Interview de Florent POIGET

Aujourd’hui, nous allons recevoir pour cette interview Florent POIGET, astro photographe, mais également photographe par infra rouge et photographe de paysage. Je remercie évidement Florent d’avoir accepter de répondre à mes questions et de nous faire partager sa passion.

Avant cela, si vous voulez suivre le travail de Florent, vous pouvez le retrouver:[checklist]

 

Interview de Florent POIGET

Tous droits réservés à Florent POIGET
Tous droits réservés à Florent POIGET

Bonjour Florent,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?  

J’ai 41 ans. Je me passionne par plusieurs sujets en dehors de la photo proprement dit. Depuis l’âge de 10 ans, je pratique l’astronomie qui est devenu une composante essentielle de mon travail photographique. Je suis un passionné de la NASA ou j’ai pu, en 1992, depuis le Kennedy Space Center, réaliser un rêve : celui de voir la navette spatiale sur son pas de tir et de la voir décoller. Navette spatiale ou j’ai plongé dans les docs techniques que la NASA m’envoyait encore jusqu’au début des années 2000, avant qu’internet ne prenne le pas. Cet engin me fascine toujours autant.

C’est d’ailleurs ma passion pour la NASA qui m’a fait découvrir, indirectement, celle pour les USA et l’Ouest Américain. Ouest Américain que je parcours depuis 1998, avec deux amis, de l’Arizona jusqu’en Oregon. Nous réalisons des randonnées dans des contrées que les touristes ne connaissent pas pour la plupart.

Je suis un grand rêveur, et ces différentes passions ont bien sûr un impact sur mon travail photo.

Tous droits réservés à Florent POIGET
Tous droits réservés à Florent POIGET

Peux-tu me raconter un peu ton « histoire » photographique et nous présenter ton/tes style(s) de photo de prédilection ?

J’ai démarré la photographie il y a plus de 20 ans dans le domaine de l’astronomie, à l’époque de l’argentique bien sûr. J’ai fais mes premières armes dans ce domaine avec un réflex Nikon F4 et de la pellicule hyper sensibilisée, le tout installé sur un système constitué de 3 planches reliées par 2 charnières et muni d’une vis pour suivre la rotation terrestre. Autant dire que j’étais loin de tout ce que je fais actuellement.

C’est en 1996, que j’attaque la photo numérique en astronomie au foyer du télescope avec un appareil dédié uniquement pour cette discipline. Donc oui on peut dire qu’en astronomie on a eu de l’avance par rapport à la photo classique. Durant ces 18 années de pratique, j’ai fais évoluer mes techniques de prise de vue, mon post traitement informatique, mon matériel, pour en arriver à proposer à la vente mon travail dans ce domaine particulier. Mais j’ai surtout mis un point d’honneur, que tout le monde reconnait, sur la rigueur et l’exigence de mon travail en photographie astro. Qualités qui se sont répercutées sur l’ensemble de ma pratique photo.

Pour ce qui est de la photo de paysage, c’est vraiment en 1998 que j’ai pris mon essor avec mon premier voyage dans les contrées sauvages de l’Ouest Américain. Là aussi impossible d’imaginer que cela m’aurait emmener là ou j’en suis aujourd’hui. Sur cette partie, j’ai été de longues années en argentique avec le Nikon F4 et de la pellicule diapo. Ce n’est qu’en 2009 que j’ai passé la barrière du numérique avec un Nikon D700 que j’utilise encore actuellement.

En 2008, j’ai eu l’honneur d’avoir mon travail sur l’Ouest Américain récompensé, en obtenant le grand prix du festival international de la photographie à Villefranche-sur-Mer. Forcément ça marque et cela m’a incité à continuer, aller de l’avant.

2009, j’ai attaqué la vente de mon travail photo sous forme de tirage d’art et je multiplie les expositions depuis. Je cherche à me faire connaitre d’avantage et à exposer dans différents lieux…….. Avis aux intéressés.

Depuis 2013, j’ai démarré un nouveau thème photographique, en plus du reste, qui m’a toujours fasciné : la photo de paysage en Infrarouge couleur. Force est de constater que ce thème a beaucoup de succès, ce que j’ai pu voir lors de mes expositions de fin d’année.

Reve_dHiver
Tous droits réservés à Florent POIGET

La photographie est un moyen d’expression, que cherches-tu à faire comprendre à travers tes photos?

Les grands espaces…..Célestes et de l’Ouest Américain, retranscrire à ma façon le Rêve qui s’en dégage au point d’en effacer la technique. Pour la photo Infrarouge, même si je ne la focalise pas forcément sur les grands espaces, elle me permet aussi de retranscrire une forme différente du Rêve.

Le Rêve du palpable, nos paysages terrestres, et celui de l’impalpable, l’Espace très lointain de notre Univers. Retranscrire une chose dans laquelle tout le monde peut se retrouver sans avoir aucune connaissance en art ou en photographie. Le Rêve c’est l’essence, le carburant de mon travail photo et ce dans les trois domaines que j’exerce.

Tous droits réservés à Florent POIGET
Tous droits réservés à Florent POIGET

On dit que la photographie est un virus qui se transmets, où là l’as tu attrapé ? tu l’as transmis ?

Mon père me l’a certainement transmit. Je l’assistais au temps ou il développait ses propres photos noir & blanc dans son petit labo. De par mes activités, j’ai pris ce virus à mon compte avec l’exigence et la rigueur que j’ai adopté. A ma connaissance, je ne l’ai pas encore transmis.

Dans tout ton matériel photo, as tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux?

