A la rencontre de Victor Bellot

Aujourd’hui, partons à la rencontre de Victor Bellot, spécialisé dans la photographie culinaire. Victor a accepté de se prêter au jeu de mes questions et je vous propose donc d’en découvrir un peu plus sur ce photographe passionné. Vous pouvez également retrouver son travail sur :

Bonjour Victor,
Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie ?

Bonjour, je m’appelle Victor Bellot, je suis artiste spécialisé dans la photographie culinaire. Mon temps de travail est partagé entre Paris et les différents lieux où je suis amené à travailler comme Bordeaux, Monaco, Londres, le Qatar, etc. En dehors des commandes que l’on peut me passer, je travaille sur des projets personnels comme les tirages d’art disponible sur mon site ainsi que les expositions et les livres à venir. Sur mon temps libre, j’en profite pour partir m’aérer à la campagne, à la montagne ou à l’étranger. C’est l’occasion de chiner sur les brocantes, de faire de l’escalade et des randonnées, de bricoler mes inventions, de cuisiner les plats que m’ont fait les chefs et de découvrir de nouvelles personnes et paysages.

Cookpot d'Alain Ducasse - Tous droits réservés à Victor Bellot
Cookpot d’Alain Ducasse – Tous droits réservés à Victor Bellot
Quelles sont tes spécialités photographiques ?

Ma spécialité c’est la photographie culinaire, le but est de mettre en valeur un plat ou un produit pour le rendre aussi gourmand que possible ; chaque photo doit vous transporter devant l’assiette. J’essaye de vous faire ressentir la fraîcheur d’une crudité, l’acidité d’un fruit rouge, la croustillance d’une friture, l’onctuosité d’une crème ou la rondeur d’une sauce.

La photographie culinaire est une pratique à part, car elle demande de savoir mettre en valeur le produit d’une manière technique, mais l’on doit aussi comprendre les attentes des spectateurs et du chef. Chaque culture a ses codes, on ne présentera donc pas un produit de la même manière en France, au Moyen-Orient ou au Japon ; il y a un travail de psychologie de l’alimentation dans la direction artistique de la prise de vue. Chaque restaurant a son ambiance, son style de service et sa cuisine, il faut donc savoir s’adapter à cela pour que la photographie soit le reflet du chef et de l’expérience client.

Brioche tigrée de Thierry Marx – Tous droits réservés à Victor Bellot
Dans tout ton matériel photo, as-tu un objet porte-bonheur, ou un objet qui t’est précieux ?

Je n’ai pas de porte-bonheur ni d’objet particulièrement précieux, car je ne suis sentimentalement attaché à aucun de mes outils ; tout mon équipement est remplaçable. Mais il y a deux objets qui ont profondément changé ma manière de travailler. Sur les shooting, ce sont les flashs B10 et B10+ de Profoto qui sont des alliés fantastiques, car ils sont compacts, puissants et sur batterie. Et côté retouche ce sont les écrans Eizo de la gamme ColorEdge qui ont une précision incomparable et une sonde de calibration intégrée, depuis que je les ai découverts, je ne peux plus m’en passer.

Buche au café d’Eric Kayser – Tous droits réservés à Victor Bellot
Où puises-tu ton inspiration ?

Ma plus grande source d’inspiration vient de la peinture anglaise avec par exemple John Constable, Thomas Daniell ou Flamande avec Jacob Van Ruisdael un de mes artistes préférés. Cela me donne des idées pour les photographies de paysages, de reportage, mais aussi pour des projets culinaires. La photographie de mode est aussi un moyen d’oxygéner son regard, car de nombreux photographes cassent les codes en termes d’éclairages et de retouches, pour n’en citer que deux Elizaveta Porodina et Paul Rousteau illustrent bien cela. Pour finir, certains scénographes de vitrines sont de belles sources d’inspiration, car ils arrivent à créer de manière esthétique, pratique et poétique une histoire pour mettre en valeur un produit à travers une série de tableaux. J’avais adoré « le cirque » et la vitrine de Noël « tronc d’arbre » de David Puel pour Goyard et « l’objet du lac » de Josephine Pinton pour Hermès.

Idam by Alain Ducasse – Tous droits réservés à Victor Bellot
Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire ?

C’est toujours compliqué de choisir… La meilleure photo c’est celle qu’on vient de créer ou celle que l’on a en tête, mais pas encore sur le capteur. « L’église de Senantes » est celle que je préfère en cette mi-automne, c’est une photo d’architecture (de ma série Picardie) qui essaye de présenter un monument de manière à le mettre en valeur tout en ayant une ambiance morose et mystérieuse, à l’image des peintres cités précédemment. Quand on passe devant cette église, on ne la remarque presque pas, elle n’a rien d’extraordinaire et d’exotique, c’est justement cela qui m’a plu. Il est très intéressant pour un photographe d’utiliser son regard différent pour magnifier le banal ou l’ordinaire. C’est d’ailleurs un thème qui revient constamment dans mon travail, dans le culinaire avec des produits bruts et dans la photo d’art avec des thèmes comme la campagne française et le périurbain.

