Home » A la une » A la rencontre d’Eric Médard

A la rencontre d’Eric Médard

Cette semaine, je vous propose d’aller à la rencontre d’Eric Médard, photographe naturaliste mayençais. Eric a accepté mon petit jeu de questions/réponses et je le remercie de nous faire partager sa passion. Avant cela, si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

A la rencontre d’Eric Médard

Bonjour Eric,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?  

J’ai fait une formation es Sciences Naturelles, je dirai que j’ai ainsi fait mes premières armes naturalistes à cette occasion. Même si depuis tout gosse, j’ai toujours passé l’essentiel de mon temps en pleine nature, soit au bord de l’eau à la pêche ou dans les bois à construire des cabanes à étages. De fil en aiguille, j’ai voulu témoigner des expériences que je vivais lors de mes rencontres avec le monde sauvage et ce fût l’appareil photographique que je choisis naturellement pour pouvoir partager. Devenu enseignant, la passion pour l’image et la nature restèrent intactes jusqu’à ce que je décide de me mettre en disponibilité pour devenir photographe naturaliste professionnel et vivre plus pleinement encore ma passion pour la vie sauvage.
www-ericmedard-com-15
Racontes-nous un peu ton «histoire» photographique? et nous présenter ton/tes style(s) de photo de prédilection ?

Toute ma vie j’ai tout fait en autodidacte ou presque. J’ai donc acheté mon premier boitier et ma première lentille suite à une rencontre marquante avec un épervier qui vint tuer une tourterelle devant mon nez. C’était un minolta x300 avec un 70/210 tokina f4/5,6. Avec ça j’allais devenir le roi du monde, du moins en étais-je persuadé. Quelques années plus tard, j’ai adhéré à l’association APAB et là bas j’ai pris mes premières claques photographiques. Il fallait se rendre à l’évidence, je ne savais pas ce qu’était une photo. Il a fallu apprendre, lire, comprendre et faire. Certaines photographies me bluffaient véritablement et je n’avais qu’une idée en tête, faire aussi bien. C’est là bas que j’ai pu voir les premières photographies de chauves-souris en vol et ces photos me marquèrent à tel point que j’ai fait un projet spécialement sur ce sujet quelques années plus tard. J’ai aujourd’hui quitté l’APAB depuis une quinzaine d’année mais j’ai toujours cherché à perfectionné mon travail photographique. Je pense que la seule solution pour progresser c’est d’être en perpétuelle critique sur ses photographies. Etre capable de laisser totalement de côté l’émotion que l’on a eu à faire la photo pour ne s’attacher à sa force esthétique si elle en a une. Prendre du recul et critiquer avec objectivité en laissant sa fierté à côté.

Mon style de prédilection est sans aucun doute la photographie dite naturaliste. Ce qui ne l’empêche pas d’être esthétique. Mais je pense que nous avons le devoir de montrer la nature sauvage comme elle est. Et surtout de montrer la nature proche de chez nous. C’est d’ailleurs souvent un peu plus difficile car nous savons tous qu’en France la faune sauvage n’est pas trop tolérante à la présence de notre espèce et c’est un euphémisme que de le dire.
J’aime donc montrer les comportements avec de jolis lumières, des regards, des attitudes jusqu’à ce que la photo soit capable de scotcher le regardeur. Quand le regard d’une personne est stoppé sur une photo, c’est souvent qu’elle est bonne. C’est flagrant lors des exposition ou beaucoup de public passe.
Et pour photographier tout ça, j’aime aussi me servir de la technique. Réussir à faire des photos ou les gens disent, “mais c’est pas possible, c’est fait avec photoshop “ ! Ça ça me plaît, car la technique disparaît derrière la photo et après coup, on se dit comment il a fait. Bien en ce qui me concerne, c’est jamais avec photoshop, je ne sais juste pas m’en servir, rien que gérer un masque je n’y comprends rien. Donc mes photos sont toutes réalisées comme ça à la prise de vue. S’il y a plusieurs fois le même animal sur la photo c’est que c’est de la stroboscopie, s’il y a des vues de chauves souris en vol dans leur environnement c’est que c’est pris au très grand angle avec un passage très près de l’animal, s’il y a un filet d’étoiles derrière le sujet c’est que l’appareil est resté ouvert longtemps etc …. Tout est possible dès la prise de vue et sans faire de double expo, faut juste savoir comment marche un appareil photographique et chercher un peu !
www-ericmedard-com-10

A travers tes images, quelles émotions souhaites-tu procurer et/ou raconter quelles histoires ?

Je veux juste raconter ce qui existe, ce qui se passe. Mais je pense de plus en plus qu’il va falloir changer notre fusil d’épaule et commencer à montrer ce que l’on inflige à notre environnement. Il y a urgence et si on ne montre que des photographies d’animaux superbes, des paysages à couper le souffle, comment faire comprendre que cela va mal. Il va falloir montrer cette chute terrible de biodiversité, cette pollution des sols, des nappes, ce bétonnage des sols etc … il y a urgence. Mais c’est sûr que c’est moins vendeur, et le problème est là, en France, pas de revenus pour les photographes (comparable au statut des intermittents) pour faire de la véritable création, il faut absolument vendre nos photos pour vivre, et qui va acheter la photo d’un paysage pollué.

www-ericmedard-com-12

Dans tout ton matériel photo, as tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux?

Porte bonheur, je suis pas enclin au problème … mes des objets précieux oui bien sûr, tout mon matériel sans lequel je ne puis simplement pas travailler. Il a bien-sûr des optiques comme le 600 mm que j’aime tout particulièrement car le rendu est juste extraordinaire. D’un point de vue des boitiers, le plein format est pour moi incontournable. J’ai aussi un boitier avec capteur APSC, je ne m’en sers jamais sauf quand j’ai vraiment besoin de focal

www-ericmedard-com-17

Imagines que tu dois partir 2 jours sur une île déserte, quel matériel photographique qui t’est vital amènerais tu.

2 jours ça va aller … sans aucun doute le 600 et le d5 !? tu?
www-ericmedard-com-11
Où puises-tu ton inspiration (artistes, tes « maîtres à photographier », d’autres formes-expressions artistiques… )?

J’ai beaucoup admirer le travail de Laurie Campbell, Stephen Dalton. J’ai découvert il y a peu le travail de George Shiras. Une révélation et j’y ai retrouvé tout l’univers de mes Passeurs de Lunes même si la lumière employée est totalement différente, l’émotion est très proche je trouve. Et surtout quel talent avec les moyens techniques de l’époque !

www-ericmedard-com-13

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?
Impossible d’en retenir qu’une, alors je vais choisir une photo que j’avais en tête bien avant de la réussir. Il y a longtemps, j’avais été en Pologne dans la Bierbja pour photographier les chevaliers combattants lors de leur passage prénuptial. J’y avais vu des arbres énormes rongés par des castors. Et j’avais donc en tête cette photo d’un castor en train d’attaquer un arbre bien plus gros que lui. Pour mon projet Passeurs de Lunes, il fallait que je photographie le castor en lumière infra-rouge. Je demandais à un ami sur les bords de Loire de m’aider et je lui demandais par la même occasion s’il connaissait un gros arbre attaqué par des castors. Ce dernier me répondait que cela arrivait surtout en hiver et rarement en plein été, saison à laquelle nous étions. Je photographiais donc le castor sur le bord de Loire grâce à lui puis je revins chez moi. Deux jours plus tard, un ami m’appelle en me disant qu’il avait trouvé mon bonheur, ici en Mayenne. Et en effet, il avait trouvé un arbre comme dans mes rêves, et le plus étonnant c’est que les castors y sont revenus et l’ont même rongé devant mes appareils photographiques infra-rouges. Résultat, en une nuit 1700 photos comme je les avais rêvées… carte pleine !!
www-ericmedard-com-19
Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

Il y en a tellement, mais j’attends depuis des années l’autour des palombes dans ma piscine forestière !

Peux-tu nous parler de tes projets photographiques?

J’ai encore tellement de choses en têtes que c’est assez difficile. Je travaille beaucoup sur les paysages en ce moment, ce qui est nouveau pour moi. Et sinon, juste retourner dans les affût pour être au plus près de ces bêtes qui me fascinent tant. Passeurs de Lunes m’avaient un peu éloigné des ces attentes et j’y retourne avec beaucoup de plaisir.
capture-decran-2015-11-24-a-08-24-57
Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?
Il y a en a tellement, mais une de mes dernières grosses émotions fût sans doute l’apparition de la loutre en plein jour, chez moi en Mayenne. Elle est sortie face à moi, sur l’autre rive alors que j’étais là avant l’aube pour un tout autre repérage. Le pire, peut-être cette année aussi quand un trophy dam me révéla que l’ours était passé sous une averse de neige une heure après mon départ de l’affût !le pire?
www-ericmedard-com-14

Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu? 

 Il n’est pas vraiment méconnu , il vient d’ailleurs de gagner des prix aux plus grands concours. Mais c’est un très jeune photographe de terrain au talent incroyable et un très bon naturaliste, il s’agit de Quentin Martinez.
Un dernier mots?
Juste merci à BonPlanPhoto pour m’avoir offert cet espace pour m’exprimer et présenter mon travail photographique.
www-ericmedard-com-16

Merci Eric

Encore une fois un grand merci à Eric pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donné envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez le retrouver sur:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de BonPlanPhoto, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

a propose Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

2 Commentaires

  1. Une nouvelle fois, cet entretien avec un photographe de talent est très intéressant.
    Les photos qui accompagnent l’article sont également très belles et donnent une idée du travail d’Eric Médard.
    Merci et bravo.

    • Merci Stéphane, je suis toujours à la recherche de nouveaux photographes, si tu as quelques noms à me communiquer n’hésites pas!

Laisser un commentaire