Home » A la une » Interview de Loïc Vendrame

Interview de Loïc Vendrame

Aujourd’hui, nous allons recevoir pour cette interviewLoïc Vendrame, passionné par la photographie d’architecture. Je le remercie évidement d’avoir accepter de répondre à mes questions et de nous faire partager sa passion.

Avant cela, si vous voulez suivre le travail de Loïc, vous pouvez le retrouver:

Interview de Loïc Vendrame

Bonjour Loïc,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?

Côté objectif, je pratique la photographie en amateur depuis 2009. Ma passion pour la photographie est arrivée en même temps que celle pour l’architecture, et les deux n’ont cessé de s’auto-alimenter.

Côté ville, je suis un lyonnais de 25 ans, diplômé depuis septembre 2013 d’un master en transport et mobilité, et j’ai décidé de partir à la fin de mes études pour un peu moins d’un an à l’étranger. Après 6 mois en Australie, je parcours actuellement l’Asie du Sud-est jusqu’à début octobre.
A mon retour en France, c’est mon projet de thèse sur la mobilité piétonne qui m’attend et qui m’occupera pour les prochaines années à venir.

Zebra - Tous droits réservés à Loïc Vendrame
Zebra – Tous droits réservés à Loïc Vendrame

Peux-tu nous raconter un peu ton «histoire» photographique et nous présenter ton/tes style(s) de photo de prédilection ?

C’est lors de mon premier voyage en solo à Barcelone qu’est né mon intérêt pour la photographie, liée à celui pour l’architecture. A ce moment je shootais avec un compact mais déjà j’essayais des compositions différentes de la simple « photo de vacances ». J’ai tellement pris goût à photographier les bâtiments que j’ai décidé de m’acheter un reflex, un Canon 450D en l’équipant rapidement d’autres objectifs que celui du kit.

Depuis mes débuts je n’ai cessé de faire de la photographie d’architecture, en affinant petit à petit mon style, tant sur la technique (d’abord priorité ouverture, puis manuel) que sur la façon de voir la ville à travers mon objectif. C’est réellement depuis 2012 que j’ai développé un regard plus minimaliste et abstrait sur l’architecture. Mon obsession pour les formes géométriques, le graphisme, les lignes de fuites, la symétrie ou la réflexion fait aujourd’hui partie intégrante de mon travail.

Depuis mon passage à Hong-Kong, j’ai aussi découvert un intérêt pour la photographie de rue, en essayant d’intégrer l’humain dans l’élément graphique.

La photographie est un moyen d’expression, que cherches-tu à faire comprendre à travers tes photos?

L’architecture contemporaine ne se résume pas seulement au béton, aux façades de verre, ni à ces « choses » aux formes « bizarres » et aux couleurs qui « tranchent » avec la ville ancienne. C’est ainsi que je conçois ma perception de la ville.

J’essaye au travers de mes photographies de modifier le regard du spectateur urbain sur les éléments qui nous entourent au quotidien. En détournant le travail des architectes, en exploitant des détails « banals », en cherchant des angles originaux pour « déconstruire » les bâtiments, j’essaye de mettre en scène l’architecture, de lui donner vie et faire passer un message, une émotion.

Ainsi dans l’architecture contemporaine on peut observer une multitude d’autres éléments, naturels notamment, comme lorsque l’on regarde les étoiles et que l’on voit une grande casserole ou le chasseur d’Orion.

Dans le cadre de ma démarche, les titres donnés à mes photographies revêtent une part importante, et apportent une clé de lecture personnelle sur l’image, sur ma perception et mon ressenti lors du déclenchement.

Blue neon - Tous droits réservés à Loïc Vendrame
Blue neon – Tous droits réservés à Loïc Vendrame

On dit que la photographie est un virus qui se transmets, mais toi l’as tu transmis?

Je ne pense pas l’avoir transmis. Par contre je pense avoir transmis mon goût pour la photographie d’architecture à un ami photographe qui était plutôt porté sur d’autres styles (paysage, animalier, sport). Aujourd’hui il ne fait plus que ça et réalise de très beaux clichés.

Dans tout ton matériel photo, as tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux?

Pas vraiment. Pour l’instant j’ai encore mon premier boîtier (un 450D ; même si je souhaite prochainement investir dans un 70D). Concernant les objectifs je n’ai pas encore investi dans du matériel haut de gamme mais je me fais plaisir avec ce que j’ai. Mon Canon EF-S 18-135mm f/3.5-5.6 IS STM est malgré ce que l’on peut penser un objectif de plutôt bonne qualité. Pour ma pratique, il est très utile car je passe souvent de plans larges à des plans plus resserrés sur des détails. Il me permet aussi de me placer plus loin, de zoomer et ainsi d’atténuer le redressement des verticales en post-traitement. L’ouverture de cet objectif me suffit pour le moment, car je fais principalement des photographies par beau temps. J’ai aussi un Tamron SP AF 10-24mm f/3.5-5.6 Di II qui me sert de temps en temps à m’éclater en grand angle.

