Interview de Christophe Dhéry

Il y a quelques semaines, nous avions reçu Christophe Dhéry, photographe passionné par la photographie haute vitesse. Il nous avait proposé un petit « trucs et astuces » pour réussir notre première photographie à haute vitesse. Aujourd’hui, je vous propose d’en dé&couvrir un peu plus à propos de Christophe Dhéry puisqu’il  a accepté de répondre à mes questions.

Avant cela, si vous voulez suivre le travail de  Christophe Dhéry, vous pouvez le retrouver:[checklist]

 

Interview de  Christophe Dhéry

Tous droits réservés a Christophe Dhéry
Tous droits réservés a Christophe Dhéry

BonjourChristophe,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?  

J’ai 50 ans, suis marié et ai 3 enfants. Je suis vétérinaire praticien en clientèle canine dans le Sud de la France. Je suis donc photographe amateur, plutôt tourné vers la nature (macro, animalier) mais aussi, surtout l’hiver, vers la photographie à haute vitesse (PHV).

Racontes-nous quand et comment tu as commencé la photo? 

J’ai commencé la photo à l’adolescence (avec un OM30, si mes souvenirs sont bons). Je faisais un peu d’animalier, notamment dans la Dombes quand j’étais étudiant à Lyon. Puis, j’ai eu une longue période d’inactivité d’une quinzaine d’années, cause travail, vie de famille et … cambriolage lors duquel on m’a volé tout mon matériel! On m’a offert un compact numérique pour mes 40 ans. Cela m’a redonné envie et j’ai finalement investi dans un réflex numérique. Je me suis d’abord intéressé à la macro puis, à l’animalier et, donc, à la PHV.

Tous droits réservés a Christophe Dhéry
Tous droits réservés a Christophe Dhéry

On l’a vu sur BonPlanPhoto, tu es passionné par la photographie à haute vitesse, mais y a t’il d’autres thèmes photographiques que tu affectionnes particulièrement ?

En fait, je ne suis passionné par rien, à part ma femme et mes enfants !! J’aime bien varier les plaisirs. Ainsi, j’apprécie de faire tantôt de la macro, tantôt de l’animalier ou de la PHV. Je pense que je me lasserais si je ne pratiquais que l’une de ces activités à longueur d’année.

On dit que la photographie est un virus qui se transmet. Mais toi, qui te l’as transmis?

Personne ! Je suis le seul dans ma famille à faire de la photographie et je serais incapable de dire pourquoi je m’y suis intéressé. De la même façon, j’ai toujours voulu devenir vétérinaire depuis l’âge de 6 ans sans aucune raison valable (pas de vétos dans mon entourage, et même pas d’animaux à la maison pendant mon enfance). Ca doit être ça qu’on appelle le destin !

Tous droits réservés a Christophe Dhéry
Tous droits réservés a Christophe Dhéry

Dans tout ton matériel photo, as tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux?

 Je ne suis pas du tout  « grigri ». En revanche, j’ai dû économiser longtemps et casser ma tirelire pour investir en début d’année dans un objectif idéal ou presque pour l’animalier, le fameux Nikkor300mm f 2.8. Et je ne regrette pas mon investissement !

Qu’est ce qui est, selon toi, le plus compliqué dans la photographie  à haute vitesse ….? Et le plus gratifiant?

En PHV, réussir une belle photo est une chose, pouvoir la reproduire à l’envie en est une autre, autrement plus compliquée. C’est vrai que l’utilisation d’une barrière infrarouge est une aide précieuse, voire indispensable dans certains cas (les photos de fruits explosés par une balle de carabine, par exemple). Mais, dans beaucoup de cas, on peut se débrouiller sans. C’est ce que j’ai fait au début. On a simplement beaucoup plus de déchet … et il faut donc être patient et persévérant !

Le plus gratifiant, ça peut être la belle photo que l’on réussit après un bon moment de galère. C’est aussi la photo spectaculaire alors qu’elle demande un minimum de matériel, de pratique et de temps (les explosions de ballons ou de bouchons de bouteilles de champagne, par exemple).

Tous droits réservés a Christophe Dhéry
Tous droits réservés a Christophe Dhéry

Où trouves-tu ton inspiration?

La créativité n’étant pas mon point fort, j’essaie d’observer autour de moi, sur Internet, dans l’optique d’une adaptation à la PHV. Je n’hésite pas non plus à discuter avec mon entourage.

Mais, pour le moment, je n’en suis qu’à la phase d’apprentissage, et mon but est de la faire partager à travers mon livre. Je ne recherche donc pas des choses hyper sophistiquées, comme j’ai eu l’occasion de voir, mais, au contraire, des choses très abordables.

