Avis sur le livre « Comment tout photographier » de Tom Ang

Quel que soit notre degré de pratique, on s’est tous retrouvé un jour avec notre appareil en main, avec la conviction que la scène qui se déroulait sous nos yeux avait un potentiel photogénique, mais sans avoir aucune idée de comment s’y prendre pour la mettre en valeur. Ou bien une fois devant notre écran, au moment du tri des photos, on a cette impression qu’on n’a pas su faire les bons choix de composition, de réglages, qu’il manque « le truc en plus ». Et alors on recherche des articles, des témoignages, des conseils sur le net pour savoir comment réagir la prochaine fois qu’une telle situation se représentera, si toutefois elle se représente… Et si pour une fois on prenait les devants ?

Comment tout photographier
Comment tout photographier

Avis sur le livre « Comment tout photographier » de Tom Ang

« Comment tout photographier » de Tom Ang va parcourir un éventail de situations que le photographe amateur (j’y reviendrai plus tard) peut être amené à rencontrer. Parlons d’abord de l’ouvrage en lui-même, de l’objet : un véritable pavé de presque 400 pages, ce qui est de très bon augure pour un recueil qui se veut exhaustif. Au format paysage et proche du A4, le confort d’utilisation est mis en avant grâce à une couverture souple, très pratique aussi bien pour les recherches précises que pour les feuilletages occasionnels dans l’attente d’une bonne idée. Le sommaire est clair, bien découpé (8 grands thèmes détaillant chacun les situations les plus courantes s’y rapportant) et surtout complet. Mais il est temps de voir ce que la bête a dans le ventre…
Comment tout photographier
Comment tout photographier

Pour débutants ? Ou photographes plus avertis ?

Tom Ang se définit lui-même comme un « partageur » plutôt qu’un professeur, à travers ses travaux, ses émissions télé sur la BBC ou ses livres. Au vu de la table des matières et des sujets abordés, on ne peut qu’être confiant sur ce qu’on va trouver tout au long du recueil. De plus, ayant déjà publié « Les Fondamentaux de la Photographie » ou encore « le Manuel de la Photographie Numérique », je pensais que la cible principale de « Comment tout photographier » serait l’amateur de photographie désirant aller plus loin que les photos de famille à faire lors de l’anniversaire de Tata Andrée ou des clichés du chat qui dort sur le canapé. Cet amateur là, en général, vient d’investir dans un reflex et cherche à améliorer sa pratique, notamment en sortant du mode automatique.

Sauf que dans le portrait robot dressé par l’auteur, l’équipement du photographe débutant commence au compact et s’arrête au bridge. Et là je sens que ça commence à grincer des dents dans le fond, alors essayez de ne pas tomber de vos chaises lorsque je vous dirai que l’auteur préconise d’utiliser au maximum le mode… automatique ! Oui je sais, ça pique… Il recommande aussi d’utiliser les différents modes scènes, mais pas ou peu d’explications sur les modes TV, AV… Ce qui est somme toute cohérent si on a comme seule arme un petit compact. Mais vous n’utiliseriez que les trois premières vitesses de votre voiture, vous ? Moi qui ne suis pas un partisan de la surenchère technologique (je dis toujours que le meilleur appareil photo, c’est celui qu’on a sur soi), pour le coup j’ai du mal à comprendre ce parti-pris, qui risque d’influencer les conseils donnés tout au long de l’ouvrage. Et puis mince, quoi, c’est Tom Ang. On attend d’autres conseils que « n’utilisez pas le format RAW sauf si c’est pour imprimer en grand format »…

Comment tout photographier
Comment tout photographier

Le meilleur appareil photo, c’est celui qu’on a sur soi

Allez, je respire un coup, je me calme, et je me mets dans la peau d’un photographe qui part de zéro, qui n’a aucune notion de composition et qui est ouvert à tout conseil. Et là, force est d’admettre que Tom Ang fait le job : les conseils sont simples, et surtout permettent au lecteur de se projeter : en effet, on voit souvent une photo de l’auteur au moment où il a pris la photo traitée. Cela permet entre autres de se « décomplexer » quant aux positions parfois acrobatiques qu’il faut adopter pour obtenir une photo différente.