Oh là, il y en a plusieurs. Alors je dirais mon gros télescope en carbone. C’est un instrument fabuleux qui me permet de photographier l’invisible dans le ciel. C’est une machine à remonter le temps. Mais bien sûr, le reste de mon matériel est essentiel. Mais ce télescope en carbone va rester avec moi de très longues années contrairement à mon réflex qui sera remplacé dès que je trouverais nouvelle chaussure à mon pied.

Tous droits réservés à Florent POIGET
Tous droits réservés à Florent POIGET

Où trouves-tu ton inspiration?

Essentiellement dans les grands espaces, les immensités et l’aspect imaginaire, autre planète qu’ils dégagent. Je suis alors comme un poisson dans l’eau et beaucoup de mes cadrages sont réalisés sur le vif, sur le terrain. Je m’inspire de l’espace, des conditions ou je me trouve.

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Oh là là quelle question difficile pour un photographe, surtout pratiquant 3 domaines. Il y en a beaucoup qui ont mes faveurs, que se soit en Infrarouge, sur l’Ouest Américain ou en Astronomie. Pour cette question, j’ai choisi « Arch of Fire » (Mesa Arch dans Canyonlands Ntl. Park, Utah) :

Tous droits réservés à Florent POIGET
Tous droits réservés à Florent POIGET

Pour bénéficier du spectacle de cette arche, on arrive très tôt, à la limite de la fin de nuit et du lever du jour. Vous êtes là prêt à déclencher. Au fur et à mesure que le jour se lève, puis que le soleil pointe le bout de son nez, vous êtes là au bord du vide, à pic, de près de 600m à 800m. L’arche commence à rougir et derrière elle l’immense espace désertique et Far West de Canyonlands. On est là, faisant notre travail de photographe mais en même temps émerveillé, et de se dire qu’on la chance d’être là, que tant de gens n’auront jamais ce privilège de voir ce spectacle grandiose.

J’ai pris cette image en juin 2012. Depuis, avec mes amis, nous sommes retournés à Mesa Arch en septembre 2013. C’est toujours aussi magnifique, être là dans cette immensité, c’est incroyable. On ne peut pas revenir intact après ça. Ici, en France, lorsque je repense à cette image, à ce moment, j’ai un gros pincement au cœur, un gros coup de nostalgie en me disant mais qu’est ce que je fais là ! Bien souvent, je ne me sens pas à ma place.

Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Tout d’abord pour le coté paysage avoir la faculté de passer de long mois dans l’Ouest Américain, à différentes saisons pour en capturer ses différentes lumières. Pour le coté astro, acheter un bout de terrain dans un endroit qui reste à définir, y poser une coupole, y mettre un gros télescope carbone de 400mm diamètre, y installer un gros capteur numérique astro, le tout pouvant être piloter à distance pour engranger le maximum d’images. Et pouvoir exposer mes tirages aussi souvent que possible, sur une grande surface sans forcément penser à l’aspect coût.

Tous droits réservés à Florent POIGET
Tous droits réservés à Florent POIGET

Quels conseils donnerais-tu à un photographe voulant débuter en astrophotographie?

Commencer avec un matériel adapté à son expérience de débutant dans ce domaine. On voit trop souvent des amateurs achetant du matériel haut de gamme croyant qu’il vont ainsi sortir « L’IMAGE » qui va remporter tous les suffrages. Grosse erreur car un matériel haut de gamme demande des exigences en terme de réglages et d’utilisation.

En commençant avec un matériel adapté, le photographe en question apprendra les trois premières choses essentielles de l’astrophotographie : la patience, la rigueur, l’exigence. Si cela est vrai pour la photographie classique ceci l’est tout autant et plus en astrophotographie. Je dirais que l’astrophotographie, notamment au foyer d’un télescope, est plus ardu que la photo traditionnelle car elle demande de maitriser toute une chaine, du réglage des optiques jusqu’au traitement informatique avec en plus les contraintes de la rotation terrestre et du fait que tout se passe de nuit.

Avant tout investissement, ne pas hésiter à rechercher des tutoriels sur le web, poser des questions sur les forums d’astronomie, voir mieux, s’inscrire dans un club qui pratique l’astrophotographie.

Si tu devais conseiller un photographe, et un seul, à Bon Plan Photo et à ses lecteurs, qui proposerais-tu? 

Michael Fatali. Photographe américain qui m’a fait découvrir, par son travail, certains endroits de l’Ouest Américain, que j’ai parcouru et pris en photo depuis.

Tous droits réservés à Florent POIGET
Tous droits réservés à Florent POIGET

Une question à laquelle tu aurais aimé répondre ? 

Mais ou comptes tu t’arrêter ?

Théoriquement pas de limite, mais obligatoirement il y en a. Techniquement en photo de paysage j’attends de voir pour investir dans un nouveau réflex avec plus de pixels. Actuellement, dans la marque ou je suis je n’ai pas trouvé chaussure à mon pied. Continuer ma progression en photographie Infrarouge.

Coté astronomie, je suis arrivé à un point de qualité optique ou l’achat d’un nouveau télescope ne pourrait se justifier autrement que par l’acquisition d’un diamètre supérieur, ce que je n’ai pas l’intention de faire. Le seul financement que je prépare est un nouvel appareil numérique spécialisé astro, avec un capteur plus grand pour capturer de grandes nébuleuses, de grands amas d’étoiles, des groupes de galaxies……… et augmenter ma taille de tirage d’expo/client dans ce domaine. Projet que je peaufine pour cette année 2014.

Merci 

Encore une fois un grand merci à Florent pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son  travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:[checklist]

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.