Home » A la une » Interview de Nathalie Annoye

Interview de Nathalie Annoye

On continue notre petite série de photographes qui aiment immortaliser Dame Nature, et aujourd’hui, nous allons recevoir pour cette interview une passionnée de photo, en la personne de Nathalie Annoye qui s’est pris au jeu et a accepté de répondre à mes questions.

Si vous voulez suivre le travail de Nathalie Annoye, vous pouvez la retrouver:

 

Interview de Nathalie Annoye

 

Tous droits réservé à Nathalie Annoye
Tous droits réservé à Nathalie Annoye

Bonjour Nathalie,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie ?

Bonjour Grégory, bien je suis française d’origine, du Nord de la France, et je vis en Belgique depuis déjà 12 ans, et suis maman d’un grand garçon de 25 ans 😉 J’ai une formation d’aide soignante à la base, donc rien à voir avec la photo.

J’ai toujours aimé la nature et la faune sauvage, les protéger, les observer,  peut être par le fait que j’ai grandi à la campagne, et comme j’aime les belles images aussi, les photographier me comble totalement.

 

Tous droits réservé à Nathalie Annoye
Tous droits réservé à Nathalie Annoye

D’où vient le nom de ton site « Lueurs sauvages » ? 
Lorsque j’ai démarré mon site, je cherchais un nom qui évoque la nature bien sûr, la photo, la faune sauvage, pour illustrer son contenu, mais en même temps qui insiste sur le côté mystère, les lumières que j’aime à utiliser pour mes photos, les ombres, les reflets, le sauvage, le furtif, enfin bref, ce nom m’est venu d’un coup et plus aucun autre ne me venait à l’esprit, donc je l’ai gardé. A vrai dire, ce n’est pas si simple de trouver un joli nom évocateur, on peut simplement mettre son nom et prénom mais je n’aimais pas trop, donc voilà.

Mais crois-tu qu’il faille encore chercher à comprendre ? 😉

Tous droits réservé à Nathalie Annoye
Tous droits réservé à Nathalie Annoye

Peux-tu nous présenter ton matériel photo, et quel est celui qui t’est le plus précieux? 

J’utilise le canon 7D avec le 300 f/2.8 et son multiplicateur 1.4 ou x 2 à l’occasion, pour les oiseaux. Pour le paysage, poses lentes, etc c’est le 17-40 L mm principalement. Et le 100 mm macro f/2.8 canon, ancienne version pour la macro ou la proxi.

Le plus précieux, évidemment, c’est mon 300 2.8 pour sa qualité optique, sa luminosité, les couleurs douces que j’obtiens et ses beaux fonds flous. Bien sûr il est un peu lourd, mais c’est une merveille. Je l’ai choisi pour sa polyvalence et son poids tout de même inférieur au 500 f/4 trop lourd à manipuler pour moi.

Tous droits réservé à Nathalie Annoye
Tous droits réservé à Nathalie Annoye

Racontes nous quand et comment tu as commencé la photo?

Heu.. tu as le temps là ? 😉

Bien j’ai commencé en 2002 par la digiscopie, ma foi comme beaucoup d’ornithos. Je venais d’investir dans une lunette apo leica, sur laquelle j’ai mis un petit compact de l’époque et me voilà partie. Il faut dire que c’était la grande époque de la « digi » j’ai découvert les premières images sur un groupe de discussion sur le net, et là… Ouahh voir le gros oiseau ( une mésange en fait lol ) en plein milieu de la photo m’a émerveillée, et j’ai voulu m’y mettre aussi 😉

Mais on ne rit pas, j’ai tout de même remporté un prix photo deux années de suite au festival de Namur, ce n’est tout de même pas rien! Puis, les boitiers reflex ont très vite évolué, donc vers 2006 je suis passée au 20D canon à l’époque, avec le 100-400 mm f/4-5.6 que j’ai toujours. Prendre une photo me paraissait alors tellement plus facile en comparaison, que j’ai abandonné la digi aussitôt 😉

Qu’est ce qui est, selon toi, le plus compliqué dans la photographie animalière ….? Et le plus gratifiant?

Le plus compliqué… bien il faut de bonnes connaissances naturalistes, faire son repérage, trouver l’espèce convoitée, voir comment on va se placer, attendre la bonne lumière… donc beaucoup de paramètres. Ce sont les oiseaux qui décident s’ils vont venir ou pas, donc les échecs sont nombreux.

Le plus gratifiant, c’est quand on a la photo que l’on avait espérée, et ce, sans l’avoir dérangée, voir l’oiseau ou l’animal continuer sa vie tranquillement après la séance photo sans qu’il ne m’ait vue.Ou simplement réussir une bonne photo, ça c’est important aussi. Mais bon, une fois qu’on a cette image tant attendue, bien on repart la fois suivante avec d’autres idées, d’autres envies, c’est sans fin finalement 😉

Tous droits réservé à Nathalie Annoye
Tous droits réservé à Nathalie Annoye

Où trouves-tu ton inspiration? 
Je pense que l’émulation internet y est pour quelque chose, certaines photos font envie et on essaie de faire non pas la même chose, mais de s’en inspirer pour en sortir ses propres idées, mais c’est souvent le calendrier de la nature qui me donne les miennes. Je sais qu’en hiver nous avons le hibou des marais en hivernage, d’autres espèces que j’aime retrouver chaque année comme les oies à bec court. Au printemps ce sont les barges à queue noire qui les remplacent et je suis toujours impatiente de les revoir aussi, avec leurs petits dans les polders. En été, place à la macro, les fleurs, les papillons, des filés d’étoiles à l’occasion, tout m’inspire en fait !