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Voilà une question difficile ! En effet, l’avantage de la PHV est que l’on peut toucher à différents sujets (gouttes, ballons, glaçons…) qui vont occasionner bon nombres d’échecs, mais aussi quelques réussites. J’ai peut-être un petit faible pour la photo des  trois ballons alignés, de couleur différente, qui explosent lorsqu’ils sont traversés par une flèche.

Tout d’abord, elle me plaît parce qu’elle est spectaculaire : elle est colorée, elle montre bien la précision de l’instant saisi avec les trois ballons qui sont à des stades d’explosion différents. On pourrait presque refaire la photo en alignant  cinq ou six ballons, en les espaçant un peu plus, pour visualiser encore mieux la décomposition de l’explosion.

Ensuite, si j’ai choisi cette photo, c’est parce que j’ai galéré pour la réussir. Je n’arrivais pas à faire passer la flèche à l’endroit précis souhaité jusqu’à ce qu’un de mes fils me donne l’idée de la guider au départ dans un bout de tube de cuivre utilisé pour la plomberie. J’avais ramé un bon moment et étais presque sur le point d’abandonner. Cette astuce toute simple a été redoutablement efficace et m’a permis de réussir tous les essais suivants ! Merci François !

Tous droits réservés a Christophe Dhéry
Tous droits réservés a Christophe Dhéry

Quelle serait la photo que tu aimerais faire ?

 Ce serait sans doute une à laquelle je n’ai pas encore pensé ! Mais, pour en revenir à l’exemple précédent, je pense que je vais essayer de faire celle avec un alignement de ballons, de couleur différente, montrant bien la décomposition de l’explosion. En format panoramique, il doit y avoir moyen de réussir quelque chose de sympathique ! Si certains la réussissent avant moi, qu’ils n’hésitent pas à me la monter.

Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Dans une logique de progression, après la découverte et l’apprentissage (j’en suis à ce stade), j’investirais dans du matériel plus sophistiqué me permettant de réaliser des photos de très haute qualité. Puis j’envisagerais de faire une exposition montrant bien ces différentes étapes. Elle serait donc destinée à tous les amateurs de PHV, du débutant au très confirmé. Mais je suis loin d’en être là !

En tout cas, mon idée première est de faire partager mes petites connaissances pour intéresser le plus grand nombre de personnes à cette discipline. Et j’envisage d’ailleurs de faire évoluer bientôt mon site photographiehautevitesse.fr dans ce sens pour qu’il devienne un lieu de rencontre et d’échanges pour tous les amateurs de PHV. Mais, j’en suis bien conscient,  c’est un objectif ambitieux !

Tous droits réservés a Christophe Dhéry
Tous droits réservés a Christophe Dhéry

Quels conseils donnerais-tu à un photographe voulant débuter en  photographie à haute vitesse?

D’abord, je le rassurerais, en lui expliquant que la PHV est à la portée de presque tout le monde, sous réserve de disposer d’un boîtier, d’un objectif standard et d’un flash.

Ensuite, je lui dirais qu’il faut commencer par des photos assez simples à réaliser, avec le matériel de base, et qu’il pourra envisager par la suite de s’équiper un peu plus et faire des clichés plus compliqués. Il faut procéder par étapes sous peine de décourager.

Enfin, je lui dirais qu’il faut être patient et persévérant.

Si tu devais conseiller un photographe, et un seul, à Bon Plan Photo et à ses lecteurs, qui proposerais-tu? 

Stephen Dalton, évidemment ! C’est sans doute partiellement grâce à lui que je me suis intéressé à la PHV. En effet, j’ai reçu en cadeau dans les années 80, un livre de lui intitulé « Pris sur le vif ». C’est une pure merveille ! Il a fait, surtout pour l’époque, des photos d’animaux (insectes, amphibiens, oiseaux…) dont on dirait dans le langage actuel que ce sont «des tueries»!! L’hirondelle immortalisée au moment précis où elle boit, en volant, à la surface de l’eau, ouahh ! Mais ne cherchez surtout pas à rivaliser car ce photographe est d’une autre planète ! Contentons-nous d’admirer.

Tous droits réservés a Christophe Dhéry
Tous droits réservés a Christophe Dhéry

Une question à laquelle tu aurais aimé répondre ? 

Non, juste une petite conclusion. J’ai fait ce livre et ce site dans l’optique d’intéresser un maximum de personnes à la PHV, en essayant de leur montrer que c’est une discipline à la portée de tout le monde. Et je souhaiterais que le site devienne un lieu d’échange. Il va d’ailleurs évoluer dans ce sens dans les semaines qui vont suivre.

Un grand merci à toi, Gregory, de m’avoir accordé cette petite interview. Et un autre merci pour tous ceux qui s’intéressent à ma modeste contribution dans la PHV.

Merci Christophe

Encore une fois un grand merci à Christophe pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son  travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:[checklist]

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.