Home » A la une » Interview de David Greyo

Interview de David Greyo

Depuis quelques semaines je vous ai présenté plusieurs photographes passionnés par la Nature, et en particulier Jonathan Lhoir, membre du collectif Eresus Nature, et bien aujourd’hui c’est David Greyo, également membre du collectif, que je reçois et qui a accepté de  se dévoiler un petit peu.

Avant cela, si vous voulez suivre le travail de David Greyo, vous pouvez le retrouver:

 

Interview de David Greyo

Bonjour David,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie ?

Bonjour Grégory, en fait, ma vie est pas mal axée autour de la photographie. Passionné par la Nature, je m’intéresse à la botanique, les orchidées sauvages notamment, mais aussi à de nombreux autres domaines naturalistes. Si mes racines sont tourangelles, c’est actuellement en Suisse, à Lausanne, que je réside. Ce n’est pas réellement un choix photographique qui m’a amené ici, mais plutôt les heureux hasards de la vie. Ceci étant, j’avoue bien me plaire sur les bords du lac Léman même si la Loire et ses milieux naturels me manquent souvent.

Tous droits réservés à David Greyo
Tous droits réservés à David Greyo

Racontes nous quand et comment tu as commencé la photo?

Pour faire bref, disons que j’ai commencé la photo il y a déjà pas mal d’années, du temps où tu devais attendre plusieurs jours avant de récupérer tes diapos… Naturaliste de formation puis de profession, la photo était pour moi un outil de travail et mes images alors assez documentaires. Mais rapidement j’ai utilisé ce support pour sensibiliser le public à la nécessité de préserver la Nature par le biais d’expositions, de conférences ou d’animations. C’est alors que la nécessité d’améliorer la qualité graphique de mes prises de vue s’est fait ressentir. Depuis, pas mal de choses ont changées. Le matériel évidemment, mais aussi ma situation professionnelle puisque je suis maintenant photographe à temps plein. Mais mon intérêt pour la Nature demeure de même que mon envie de contribuer à sa préservation.

Dans tout ton matériel photo, as-tu un objet porte-bonheur, ou un objet qui t’est précieux?

Un objet porte-bonheur, pas le moins du monde, ne croyant pas beaucoup à toutes ces superstitions. Quand à un objet précieux, si on fait abstraction du prix, pas vraiment non plus dans le sens où je suis très peu attaché au matériel. Le matériel que j’utilise m’indiffère du moment qu’il remplisse ses fonctions. Je vois souvent des gens qui me semblent plus passionnés par le matériel que par la photographie, c’est loin d’être mon cas. J’ai plusieurs objectifs de prédilection en fonction de ce que je pars faire. Je garde un faible pour un de mes tout premiers, un Canon 300 mm f/2.8 IS USM dont le piqué reste toujours fabuleux. Mais j’aime aussi beaucoup le 100 macro, sûrement parce que la macro me fascine. En effet, elle peut se pratiquer à la porte de chez soi, sans préparation particulière et sans avoir beaucoup de temps à y consacrer, ce qui me va bien en ce moment. En voyage, mon 24/105 a récemment intégré la liste de mes objectifs préférés du fait de sa polyvalence et de son incroyable piqué.

MG_0957
Tous droits réservés à David Greyo

Où trouves-tu ton inspiration?

Comme tout le monde je pense en regardant le travail des autres. Je crois qu’on s’inspire tous les uns des autres. J’ai commencé en regardant des livres, notamment ceux de Gilles Martin ou de Jean-François Hellio et Nicolas Van Ingen, puis en côtoyant d’autres photographes aujourd’hui devenus des amis. C’est maintenant plus sur Internet et lors d’expositions que je puise mon inspiration consciemment ou pas. C’est assez amusant de voir que mes sources d’inspiration étaient des photographes souvent plus âgés et surtout beaucoup plus expérimentés alors que maintenant je regarde plutôt le travail d’une jeune génération qui, malgré le manque de pratique, est née avec le numérique, les images et utilise cet outil avec un regard neuf et de nouvelles idées. Je n’oublie pas non plus que ma compagne qui fait également de la photographie est aussi une source d’inspiration. Il m’arrive souvent de lui piquer ses idées sur le terrain, mais il ne faut pas lui répéter…

Tous droits réservés à David Greyo
Tous droits réservés à David Greyo

Peux-tu nous présenter ta photographie ‘Coup de cœur’ et  nous raconter son histoire.

Une question à laquelle il m’est bien difficile de répondre pour plusieurs raisons. La première est que je suis un éternel insatisfait et que j’ai beaucoup de coups de cœur pour le travail des autres mais que très exceptionnellement pour le mien. Je préfère compter sur les autres pour juger mon travail, ils sont souvent moins durs à mon égard. De plus, en ce moment je déclenche assez peu et j’ai beaucoup d’images en attente d’être visionnées, mais à priori rien d’exceptionnel parmi celles-là.

Mon image coup de cœur datera donc dans l’an dernier et je la choisirai plus par rapport à l’intensité du moment que j’ai vécu et à ce qu’elle représente plutôt que par sa qualité technique ou esthétique. Il s’agit d’une photo d’un bébé chimpanzé, une jeune orpheline recueillie par un sanctuaire en Guinée. Je suis parti aider ce sanctuaire dans son travail de préservation des chimpanzés dont le braconnage et la destruction de l’habitat fragilisent gravement les effectifs. Cette petite femelle chimpanzé était vraiment touchante. Saisie par les autorités guinéennes, elle avait été victime de braconnage. Sa mère et son clan ont été abattus pour la capture de ce bébé dont la revente au marché noir rapporte gros, son histoire ressemble malheureusement à celles de tous les autres pensionnaires du sanctuaire. Blessé par un éclat de balle logé dans son crâne, mes images ont contribué à récolter les fonds nécessaires pour l’opérer et lui donner une chance de pouvoir, un jour, retrouver la liberté…

Tous droits réservés à David Greyo
Tous droits réservés à David Greyo

Peux-tu nous parler de tes projets photographiques?

Des projets, j’en ai plein la tête ! Les moyens financiers de les réaliser nettement moins… En octobre je présenterai une nouvelle exposition au Festival Salamandre en Suisse, elle regroupe des images récentes que je n’avais pas encore utilisées. Elles ont toutes en commun de présenter des contre-jours. C’est une idée qui me trottait dans la tête depuis plusieurs années. Après l’inauguration en Suisse, j’espère bien trouver le temps de la présenter dans d’autres festivals…

Parallèlement, je travaille sur la création d’une exposition dédiée aux chimpanzés. Nous venons d’évoquer mon travail auprès de ce sanctuaire africain, j’aimerai pouvoir le mettre en lumière pour promouvoir cette organisation et éveiller les consciences sur la nécessaire attention que nous devons porter aux grands singes et plus largement aux primates. Je nourris l’espoir que mes images puissent inciter ne serait-ce qu’une personne à abandonner la consommation de Nutella. Ce produit fait figure d’emblème des utilisateurs d’huile de palme dont l’exploitation est en train de tuer les derniers orangs-outangs. Le grave problème posé par l’huile de palme est loin d’être le seul responsable de la destruction massive d’espèces et de primates. Quand nous préoccuperons-nous de notre façon de consommer et de l’impact de nos achat sur la Planète ? Regardez l’exploitation du coltan utilisé pour les téléphones portables, elle constitue actuellement un désastre écologique au Congo qui conduit à la destruction de l’habitat des grands singes et de tout un écosystème. Les exemples comme ceux-là sont nombreux et nous devrions rapidement réagir !

Tous droits réservés à David Greyo
Tous droits réservés à David Greyo

Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Une chose est sûre c’est que je ne chercherai pas trop longtemps comment dépenser cet argent ! Ce serait assurément un voyage, très certainement en Afrique et basé sur les primates. Mes précédents séjours au Gabon où j’ai croisé les Gorilles de plaine ont faits naître chez moi une énorme envie d’y retourner et d’approfondir le sujet. Mon investissement pour la cause des chimpanzés est également source de pleins d’envies et d’idées auxquelles l’aspect financier met aujourd’hui un frein.

Tous droits réservés à David Greyo
Tous droits réservés à David Greyo 

Selon toi quelles sont les qualités principales que doit avoir un photographe naturaliste?   

Elles sont à mon avis nombreuses mais nécessiteraient de définir ce qu’est un photographe naturaliste. Quelqu’un qui photographie des sujets dans la nature est-il pour autant un photographe naturaliste ? Le postulat de départ serait pour moi d’être naturaliste et à ce titre posséder les connaissances minimum sur la sensibilité des espèces pour ne pas devenir une source de perturbation supplémentaire. C’est cette connaissance naturaliste qui me semble nécessaire pour garantir une certaine éthique de la photographie animalière ou plus largement de Nature.

Tous droits réservés à David Greyo
Tous droits réservés à David Greyo

Tu organises régulièrement des stages et cours photo, peux-tu nous en dire un peu plus ?

Depuis que j’ai été amené à quitter mon emploi salarié, j’ai décidé de tenter l’expérience de vivre de la photographie. Il me semblait illusoire de compter sur la seule vente de mes images et j’ai donc été amené à diversifier mes activités autour de la photo. La forte demande en termes de formation à la photographie m’a incitée à proposer des cours individuels et des stages. J’aime partager ma passion et je préfère donner les astuces qui limiteront les dégradations et les dérangements sur le terrain liés au manque de connaissances. Actuellement basé à Lausanne, mes cours individuels s’adressent donc plutôt aux Suisses, mais mes stages se déroulent aussi bien en Suisse qu’en France voire à l’étranger. Tout mon programme est en ligne sur mon site, vous pourrez voir que les sujets sont variés. Je limite toujours mes stages à un petit nombre de personnes afin de garantir un encadrement de qualité et une ambiance conviviale.

Tous droits réservés à David Greyo
Tous droits réservés à David Greyo

Si tu devais conseiller un photographe, et un seul, à Bon Plan Photo et à ses lecteurs, qui proposerais-tu ?

Je n’ai jamais été un ‘fan’ et ne me focalise donc pas sur un seul nom. Comme je le disais tout à l’heure j’analyse le travail de beaucoup de photographes pour tirer en chacun d’eux ce qui me touche le plus, ce qui ressemble le plus à mes aspirations. Certains vont me toucher par l’esthétisme de leurs images, d’autres par la difficulté technique et d’autres encore par l’engagement que leur travail représente. Aussi, le photographe que je pourrais citer serait un mélange de tous.

Une question à laquelle tu aurais aimé répondre ? 

Sur le moment, je ne vois pas vraiment, mais je profite de cette question pour te remercier pour cette interview et plus largement pour ton travail de mise en lumière des photographes.

Tous droits réservés à David Greyo
Tous droits réservés à David Greyo 

Merci David

Encore une fois un grand merci à  David pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son  travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

a propose Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire