Avis sur le livre «Photographier au quotidien» de Anne Laure Jacquart

Il y a quelques semaines nous vous avons présenté dans le cadre du « Livre de la semaine » le nouveau livre d’Anne Laure Jacquart «Photographier au quotidien». Cet ouvrage est une version semi-poche de « Vivez, déclenchez, partagez ! La photo au quotidien ».

Aujourd’hui nous vous proposons de partager notre avis sur cet ouvrage. Bonne lecture à tous, évidemment vos commentaires sont les bienvenus.

Avis sur le livre «Photographier au quotidien» de Anne Laure Jacquart

Ce livre, initialement paru en 2011 sous le titre « Vivez, déclenchez, partagez ! La photo au quotidien » est donc une réédition sous un nouveau format et une nouvelle mise en page.

Photographier au quotidien avec Anne-Laure Jacquart
Photographier au quotidien avec Anne-Laure Jacquart

2013 versus 2011 de «Photographier au quotidien» de Anne Laure Jacquart

Je préfère la version de 2011 : à l’époque, j’avais eu l’impression qu’Anne-Laure partageait avec nous sa vision de la photographie, les problèmes rencontrés dans une situation de prise de vue donnée, les explications relatives à son choix de la photo retenue parmi les différentes variantes de cadrage et/ou d’exposition, bref, ses problèmes au quotidien dans l’exercice de son métier.

Je suis terriblement déçu : une réédition devrait apporter de la nouveauté, de la fraicheur, une amélioration et ici c’est le contraire. Ils ont su faire perdre son âme au livre le réduisant à une compilation des bonnes manières photographiques, en l’éloignant de ce qu’avait, à mon sens, fait l’intérêt de l’édition 2011 : la proximité avec le photographe et le partage d’une passion commune.

J’avais eu la sensation de lire un livre à destination de tout le monde, du photographe débutant qui hésite encore entre le mode A et le mode S (sans pousser jusqu’au mode M, ce grand inconnu…) au photographe confirmé à la recherche d’une inspiration et du plaisir de comprendre comment un autre photographe voit, sent, vie ses photos.

Un discours plaisant, à lire dans l’ordre ou le désordre, peu importe: des idées, des réflexions, des sensations et des conseils à foison.

Cette nouvelle version, hélas, semble avoir perdu son cœur. Le pro ou le photographe averti fera vite le tour de la question. Le format réduit 15×21 implique une taille de police de caractère minuscule et une mise en page réduite à l’essentiel, les photos sont parfois toutes petites et redondantes.

La mise en page est différente, le format est différent : en 2011 on avait un livre aéré, plaisant à l’œil avant même d’avoir lu le contenu. Nous pouvions le lire tranquillement sur le canapé, le fidèle reflex à ses côtés (pour voir si dans le menu de l’appareil il y a bien cette commande dont elle parle). Un livre à vivre, à feuilleter, à lire et relire, bref, un plaisir en cellulose. A l’heure des Ebooks, encres éphémère, incolores et inodores, voilà un livre en papier, un vrai, à parcourir de la première à la dernière page avec du bonheur et le sentiment de posséder l’ouvrage, de se l’approprier en lisant, de le lire avec les doigts. Que du bonheur, une extase, un idylle…

Photographier au quotidien avec Anne-Laure Jacquart
Photographier au quotidien avec Anne-Laure Jacquart

En 2013 nous sommes en présence d’un format de poche, à consommer partout, dans le métro ou sur le coin de la table. Vite fait, bien fait. Sauf que « vite fait bien fait » c’est une notion utile pour faire une pizza, pas un livre sur la photographie.

La version 2013 est un produit à consommer, à l’image peut être de notre société : tout et tout de suite. Pas de chichi, l’essentiel : du texte et des images, pas de confort, l’espace est superflu. Point barre.

Les « ateliers » – des pages où Anne-Laure nous explique comment et pourquoi elle est arrivée à faire un choix définitif parmi des variantes – restent, heureusement dans la nouvelle version 2013.

Pour le reste : dommage. Oui, dommage, la déception est grande.

Ceci dit, si la version 2011 est un bijou, la version 2013 n’est pas pour autant à jeter aux orties. Le contenu n’a pas fondamentalement changé, l’écrin a changé.

Photographier au quotidien avec Anne-Laure Jacquart
Photographier au quotidien avec Anne-Laure Jacquart

Le contenu de «Photographier au quotidien» de Anne Laure Jacquart

Ce nouveau livre s’articule en 6 chapitres et là aussi on s’y perd un peu, comme si on lisait l’encyclopédie de la photographie à la recherche de l’article intéressant, sans but véritable, histoire de passer le temps en attendant le prochain métro’ ou que la place se libère chez le toubib.

Un mémento pratique rappelle quelques base de la photo : les modes de prise de vue, la gestion de la profondeur de champ, la vitesse, la sensibilité, le contrôle de la lumière, le cadrage, la composition. Simple, facile d’accès.

Déclencher au quotidien : c’est peut-être le chapitre le plus intéressant, celui qui parle de la photo en général sans rentrer dans une catégorie ou une autre (portrait, paysage,…), on y retrouve l’Anne-Laure de 2011 : apprendre à voir, à saisir l’instant, à ouvrir l’œil et à utiliser la spontanéité, du sujet à photographier comme la propre spontanéité face à une scène devant nos yeux.

