ecriture_04-Border
Tous droits réservés à Eric Forey

Après avoir eu un creux de quelques années en photo, j’ai repris après avoir investi dans un reflex numérique. Puis vers 2008/2009 j’ai arrêté de faire seulement des photos pour refaire de la photo. C’est à dire reprendre mon appareil pour une autre démarche que les simples photos de famille ou de vacances. Cette photo est le résultat d’une de ces premières sorties dans laquelle j’ai réalisé ce que je souhaitais faire depuis longtemps. Je l’ai publiée et ai eu quelques retours positifs dessus, ce qui m’a motivé à continuer à partager mon travail. Elle contient beaucoup de choses qui me sont chères. Du ciel, un bâtiment qui n’est pas spectaculaire à la base, du rouge, du métal, du graphisme…. C’est une photo qui continue à avoir du succès.

mgre2-Border
Tous droits réservés à Eric Forey

Je sais que tu as une grande culture photographique (et nous partageons par exemple une grande admiration pour le travail de Vivian Maier…) Mais si  tu devais conseiller un photographe, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?

Un seul? C’est comme me demander de choisir entre mon père et ma mère. Je ne peux descendre en dessous de deux. Le premier André Kertész, pour ses noirs et blancs, ses photos de solitudes urbaines, ses obsessions photographiques proches des miennes ; Saul Leiter pour son art de la couleur, sa simplicité exquise et les deux pour leur caractère totalement urbain.

tfe7-Border (1)
Tous droits réservés à Eric Forey

Un dernier mot? 

Outre la technique, le talent, le savoir faire ou autre, la photo doit être un plaisir. Quel que soit le matériel ou les sujets de prédilection… tant que photographier reste un plaisir on peut progresser et s’améliorer.
Il ne faut pas tomber dans l’excès dans lequel tombent de nombreuses personnes actuellement de ne photographier que pour partager sur les réseaux sociaux. La photo doit avant tout être un plaisir personnel, avant de le partager si on le souhaite.

aesebdj7-Border
Tous droits réservés à Eric Forey

Merci beaucoup à Eric pour cet échange !

Vous pouvez retrouver le travail de Kala :

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de BonPlanPhoto, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de nous contacter.

a propose Dominique Massonnaud

Photographe en Rhône-Alpes, elle a débuté en photographie numérique en 2010. La pratique préalable de l’argentique lui a donné le goût des contrastes forts : ombres, couleurs, noirs et blancs intenses.
Elle photographie les gens, les façades,les paysages urbains ou pas, toujours la lumière sur les choses. Une façon d’être au monde et plus présente à ce qui l’entoure : architecture et scènes de rue, portraits, photo-reportage – ici ou ailleurs.

3 Commentaires

  1. Guy Rougier

    Très agréable, intéressant, et enrichissant cet interview de Kala. Une question : comment et par qui ont été choisies les images qui l’illustrent ? (Et ajoutent à l’agrément du texte, je trouve)

    Sinon pour répondre à ta demande de suggestion de photographes à interviewer je te suggère Eric Cunha (alias « romeo ») dont j’aime beaucoup aussi les photos.
    Sa galerie est ici : http://modeles-idf.info/photographe/romeo
    ll faut un peu fouiller car ce qu’il fait de mieux n’apparait pas d’emblée.

    • Bonjour Guy,
      Les photos d’illustrations sont choisies par les photographes interviewés 😉

      Merci pour tes suggestions de photographe, j’y vais voir de ce pas!

  2. Guy Rougier

    En complément au comm’ précédent. Voir aussi ici :
    http://www.jingoo.com/album/postershop/index.php?id_photographe=980595

Laisser un commentaire