Interview de Philippe Lebeaux

On continue à découvrir les photographes membres du collectif Eresus Nature, et aujourd’hui c’est Philippe Lebeaux, également membre du collectif, que je reçois et qui a accepté de  se dévoiler un petit peu.

Avant cela, si vous voulez suivre le travail de Philippe Lebeaux, vous pouvez le retrouver:[checklist]

 

Interview de Philippe Lebeaux

Tous droits réservés à Philippe Lebeaux
Tous droits réservés à Philippe Lebeaux

Bonjour Philippe,
Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?
Je viens de la région lyonnaise où j’ai vécu plus de 30 ans et depuis quelques années, je vis dans la région du Languedoc-Roussillon à quelques vols d’oiseaux du Parc national des Cévennes. J’ai toujours été attiré par la nature, depuis mon enfance et c’est grâce à elle que je me ressource et trouve mon inspiration pour la photographie et l’infographie, c’est une élément indispensable à mon bien-être.
Mon Diplôme supérieur d’arts graphiques en poche, je me suis orienté dans la conception de jeux vidéo en infographie 2D et 3D avec la réalisation de titres tels que la série V-RALLY, NEED FOR SPEED, ALONE IN THE DARK…avec les agences Infogrames et Eden games sur Lyon. Une belle aventure que j’ai délaissée au bout de dix années pour m’orienter pleinement dans mes activités de sensibilisation et découverte de la biodiversité du Languedoc-Roussillon en organisant des stages photo nature avec mon ami photographe Jonathan Lhoir et en réalisant des expositions photographiques sur la microfaune insoupçonnée du sol.

Pendant mes temps libres, je parcours les Cévennes pour me balader sans obligation de faire de la photographie :). La randonnée, le VTT sont aussi des activités sportives que je pratique. La musique fait aussi parti de mon passe-temps. Je pratique la 6 cordes avec des sons électrisants,et je reste admiratif pour les guitaristes maîtrisant cet instrument, peu importe le style musical. Mes goûts musicaux, vont du Blues-rock, Rory Gallagher en passant par le prodigieux guitariste Estas Tonne qui fait parler sa guitare, son morceaux «Cosmic Fairytale », est a écouter ! jusqu’aux extrêmes par du Metalcore, Hardcore, killswitch engage, Five Finger Death Punch, Hatebreed…

Depuis plusieurs mois, je participe à un projet d’éco-ferme avec l’association « GRAINE DE FOURMIS », ou je suis membre actif et fait parti du CA. Nous réhabilitons dans son « jus »un hameau, Pratcoustal situé dans les Cévennes, pour accueillir tout public à participer à nos activités éducatives, mêlant tradition et innovation, lieu de partage et de transmission de savoirs pour découvrir comment « cultiver la biodiversité ».
Renseignements complémentaires sur le blog de l’association Graine de Fourmis

Racontes nous quand et comment tu as commencé la photo?
J’ai commencé à pratiquer la photographie nature à l’age de 14 ans avec le réflex de mon père : un minolta x-700, que j’empreintais en cachette pour immortaliser sur diapositives, insectes, fleurs dujardin de mes parents. Grâce à un travail saisonnier, j’ai pu par la suite m’acheter mon premier réflex argentique, un Canon et un objectif macro Tamron de 90mm d’occasion. Ce fut pour moi une «révélation» pour de longues années d’apprentissages, de passion et d’émerveillement à découvrir les mille facettes de Dame Nature.

Aujourd’hui, je réalise mes clichés avec du matériel numérique Canon pour capturer l’infiniment petit du peuple du sol, sans oublier les animaux « plus gros » et les ambiances des paysages cévenols.

Tous droits réservés à Philippe Lebeaux
Tous droits réservés à Philippe Lebeaux

D’où vient le nom de ton site animailes.com
C’est une bonne question !:). Le jour ou je me suis décidé de réaliser mon site web (merci à NicolasDory pour sa programmation), je ne voulais pas un nom de domaine genre : philippelebeauxphotographie.com. Alors me voici a chercher un nom de domaine qui soit en adéquation avec ma passion pour la photographie nature. Ce ne fut quand même pas facile, c’est tout un métier ! Je proposais toute une liste de mots à mes amis proche pour voir ceux qui accrocheraient le plus ! Oups ! Mince, ceux choisis ne m’inspiraient pas pour mon nom de domaine, en persévérant dans mes recherches, j’ai trouvé Anim’ailes, un mélange d’animaux, d’ailes pour les oiseaux, d’insectes ailés…
Me voici parti avec ce nom de domaine pour promouvoir sur la toile ma passion et mes activités Pro….

Dans tout ton matériel photo, as tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux?
Je ne suis pas superstitieux pour emporter dans mon fourre-tout, un objet porte bonheur !, mon sac est déjà assez lourd avec tout le matériel photo . Lol ! Mais j’ai un objet indispensable…Le couteau Suisse idéal pour la cueillette ou pour un resserrer une visse d’un trépied par exemple.
Par contre, je n’oublie jamais mes coudières, pour pratiquer la photographie de collemboles et autres arthropodes au sol, objets indispensables pour ne pas avoir après une bonne séance de photo, des hématomes aux coudes.

