A la rencontre de Juls Boo

Cette semaine, je vous propose d’aller à la rencontre de Juls Boo, qui est l’un des 9 photographes «  émergents » présentés dans le cadre des Zoom 2016 du Salon de la Photo. C’est donc à cette occasion que je l’ai contacté et pour notre plaisir, Julien a accepté de répondre à mes questions. Je vous propose donc d’en découvrir un peu plus sur ce photographe, et pourquoi pas vous convaincre de voter pour lui pour les Zoom 2016. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

 

A la rencontre de Juls Boo

autoportrait
Tous droits réservés à Juls Boo

Bonjour Julien,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?

Juls Boo est mon nom d’artiste, j’ai la trentaine et je vis à Paris depuis 6 ans. J’ai trouvé un intérêt nouveau pour la photographie lorsque j’ai découvert le Light Painting. Dès l’enfance j’ai été initié à la photographie mais ce n’est que récemment qu’elle est devenue une passion, lorsque j’ai découvert un peu par hasard le Light Painting.

1
Tous droits réservés à Juls Boo

Racontes-nous un peu ton «histoire» photographique? et nous présenter ton/tes style(s) de photo de prédilection ?

Un peu avant d’habiter à Paris j’ai découvert les anciennes carrières souterraines situées dans le 13e et le 14e arrondissement avec un ami d’enfance. Nous avons alors commencé à explorer le réseau souterrain et la photographie avec des temps de pose longs. J’étais alors équipé d’un compact expert, au début il ne s’agissait que de s’adapter aux contraintes de cet environnement nouveau en augmentant le temps de pose pour obtenir des clichés correctement exposés.

Depuis j’explore cette discipline photographique et je n’ai de cesse d’être étonné par l’étendue des possibilités qu’elle offre. Mon ami est lui aussi devenu accroc (Stéphane Babatasi).

Plus récemment j’ai voulu m’initier à la photographie analogique et j’ai récupérer un vieux 35mm un peu défectueux sur une étagère chez mes parents, là aussi j’ai été conquis et je maîtrise désormais une bonne partie de la chaîne argentique de la prise de vue au tirage en passant par le développement. J’ai acheté une chambre 4×5 inch pour faire du Light Painting.

Pour résumer ma pratique aujourd’hui j’ai un Canon AE-1 PROGRAM équipé d’un 50mm que j’ai tout le temps sur moi, je m’en sers quotidiennement, et un Canon 600D pour mes sorties Light Painting. Plus occasionnellement j’utilise une chambre Linhof Kardan Color pour faire du grand format.

Je suis également président d’une association la Ligue Francophone de Light Painting qui a pour objet de promouvoir le Light Painting et de le faire reconnaître comme un art à part entière.

2
Tous droits réservés à Juls Boo

Tu fais parti des 9 photographes «  émergents » présentés dans le cadre des Zoom 2016 du Salon de la Photo. C’est une formidable occasion de faire découvrir ton travail, peux tu nous présenter la série présentée pour ces Zoom 2016.

Nuit Debout après Nuit Debout, Portrait de Parole est un témoignage des différentes énergies présentes sur la place de la République. Le 35 mars, 4 soirs après les premières Assemblées Générales, avec un ami Light Painter (Komeg Kolorizer) nous nous sommes donné rendez-vous à la sortie du métro pour prendre part à ce mouvement. D’un côté habitués à la photographie nocturne et aux pauses longues, et de l’autre curieux et intrigués par l’événement, nous avons mis notre savoir-faire du Light Painting au service du mouvement.

Le premier soir, les premiers tests techniques se sont fait avec la lumière rouge d’un kiosque à journaux. Le lendemain, nous avons discuté avec les personnes présentes et échangé sur les raisons et les revendications qui les amènent à rester sur la place, la nuit, debout. Pour immortaliser ce témoignage, des portraits ont été réalisés à l’aide d’une pause longue et à main levée. Le décor est créé par les lumières ambiantes et d’autres sources lumineuses. Le cliché s’humanise quand la lumière du flash entre en contact avec le sujet et l’objet qu’il porte pour illustrer son message.  Le troisième soir, la street-exposition a pris vie. Imprimés sur des feuilles blanches sur format A3, les portraits réalisés la veille sont scotchés sur du carton trouvé dans les rues adjacentes.  Des bouts de feuillards permettent de les unir à cette corde, donnée gracieusement par la cantine installée juste à côté. Cette street-exposition se veut évolutive. Elle s’agrandit au fur et à mesure des rencontres et des soirées. À ce jour, plus de 200 portraits accompagnés de paroles ont pris vie sur ces cordes tendues entre deux arbres.

C’est suite à une rencontre sur la Place de la République avec Didier de Faÿs (photographie.com) qui porte un grand intérêt à ce reportage photographique que nous avons la chance de pouvoir présenter ce projet dans le cadre des prix ZOOM 2016.

7diapo3
Tous droits réservés à Juls Boo

Pour le ZOOM décerné par le public, as tu quelques mots à adresser aux lecteurs de BonPlanPhoto pour qu’ils votent pour toi et donc pour te donner la chance d’avoir ton exposition au Salon de la Photo?

