A la rencontre de Franck Fouquet

On continue l’année avec un second photographe amoureux de la vie sauvage et je vous  emmène à la rencontre de Franck Fouquet. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

 

A la rencontre de Franck Fouquet

Bonjour Franck,
Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?  

Agé de 50 ans, j’ai commencé ma vie professionnelle tout d’abord dans une carrière juridique que j’ai bien vite abandonnée pour partir à l’aventure en Afrique, au Kenya, tout d’abord comme amoureux de la vie sauvage. Je suis devenu tout naturellement photographe. Assez vite les photos ramenées de mes séjours ont intéressé les magazines et les agences, ce qui m’a permis de persévérer dans ma voie.

Quelques années après, j’ai rencontré quelqu’un qui m’a proposé de travailler sur de l’actualité, ce qui m’a conduit à partir sillonner le monde pour des reportages sur les points chauds de la planète. Mais en parallèle j’ai toujours fait en sorte de conserver un ratio entre les reportages conflits et ceux sur la nature. Depuis quelques années, je reviens à mes premières amours : la Nature à 100%.

Quels sont tes spécialités photographiques ? 

Nature (animaux, paysages), Actualité et Corporate pour des grands groupes internationaux.

Tes missions photographiques t’entraînent aux quatre coins de la planète, mais y a t’il un endroit que tu affectionnes particulièrement.

J’ai vécu longtemps en brousse en Afrique de l’Est et en Afrique australe, dans des conditions assez sommaires (4×4 équipé et camp de base sous tente en pleine brousse). L’Afrique m’a marqué à tout jamais et restera ma destination fétiche même si je m’en suis éloigné quelque peu…

J’ai découvert il y a quelques années l’Europe de l’Est et son côté sauvage. Je me suis pris de passion pour sa faune et en particulier le loup et le lynx. Au hasard de mon dernier livre, « Echappées sauvages. Les meilleurs spots photos de France », j’ai été aussi amené à découvrir la richesse de notre pays qui mérite vraiment qu’on s’y intéresse…

Dans tout ton matériel photo, as tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux?

Non, je ne suis pas matérialiste, ni dans le pro ni dans le perso.  Le terrain m’a appris à ne pas trop être matérialiste. Le matériel souffre et je préfère ne pas m’y attacher même si j’y fais attention. Je travaille avec 3 boîtiers CANON EOS et une gamme optique allant de 16mm au 800mm.

Imagines que tu dois partir 8 jours sur une île déserte, quel matériel photographique qui t’est vital amènerais tu ?

Un de mes EOS avec un 24-70 pour essayer de parer à tout. Sinon un Compact Pro comme un Canon série G.

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Ma photo préférée est celle que je n’ai pas encore fait ! Mais, plus sérieusement, j’ai une photo fétiche. Il s’agit d’une photo d’un zèbre traversant la rivière Mara au Kenya lors de la grande migration annuelle des gnous entre le Serengeti et le Masai Mara. Ca a été la couverture de mon premier livre  »Haya safari ! Une journée au Masaï Mara ». Le zèbre traversait la rivière et les gerbes d’eau qu’il soulevait s’alignaient avec ses rayures. L’effet graphique était sympa avec ce flou. Beaucoup d’essais, grimpé dans un arbre à moitié pourri pour arriver à la bonne photo. Et on était encore en diapositives !…

Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

Ce serait une photo de lynx en pleine chasse. J’ai eu la chance d’avoir assez proche (au 800mm quand même) un lynx sur sa proie mais je n’ai pas eu la chasse. J’ai eu ce privilège avec des loups par contre. Ce sera dans un de mes prochains livres…  

Peux-tu nous parler de tes projets photographiques?

Un livre de paysage et un autre sur les prédateurs européens (sujet sensible)

Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Des grands projets j’en ai, mais trouver un éditeur qui veuille prendre des risques, c’est une autre histoire ! Si j’avais un budget no limit, je pense que je ferais une série sur les plus beaux espaces sauvages au monde…

Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

Le meilleur souvenir que j’ai eu ?  J’en ai eu plusieurs car la Nature vous gâte parfois.  Côté Afrique, c’est indéniablement ma rencontre avec une maman guépard qui m’a donné sa confiance. Elle vivait sur un territoire non loin de mon camp de base. Je la croisais. Le courant est passé très vite. J’ai vu qu’elle était pleine. Elle a mis bas 4 petits et m’a conservé sa confiance malgré sa maternité (les femelles sont craintives pour la sécurité des petits). Je les ai suivi presque un an et demi quasiment chaque jour. Une complicité extraordinaire, des souvenirs gravés dans ma mémoire. Une expérience inoubliable…

Côté Europe, la rencontre avec ce lynx qui commençait à manger sa proie, une jeune biche. Ciel de neige et la lumière qui pointe et éclaire juste les yeux du félin…


Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu? 

Mon ami Arnaud Nédaud. On s’est croisé lors d’un festival très sympa à Ainay le Duc dans le Cher. Il commence à être connu. Son talent n’a d’égal que sa gentillesse et son humour. Ses photos aériennes réalisées en ULM paramoteur sont empreintes d’une grande poésie et sont très originales.


Un dernier mots?

Ce sera un mot un peu plus sérieux. Notre profession traverse une grave crise depuis des années. En France, l’édition et la presse ne sont pas en bonne forme, c’est le moins qu’on puisse dire.

Le numérique, s’il a permis des avancées gigantesques dans la technique et l’exploitation de l’image, a entraîné aussi une certaine volatilité des gens. On consomme de l’image comme on consomme un paquet de bonbons… Mais il serait bon que le public redécouvre le plaisir de tenir dans ses mains un beau livre ou un beau tirage. Le rapport est plus charnel que celui d’une image sur un écran. Et cela donne du travail à tout un tas de gens… Que seront les images dans cent ans ? Un beau livre lui sera toujours là…

Merci Franck

Encore une fois un grand merci à Franck pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.