A la rencontre de Michael Portillo

Cette semaine je vous  emmène à la rencontre de Michael Portillo, photographe indépendant autodidacte qui va vous faire voyager. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

A la rencontre de Michael Portillo
Bonjour Michael
Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?  

Je m’appelle Michael Portillo, j’ai 29 ans, je suis photographe indépendant, et comme beaucoup de photographes de ma génération je suis autodidacte. J’exerce cette activité de manière professionnelle mais avant tout par plaisir et comme moyen d’expression. C’est une passion qui a muri sur le tard mais qui me correspond parfaitement du fait des possibilités infinies qu’offre cet univers. Je suis un créatif qui a constamment besoin de renouvellement et la photo m’apporte cela.

© Michael Portillo | Photography
© Michael Portillo | Photography
Racontes-nous quand et comment tu as commencé la photo?

En fait je suis arrivé à la photographie, ou plutôt la photographie est arrivée à moi, grâce à mon autre grande passion : le voyage. J’ai eu la chance de beaucoup voyager et j’ai rapidement eu envie, et besoin, d’immortaliser ce qui s’offrait à moi. De capturer la beauté des paysages, l’émotion dans le regard des gens, la richesse des cultures …

Et puis j’ai aussi fait les bonnes rencontres qui m’ont amenées à découvrir cet univers. On l’oublie souvent mais la vie est conditionnée par les gens que l’on rencontre.

© Michael Portillo | Photography
© Michael Portillo | Photography
Quelles sont tes spécialités photographiques ? 

De fait j’ai une forte sensibilité pour la photographie de voyages. Ces deux univers, la photo et le voyage, sont vraiment devenus indissociables pour moi. Je trouve que la photographie donne un regard différent au voyageur et lui permet de partager ses expériences et ses découvertes. J’ai d’ailleurs puisé ma devise de ce duo de passions et je dis souvent que je voyage pour photographier au même titre que je photographie pour faire voyager.

Mais pour rentrer davantage dans le détail j’aime photographier les peuples, que ce soit pour retransmettre les émotions des visages ou pour capturer l’intimité de leur quotidien. J’essaye de privilégier l’authenticité à l’esthétique et c’est pourquoi je n’utilise pas d’accessoires « artificiels » comme les réflecteurs ou les fonds noirs. Pour moi les émotions sont plus belles au naturel. J’apprécie aussi la photographie de paysages, notamment à l’aube et au crépuscule, quand la lumière procure une atmosphère particulière à la scène.

© Michael Portillo | Photography
© Michael Portillo | Photography
Tes missions photographiques t’entraînent aux quatre coins de la planète, mais y a t’il un endroit que tu affectionnes particulièrement.

Chacune des régions du globe possède sa propre beauté, sa propre singularité, mais j’ai une grande attirance pour l’Asie. Difficile d’expliquer vraiment pourquoi, c’est avant tout une question de feeling, de ressenti. Mais j’adore le dépaysement que procure un voyage en Asie, sans parler de la beauté de ses paysages et de l’accueil chaleureux de ses populations.

Mais ce qui me frappe à chaque fois que je retourne sur place c’est la diversité de ce territoire. J’ai exploré l’Asie du sud-est, le sous-continent indien ou encore le Moyen-Orient et j’ai toujours du mal à concevoir qu’il s’agit bien d’un seul et même continent tant les disparités sont grandes. En janvier 2017 j’ai d’ailleurs consacré une exposition photos visant à montrer toute la variété de cette région du monde, qu’elle soit naturelle ou culturelle. L’exposition s’intitulait « Visions d’Asie(s) avec un S pour bien suggérer la pluralité de ce continent.

© Michael Portillo | Photography
© Michael Portillo | Photography
Sors- tu toujours accompagné de ton appareil photo ?

Très souvent oui, mais pas toujours. Le problème du photographe passionné c’est qu’il passe son temps à déclencher et donc à vivre ses expériences à travers le prisme de l’objectif. C’est pour cela qu’il est agréable parfois de laisser l’appareil de côté pour vivre « réellement » l’instant présent. Cela permet aussi de prendre du recul sur son propre travail de création.

© Michael Portillo | Photography
Imagines que tu dois partir 2 jours sur une île déserte, quel matériel photographique qui t’est vital amènerais tu ?

Mon appareil, un trépied et un jeu de filtres. J’aime beaucoup les poses longues et comme il y aura certainement quelques belles cascades sur cette île déserte …

© Michael Portillo | Photography
Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Je choisirai surement ce cliché d’un jeune garçon jouant au cerf-volant dans les rizières de Bali. Non seulement parce que je la considère aboutie techniquement, visuellement et émotionnellement, mais aussi parce que les conditions dans lesquelles je l’ai prise illustrent parfaitement les particularités de la photographie de voyage.