Quelle place a la retouche photo chez toi? 

Oh le moins possible ! je n’ai pas la patience de toute façon, et une photo doit être bonne à la base, sinon je ne vois pas en quoi une retouche pourrait en faire une œuvre d’art. Juste les corrections de base, luminosité, contraste, recadrer un peu si je n’ai pas eu le temps sur le terrain parce que l’oiseau n’est pas resté longtemps, enfin du vite fait. Je préfère travailler sur le boitier, et choisir les bonnes lumières sur le terrain, mon plaisir est là avant tout.

Par contre, là où on a pas vraiment le choix, c’est sur les photos de ciel nocturne, comme les circum polaires ( filés d’étoiles ), parce qu’en Belgique, il y a une très forte pollution lumineuse, des avions qui passent dans tous les sens, donc il y a un gros nettoyage à faire. Mais ce sera toujours de manière à ramener l’image à quelque chose de naturel, par rapport à ce que j’ai vu sur le terrain. Etre fidèle à l’observation du moment et le restituer au mieux.

Parmi tes photos, peux tu nous présenter ta photographie « Coup de coeur » du moment et nous raconter son histoire?

Je pense que c’est cette photo avec les deux jeunes chevêche d’Athéna. Qui a été primée à Namur en 2012, mais que j’aime beaucoup car c’est un couple que je suis depuis plusieurs années, et la protection de cet oiseau me tient vraiment à cœur.

Ces deux petites jeunettes attendaient leurs parents pour le repas du soir, et c’était tellement drôle de les voir jouer, se tirer les plumes, se gratouiller, puis regardant toutes les deux ensemble dans la même direction, donc très complices encore à cet âge. Et la chance que j’ai eue ce soir là où elles se sont mises sur une partie dégagée de l’arbre, qui n’est éclairé par le soleil que 10 ou 15 mn, elles étaient au bon endroit au bon moment, donc des instants brefs mais intenses, et des bouilles fantastiques.

Tous droits réservé à Nathalie Annoye
Tous droits réservé à Nathalie Annoye

Peux-tu nous parler de tes projets photographiques?   

En ce moment je travaille sur la proxi en général, fleurs, papillons, libellules, pour mon plaisir d’abord et pour compléter la préparation de deux expos en septembre puis novembre-décembre dans ma région.


Selon toi quelles sont les qualités principales que doit avoir un photographe animalier? 

Il faut bien connaître la nature, la faune, le sujet que l’on veut photographier bien sûr,  la technique et le bon matériel ne suffisent pas, loin de là. Il faut avoir ce que j’appelle l’œil du photographe, donc le sens de l’esthétique, du cadrage… Pas forcément donné à tout le monde non plus.

Mais sinon je dirais, patience, rigueur, ténacité, humilité, remise en question constante, et surtout respect et éthique, ce qui devrait être logique quand on aime vraiment la nature et ses habitants.

Tous droits réservé à Nathalie Annoye
Tous droits réservé à Nathalie Annoye

Si on te laisse les clés de Bon Plan Photo, de quoi aimerais tu parler aux lecteurs? 

On y trouve déjà beaucoup de choses intéressantes, et je n’aime pas les sites trop chargés ou trop fouillis non plus, mais s’il faut proposer une idée, alors ce serait peut être de mettre aussi un site en avant, genre le site du jour ou le site du mois. Puisque avec facebook ou google image, les gens ont tendance à les délaisser un peu.

Si tu devais conseiller un photographe, et un seul, à Bon Plan Photo et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?    

Ça c’est difficile et cruel comme question ;-)… Il y a tant de photographes dont j’aime le travail. Mais bon, des hommes il y en a beaucoup, alors je vais choisir une femme puisque j’en suis une et  que les femmes font de très belles choses, je vais dire… Cathy Bernot. Elle est plus axée proxi, ambiances, mais j’aime beaucoup ce qu’elle fait, le côté graphisme et peinture de ses photos de par sa formation de peintre, la poésie qu’elle y met, et elle est aussi très sympathique.

Un dernier mot?  

Ouf, fini ! 😉 Merci Grégory de m’avoir donné la parole sur ton site, et longue vie à  Bon plan photo !

 

Tous droits réservé à Nathalie Annoye
Tous droits réservé à Nathalie Annoye

Merci Nathalie.

Encore une fois un grand merci à Nathalie pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son  travail, pour rappel vous pouvez la retrouver

:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

a propose Gregory LAROCHE

J’ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques.

N’hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

5 Commentaires

  1. C’est très intéressant, j’aime beaucoup la photo des papillons et des deux oiseaux. On sent vraiment la passion de faire ce genre d’images, bonne continuation.

  2. Beau travail, et beau parcours. C’est sympa de voir qu’on peut-être quasiment autodidacte et arriver à de tels résultats, c’est une réussite.

  3. Merci à tous pour vos gentils commentaires. En fait c’est la passion qui motive, et la difficulté fait partie du jeu et on la conscientise beaucoup moins. Si cela devient contrainte, alors mieux vaut faire autre chose. C’est valable pour toutes les passions en général je pense.
    Nathalie

Laisser un commentaire