Avis sur le livre « Les secrets de la photo sous-marine » de Amar GUILLEN et Isabelle GUILLEN

Les éditions Eyrolles ont publié le livre de Amar GUILLEN et Isabelle GUILLEN «Les secrets de la photo sous-marine : Technique-esthétique-créativité». Grâce au numérique, la photo sous-marine se démocratise ; sur les bateaux, la plupart des plongeurs sont aujourd’hui équipés d’appareils photo.

Les secrets de la photo sous-marine : Technique-esthétique-créativité
Les secrets de la photo sous-marine : Technique-esthétique-créativité

 Avis sur le livre « Les secrets de la photo sous-marine » de Amar GUILLEN et Isabelle GUILLEN

Comme l’indiquent très justement les auteurs de cet ouvrage en Avant-Propos « Le nombre de photographes sous-marins s’est considérablement accru, la quantité de photos disponibles s’est multipliée de manière exponentielle(…). Quel que soit leur niveau, les photographes doivent (…) aller plus loin, pour surprendre leurs auditoires. ». Il en est de même en matière d’ouvrages consacrés à la technique et au matériel de photo sous-marine car même s’ils ne sont pas plusieurs dizaines en rayon, ils finissent par tous apporter les mêmes informations. Alors cet ouvrage qui est annoncé comme une mise à jour logique des deux précédents ouvrages d’Amar et Isabelle Guillen datant de 2007 apporte-t-il quelque chose de plus que ces futurs voisins de bibliothèque ? Va-t-il plus loin, pour surprendre ses lecteurs ? Voici quelques pistes de réponse à ces interrogations.
01 - Introduction  - Un de plus_resized
Les secrets de la photo sous-marine : Technique-esthétique-créativité

[review]

Présentation

De belle facture avec ses quelques 267 pages en papier glacé réunies par cahiers de 16 pages brochés, les couleurs chatoyantes de sa couverture attirent immédiatement le regard ce qui est un minimum pour un ouvrage consacré à la photo sous-marine ou les couleurs sont souvent vives. Divisé en quatre grands chapitres, à la lecture du sommaire les grands thèmes abordés restent classiques avec : Les bases de la photo sous-marine ; S’équiper pour la photo sous-marine ; Photographier sous l’eau et enfin : Créer de belles photos sous-marines. La curiosité du lecteur (ou du futur acquéreur) est toutefois attirée par la profusion de sous-chapitres pour ces divers thèmes. Pour l’amateur éclairé que je suis, cette curiosité laisse même vite place à un mélange d’excitation et de crainte car cette profusion de sous-chapitres (chacune des 267 pages de l’ouvrage apparaît quasiment dans le sommaire..) sera-t-elle synonyme de masse conséquente d’informations et de trucs et astuces de pro subtilement diffusés page après page ou d’une succession d’informations sans la pédagogie qui vous permettra aisément de comprendre et d’appliquer par la suite les conseils apportés ? Restons prudents et une note de 6.5 sur 10 sera suffisante pour la présentation de cet ouvrage ou une diminution du nombre de sous-chapitres dans le sommaire serait probablement profitable.

Les secrets de la photo sous-marine : Technique-esthétique-créativité
Les secrets de la photo sous-marine : Technique-esthétique-créativité

 

Qualité des photos et illustrations

La principale question est probablement de savoir ce que nous attendons des photos présentes dans un ouvrage de technique photographique. Personnellement j’attends trois choses de ces dernières :[checklist]

  • Illustrer les informations théoriques apportées ligne après ligne via une photo correctement réalisée ;
  • Ponctuellement montrer ce qu’est une mauvaise photo pour laquelle le photographe n’aurait pas mis en application les réglages conseillés ;
  • Me permettre d’analyser moi-même le cliché notamment par les EXIF afin d’apprendre encore plus…[/checklist]

Au regard de ces critères, autant le dire tout de suite, les illustrations de cet ouvrage m’ont déçu. Les photos sont belles, certes. La renommée des auteurs n’est pas usurpée, mais cela nous le savions avant d’ouvrir ce livre. Mais alors pourquoi pas plus de photos en pleine page (seulement 4-5 dans tout l’ouvrage) ? Certes nous sommes là pour apprendre mais pourquoi ne pas rêver en même temps plutôt que d’observer des chefs d’œuvre photographiques à la loupe grâce à leur insertion en format 8cm x 5cm (Cf. exemple page 225 avec un magnifique contre-jour en contre-plongée).

Les secrets de la photo sous-marine : Technique-esthétique-créativité
Les secrets de la photo sous-marine : Technique-esthétique-créativité

 

La première attente citée précédemment est toutefois respectée avec des clichés illustrant parfaitement les informations apportées. Par contre, pas ou peu de mauvaise photo sous ou surexposée, mal cadrée, floue…  et encore moins d’EXIF… Profonde déception.

Vous shootez en Nikon ? Parfait.. Avec quel boitier ? D7100, D600, D800, D4… ?? Vous faites de magnifiques macro ? Parfait.. Avec quel objectif ? 60mm macro, 105mm macro… ? Avec quelle ouverture ? Quelle sensibilité ? Quelle vitesse ?.. Auriez-vous peur de dévoiler vos secrets chers auteurs malgré le titre de votre ouvrage?

En conclusion à ce chapitre, la qualité des photos est là, c’est le minimum attendu, mais leur mode d’utilisation bride malheureusement l’apprentissage du lecteur. Ma note pour la qualité des photos et illustrations : 3 sur 10.

Compréhension des textes

Cet ouvrage est annoncé par les auteurs « pour être progressif au fur et à mesure du déroulement des chapitres ». Si le premier chapitre consacré aux « bases de la photo sous-marine » m’a paru bien superficiel et donc aisément compréhensible par un débutant, j’ai tout particulièrement apprécié les cinq premières pages dudit chapitre pour leur caractère novateur qui pourrait bien énerver certains plongeurs aguerris : « l’éthique en photographie sous-marine »… Ce petit côté « père fouettard » est en effet tout à fait adapté à la discipline car pratiquer la photo sous-marine c’est emmener du matériel souvent très coûteux dans un milieu hostile à la technologie qui aurait une faille d’étanchéité, en pratiquant un sport classé à risque au milieu d’une faune fragile et qui doit être protégée.. Les bases sont posées, la lecture peut commencer…

Le second chapitre m’a également surpris car bien que traitant du matériel utilisable en photographie sous-marine, informations récurrentes dans les ouvrages sur le sujet, les auteurs ont abordés certains détails qu’il ne me semble par avoir précédemment retrouvé dans d’autres ouvrages tels que les calculs de champ angulaire ou de densité des filtres notamment. A vos calculatrices.. Ce chapitre est donc suffisamment complet pour combler aussi bien les débutants que les amateurs.

04 - Textes - Calculs de champ angulaire_resized
Les secrets de la photo sous-marine : Technique-esthétique-créativité

Chapitre trois : « Photographier sous l’eau ». Voici le cœur de l’apprentissage. Vous êtes équipés.. il n’y a plus qu’à… Plus qu’à quoi ? Plus qu’à faire de beaux clichés bien sûr, mais pour cela il y a beaucoup de choses à apprendre et toutes ces choses se doivent de vous être bien expliquées, dans un ordre logique qui facilitera votre compréhension. Toute la théorie est dans ce chapitre mais il sera parfois difficile de vous y retrouver (heureusement il y a le maxi sommaire page à page déjà précédemment cité…). Que fait la préparation du matériel entre les sous-chapitres consacrés aux « 10 conseils pour les photographes sous-marins » et « Bien utiliser l’éclairage sous-marin » ? Les 10 conseils ne seraient-ils pas mieux en fin de chapitre pour résumer les éléments les plus importants exposés dans les pages précédentes ? L’organisation du chapitre est donc parfois déroutante mais c’était déjà un peu le cas dans les chapitres précédents… Il regroupe toutefois les informations importantes pour votre apprentissage, charge à vous de les mettre bout à bout pour devenir opérationnel…

Enfin le dernier chapitre est clairement destiné au perfectionnement en expliquant comment « créer de belles photos sous-marines ». Même si ce chapitre peut être lu par un débutant, peut-être devra-t-il le relire plusieurs fois au cours de ses longs mois et années d’apprentissage avant d’en comprendre toutes les subtilités. L’amateur éclairé y sera plus à son aise mais aurait peut-être attendu plus (photo de la fluorescence, photo de reflets, filets par mouvements de rotation de l’appareil… )

La progressivité de chapitre en chapitre annoncée par les auteurs est donc bien présente. Les informations sont là, même si elles auraient méritées d’être apportées dans un ordre plus clairement défini par les auteurs.

Je mettrai donc deux notes pour ce paragraphe : La note pour le fond de l’ouvrage : 8/10. La note pour la forme : 4/10.

Rapport qualité/prix

Soyons clairs, de par la qualité de présentation de l’ouvrage (couverture, qualité du papier..) et la masse importante d’informations présentes dans celui-ci, le prix public de 28€ semble adapté, même s’il me semble que pour ce prix, avec les mêmes informations, on peut faire mieux en matière de pédagogie…

Les secrets de la photo sous-marine : Technique-esthétique-créativité
Les secrets de la photo sous-marine : Technique-esthétique-créativité

Conclusion

Ma conclusion sera courte car tout a déjà été dit mais pour résumer je dirai que cet ouvrage remplit parfaitement son rôle d’informateur mais pas de formateur car tout est là mais la pédagogie aléatoire ne vient pas faciliter l’assimilation des informations.

[box type= »shadow » ]

Point forts:

  • Belle finition de l’ouvrage (couverture, qualité du papier..)
  • Enormément d’informations regroupées dans cet ouvrage
Points faibles:

  • Utilisation limitée des photos d’illustration malgré leur grand nombre
  • Fil conducteur de la transmission des informations parfois bien flou

[review]

[button color= »blue » size= »big » link= »http://www.amazon.fr/gp/product/2212139047/ref=as_li_ss_tl?ie=UTF8&camp=1642&creative=19458&creativeASIN=2212139047&linkCode=as2&tag=bonplanphot-21″ target= »blank » ]Achetez sur Amazon[/button]

[/box]

Fabien Forest

Venu à la photo en 2007 avec le souhait d'immortaliser mes plongées, tout d abord avec des compacts en caissons étanches, j'ai acquis mon premier reflex (eos 500d) en 2009 et ai commencé à pratiquer la photo terrestre et notamment de sport automobile et, à moindre mesure, animalière. Utilisant depuis 2013 mon vieux 500d en plongée avec deux flashs externes, je suis devenu un fidèle de la marque Canon et possède désormais plusieurs boîtiers et objectifs de la marque. Mon boîtier principal en photo terrestre est, depuis quelques mois un 1d mark IV

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.