Avis sur le livre « Lightroom 5 pour les photographes » de Martin Evening

Les éditions Eyrolles, spécialisées dans les livres de passions en tout genre, nous livre la nouvelle mouture du célèbre livre « Lightroom pour les photographes » de Martin Evening.  Ce livre est le guide de référence sur le logiciel photo d’Adobe. En effet, Martin Evening, photographe anglais, à assister les équipes Adobe dans leur l’élaboration de Lightroom depuis les prémices du logiciel.

Avis sur le Livre Lightroom 5 pour les photographes de Martin Evening

La première chose qui frappe sur le livre de Martin Evening, c’est sa taille. Sa taille et son poids. Si vous voulez lancer quelque chose à la tête de quelqu’un pour le faire taire, ce livre peut tout à fait faire l’affaire (même si cela serait gâcher). Je ne vous promets cependant pas que la personne ne va pas se retrouver dans un coma prolongé due au choc violent de 2kg (et 640pages) pris en plein vol et vous avec une élongation du bras causé par le lancer. Plus sérieusement, il est appelé la bible de Lightroom, cela peut vous donner une idée de l’épaisseur du livre (et sa complétude). Je vous conseille ainsi de ne pas le livre à bout de bras, mais poser devant vous sur votre bureau et bien caler dans le canapé. Ou bien encore en format numérique.

Lightroom 5 pour les photographes
Le livre LIGHTROOM 5 POUR LES PHOTOGRAPHES de Martin Evening

Ce livre est donc la 5ème édition du livre Lightroom pour les photographes. Le livre est réalisé dans un papier épais et glacé qui ne craindra pas le multiple feuilletage. C’est un guide complet donc, agréable grâce à une mise page claire et aérée. Une police de caractère assez grosse pour ne pas s’abimer les yeux et des images d’exemples nombreuses à souhait qui viennent agrémenter et alléger les explications. A noter car c’est appréciable, des bulles d’infos directement présentent sur certaine photos pour cibler au plus près la commande à utiliser.  C’est en cela que le livre est si massif, mais c’est un mal pour un bien car la lecture s’en trouve grandement aisée. Le livre aborde le logiciel Lightroom dans sa globalité. Le sommaire est trop vaste pour le réécrire entièrement. Sachez juste qu’entre les grandes titres de subdivision du livre se trouvent à chaque fois une multitude de points qui abordent tous un sujet précis de Lightroom dont des points plus importants sont écris en gras. Le sommaire simplifié est donc le suivant :

  1. Découvrir Lightroom
  2. Importer des images
  3. Découvrir le module Bibliothèque
  4. Développer les fichiers RAW
  5. L’Art de la monochromie
  6. Accentuer l’image et réduire le bruit
  7. Exporter des images
  8. Imprimer
  9. Présenter son travail
  10. Gérer des images dans le module Bibliothèque.
  11. Les Annexes 1, 2 et 3

Chapitre 1 : Découvrir Lightroom Le premier chapitre du livre, en bonne introduction, présente le logiciel. Martin Evening nous expose d’abord l’architecture du logiciel. Sa philosophie pour ainsi dire. Et en quoi il peut s’interfacer avec Photoshop et/ou comment il peut s’en passer. Après le processus d’installation, l’auteur nous dévoile le logiciel en 18 point clé. Les différents modules, le développement  l’importation, l’export, le diaporama, l’impression. Tout y passe rapidement et simplement. En une quarantaine de page, si vous n’avez jamais utilisé Lightroom, vous saurez déjà de quoi il est capable et comment il est organiser. De même, si vous ne connaissez pas ou un peu, voir même beaucoup, Lightroom, cette présentation va soulever un nombre incalculable de question de type : que veut dire ce mot ? Pourquoi choisir ce paramètre plutôt qu’un autre ? Comment faire le truc machin chouette en mode automatique ? Heureusement, toutes les questions trouvent leurs réponses dans les pages suivantes. Car finalement, les 10 chapitres suivant ne sont que la décortication de cette présentation ! Passons donc au chapitre 2 et rentrons dans le cœur du sujet !

