Interview de Louis Thibaud Chambon

dans le cadre des « Quoi de neuf pour ce week end? », j’ai partagé il y a quelques semaines un article de Louis Thibaud Chambon sur Comment photographier l’architecture ?  Aujourd’hui je vous propose de partir à la découverte de l’auteur puisque Louis Thibaud a accepté de répondre à mes questions et donc de se dévoiler un petit peu. Avant cela, si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:[checklist]

Interview  de Louis Thibaud Chambon

Bonjour Louis Thibaud,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?  

Parisien, 35 ans, j’ai commencé la photo en 2007. Comme nombre d’entre nous, j’ai deux métiers, je travaille dans la finance (contrôle de gestion) à la Défense et en parallèle j’ai une activité de photographe.  Je trouve que ces deux métiers passionnant se complètent tout à fait. Ils demandent tous les deux beaucoup de rigueur et de précision.

J’affectionne particulièrement faire des photos par séries avec notamment : « les bancs solitaires », ou encore « l’ombre d’un passant » et plus récemment « symax ». J’aime quand les photos ont un thème en commun, c’est très stimulant.

symax05 1000p

Racontes-nous quand et comment tu as commencé la photo?

J’ai commencé la photo intrigué par le rendu des poses longues sur la photographie de chute d’eau. J’ai testé en 2007 lors d’un séjour dans le Jura et j’ai attrapé le virus. Depuis, j’affectionne aussi la ville avec son architecture, ou la photo de rue. J’ai également eu l’opportunité de pratiquer le reportage photo notamment en Inde en 2012 ou au Vietnam en 2013.

tuff 1000p

Peux-tu nous présenter ton/tes style(s) de photo de prédilection?

Fidèle à mes débuts, j’aime la photographie de paysage et notamment la photo de cascade. Souvent, je pars dans différents endroits en France à la ‘chasse aux cascades’. J’ai du en photographier plus de 250 en France. J’ai d’ailleurs fait un livre en 2009 nommé “Cascades de France”, écrit comme un guide photo pour trouver les cascades dont vous pouvez trouver certains extraits sur mon site. Ma vie parisienne me permet aussi d’explorer d’autres style comme l’architecture et l’urbain. Le fait d’avoir un père architecte a du probablement influencer mon amour pour les lignes droites.

Munich 1000p

On dit que la photographie est un virus qui se transmets, où l’as tu attrapé ? tu l’as transmis ?

En effet, c’est un virus, je confirme. Dès qu’on l’attrape, on ne peut plus s’en débarrasser. Je pense que c’est l’envie de retranscrire ce que l’on voit qui nous pousse à tester de nouvelles choses, à essayer de comprendre les méandres des réglages de son boîtier. Ma curiosité maladive me pousse à toujours expérimenter des nouvelles choses et j’en suis ravi.
Si je l’ai transmis, je l’espère. Très franchement, je ne sais pas mais a t-on besoin de la transmettre ? N’est-ce pas un virus qui s’attrape tout seul ?

Dans tout ton matériel photo, as tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux?

Je ne suis pas trop fétiche de petits objets. J’ai certes un petit gadget pratique toujours avec moi dans mon sac, une petite lampe led solaire : indispensable pour éclairer son boîtier la nuit pour voir les réglages de son objectif. Mais c’est plus un objet pratique qu’un porte bonheur.

Quels conseils donnerais-tu à un photographe débutant?

Demander des critiques sur ses photos. Accepter de faire des erreurs et comprendre pourquoi une photo est plus réussie qu’une autre.

Regarder, analyser, comprendre la construction des photos de pro. Trouver les éléments qui font d’elles, des photos réussies. Comme on dit souvent “le diable se cache dans les détails”, chaque détail compte. Une image se construit et il n’y a, selon moi, que l’expérience et le travail qui permettent de faire de meilleures images.

Où trouves-tu ton inspiration?

Pour la photo de paysage, je trouve mon inspiration principalement dans la nature, les formes, les lumières, les couleurs.

Pour le reste, plus urbain entre la photo d’architecture ou la street photo, c’est en regardant les ‘grands’ noms de la photographie. Comme beaucoup d’entre nous, je suis subjugué par Henri Cartier Bresson, ou encore Eliot Erwitt ou Raymond Depardon et bien d’autres. C’est en étant attentif à ce qui nous entoure qu’on peut parfois être au bon endroit, au bon moment. Je pense que je ne choquerais personne en disant que la photo nous permet de voir ces petites choses que les autres ne voient pas. Comme tout, ça se travaille, et avec le temps, on s’améliore.