Portrait de parole est un projet photo amateur  qui est né spontanément, sans volonté autre que celle de se faire plaisir et de partager notre passion pour le Light Painting.  Si vous voulez soutenir ce type de démarche et contribuer à la reconnaissance de cette discipline photographique créative vous pouvez voter pour ce projet. Être exposé au salon de la photo nous permettra de représenter la photographie amateur et de continuer à relayer les paroles recueillies à Nuit Debout sous cette forme originale de reportage en Light Painting.

5
Tous droits réservés à Juls Boo

Si tu devais faire découvrir un photographe peut être futur candiat aux Zoom Photo, qui proposerais-tu? 

J’aurai aimé présenter un photographe qui fasse du Light Painting mais il y en a tellement de talentueux que je n’arrive pas à en choisir un plutôt qu’un autre. J’aime quand l’artiste photographe prend des risques, qu’il se limite pas seulement à de la prise de vue et qu’il essaye de passer un message contestataire ou revendicatif.

Je suis aussi sensible à l’aspect technique des projets, pour toutes ces raisons je suggérerai à tes lecteurs de regarder attentivement le travail de Paolo Cirio, ce n’est pas de la photographie classique mais c’est pour moi le travail artistique basé sur la photographie le plus intéressant que j’ai pu voir ces dernières années. Ceci étant dit je ne pense pas qu’il puisse être sélectionné pour les prix Zoom…

Dans tout ton matériel photo, as tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux?

La lampe frontale est l’objet de base du Light Painter, elle sert pour l’installation du matériel, les différents réglages et parfois elle sert aussi d’outil lumineux, elle est indispensable. L’autre objet qui ne quitte jamais mon sac c’est mon couteau suisse, toujours utile pour bricoler, ouvrir une bière ou trancher le saucisson.

6
Tous droits réservés à Juls Boo

Où trouves-tu ton inspiration?

Je suis chaque jour étonné par les créations que je vois en Light Painting. La communauté est très vivante sur le web et s’organise pour mettre en place des rencontres. Le niveau de créativité est très élevé et de nombreux artistes sont des sources d’inspirations.

A côté de ça je fais beaucoup de recherche sur l’histoire de la photographie et du Light Painting en particulier, la démarche d’Etienne-Jules Marey m’a inspirée. J’ai travaillé sur une série pour mettre en exergue la synthèse additive des couleurs, le point de départ de cette série vient en partie du travail en peinture des Delaunay et d’autres artistes peintres.

10
Tous droits réservés à Juls Boo

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Une photo de la tour Eiffel, très spontanée sans aucune préparation qui est à l’origine d’une série et de la construction d’un outil dédié. A l’époque, en 2012, j’expérimentais le filé et le zooming avec mon appareil monté sur trépied. C’était une nouvelle façon de faire du Light Painting dans un environnement urbain très lumineux. Pendant le temps de pose avec la tête de mon trépied sur l’axe horizontal j’ai fait un quart de tour et sur chaque position j’ai donné un coup de zoom, c’est ce qui permet d’avoir la tour quatre fois et les trainées lumineuses.

En 2013 j’ai construit un outil dédié qui m’a ensuite permis de faire tourner mon appareil sur 360°. J’ai baptisé cette outil Gyrocam, vous trouverez ici un article (en anglais) consacré à cette technique.

fav
Tous droits réservés à Juls Boo

Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

Je voudrais continuer la série que j’ai commencée avec un système de masque et de porte-masque qui me permet de travailler sur la synthèse additive des couleurs. Actuellement je manque de temps, je consacre beaucoup de temps à m’occuper de l’association de Light Painting et de ma famille.

Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

Mes séances photos sont souvent des séances d’exploration urbaine, étant toujours à la recherche d’endroits peu éclairés le Light Painter trouve son bonheur dans des friches ou d’autres types d’endroit à l’abandon, les mauvais souvenirs résultent souvent d’échec à trouver une entrée pour un spot ou de rencontres imprévues avec le service de sécurité.

Dernièrement le meilleur souvenir que j’ai, c’est un projet de résidence mené à bien avec l’association, nous avons organisé des rencontres entre adhérents pendant le mois de février 2016 dans les anciens bains-douches de Gentilly. Une convention a été établie avec la communauté d’agglomération et plusieurs expositions vont être organisées avec les images de cette résidence.

Une question à laquelle tu aurais aimé répondre ?

Ce serait …. »Comment sont construites tes images ? »

Chacune de ces images à sa propre recette. Sur mon Flickr vous pourrez voir sur les données EXIF que c’est au minimum plusieurs dizaines de secondes, voire plusieurs minutes. Pendant ce temps les images sont construites de diverses façons, ce qui est difficile à expliquer ici !

Néanmoins il y a quelque chose que je tenais à préciser, toutes ces images sont réalisés pendant le temps de pose, il n’y a pas de retouche ou d’assemblage d’image en post production avec Photoshop ! C’est souvent une bonne prise de tête pour réaliser l’image souhaitée mais c’est là tout le plaisir du Light Painting.

Merci Julien.

Encore une fois un grand merci à Julien pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donné envie de découvrir son travail et de voter pour lui pour les Zoom 2016, pour rappel vous pouvez le retrouver sur:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de BonPlanPhoto, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.