chapitre 2 : Importer des images De prime abord, je me suis pensée : « mais pourquoi le livre ne commence pas par le module Bibliothèque ? ». C’est effectivement le premier que l’on ouvre sur Lightroom et celui qui sert justement à importer les images.  Le chapitre « Importation » je l’aurais donc vu après le chapitre sur la Bibliothèque. Mais après réflexion et lecture, ce choix est fort judicieux car l’importation est un passage obligé dans Lightroom et c’est effectivement la première chose que l’on réalise après avoir installé le logiciel. Ici tous les moyens possibles et inimaginables d’importer dans Lightroom sont expliqués. Utilisant le logiciel depuis un moment, j’avoue ne pas me servir de tous, mais de l’importation à partir de la carte mémoire, du disque, en glisser/déposer, je dois avouer,  il y a le choix ! Mais bien entendue, ce chapitre ne se résume pas qu’à ça. Il creuse en profondeur le processus d’importation. Il explique les différents paramètres et les subtilités qui sont bien difficile à comprendre sans cela : le rendu des aperçus, les paramètres prédéfini d’importation, l’importation en mode prise de vue connectée. La boite de dialogue d’importation de Lightroom n’aura plus jamais aucun secret pour vous après la lecture de ce chapitre !  Je ne pensais même pas que l’on pouvait en consacrer autant de page 😉

Chapitre 3 : Découvrir le module Bibliothèque Le module Bibliothèque est un des modules les plus importants de Lightroom avec le module Développement traité dans le chapitre 4. Et cela tombe bien parce que ce chapitre le passe en revue très finement. Il commence par expliquer le principe du catalogue qui est la base de Lightroom. Tous les paramètres de ce dernier seront mis au jour, de la création à l’importation en passant par la sauvegarde. Martin Evening aborde ensuite l’interface du module, les différents panneaux. C’est la la partie descriptive du logiciel. Mais ensuite Martin nous montre ce qui fait la force de Lightroom, soit le tri et la recherche et les collections de photos. Les modes de visualisations, les notes, les libellés de couleurs, les collections dynamiques tout est expliqué pour que vous puissiez classer vos photos.

Utilisant Lightroom depuis quasiment ces débuts et conquise jusqu’à par la complétude du livre, j’ai été étonné à la lecture ce chapitre de ne pas voir apparaitre plusieurs point dont je me sers dans ce module, comme les exifs, les mots-clés. Et notamment la possibilité de changer l’heure de prise de vue, si comme moi, vous oubliez parfois de changer l’horodatage de votre appareil photo lors du changement d’heure été ou d’hiver. Mais pas de panique ! Tous ces points, somme toute, essentiels, sont expliqués dans le chapitre 10 : « Gérer les images dans le module Bibliothèque ». Et oui ! Ce chapitre 3 n’est que la découverte ! Alors pour le fait d’avoir séparé les informations en deux chapitre, pourquoi pas, ça peut être logique de séparer le mécanisme de base de la puissance de l’outil.

Mais les espacer autant en les plaçant un au début du livre et l’autre à la fin, pourquoi pas, mais ça m’est bizarre. Peut-être que je connais trop le logiciel. Pour moi, c’est deux chapitre ne sont qu’une seul et même un tout puisque lorsque je me sers du module Bibliothèque, je réalise tous ces actes décrits dans le chapitre  3 et 10 dans la foulée sans y penser. Mais un débutant se retrouvera peut-être mieux ainsi, admettons !  Le tout est de le savoir. Nos photos étant bien rangées et classées, allons voir comment les développer !

Le livre LIGHTROOM 5 POUR LES PHOTOGRAPHES de Martin Evening
Le livre LIGHTROOM 5 POUR LES PHOTOGRAPHES de Martin Evening

Chapitre 4 : Développer les fichier RAW La « qualité du moteur de développement et le fait qu’il retarde le traitement d’images jusqu’à la conversion des fichiers font parties des propriétés les plus puissantes de Lightroom  » nous dit Martin Evening en introduction de ce chapitre. Le module Développement est le deuxième module le plus important de Lightroom et la taille de chapitre le démontre. Ce dernier fait en effet presque un quart du livre à lui tout seul ! Le chapitre commence par une explication des nouveautés de la dernière version de Lightroom en matière de développement. Et continue sur le principe de modification non dénégatrice puisque Lightroom n’applique le traitement appliqué à la photo qu’une fois que celle-ci est exportée.