Tous droits réservés à Victor Bellot
Quelles sont tes actualités — projets en cours & à venir ?

Mon actualité a fortement été bousculée cette année, les expositions, tournages et masterclass ont été annulées ou reportées et les voyages de travail à l’étranger sont pour l’instant impossibles. Il a donc fallu que je m’adapte afin de rendre cette période positive et productive. J’en ai donc profité pour proposer sur mon site internet (www.victorbellot.com) des tirages d’art à la vente, de nombreux autres projets vont être publiés prochainement. Cela permet de mettre en avant une autre partie de mon travail, et de faire le lien entre mon site, les ventes d’art et les expositions en cours.

Concernant ces dernières, vous pourrez retrouver prochainement plusieurs de mes photographies à l’Institut du Monde Arabe, à la mairie du 5e arrondissement de Paris, à la galerie Signatures-maison de photographes, etc. Je n’ai pas encore toutes les dates ni tous les lieux d’expositions. Il s’agit de ma participation à la 11e édition du Festival International de Photographie Culinaire avec pour thème Le Sud. C’est un très beau rendez-vous photographique créé par Jean-Pierre PJ Stephan parrainé par le ministère de la Culture et cette année par Jack Lang et Gérald Passédat. Vous pourrez retrouver plus d’information sur le site du FIPC. D’autres projets sont en cours et j’espère qu’ils pourront prendre forme rapidement une fois le confinement terminé.

Festival International de Photographie Culinaire – Tous droits réservés à Victor Bellot
Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser ?

Si l’on me donnait un crédit illimité, j’aimerais prendre le temps de mettre en avant le patrimoine culinaire et le savoir-faire français à travers un reportage dans toutes les régions de France. Nous avons tellement de chance de vivre dans ce pays de tradition et d’innovation, chaque jour des artisans se lèvent pour créer de superbes produits ou pour les mettre en valeur dans des assiettes. Les spécificités de notre territoire sont mal connues, autant en termes de paysages que d’agriculture ou de cuisine et ce serait très intéressant de faire découvrir ça aux Français.

Pates de fruit - Tous droits réservés à Victor Bellot
Pates de fruit – Tous droits réservés à Victor Bellot
Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenirs pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire ?

Le métier de photographe culinaire dans le domaine du luxe à pour avantage de vous créer de nombreux merveilleux souvenirs, car vous rencontrez des personnes passionnées et talentueuses, vous entrez dans les coulisses de lieux mythiques et goûtez des plats et produits d’une extrême rareté et qualité. Il y aurait de nombreux souvenirs à évoquer, de ma rencontre avec Alain Ducasse à une dégustation des meilleurs caviars du monde dans un célèbre palace parisien, en passant par mes voyages, par la fois où je me suis retrouvé au beau milieu d’une rencontre présidentielle, etc. Mais aujourd’hui avec le confinement, car ça me manque, je pense à mes échanges et dégustations avec Jérémy Cheminade qui officie à Doha dans le restaurant Jiwan du National Museum of Qatar. C’est un chef que j’aime particulièrement pour sa gentillesse, son goût de la transmission et parce qu’il adore me faire découvrir des produits, des plats et des recettes.

Jérémy Cheminade - Tous droits réservés Victor Bellot
Jérémy Cheminade – Tous droits réservés Victor Bellot

Pour mon pire souvenir, c’était à mes tous débuts en photographie amateur. Je m’étais levé à 4 h du matin en hiver, il faisait horriblement froid, après une heure de scooter sous la grêle j’arrive trempé et pose mon appareil sur trépied. La scène est cadrée, le ciel se découvre et laisse apparaître de superbes couleurs… au moment de déclencher moment de solitude le message « pas de carte sd » s’affiche sur mon écran… depuis je suis très organisé et consciencieux avec toujours en souvenir une carte sd dans le portefeuille.

Grain de sable de la Maison Darricau – Tous droits réservés à Victor Bellot
Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu ?

Ce n’est pas un photographe méconnu, il expose, est représenté par une agence et travaille pour des entreprises réputées, il s’agit de Benjamin Henon. Mais je profite de votre question pour parler de lui car c’est un de mes photographes préféré, j’ai une profonde admiration pour sa créativité, sa maîtrise de la lumière et de la couleur. Il se réinvente en permanence à travers ses projets, n’hésitez pas à aller voir son travail personnel sur les fleurs c’est absolument magnifique.

Tous droits réservés à Victor Bellot
Un dernier mot ?

Merci Grégory pour cette interview, c’était un plaisir de répondre à tes questions.

Merci Victor

J’espère que tout cela vous aura donné envie de découvrir son travail. Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.