Et puis avec ce livre, interdiction de dire qu’on ne sait pas quoi photographier : plus de 110 situations sont décortiquées, inscrite dans un vaste panel allant de la photo de paysages à celle d’animaux, en passant par les photos d’évènements, d’architecture ou encore d’enfants ou de passants. On a même des conseils pour faire de bonnes photos destinées aux sites de vente en ligne. Et pour chaque situation, pléthore d’illustrations : l’auteur n’est pas avare en exemples, avec les photos ratées, les réussies, les retouchées, le recadrées… Bref, une approche complète de ce qu’il est possible de faire avec un appareil en main, quel qu’il soit.

Chaque situation est abordée de la même façon, avec la photo finale, les étapes pour y parvenir (réglages, matériel utilisé, explication de la composition) qui sont résumées dans un encadré, et si besoin les conseils spécifiques ou les comparaisons après retouches/recadrage. On pourrait toutefois s’interroger sur quelques photos « sélectionnées » qui souffrent parfois d’un manque de piqué assez gênant…

IMGP0155

Prise en main du livre

Malgré ses 400 pages, l’ouvrage est très agréable à feuilleter, grâce notamment au choix de la couverture souple.

Qualité des photos et illustrations

Si certaines photos sont très belles, d’autres ne méritent franchement pas de servir d’exemple aux lecteurs…

Compréhension des textes

C’est clair, concis, et très bien expliqué dans un langage accessible à tous. Un glossaire est même présent au cas où…

Rapport qualité/prix

Pour 30 euros, le rapport qualité prix est bien si vous l’offrez à un véritable débutant en photo, par contre vous risquez d’être déçu si vous pensiez pouvoir pousser votre reflex dans ses derniers retranchements…

IMGP0164

Une mire mal réglée ?

Au final, je ne sais pas trop quoi penser de ce « catalogue des bonnes pratiques ». S’il peut être un allié utile pour celui qui vient d’avoir son premier compact, bridge ou reflex (et qui ne veut pas trop se casser la tête avec les réglages), il subsiste malgré tout un goût d’inachevé… Certains conseils sont très bons (la majorité d’entre eux d’ailleurs) et d’autres sont carrément contre-productifs (« utilisez la sensibilité maximale », j’ai mal), voire ne s’adressent qu’à une infime partie des lecteurs : utiliser un grand angle, un filtre polarisant, c’est très bien, mais vu qu’on ne s’adresse pas aux utilisateurs de reflex et que les possesseurs de compacts ne vont savoir que faire de ces « astuces », seuls les possesseurs de bridges ayant investi dans plusieurs objectifs pourront réellement exploiter cet ouvrage. Tom Ang rate sa cible en voulant simplifier à l’extrême, malgré l’abondance de bonnes idées qui aideront malgré tout le néo-photographe. Et son collègue plus aguerri pourra toujours lui emprunter Comment tout photographier pour glaner de-ci de-là une astuce à laquelle il n’avait pas pensé…

[box type= »shadow » ]

Points forts:

  • Un ouvrage très agréable à manipuler
  • De très nombreuses situations abordées et détaillées
  • On voit le photographe en action
  • Des conseils concernant l’avant et l’après prise de vue (préparation du matos, stockage…)
Points faibles:

  • Certains conseils franchement discutables
  • Quelques photos floues
  • On ne sait pas trop à qui s’adresse ce livre

[button color= »blue » size= »big » link= »http://www.amazon.fr/gp/product/2100737872/ref=as_li_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=19458&creativeASIN=2100737872&linkCode=as2&tag=bonplanphot-21″ target= »blank » ]Achetez sur Amazon[/button]

[/box]

Florent Selvini

"j'ai 33 ans et j'habite Ajaccio. J'ai eu la chance de pas mal bouger pendant quelques années grâce au hockey, et en ce qui concerne la photo j'ai toujours aimé le moment ou tu "shootes". Certainement mon côté "chasseur" hérité de mes racines, mais au lieu de chasser des sangliers, je chasse des images ! J'adore cet instant où, après avoir évalué tous les paramètres, techniques, artistiques, tu appuies sur le déclencheur... Et quel régal lorsque la prise est bonne ! Je photographie vraiment depuis une huitaine d'années, avec l'achat de mon premier reflex, un entrée de gamme chez Pentax, que j'ai usé jusqu'à la moëlle pendant tout ce temps, partant du principe que l'appareil ne ferait pas le photographe (même si je lui ai rajouté deux ou trois objectifs). Je ne suis passé que récemment (il y a deux semaines) au K-5, et je vais enfin pouvoir explorer des mondes jusqu'alors inaccessibles (Ah, les joies du recadrage, de la montée en ISO...) !"

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.