Martin Evening fait ensuite une parenthèse bienvenue sur la calibration des couleurs. Une explication des différents principes sont abordé ainsi qu’un exemple de calibration d’écran. Point fort Intéressant dans ce style de livre ! Puis c’est partie pour la revue du module ! Tous les panneaux et outils du module Développement sont passés au crible. Tous. Rien de manque ou presque. Ce qui manque sera traité à part dans les chapitres suivant tellement ils méritent que l’on y accorde temps et importance. Il s’agit de la conversion noir et blanc et des outils d’accentuation et de gestion du bruit. Mais à part ces panneaux, tout le reste y est. De l’outil recadrage au tout nouveau filtre radial. Des paramètres prédéfinis aux copies virtuelles. Le nouvel outil Upright qui redresse les perspectives.  Tout y passe. A partir de cas concret, Martin Evening nous montre comment se servir des possibilités de Lightroom. C’est très bien expliquer et très facile à suivre. Par contre, n’attendez pas de « secret de développement » plus que cela. Il n’y a là aucuns réels tutoriels complets. Mais juste une mise en situation des outils. C’est une approche démonstrative et explicative. Mais avec ça, vous saurez « tout faire » pour post-traiter vos photos. Et même vos vidéos, car un point y est consacré. Elle n’est pas belle la vie ? Je vais m’arrêter là sur le chapitre sinon je vais réécrire le livre. Et sans les images d’exemple, cela serait fort dommage 😉 Mais dit donc, avons-nous vu comment faire une photo noir et blanc ?

Le livre LIGHTROOM 5 POUR LES PHOTOGRAPHES de Martin Evening
Le livre LIGHTROOM 5 POUR LES PHOTOGRAPHES de Martin Evening

Chapitre 5  : L’art de la monochromie C’est un tout petit chapitre, l’art du monochrome. Et pour tout avouer, il parle aussi de bichromie mais on le pardonne car c’est un rendue très apprécié grâce à une célèbre application de téléphone 😉  Lightroom permet de créer de beau noir et blanc personnalisé, Martin Evening nous explique comment. Ici, ne seront pas oublier les virages partiels et donc les effets de bichromie. C’est court mais bien expliquer. Et comme tout fichier RAW, en couleurs ou en noir et blanc,  a besoin d’être accentué, passons au chapitre suivant !

Chapitre 6 : Accentuer l’image et réduire le bruit C’est un petit chapitre là aussi. Mais je vais arrêter de le dire car ils le seront tous plus ou moins à partir de maintenant, car nous avons passé les grand modules de Lightroom. Après nous avoir énoncé les nouveautés de la version 5 de Lightroom, Martin Evening nous détaille en profondeur le panneau « Détails » du logiciel.

Ce panneau comprend donc l’accentuation et la gestion du bruit. Deux points très importants du post-traitement. Vous trouverez dans ce chapitre des explications exhaustives sur l’ajout de netteté mais aussi sur le fait d’enlever, ce que l’on ne pense rarement à faire alors que les effets peuvent être plus qu’adéquat selon les cas. La gestion de bruit n’échappe en rien non plus aux explications.

Le livre LIGHTROOM 5 POUR LES PHOTOGRAPHES de Martin Evening
Le livre LIGHTROOM 5 POUR LES PHOTOGRAPHES de Martin Evening

C’est net et précis. Très instructifs. Ce chapitre clos le module Développement. Nous pourrions presque clore le livre et le test ici. Car nous avons fait la plus grande partie du travail. Mais la finalité d’une photo, c’est d’être montrée. Et pour ça, le passage obligé est l’exportation. Ça tombe bien, c’est le chapitre suivant ! 😉