Il était tard, le soleil commençait à se coucher et je rentrais de plusieurs heures de treks pour photographier des cascades, lorsque j’ai aperçu cet enfant. J’étais fatigué, mon appareil était rangé et l’action se passait loin. Mais j’ai immédiatement vu le potentiel de la scène et j’ai fait l’effort nécessaire pour capturer cet instant. Tout ça pour dire qu’en photo une opportunité peut surgir à tout moment, même quand on ne s’y attend pas. Il faut savoir réagir.

© Michael Portillo | Photography
© Michael Portillo | Photography
Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

Peut être une photo d’un félin. Je ne suis pas du tout spécialiste de photographie animalière mais j’ai une vraie attirance pour ces animaux et jusqu’à présent j’ai toujours été malheureux en tentant de les rencontrer. Par exemple au Sri Lanka, qui est le meilleur endroit au monde pour apercevoir un léopard, j’ai tenté ma chance dans 5 parcs nationaux différents sans jamais voir le moindre félin. Pas plus de réussite avec les tigres en Inde ou avec les jaguars en Amazonie. Mais je ne désespère pas !

© Michael Portillo | Photography
© Michael Portillo | Photography
Tu viens de lancer un nouveau projet, peux tu nous en dire un peu plus car cela pourrais intéresser les lecteurs de BonPlanPhoto? 

Oui bien sûr. Cela fait maintenant plusieurs années que je sillonne l’Asie dans le but de la photographier et j’ai envie aujourd’hui de partager et transmettre. À la fois sur le plan technique de la photo mais aussi sur l’univers du voyage en lui même.

Je propose donc désormais un voyage photo de 14 jours sur les îles de Bali et Java dont le but est d’accompagner sur place des groupes de passionnés de photos pour les former et leur faire découvrir les trésors de ces îles indonésiennes. Ce séjour est proposé en partenariat avec l’agence de voyages française Bali Autrement, implantée sur place depuis près de 20 ans. Ils apportent tout leur savoir-faire d’artisan du voyage, leur expérience du terrain et mettent également à disposition un guide local professionnel qui encadre la partie culturelle du séjour.

C’est une expérience vraiment unique, à la fois artistique et culturelle, que je suis ravi de proposer. Les départs auront lieu d’avril à novembre 2018 et tout le détail du voyage est disponible sur mon site : www.michael-portillo.com (télécharger la brochure)

© Michael Portillo | Photography
© Michael Portillo | Photography
Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Je ne sais pas si ce projet est dingue ou sage mais j’ai envie depuis un moment de réaliser un projet photo-vidéo consacré au Bangladesh. C’est un pays de contrastes qui bénéficie à la fois d’une immense beauté naturelle mais qui est également un des états les plus pauvres du monde et l’un des plus directement touchés par les bouleversements climatiques. C’est d’ailleurs une thématique que j’aimerai mettre de plus en plus en avant dans mon travail.

D’autres très grands photographes comme Yann Arthus-Bertrand ont déjà réalisé des travaux similaires sur le sujet mais je trouve que les difficultés recontrées par ce pays sont si grandes qu’il n’est pas inutile de continuer à sensibiliser dessus. Du coup, si un généreux donateur intéressé par le projet lit cette interview, qu’il n’hésite pas à me contacter !

© Michael Portillo | Photography
© Michael Portillo | Photography
Peux tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

Il y a tellement de bons souvenirs que ce serait trop complexe d’en isoler un seul. Par contre il me vient en tête une anecdote. J’étais sur la plateforme d’observation de la Burj Khalifa (la plus haute tour du monde) à Dubaï, en train de photographier la ville de nuit, quand mon pare-soleil s’est détaché de mon objectif et a fait le grand saut dans le vide … Une chute de 555m !

© Michael Portillo | Photography
© Michael Portillo | Photography
Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu? 

Il y a plein de grands photographes qui m’inspirent mais je préfère parler de celui qui m’a donné l’envie de découvrir cet univers. Le déclic est venu il y a quelques temps maintenant lors d’une discussion que j’avais avec lui au sommet du mont Uluru en Australie. J’étais novice, je n’y connaissais rien et je me suis dit : « C’est génial ce qu’il fait, il faut que je m’achète un réflex ! ». Ce photographe généraliste qui exerce sur Paris s’appelle Charles Gerber.

© Michael Portillo | Photography
© Michael Portillo | Photography
Un dernier mot?

Oui, juste pour informer les lecteurs bordelais que lorsque je ne suis pas en voyage je vis à Bordeaux, ma ville natale, où je propose des stages photos. Il s’agit de cours d’initiation ou de perfectionnement que je dispense à des petits groupes de 4 personnes maximum pour que ce soit le plus individualisé possible. Il y a une partie d’enseignement théorique ainsi qu’une mise en application dans la ville. Toutes les infos et les dates des sessions sont disponibles sur mon site.

© Michael Portillo | Photography
© Michael Portillo | Photography
Merci Michael

Encore une fois un grand merci à Michael pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.