curieux 1000p

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Difficile de choisir une seule image mais j’aime particulièrement celle-ci. Voici quelques éléments de contexte, en août 2013, près d’un lac du Jura par une journée pluvieuse, quelques jeunes s’amusaient d’un plongeoir. Ce que j’apprécie ici c’est le mouvement de la composition. La lecture de l’image est fluide avec ces escaliers et le mouvement des enfants qui montent puis sautent, on a comme un tourbillon partant de l’adulte en haut qui regarde vers le bas, on voit l’enfant qui plonge, puis son camarade qui sort de l’eau, puis l’autre qui se dépêche pour ressauter et on retrouve l’adulte. Cette lecture d’image est pour moi comme un tourbillon. Elle raconte une histoire. Quant au noir et blanc, il est bien contrasté, les dégradés de gris du fond sont à mon goût.

jura 1000p

Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Une nouvelle question difficile que tu me poses là. Tellement de choses, tellement de rêves, tellement de projets. Alors voici des pistes en vrac :

  • Partir 2 mois seul avec un 4×4 en Nouvelle Zélande pour faire des photos de paysages désertiques, des montages, des lacs, des cascades, seul, montrer l’immensité de la nature, montrer la solitude.
  • Couvrir en photo l’action d’une ONG comme j’ai pu le faire pour Passerelles Numériques au Vietnam en 2013. A l’époque je suis parti 3 semaines en immersion totale dans les régions reculées du pays. Pourquoi pas rester plus longtemps, rencontrer plus de personnes, voir plus de pays comme le Cambodge, les Philippines où PN a aussi des étudiants.
  • Faire le tour du Japon pendant 3 mois pour y photographier ses villes démesurées, l’urbain mais aussi ses montages sauvages.
  • Refaire un livre plus complet que celui que j’ai écrit en 2009 sur les cascades de France. Prendre le temps de voir de nouvelles cascades, d’éditer, d’écrire et de conseiller les photographes désireux de tenter l’aventure. Commencer “Cascades du Monde” …
  • Mettre en œuvre tous les projets que j’ai en tête mais dont je ne vous parlerai pas tout de suite, bientôt …

Au final, ce n’est pas forcément le crédit illimité qui me tenterait même si ça reste utile, mais le temps de pouvoir tout mettre en œuvre et de se consacrer à 100% à ses projets.

Dorset 1000p

Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

Le meilleur souvenir : Au Vietnam en 2013, j’étais un avec un guide dans les montagnes de Sapa. Nous avons voyagé 2 jours dans les montagnes de village en village à la rencontre de ses habitants, de ses rizières. Je me souviens de cette vieille femme assise dans sa hutte qui me regardait intriguée. La barrière de la langue nous empêchait de communiquer. Je lui ai souri, puis d’un geste je lui ai demandé la permission de faire une photo. Elle a acquiescé. Le résultat m’a tout de suite plu, je lui ai donc montré la photo. Son visage s’est illuminé, elle semblait contente du résultat. La photo permet ses échanges avec les gens, sans forcément prononcer un mot.

Sapa 1000p

Le pire : l’attaque d’un serpent dans des marécages en Inde. J’étais parti avec un ami photographe faire un road trip en Inde. Arrivant à Goa dans le Sud, nous avions mis nos shorts et nos tongs et nous sommes partis faire des photos sur l’une des îles de la région. C’est en se promenant dans des champs et marécages que nous nous sommes fait attaquer par un énorme serpent vert fluo qu’on avait vraisemblablement dérangé. Le plus impressionnant n’est pas le serpent en lui-même qu’on avait repéré à 15 mètres. C’est lorsqu’il s’est mis à bondir de l’herbe avec des sauts ondulés et qu’il s’est retrouvé à 2 mètres de nous la gueule ouverte pour nous montrer qu’il était là. C’est à ce moment-là qu’on s’est rendu compte que nous avions été inconscients de venir en tong et shorts dans cet endroit qui en fait était infesté de serpents de marécage. J’ai bien dû mettre 3 heures à m’en remettre. Bien entendu, je n’ai aucune photo valable du dit serpent.

Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à Bon Plan Photo et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?

Gianni Galassi, un immense photographe graphique et j’ai eu la chance de rencontrer. J’adore tout simplement sa vision graphique de l’architecture et gestion de la lumière. Je vous conseille vivement de regarder ses photos, elles parleront beaucoup plus que mes mots.

Pour terminer, un petit J’aime / J’aime pas. (l’idéal est dans mettre 5 pour chaque)

J’aime :

Le moment qui précède l’appui sur le déclencheur est celui que je préfère. Ce moment où je sais que toutes les formes, les couleurs, les ombres, les lumières sont au bon endroit dans le cadre de la future photo, que les réglages de l’appareil sont faits ; j’ai alors la certitude que la photo me plaira.  Il s’agit d’un instant assez rare car on ne peut pas toujours faire de beaux clichés  mais c’est un instant qui reste.

Je n’aime pas :

Parler technique pendant des heures sur les qualités d’un objectif, celui le plus performant selon les tests dans certaines conditions. Je cherche certes de bons objectifs mais je préfère les tester, les utiliser pour me faire mon propre avis.

Equilibre 1000p

Merci

Encore une fois un grand merci à Louis Thibaud pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son  travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:[checklist]

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.