Chapitre 7 :  Exporter des images En réalité ce chapitre ne traite pas que l’exportation finale mais également de l’exportation en cours de post-traitement lorsque l’on veut modifier sa photo ailleurs que dans Lightroom. C’est le cas, par exemple, lorsque l’on veut l’éditer dans Photoshop. S’il aborde un peu les autres éditeurs, c’est donc essentiellement une présentation (très intéressante au demeurant) de la mécanique bien rodé Lightroom/Photoshop qui débute de chapitre. Ensuite nous passons sur l’exportation finale, avec là aussi tous les secret de l’exportation percées. Que vous vouliez graver vos photos, les partager sur un site en ligne ou l’envoyer par mail, vous saurez tout. Pour posséder les deux logiciel Lightroom et Photoshop, j’ai découvert quelques astuces bienvenues. Un chapitre que l’on peut croire très simple qui se révèle riche en enseignements. Mais plutôt que d’exporter, peut-être préférez-vous imprimer ? Cela tombe bien (les choses sont bien faites) c’est le chapitre suivant 😉

Chapitre 8 : Imprimer Le titre du chapitre a la qualité d’être simple et on ne peut plus implicite. Nous faisons un bond de géant et arrivons dans le 6ème  module de Lightroom « Impression » (les modules entre Développement et Impression seront traités pas d’inquiétude !). Le module impression sur Lightroom est très riche et offre de nombreuse possibilité. J’en ai même découvertes dans ce chapitre ! Mais pour ma défense, je reste très « classique » dans mes impressions ce qui explique que je ne me serve donc pas de toutes les facultés de Lightroom et que j’ai appris ici pleins de choses !  Ce chapitre explore le module Impression de fond en comble. Vous pourrez imprimer sans problème vos plus belles réalisations en planche contact, après avoir fait un épreuvage écran et choisi le bon profil ICC. Ici, tous ces concepts vous seront expliqués ! Pour ma part, j’ai découvert notamment comment faires des pêlemêles ce qui peut être très intéressants selon le style d’images. 🙂 Voilà ! Nous avons classé, traité, exporter, imprimer nos photos. Mais on ne s’arrête pas là, non non ! Maintenant nous allons dévoiler notre travail à la face du monde ! Ou a simplement à votre famille c’est selon…

Chapitre 9 : Présenter son travail Ce chapitre regroupe le module Livre, Diaporama et Web de Lightroom. Il est intéressant de les avoir regroupé ensemble car si la forme n’est pas la même, leur but est certes identique : permettre au mieux de montrer vos photos. Comme dans le reste du livre tout est complet et bien expliqué avec photos à l’appui (en doutiez-vous ?). Le chapitre commence le module livre. Ce module a été créé en étroite collaboration avec l’éditeur de livre Blurd. Après lecture de chapitre, vous saurez créer des livres à l’allure professionnelle très facilement.Je pense que l’on pourrait presque consacrer un livre entier à la conception d’un livre photo (un livre existe d’ailleurs sur ce sujet). Mais les explications reste suffisante, du moins tout vous sera expliquer pour que vous puissiez éditer votre livre avec Blurb et Lightroom.

Le livre LIGHTROOM 5 POUR LES PHOTOGRAPHES de Martin Evening
Le livre LIGHTROOM 5 POUR LES PHOTOGRAPHES de Martin Evening

Nous enchaînons avec le module Diaporama. Comme c’est un module que je n’ai jamais encore eu besoin d’utiliser, j’ai lu ici avec encore plus d’attention ! Et tout va bien jusqu’ici ! Je pense que je saurais maintenant faire des diaporamas avec Lightroom si besoin il y a 😉 Et créer des modèles. Et l’exporter en format vidéo ! Mais finalement, si votre rêve est de créer une galerie web, là aussi c’est faisable avec le module Web ! Ce module est lui aussi bien expliqué car n’ayant jamais mis le nez dans celui-ci non plus, j’ai suivi les explications claires de Martin et le tour était joué ! Il nous parle la en plus des différents éditeurs externe. De la création à l’export, les explications défilent sans problème.   Et cela nous emmène vers le dernier chapitre du livre !

Chapitre 10 : Gérer des images dans le module Bibliothèque Nous avons ici le chapitre qui complète la découverte de la Bibliothèque. Nous voyons ici le panneau laissé de côté jusque-là. C’est à dire celui des Métadonnées. Martin y parle de mots-clés, d’arborescence, d’EXIF et d’IPTC. Il parle aussi des petits outils de la Bilbiothèque comme le pot de peinture ou les libellés de couleurs et du très performant outil de tri avec sa barre de filtre. Mais ce chapitre ne s’arrête pas là car il décrit aussi le dernier module de Lightroom, celui de la Carte. Géolocaliser ses photos, récupérer des tracés GPS, est ici expliqué en détail. C’est un chapitre très intéressant que je n’explique toujours pas en fin du livre puisqu’il est très important pour la gestion de photos proposé par Lightroom. Je vous conseille d’ailleurs, si vous voulez comprendre Lightroom dans l’ordre, de lire avant les chapitres sur les exports et même juste après celui de la Bibliothèque, soit après le chapitre 2. Cela étant dit, nous filons vers les annexes afin de clore ce test!