Déclencher en famille, entre amis : ici commence le voyage dans les recettes de cuisine toutes faites. Le portrait, la photo d’enfant, les animaux, les soirées entre amis. Il n’y a pas véritablement de discours mais une compilation de petits paragraphes de 4 à 10 lignes, d’une page à l’autre la même chose, inlassablement, comme s’il était interdit de faire une phrase longue, de prendre le temps d’expliquer les choses. La sensation de « produit » commence à prendre forme dans l’esprit du lecteur. Trop d’infos tue l’info. On feuillette les pages à la recherche d’un point d’accroche, pour arrêter de les tourner et commencer la lecture, la vraie.

Les « ateliers » sauvent les meubles : on ne peut qu’être d’accord avec elle, son raisonnement ne fait pas un pli.

Photographier au quotidien avec Anne-Laure Jacquart
Photographier au quotidien avec Anne-Laure Jacquart

Photographier à la maison : les bonnes idées se perdent au milieu du flot des sous chapitres et des titres de ces mêmes sous chapitres. Tout est saccadé et on lit le Larousse de la Photo, dans cette succession incessante d’images minuscules et de textes microscopiques. On préfère aller directement aux « ateliers », le reste c’est pour les autres.

Sortir de chez soi : les sujets traitées se prêtent mieux à une dimension «voyage », on montre des images de paysages champêtres, de plages, de couchers de soleil, on peut enfin respirer un peu tout en gardant cette mise en page agaçante avec ces minis chapitres qui empêchent d’avoir une vision d’ensemble. Voilà, c’est ça : mon impression est celle de voir une photo à travers un caléidoscope. On voit les couleurs, on entrevoit des formes mais la vision d’ensemble échappe, tout en étant à portée de main.

Je confirme encore une fois : les ateliers restent la partie la plus intéressante.

Photographier au quotidien avec Anne-Laure Jacquart
Photographier au quotidien avec Anne-Laure Jacquart

Après la prise de vue : dire qu’il s’agit d’un chapitre à proprement parler ça serait mentir ; c’est une partie qu’Anne-Laure ne doit pas aimer plus que ça, la post-production. Je ne partage pas son conseil de ne pas organiser ses photos par année mais de préférer un classement par lieu ou par type d’image. Lors d’une sauvegarde, le tri par date est le meilleur moyen pour ne pas se tromper. Mais ce n’est pas bien grave, ce n’est qu’une question de point de vue, de méthode de travail, pas de quoi remettre en cause des fondamentaux.

Par contre, je suis tout à fait d’accord avec sa pensée : le fichier photo généré par le déclenchement n’est pas la réalité. Oui ? Deux fois oui. Trois fois oui même.

Mais une fois qu’on affirmé ceci, plus rien ; ceux qui souhaitent approfondir les compétences en matière de post production sont ici en terrain inconnu, Anne-Laure semble être arrivée à la gare de tête, le train s’arrête, tout le monde descend, c’est le mot de la FIN.

En conclusion

En définitive, le livre est riche en matière mais cette nouvelle édition 2013 enlève tout le charme et la beauté de l’original de 2011 dans un format passe partout qui laisse peu de place au plaisir de la lecture.

Comme indiqué en quatrième de couverture, ce format semi poche est un format plus pratique pour un « coaching photo » : c’est comme dans une salle de gym, une liste d’exercices, sans plus.

Dommage…


Giorgio Paparelle

Giorgio PAPARELLE, photographe amateur, architecte de formation, je suis un pur autodidacte. J’ai commencé à m’intéresser à la photo un peu par hasard; à mes débuts j’utilisais des compacts puis j’ai été attiré par les reflex et les possibilités offertes en termes de contrôle de chaqueparamètre en fonction de la veine créative du moment.

4 pensées sur “Avis sur le livre «Photographier au quotidien» de Anne Laure Jacquart

  • 27/10/2013 à 0 h 15 min
    Permalink

    Très bonne critique du livre… Mesurée et, je trouve, pertinente.. j’ai eu les mêmes sensations à la lecture, un peu lassante, et décevante par rapport à mon attente : qui ne me donnait pas tant que ça envie de faire de la photo « au quotidien », de moins en moins au fil des pages…
    Sans doute une mise en page plus « goûteuse » où on profite des images aurait mis en appétit (je ne connais pas la version précédente)…
    Le format pocket est un argument pour les éditeurs, peut-être pas toujours pour mettre en valeur les auteurs…
    Merci de l’avis en tous cas!

    Répondre
    • 28/10/2013 à 9 h 06 min
      Permalink

      En effet l’avis de Gorgio est très pertinent, j’ai lu les deux éditions et la première est tout simple géniale 😉

      Répondre
  • 22/03/2014 à 20 h 13 min
    Permalink

    Je découvre et cette édition et ce site,il me semble que on parle de photo et uniquement et c’est bien.

    A plus tard
    Jean-Claude

    Répondre
  • Ping :Livre de la semaine: "Photographier au quotidien" de Anne Laure Jacquart | BonPlanPhoto

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.