Tous droits réservés à Philippe Lebeaux
Tous droits réservés à Philippe Lebeaux

Qu’est ce qui est, selon toi, le plus compliqué dans la photographie ….? Et le plus gratifiant?
Le plus compliqué dans la photographie est le choix du matériel que l’on veut aguerrir pour commencer à pratiquer la photographie ou se spécialiser dans une discipline. Depuis plusieurs années, la photographie numérique a pris une telle ampleur qu’on avait un réflex numérique tous les 3 voir 6 mois sur le marché, sans parler des bridges et compactes. Concernant les objectifs, heureusement, la course était un peu plus lente.
S’équiper est toujours un choix un peu complexe, mais maintenant avec internet, les sites, les forums spécialisés on arrive a se faire une idée par rapport à ce choix et surtout son budget, car une passion coûte chère! Mais les marques ont su répondre à cette demande pour du matériel d’entrée de gamme pour les amateurs.
Ensuite, vient l’apprentissage des paramètres du réflex, utiles et inutiles pour certaines fonctions, mais rassurantes pour une personne qui débute en photographie. Pour finir, les bases fondamentales pour construire une image (règles des tiers pour le cadrage, choix du diaphragme, vitesse d’obturation…), sont essentielles pour obtenir une image cohérente au rendu souhaité.

Et le plus gratifiant est de se faire plaisir dans la, ou les discipline(s) photographiques choisi(es). Une fois les notions de bases assimilées et beaucoup de pratique sur le terrain, pour ma part, les réglages deviennent instinctifs avant de déclencher, pour créer l’image souhaitée, artistique ou documentaire.

Où trouves-tu ton inspiration?
En cherchant de nouveaux sujets photographiques en pleine nature, c’est ce qui c’est passé il y a huit ans, quand j’ai réalisé mes premières images en microphotographie de collemboles, ce fut un moment fort !. Depuis j’ai perfectionné ma technique et le rendu voulu de mes photographies, plus créatives. Je me suis pas mal documenté sur la faune du sol, internet, des revues scientifiques, des rencontres avec des spécialistes. C’est un univers fascinant !
Certains photographes ont su développer leur propre approche créative au niveau de leurs images, c’est ce que je recherche dans mes photographies, une ambiance a retranscrire, du mystère avec ce peuple minuscule du sol.

Tous droits réservés à Philippe Lebeaux
Tous droits réservés à Philippe Lebeaux

Parmi tes photos, peux tu nous présenter ta photographie « Coup de coeur du moment » et nous raconter son histoire?
Ma photo coup de coeur de cette année est la photographie d’oeufs et embryons d’un collembole amphibie. En huit années d’observation et de pratique photographique sur le terrain de la faune du sol, j’ai pu observer et photographier pour la première fois, au mois de mai de cette année, des oeufs et embryons de collemboles dans une mare naturelle près de chez moi. L’espèce est un collembole amphibie de la famille des Sminthurides (le Sminthurides aquaticus). Les oeufs étaient de petites tailles (moins du millimètre) puis déposés sur des végétaux immergés. J’ai pu les photographier grâce au coefficient de grandissement de mon Canon Eos 7D et l’objectif MPE-65mm de chez Canon.
J’ai réalisé toute une série de prise de vue et sur une photo, l’embryon de collembole me souriait. Lol Comme pour me souhaiter la bienvenue….re lol !

Tous droits réservés à Philippe Lebeaux
Tous droits réservés à Philippe Lebeaux

Quelle serait la photo que tu aimerais faire?
J’en ai une, mais je n’ai pas le matériel nécessaire pour la réaliser, car le sujet est très petit, quelques microns en taille ! C’est le tardigrade appelé aussi « ourson d’eau ».Je suis un mordu de l’infiniment petit (minéral, végétal et animal).

Quels conseils donnerais-tu à un photographe débutant?
Beaucoup de patience, de rigueur, pour obtenir un résultat constant dans son travail photographique. Voir des expositions d’autres photographes peuvent aussi donner des idées de créations.
Pour le photographe débutant dans la photographie animalière et de nature, l’éthique, le respect de l’animal et de son environnement sont pour moi primordiales, ensuite il faut se documenter sur l’espèce, une bonne connaissance du milieu où vit l’animal est aussi importante, d’où l’intérêt de commencer une prospection sur le terrain et de repérer des signes de passages, traces etc… avant la prise de vue. Trop de photographes animaliers débutants ignorent ces paramètres.

Tous droits réservés à Philippe Lebeaux
Tous droits réservés à Philippe Lebeaux

Si tu devais conseiller un photographe, et un seul, à Bon Plan Photo et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?
Beaucoup de photographes peuvent être cités, mais il y en a un que j’ai beaucoup apprécié à mes début de photographies animalières. Son livre est resté longtemps sur ma table de chevet, son auteur est photographe japonnais, Mitsuhiko Imamori , son livre « Le jour des insectes » retrace ses aventures entomologiques près de chez lui.
« Saisons, mois et jours rythment la nature dans un éternel recommencement. Un peuple prodigieux y vit et en dépend: les insectes. Ces petits acteurs, aux formes étonnantes et aux comportements insoupconnés, nous entraînent dans des aventures passionnantes ». A découvrir pour les férus de macrophotographie.

Une question à laquelle tu aurais aimé répondre ?
Je ne vois pas vraiment, mais je profite de cette question pour te remercier de cet interview et je souhaite longue vie à Bon Plan Photo.

Merci Philippe

Tous droits réservés à Philippe Lebeaux
Tous droits réservés à Philippe Lebeaux

Encore une fois un grand merci à Philippe pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son  travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:[checklist]

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.