Le livre LIGHTROOM 5 POUR LES PHOTOGRAPHES de Martin Evening
Le livre LIGHTROOM 5 POUR LES PHOTOGRAPHES de Martin Evening

Les Annexes Je vous conseille de lire les annexes car elles sont bourrés de petits conseils et autres suggestions qui peuvent se relever fort sympathique. La première aborde la configuration du logiciel, la deuxième sa personnalisation et la troisième le matériel pour faire tourner parfaitement Lightroom. Par exemple, voici quelque chose qui je ne savais pas et qui ma foi, peut être fort classe selon les situations : changer le logo de démarrage du logiciel, ici avec mon avatar !

 

Le livre LIGHTROOM 5 POUR LES PHOTOGRAPHES de Martin Evening
On est d’accord, ça peut aussi ne servir à rien mais ça m’a amusé ! – Le livre LIGHTROOM 5 POUR LES PHOTOGRAPHES de Martin Evening

Conclusion sur le livre Lightroom 5 pour les Photographe Numérique

Je dois vous faire un aveu, je n’ai jamais flashé avant sur ce livre à cause de sa couverture. Une couverture ne fait pas l’intérêt d’un livre certes, mais elle contribue à l’envie que l’on peut avoir de le lire. Et j’avoue que le style de photo de la couverture ne m’a jamais attiré mais c’est un fait que je ne suis pas branché portrait plus que ça. Ce n’est pas là une critique de la couverture car je reconnais la perfection du portrait proposé mais juste un ressenti personnel. Car ormis ce détail purement subjectif, le livre de Martin Evening est vraiment intéressant à lire si on veut connaître Lightroom.

Son surnom de Bible lui va à merveille. Je connais bien Lightroom et toutes ces questions auxquelles j’ai un jour cherché des réponses sur internet ont toutes étaient posés et répondues dans ce livre. Quand je me disais « voyons voir si on en parle de tel chose, la réponse était toujours oui. C’est un pavé à lire. La lecture peut rebuter au début mais il ne faut pas laisser tomber car pour connaitre Lightroom, il n’y a peut-être pas plus complet. De plus, on peut chercher l’information qu’il nous faut par le sommaire. Il n’est en aucun cas nécessaire de lire tout du début à la fin (heureusement !). On retrouve relativement vite l’information que l’on cherche. C’est un bon point, là aussi, pour la table des matières très détaillée.

Cela étant dit, ce livre doit être presque comparé à un mode d’emploi, plus complet et mieux expliqué que celui fourni par Adobe. Car s’il donne tous les outils en main pour appréhender parfaitement Lightroom dans son ensemble, ce livre n’est pas un livre qui donne des techniques ou des conseils outre mesurent. Martin ne vous dit pas « faites comme ça c’est mieux » mais plutôt « pour réaliser cela, vous avez telle méthode ou telle autre ». Il présente le pouvoir de Lightroom. Les possibilités. A vous de saisir et d’adapter votre méthode de travail au potentiel du logiciel. Pour le mot de la fin, je conseille vraiment ce livre que tout possesseur de Lightroom devrait avoir. Je regrette de ne pas avoir investi avant, je me serais épargner une foule de recherche lorsque j’ai commencé Lightroom pour tenter de comprendre comme ça fonctionnait 😉 Une très bonne lecture, en somme ! Merci à Martin Evening pour son travail !

Emilie BRUCHOT

Photographe passionnée dans les Ardennes (08). Elle s’est découvert un goût pour la photographie il y a une dizaine d’année. Affermissant sa technique débutante à force de lecture de livre et de magazine photo et grâce au web, elle n’a eu de cesse de photographier, de se tromper encore et encore jusqu’à connaître les joies de la belle photo.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.