Home » A la une » Interview de Nicolas Orban

Interview de Nicolas Orban

Aujourd’hui je vous propose de découvrir encore un photographe de talent qui nous vient de Belgique, et c’est Nicolas Orban qui se prend au jeu et qui a accepté de répondre à mes questions. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

Interview de Nicolas Orban

Bonjour Nicolas,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie ? 
Je m’appelle Nicolas Orban, je suis Belge, originaire de la ville de Liège et étudiant. Je me décrirai comme quelqu’un étant sans cesse à la recherche d’évolution ; j’aime constamment me lancer de nouveaux défis, tant dans le milieu de la photo que dans la vie de tous les jours. Je veux être novateur en photo, en apportant ma petite touche de « nouveau » dans un maximum de choses que je décide de réaliser. Mon maitre-mot est la qualité. J’aime m’investir à 100 % dans ce que je prends le temps de réaliser.

Racontes-nous quand et comment tu as commencé la photo?
J’ai commencé la photo il y a maintenant cinq ans même si, déjà tout petit, je ne ratais pas une occasion pour prendre un appareil photo en mains. Je suis également passé par presque tous les modèles d’appareil photo ainsi que plusieurs marques. Je travaille actuellement sur reflex de chez Canon.

Peux-tu nous présenter ton/tes style(s) de photo de prédilection ?
Mon sujet de prédilection de départ est la photographie de sports automobiles ; tant sur le plan de l’action (rallyes principalement) que sur celui d’instantanées plus « posées » comme de voitures de luxe que j’ai récemment réalisées. Je suis également très attiré par les fêtes en toutes sortes dont le mariage. Je trouve ces événements extrêmement riches en émotion, il serait tellement bête de passer à côté… Je suis ouvert à pratiquement tous les domaines. Je vais me lancer dans les événements plutôt typés concerts et pourquoi pas quelques festivals cette année, c’est mon petit défi 2017.


Dans tout ton matériel photo, as-tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux ?
Je suis convaincu que certes, il faut un matériel nécessaire pour pouvoir transmettre son propre message mais que ce n’est pas le principal. Je prends toujours l’exemple du cuisiner qui doit avoir de bons produits au départ mais où le plus important est la façon dont il va les cuisiner, c’est ce paramètre qui va distinguer le plat familial du grand met.

Je peux comprendre qu’avoir le dernier boitier dernier cri fasse rêver mais le plus important pour moi est d’avoir quelque chose à photographier ! Je préfère mille fois avoir une lumière qui sorte de l’ordinaire que la focale fixe possédant la plus grande ouverture au monde et la laisser trainer au fond d’un sac…

Sors-tu toujours accompagné de ton appareil photo ?
Très souvent, mais pas tout le temps non plus. Lors de voyages il m’accompagne fréquemment sauf lorsque ce n’est pas possible ou que je sais que je ne ramènerai aucune photo que je serai fier de partager. Je pense qu’en prenant beaucoup de photos, on a tendance à s’enfermer dans ce que l’on fait et c’est ce que je veux à tout prix éviter. Chaque lieu et chaque lumière sont différents, c’est pourquoi je veux absolument que chaque photographie que je réalise soit exceptionnelle, au sens propre du terme. Toute situation doit être exploitée à 100% !


Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta préférée et nous raconter son histoire ?
Lors d’une édition du Rallye du Condroz, mon rallye « à domicile », le nonuple champion du monde des Rallyes faisait partie des invités. Loeb est pour moins un idole et j’ai pu le rencontrer lors de la journée presse, un peu avant le rallye. Sébastien est quelqu’un de très accessible, un « grand » qui ne se prend pas la tête et qui est vraiment disponible malgré son palmarès plus que solide. Pour couronner le tout, une lumière très chouette lors d’un coucher de soleil avec quelques portraits dont cette photo.

Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser ?
Je suis de nature plutôt entreprenant, c’est pourquoi je dirais; monter une agence avec les différents photographes de nos jours qui valent le détour, où le maître-mot serait la qualité et non la quantité. Si de nombreux voyages étaient organisés aux différentes extrémités du globe avec des personnes qui s’affectionnent mutuellement, je dirai… pourquoi pas !


Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire ?

Il y en a pas mal…

Le meilleur a certainement eu lieu lors de l’Euro de Football 2016. Je faisais les photos pour l’organisateur de l’Euro Café, lequel retransmettait les matches des Diables Rouges sur écran géant au Country Hall et au Standard de Liège durant leur parcours dans le tournoi. C’est alors que, une fois monté sur scène pour avoir une photo d’ensemble de tous les fans, ceux-ci m’ont aperçu. Plusieurs milliers de personnes se mettent à entamer une ola, lever les mains et faire un bruit comme seul le public belge peut le faire… La sensation que l’on ressent lors de ce genre de réaction de masse qui vous est destinée est, indescriptible… Je voudrai au passager remercier les deux Dj des deux endroits qui ont su assurer une ambiance de folie du début à la fin.

Le moins bon est plutôt assimilable au nombre de situations où je n’ai pas eu le temps ou la possibilité d’exploiter le lieu dans lequel je me trouvais à 100% ; savoir que je pouvais ramener une photo en adéquation avec mon style et qu’elle ne se trouve pas sur ma carte mémoire, c’est ce que je trouve le plus frustrant.

Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu ?

Je dirai une photographe, Ashley Barker. Son style est très épuré mais chaque lumière et chaque élément de ses photos sont, pour moi, maitrisés de façon extraordinaire. Je pense que nos deux visions de la photographie peuvent être mises en parallèle, sans être identiques.

Un dernier mot ?

Je souhaite remercier Grégory, vous chers lecteurs qui êtes arrivés à la fin de cette interview mais aussi et surtout toutes les personnes qui m’ont fait confiance dans le passé, ceux qui me font confiance et tous ceux qui me feront confiance à l’avenir !

Merci Nicolas

Encore une fois un grand merci à Nicolas pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

a propose Gregory LAROCHE

J’ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques.

N’hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire