A la rencontre de Stanley Leroux

On continue de découvrir les photographes sélectionnés pour les Zoom 2016 et qui on accepté de se dévoiler un peu plus. Cette semaine, on change de registre puisque je vous propose d’aller à la rencontre de Stanley Leroux. Je vous propose donc d’en découvrir un peu plus sur ce photographe, et pourquoi pas vous convaincre de voter pour lui pour les Zoom 2016. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

A la rencontre de Stanley Leroux

stanley-leroux-portrait-par-catherine-o-nb
Stanley Leroux par Catherine O

Bonjour Stanley,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie ? 

Bonjour à tous, je m’appelle Stanley Leroux, j’ai 32 ans. La question est bien posée car justement, la personnalité d’un photographe est souvent définie par son style de vie. En ce qui me concerne, j’ai une grande passion pour le voyage dans des contrées naturelles reculées. Celle-ci s’est révélée à moi un peu par hasard et elle semble incurable depuis ! C’est, je crois, ce qui me définit le mieux. Ah oui, et je suis photographe 😉

Raconte-nous un peu ton « histoire » photographique. Tu disais que la passion du voyage, qui semble liée à ton aventure photographique, t’est venue par hasard ?

Disons que sans que je le réalise ou le prémédite, chaque voyage m’a donné envie de partir un peu plus loin la fois d’après. Nous avons un monde très vaste avec beaucoup à découvrir, et toutes les âmes de voyageur le savent : avant même de rentrer d’un voyage, le suivant nait déjà dans notre tête. C’est tout cela qui m’a posé un beau jour aux Iles Falkland, un archipel esseulé d’îles subantarctiques.

10

Tu fais partie des 9 photographes « émergents » présentés dans le cadre des Zoom 2016 du Salon de la Photo. C’est une formidable occasion de faire découvrir ton travail, mais peux-tu nous en dire plus sur cette aventure ?

Les Zooms sont un concours annuel qui offre la possibilité chaque année à deux photographes d’exposer leur travail au Salon de la Photo, ce qui est énorme. On ne peut pas faire acte de candidature, c’est la presse spécialisée partenaire qui propose des candidats. Un beau jour de printemps, mon téléphone a sonné et Yann Garret, le rédacteur en chef de Réponses Photo, m’annonce que le magazine a choisi de faire de moi leur candidat 2016. Je n’en revenais pas ! C’est une opportunité unique et le Zoom du public récompensera le photographe ayant recueilli le plus de votes sur internet, la suite de l’aventure vous appartient donc à tous !

Pour voter : http://votezoom.lesalondelaphoto.com

Peux-tu nous présenter la série présentée pour ces Zoom 2016 ?

C’est une série qui dépeint un certain visage des Iles Falkland, au nord de l’Antarctique. Un territoire très singulier car resté très sauvage, avec peu d’intervention humaine, peuplé par des millions d’oiseaux. La relative difficulté d’accès rend l’archipel très peu visité, d’autant plus que les Iles Falkland demeurent globalement passées sous silence, dans l’ombre de l’Antarctique. C’était pour moi un magnifique terrain d’exploration, tout en subtilité, que j’ai parcouru voyage après voyage pour vous le présenter à travers cette série, qui comporte quelques images que j’ai déjà exposé, mais aussi et surtout de nouvelles images inédites.

01
Miroir royal

Pourquoi ce titre « Cinquantièmes hurlants » ?

Parce que les Iles Falkland baignent au cœur de ce que les marins nomment les cinquantièmes hurlants, un endroit du monde où c’est la mer qui domine la terre, et qui confère une atmosphère si particulière à ces îles. Ce sont avant tout ces ambiances que j’ai voulu retranscrire dans ce travail. Même si les manchots sont presque omniprésents dans mes photos, ils sont souvent un point de détail plutôt qu’en gros plan. Je cherche à les dépeindre dans leur territoire face aux éléments, et à matérialiser visuellement les éléments.

06
« Au pays des orages ». A 4h du matin, une colonie de manchots papous face aux cinquantièmes hurlants

Pour le ZOOM décerné par le public, as-tu quelques mots à adresser aux lecteurs de BonPlanPhoto pour qu’ils votent pour toi et donc pour te donner la chance d’avoir ton exposition au Salon de la Photo ?

Je ne vais pas vous dire d’aller voter spécifiquement pour moi car je ne souhaite pas forcer les choses. Mais je vous invite par contre à aller voter (http://votezoom.lesalondelaphoto.com), pour qui bon vous semble, car cela vous fera découvrir de nouveaux artistes émergents et de la belle photographie !

Je préciserai juste qu’il y a énormément de préparation en amont derrière chacun de ces clichés. De préparation sur le terrain, sans guide, mais aussi avant le voyage, pendant des mois entiers. Lorsque vous voyez une photo d’un groupe de manchots papous s’en aller en mer sur fond de soleil levant, ça n’a l’air de rien, mais sur les 600 îles que compte l’archipel, je n’ai recensé qu’une seule plage qui offre les conditions pour réaliser cette photo. Réaliser cette série a demandé un grand investissement personnel !

Ceci étant dit, exposer ce travail au Salon de la Photo et pouvoir échanger là-bas avec vous tous constitue un grand rêve pour moi, ce serait absolument énorme, alors si vous avez envie de m’y aider, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

04
« L’appel de la mer »

Dans tout ton matériel photo, as-tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux ?

Hmm, je ne suis pas très matérialiste pour ce genre de choses. Tout ce qui est précieux pour moi est immatériel. Je pense malgré tout à une chose : une photo de ma compagne. C’est le seul objet auquel je reviens souvent lorsque je suis loin de tout. Pour le côté sentimental que cela représente, mais aussi parce que cela connecte à un univers familier lorsque l’on est justement loin de son univers habituel.

Où trouves-tu ton inspiration ?

Je m’inspire à travers le travail d’autres photographes, en général spécialisés dans des thèmes très différents du mien. Cela offre une ouverture sur le monde intéressante et cultive l’œil au sens large. L’inspiration vient aussi face à la montagne, à la falaise, au glacier. J’aime laisser la nature me donner les idées que je n’aurais pas eues autrement.

02

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire ?

Je n’ai pas de photo préférée à proprement parler mais je vous raconterai l’histoire de « Rois des ténèbres » : c’était un premier de l’an et j’en ai passé les premières heures avec une colonie de manchots royaux. Le ciel était plombé depuis trois jours, je ne savais même plus où il se lève et où il se couche. A en perdre tout repère. J’ai mis beaucoup de temps à comprendre qu’un tel climat pouvait être photogénique ! Lorsque je l’ai compris, j’ai surveillé les nuages et attendu que le ciel se fasse le plus sombre possible. Il a fallu aussi coïncider avec la bonne marée, j’avais besoin de la marée haute pour « laver » la plage et lui faire prendre ces airs de patinoire. Je voulais représenter le contraste entre la pureté et la clarté du sable blanc, et le côté menaçant du ciel. Lorsqu’un groupe de manchots est venu dans le cadre, c’était le moment de déclencher ! Un beau moment car il y avait beaucoup de composition et de réflexion derrière cette image. Cette photo a ensuite été publiée dans plusieurs pays d’Europe, utilisée en couverture pour un projet du National History Museum de Londres, et dans une campagne du WWF en Australie.

Rois des Ténèbres. Photo nominée au Wildlife Photographer of the Year
Rois des Ténèbres. Photo nominée au Wildlife Photographer of the Year

Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

Celle à laquelle je n’aurais pas pensé auparavant, et qui me paraîtra évidente au moment de la faire ! C’est bien de laisser sa chance à l’imprévu. Souvent, les photos que je rêve de faire avant de faire le voyage s’avèrent ratées une fois que j’ai tenté de les réaliser !

Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire ?

Les bons souvenirs, il n’y a que ça en photo ! Pour n’en citer qu’un, j’étais très ému lors de la première rencontre sauvage avec un manchot. A 5h du matin, après une demi-heure de marche à me perdre dans le tussac (NDLR : la végétation locale, des herbes de 2m de haut formant de petites forêts), j’ai finalement trouvé la colonie de gorfous sauteurs que je cherchais. Avant de les voir, on les entend. Et avant de les entendre, on les sent ! C’était un grand moment, la concrétisation de mois de préparation. Ce genre de moment est encore plus mémorable que les photos en elles-mêmes.

05
Le surfeur. Premier jour.

Un mauvais moment ? Peut-être lorsque, dans l’avion au retour, mon ordinateur avec toutes les photos du voyage, et le disque dur de backup, ont rendu l’âme en même temps tandis que je triais les images. Ca jette un froid. De toute ma série, seule « D’argent et d’or » était épargnée car elle était encore sur ma carte mémoire. Je volais vers l’Equateur. Dans une ville perdue au fin fond du monde, j’ai dû chercher un disque dur externe neuf pour tâcher de sauver une à une mes photos grâce à divers logiciels de récupération. J’ai tout retrouvé, après des jours de travail ! D’habitude j’ai toujours un troisième disque dur, mais il lui était arrivé d’autres mésaventures au cours du voyage. Comme si c’était écrit que j’allais devoir me battre pour conserver ces images !

D’argent et d’or
D’argent et d’or

Merci Stanley.

Encore une fois un grand merci à Stanley pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donné envie de découvrir son travail et de voter pour lui pour les Zoom 2016, pour rappel vous pouvez le retrouver sur:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de BonPlanPhoto, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Une pensée sur “A la rencontre de Stanley Leroux

  • 01/10/2016 à 14 h 54 min
    Permalink

    Les photos sont magnifiques, avec un véritable style. Un grand bravo à Stanley Leroux pour son talent.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.