Home » A la une » A la rencontre de Laurent Fiol

A la rencontre de Laurent Fiol

Aujourd’hui, je vous emmène à la rencontre de Laurent Fiol, photographe amateur de 50 ans habitant en Bourgogne passionné par la proxi-photo nature. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

 

A la rencontre de Laurent Fiol

Bonjour Laurent,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?  

Je suis un photographe amateur de 50 ans habitant en Bourgogne, à proximité de Dijon depuis 4 ans environ. Je suis originaire du sud de la France, plus exactement Alès dans le Gard.  Je ne vis pas de la photo mais plutôt de mon métier d’éducateur technique spécialisé que j’exerce auprès d’enfants manifestant des troubles sévères du comportement. Un boulot assez exigeant. La nature et la photo deviennent un vrai moment apaisant alors.

Laurent Fiol

Peux-tu nous raconter comment la photographie est entrée dans ta vie ?

J’ai débuté en argentique vers 14 ans comme nombreux de ma génération. L’argentique m’a appris à être très rigoureux à la prise de vue. J’ai ensuite pas mal voyagé et arpenté les volcans actifs du monde pendant une dizaine d’années. Je donnais alors mes diapos d’éruptions volcaniques à l’institut national de géologie. J’ai pu parfois faire des clichés incroyables sur des endroits reculés de la planète mais je ne m’en rendais pas forcément compte. Reflex cassé ensuite j’ai stoppé la photo pendant 15 ans avant de découvrir le numérique et sa grande souplesse d’utilisation qui m’a rapidement séduit.

Quels sont tes spécialités photographiques?

Ma spécialité est la proxi-photo nature.  Plus précisément, je suis très attiré par la lumière en contre-jour avec une balance des blancs froide qui tourne autour d’ambiances bleutés. Il y a encore quelques années, nous n’étions pas nombreux à proposer des ambiances qui ne correspondent pas à une réalité de la nature et qui même pouvait choquer les « puristes », ce que je peux comprendre. Aujourd’hui, cela devient plus courant. La proxi à mon sens et contrairement à la macro, n’obéi à aucune règle entomologique.

 Je fais également de plus en plus de paysages mais surtout lors de mon autre passion qu’est le voyage. J’ai commencé l’année dernière en Nouvelle-Zélande et dans quelques semaines je serais au Cap-Vert ou je compte bien délaisser mon objectif macro contre le 24-70mm

En plus d’être photographe, tu encadres également les débutants en photographie, peux-tu nous expliquer comment en es-tu arrivé là ?

De part mon métier d’éducateur, je crois que c’était une évidence pour moi et le pas à franchir était facile. Encadrer un petit groupe de photographes est un vrai plaisir. Tout le monde ne vient pas chercher la même chose. Certains, sont complètement débutants et ont besoin d’enseignements de bases, beaucoup sont déjà en capacité de produire de belles photos et cherchent à franchir un palier supérieur dans leur production, d’autres sont bien affûtés et plus du tout débutant et sont intéressés par les techniques précises que j’utilise pour créer l’ambiance. Quel que soit le niveau, mon accompagnement sur 2 journées reste le plus individualisé possible et je crois que les personnes repartent vraiment content de leur week-end en terre bourguignonne.

Sors- tu toujours accompagné de ton appareil photo?

Non, mes sorties sont de plus en plus préparées. Je fais pas mal de repérages sans APN et je sais exactement où, quand et vers quel sujet ma sortie est orientée. Je prends d’ailleurs de moins en moins de photos mais mon taux de déchets est très bas maintenant par contre. Sur une sortie de 2h00 je suis à maximum 60 clichés.

Imagines que tu dois partir 2 jours sur une île déserte, quel matériel photographique qui t’est vital amènerais tu ?

Je prendrais le petit boitier compact de ma fille ! lol

En fait, il est totalement étanche et je pourrais faire des photos sous-marines, un univers qui me tenterait beaucoup, il y a tant à faire au niveau créatif et qui n’a pas été fait.

Où puises-tu ton inspiration (artistes, tes « maîtres à photographier », d’autres formes-expressions artistiques… )?

J’essaye de m’inventer un peu tout seul bien que je ne suis pas dupe, consciemment ou pas nous sommes influencés par les images et les autres. J’aime beaucoup de photographes ou de photos, nature principalement mais peu m’impressionnent. Si je devais citer qu’un seul nom, ça serait Misja Smits, une vrai artiste.

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Cette photo, « les yeux dans les yeux » de cette fleur qui me fascine, la Fritillaire Pintade. Pas certain que ce soit ma photo préférée mais celle dont l’histoire me plait le plus. En fait, je l’avais imaginé avant de la faire, il ne restait plus qu’à trouver le bon angle ou 2 fleurs se feraient face amoureusement.

Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

Difficile question. J’aimerai surtout avoir une série aboutie sur un sujet plus qu’une seule photo.

 

Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Ça serait forcément dingue ! Partir pendant une année entière dans un endroit reculé du monde ou les écosystèmes ont tant à révéler encore (Bornéo, Philippines, Panama,…) et faire de la proxi qui se voudrait plus artistique que ce que je vois souvent en ce qui concerne les espèces végétales et animales exotiques. Mais je le ferais peut-être, qui sait ?

Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

Les meilleurs souvenirs sont ceux que je partage avec mes amis photographes sur les festivals photos nature ou pendant les stages que j’encadre. Qu’il y a-t-il de mieux que le partage dans cette passion que j’affectionne paradoxalement en solitaire.

Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu? 

Mon ami David Huerta et ses photos de chats sauvages. La belle photo de chat forestier est assez rare et difficile à faire pour qu’il mérite mon admiration et celle du public qui le confond trop souvent avec le chat domestique qui n’est qu’un cousin.

Merci Laurent

Encore une fois un grand merci à Laurent pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

a propose Gregory LAROCHE

J’ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques.

N’hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Un commentaire

  1. Rabiller jean marc

    super photos toujours un plaisir

Laisser un commentaire