A défaut d’être précieux, mes objectifs sont équipés d’un filtre polarisant, indispensable pour moi en photographie d’architecture, pour les reflets et l’amélioration des contrastes.

Happy buddy - Tous droits réservés à Loïc Vendrame
Happy buddy – Tous droits réservés à Loïc Vendrame

Qu’est ce qui est, selon toi, le plus compliqué dans la photographie ….? Et le plus gratifiant?

En photographie d’architecture, le plus compliqué est très souvent de trouver le bon emplacement pour un cadrage réussi. Il faut jouer avec l’espace urbain environnant (manque de recul, obstacles sur la prise de vue) mais les murs ne sont pas extensibles et il faut parfois abandonner l’image que l’on s’était construite dans la tête. Un peu frustrant !

Le plus gratifiant dans la photographie est lorsque l’on reçoit des retours positifs sur l’une de ses photographies. Cela donne une énergie supplémentaire pour retourner photographier, et tenter d’améliorer ses prises de vue suivantes.

Est-ce que ton travail est influencé par certains photographes?

Je suis un grand consommateur d’images, que ce soit sur les pages Facebook, Flickr, ou même Instagram où je découvre régulièrement d’excellents photographes. Je trouve le travail de certains photographes d’architecture remarquable, dans des styles un peu différents du mien, mais qui me parlent tout autant.

Si je dois donner le nom d’un photographe qui m’a vraiment conquis et inspiré par son travail graphique, ses compositions simples et percutantes, c’est sans aucun doute Eric Dufour.

Moon dune field - Tous droits réservés à Loïc Vendrame
Moon dune field – Tous droits réservés à Loïc Vendrame

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Question difficile car mes préférences évoluent dans le temps. Mais si je dois en retenir une, c’est cette photographie d’avril 2013, intitulée « Blue butterfly », représentant pour moi tout ce que je recherche quand je sors faire de la photographie.

Ce cliché pris à la Bibliothèque Nationale de France à Paris (un spot connu des photographes d’architecture) m’a demander beaucoup de rigueur et de concentration dans l’approche du cadrage. Sur place j’avais imaginé un format carré, et je souhaitais placer une ligne de fuite dans chaque angle. Je voulais faire le cadrage le plus parfait possible sur le terrain, car en post-traitement il est parfois difficile de récupérer certains décalages.

Tous droits réservés à Loïc Vendrame
Blue butterfly – Tous droits réservés à Loïc Vendrame

Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

Sans hésiter celle qui me permettrait de remporter un concours photographique !

Peux-tu nous parler de tes projets photographiques?

J’ai deux principaux projets à mon retour en France. Le premier est de m’inscrire dans un club photo. Je ressens le besoin de sortir de derrière mon écran, de rencontrer des photographes, d’échanger, de progresser et de développer mon réseau de contacts.

Travaillant sur plusieurs séries photographiques, mon second projet, à plus long terme, est de mettre en place ma première exposition photographique.

Shock wave - Tous droits réservés à Loïc Vendrame
Shock wave – Tous droits réservés à Loïc Vendrame

Si tu devais conseiller un photographe, et un seul, à Bon Plan Photo et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?

Comme cité précédemment, je vous conseille le travail reconnu d‘Eric Dufour, qui pour moi est une référence en la matière.

Selon toi quelles sont les qualités principales que doit avoir un photographe?

Je vais parler des qualités d’un photographe d’architecture, car je pense que même s’il y a un socle commun entre tous les photographes, chaque style nécessite une approche et des qualités propres.

La maîtrise de la technique est pour moi indispensable. Elle s’acquiert aisément via les nombreux conseils des sites internet spécialisés, et par une pratique assidue sur le terrain. Concernant les qualités du photographe d’architecture, je dirais qu’il doit savoir se passer des règles de cadrage classique, et créer ses propres règles, son univers. L’architecture demande énormément de rigueur et de la patience pour trouver « le » cadrage. Parfois il suffit d’un pas à gauche ou en avant pour tout changer. Le photographe doit arriver à faire corps avec le bâtiment, à lire à travers pour comprendre sa conception et faire ressortir l’élément qui fera une belle photographie d’architecture.

Une question à laquelle tu aurais aimé répondre ?

« Quelle place tient le post-traitement dans ton travail ? »

Je considère une photographie « bonne » lorsque le cliché brut est très proche de ce que j’en tire au final. Le cadrage et les réglages manuels sur le terrain sont pour moi les plus importants.
Pour le post-traitement, j’utilise uniquement Lightroom. Je passe peu de temps à retravailler mes photos (10 minutes maximum), principalement sur les tonalité et les corrections de l’objectif (distorsion, verticales) qui sont les éléments clés de la photographie d’architecture.
Étant admiratif du travail des photographes passant peu de temps sur le post-traitement (l’inverse se voit vite), j’essaye au maximum d’être sur cette lignée.

Walk the dog - Tous droits réservés à Loïc Vendrame
Walk the dog – Tous droits réservés à Loïc Vendrame

Merci 

Encore une fois un grand merci à Loïc pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son  travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

a propose Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire