Home » A la une » Interview de Christophe Garnier

Interview de Christophe Garnier

Cette semaine, c’est Christophe Garnier qui a accepté de répondre à mes questions, je vous propose donc d’aller à sa rencontre et ainsi découvrir ce photographe. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

Interview de Christophe Garnier

portrait auto
Portrait de Christophe Garnier – tous droits réservés à Christophe Garnier

Bonjour Christophe,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?

Bonjour Grégory, je m’appelle Christophe, j’ai 43 ans et je suis photographe indépendant depuis 2008. Je vis dans les Côtes-d’Armor dans une petite commune proche de Saint-Brieuc. Quand je ne tiens pas un appareil photo entre les mains, je joue du ukulélé (et un peu de basse) avec mes amis en réalisant parfois des reprises décalées, j’adore le son de mes vinyles et dès que j’en ai le temps, je fais un peu de skate et du stand-up paddle.

mariage de Marianne et Tugdual
mariage de Marianne et Tugdual – tous droits réservés à Christophe Garnier

Racontes-nous un peu ton «histoire» photographique? et nous présenter ton/tes style(s) de photo de prédilection ?

J’ai réellement commencé à travailler dans le milieu photographique dès 1996 après avoir vécu un licenciement. Ma petite amie (devenue ma femme depuis) m’a soutenu dans ma démarche de reprendre des études dans un domaine qui me plaisait vraiment et s’en est suivi l’école des Gobelins pour me spécialiser en labo. Je suis donc passé du métier de tireur en labo et mini-lab, à la vente de matériel tout en faisant différents reportages dans le milieu du sport.
Après un second licenciement, la tentative de créer une première société avec un ami dans le domaine de la photo événementielle a coupé court même si cet échec aura été pour nous une très belle expérience en plus de nous avoir ouvert les portes du sport de haut niveau. En 2008, après un retour aux sources de deux années passées au sein d’un mini-lab, l’envie de devenir indépendant se faisait de plus en plus concrète donc il était temps pour moi de voler de mes propres ailes et de pouvoir photographier ce que je voulais sans contraintes.
C’est pour ça que je ne me spécialise pas, j’aime trop la diversité. Il m’arrive de passer de la photographie aérienne pour une société en passant par une sortie en mer, donner un cours photo à un client, enchainer sur des portraits de famille et un mariage dans la même semaine. Je prends énormément de plaisir dans la réalisation de mes différents reportages, le fait de pouvoir choisir me motive et m’évite la routine.

ambiance de l'ile de Batz
ambiance de l’ile de Batz – tous droits réservés à Christophe Garnier

On dit que la photographie est un virus qui se transmets, où l’as tu attrapé ? tu l’as transmis ?

En fait mes grands-parents ont toujours fais énormément de photos lors de leurs voyages donc depuis tout petit j’ai eu l’habitude des après-midi diapositives en famille. J’ai commencé la photo par amusement auprès d’eux avec un petit Instamatix Kodak (que j’ai toujours) et puis il y a eu une parenthèse de quelques années pour finalement replonger dedans par le biais d’un ami et sans jamais le quitter. Depuis deux ans, je transmets mes compétences aux gens participant à mes cours photos souhaitant mieux utiliser leur matériel photo ou lors d’une sortie photo en mer sur le thème des ambiances marines et de la photographie en milieu marin.

Comment se compose ton sac photo ?

Depuis deux ans, ma besace se compose de matériel Fujifilm. J’avais besoin de changement et j’ai finalement passer le cap après tant d’années chez Canon. Je travaille essentiellement avec les focales fixes 14mmƒ/’2.8, 23mm ƒ’/1.4 et 56mm ƒ’/1.2 mais j’utilise également un 55-200 ƒ’/3.5-4.8mm lors des sorties photos aériennes. Je souhaite remplacer ce dernier par le 100-400 récemment sorti… Un petit 35mm ƒ’/2 WR devrait également m’accompagner sur la saison des mariages. Ces optiques sont montés sur un X-T1 et un X-E2 et je ne regrette absolument pas ce choix. J’ai récemment écris un article sur ce choix « Pourquoi j’aime tant Fuji« 

mariage Dorothée et Sébastien
mariage Dorothée et Sébastien – tous droits réservés à Christophe Garnier

Selon toi quelles sont les qualités principales que doit avoir un photographe?

Un photographe doit être capable de s’adapter et d’anticiper en plus d’avoir l’œil. Il doit également être un bon commercial, être créatif et maîtriser l’outil. Après il est aussi très important de se faire plaisir !

Où puises-tu ton inspiration ?

Comme je me diversifie pas mal, je suis plongé dans différents styles, je m’influence de ce que je vois et ensuite j’adapte par rapport à mes idées. Si il y a bien un maître à photographier qui m’aura le plus marqué dans ma vie de photographe, c’est Jean-Loup Sieff. J’ai toujours aimé sa vision des choses, ses noir et blanc et surtout l’homme que j’ai pu rencontré avant sa disparition. Paradoxalement, je fais de moins en moins de noir et blanc depuis quelques temps mais j’y reviens toujours. Actuellement j’adore le boulot de Woody Gooch et de Ray Collins (http://raycollinsphoto.com/) qui réalisent tous les deux de sublimes photos en milieu marin.

de plougrescant à fort la latte
de plougrescant à fort la latte – tous droits réservés à Christophe Garnier

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Oh alors là, c’est compliqué mais je vais choisir une photo de voile. Il s’agit d’une photo du Morlaix réalisée lors de ma toute première régate en mer et j’avais des scintillements dans les yeux tel un gosse excité qui attend ses cadeaux de Noël ! Ce week-end restera magique à jamais, il sera un déclic sur mon envie de faire un ouvrage sur ces vieux bateaux au voiles rouges et carrées et sur leurs équipages toujours prêts à vous raconter leurs amours de la mer.

régate de Ploumanac'h
régate de Ploumanac’h – tous droits réservés à Christophe Garnier

Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

J’aimerai bien allier la voile et la photographie aérienne, faire une photo d’un beau voilier toutes voiles dehors depuis l’autogire. Je vais faire en sorte qu’elle se réalise…

Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Le plus dingue serait de pouvoir photographier la Terre depuis l’espace !! Sinon, je pense que ça serait dans le sport. Réaliser des photos servant à promouvoir l’image d’un équipage en voile ou d’une écurie en ayant les moyens matériels, logistiques et financiers pour le faire en les suivant partout dans le monde…

Adeline lifestyle dans St-Brieuc
Adeline lifestyle dans St-Brieuc – tous droits réservés à Christophe Garnier

Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

J’ai beaucoup de très bons souvenirs mais celui qui me revient date un peu. C’était avec mon ami avec qui nous avions voulu créer notre première société. Je connaissais un très bon contact qui nous à fait l’énorme surprise de nous mettre en relation avec la responsable presse des Golden League (athlétisme) et de nous ouvrir les portes du Stade de France. C’était magique d’être dans l’arène parmi les plus grands de chaque discipline et de pouvoir en plus les photographier de près. Le plus incroyable était d’entendre le public de la même manière que les sportifs et franchement c’était très intense.
Du côté des mauvais souvenirs, ça restera incontestablement mon tout premier reportage mariage en solo sur lequel mon patron de l’époque m’avait envoyé. Je n’avais jamais rencontré le couple avant le jour J, c’était compliqué car ils étaient sur les nerfs tout le temps, en plus rien ne se passait comme prévu (un vrai cauchemar) et pour finir, le couple annoncera son souhait de se séparer et de ne pas participer ensemble au repas, il faut s’imaginer l’ambiance plombée après un tel discours ! Je n’aurai jamais pu penser qu’une telle chose pouvait arriver autrement que dans un film et il restera le mariage le plus court que j’aurai pu voir et photographier. Heureusement je n’en n’ai jamais eu d’autres de la sorte !

athlétisme
Tous droits réservés à Christophe Garnier

Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?

Je pense tout de suite à mon ami Christophe Bailleux, photographe d’Antibes qui mérite qu’on s’arrête un peu plus sur son travail. Ses photos sont belles et maîtrisées, en plus le gars est fort sympathique. Bref il a tout pour plaire sur un reportage !

Pour terminer, un petit J’aime / J’aime pas.

J’aime : La mer, la musique indé, faire la fête, jouer du ukulélé, les sports de glisse
J’aime pas : Le HDR, Adobe, le foot, les racistes, la variété française

Merci Christophe.

Encore une fois un grand merci à Christophe pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donné envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de BonPlanPhoto, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

a propose Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire