Home » A la une » A la rencontre de Thomas Hammoudi

A la rencontre de Thomas Hammoudi

Aujourd’hui, partons à la rencontre de Thomas Hammoudi, photographe et bloggeur,. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

 

A la rencontre de Thomas Hammoudi

Bonjour Thomas, 

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie ?

Je m’appelle Thomas Hammoudi, j’ai 28 ans et je vis à Rouen et je travaille à Paris. Je suis photographe et bloggeur, d’ailleurs je pense qu’on me connaît plutôt pour le Blog, où je parle culture et philosophie autour de la photographie. Du reste, dans la vie civile je suis Chef de projets pour une entreprise qui fait de la dématérialisation. Grossièrement, on prend les documents de nos clients, on les dématérialise, et on leur rend dans le format numérique qui les arrange (c’est comme ça qu’on remplit Gallica.bnf.fr par exemple !).

InColors

Racontes-nous quand et comment tu as commencé la photo ?

Un peu comme tous les gens de notre génération, j’ai l’impression qu’il y a toujours eu un appareil photo pas loin quand j’étais gosse. J’ai démarré en 2007, en arrivant à la fac mon père m’a donné son vieux reflex argentique (un pimpant Nikon F401 pour ceux qui connaîtraient !), j’ai acheté un bridge dans la foulée. Mais honnêtement, je faisais n’importe quoi à l’époque, genre de la macro-florale-HDR-ultra-saturée-et-contrastée. Je faisais aussi beaucoup de musique (je suis guitariste à la base), du coup la photographie ça n’était que secondaire. Je m’y suis remis sérieusement vers 2013 en commençant à bosser. A la différence de la musique, tu peux travailler entièrement seul, sans dépendre des contraintes des autres, ce qui correspondait mieux à mon rythme. J’ai ouvert le Blog 2 ans après, comme une sorte de carnet de bord.

Intercité

Quelles sont tes spécialités photographiques ?

Je dirai le milieu urbain/la photographie de rue, c’est généraliste mais il n’y a pas vraiment de meilleur terme qui me vient à l’esprit. En fait, j’aime bien photographier mon environnement proche, donc on pourrait appeler ça de la « proxi photographie » mais je crois que le terme désigne plutôt la macro (dont j’ai maintenant une sainte horreur haha). Le plus simple c’est peut-être de parler de mes projets. Il y en a 3 sur mon site web en ce moment, et que je continue à bosser:

Intercité, où je photographie mon trajet quotidien Rouen-Paris-Rouen. Vu le temps que j’y passe, j’ai essayé de le rentabiliser !

InColors : C’est un travail sur la couleur dans les villes. On a une image des villes comme des lieux gris et ennuyeux, j’avais envie d’aller dans l’autre sens ! Il n’y a personne sur les images, elles tendent vers l’abstraction le plus possible, ne devant que des suites de formes et de couleurs, mais toujours citadines !

Rouen, étant donné qu’il s’agit de la plus belle ville de la Terre, il serait dommage de ne pas la photographier, non ? C’est une ville assez touristique, donc la plupart des photos qu’on en trouve son assez flashy, ce que je déteste. J’ai donc (encore une fois) été dans l’autre sens.

Quoiqu’il en soit, j’essaie d’avoir une démarche assez ouverte (j’ai beaucoup appris sur internet comme ça, donc je rends la pareille), donc toute la démarche et le travail derrière ces projets est raconté ici : https://thomashammoudi.com/tag/makingof/

Rouen

Sors- tu toujours accompagné de ton appareil photo ?

Oh oui ! Même pour faire les courses haha. C’est lié aux projets que j’ai décrit ci-dessus, comme je photographie mon environnement proche, et que je ne sais jamais ce qu’il va s’y passer, il faut être préparé. C’est d’ailleurs pour ça que je suis passé du reflex à l’hybride à la fin de l’hiver dernier. Non pas que le poids m’empêchait de faire des photos, mais sur la durée, mon dos me remercie ! C’est sans doute le meilleur conseil à donner, aillez toujours un petit appareil sur vous, on ne sait jamais ce qui peut arriver.

Rouen

Est-ce que ton travail est influencé par certains photographes ?

Alors, les gens qui me suivent un peu savent déjà ce que je vais répondre, tant je casse les pieds à tout le monde avec ça, mais je suis un fan inconditionnel du travail de William Eggleston. C’est un photographe américain, pionnier de la photographie couleur, qui a principalement travaillé sur la ville de Memphis où il vit et sa région. Il a fait quelques autres projets ailleurs (à Paris par exemple), mais ça n’est jamais aussi bien. Je suis fasciné par sa capacité à tirer le meilleur des choses les plus banales qui soient.

Sinon, cela varie dans le temps, en ce moment je suis très intéressé par les travaux de Ralph Gibson, et de Trent Parke. Mais j’ai découvert Pentti Sammallahti hier, lors d’une exposition à l’Abbaye de Jumièges sur la photographie nordique, et j’adore ! Bref, soyons curieux, il y a énormément à apprendre des autres photographes.

Intercité

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire ?

C’est compliqué comme question, parce que si je devais en choisir une, il s’agirait probablement d’une photographie d’un de mes proches, sans doute de ma copine (j’ai commencé un Cindy projet à la Eric Kim, cf. : http://erickimphotography.com/blog/2015/10/30/cindyproject/). C’est un travail que je garde pour moi, et qui perdrait de son charme s’il était visible sur internet.

Du coup, je pense que dans mes travaux « publics » je choisirai celle-ci, j’aime beaucoup ses imperfections. C’est un monsieur qui est toujours à l’arrêt de métro, le soir quand je repars du travail. Il est majestueux je trouve. Sur les tirages, comme je l’ai shooté à très haute sensibilité (12 800 je crois, parce que je suis à 1/250e pour la vitesse, donc il fait compenser), il y a une sorte de grain. On dirait qu’il est fait de sable et s’efface peu à peu, j’aime bien l’idée derrière ça.

Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

Hum, ne disons pas « une » photo mais plusieurs. Pour le projet Intercité, je me suis rendu compte que j’avais tendance à photographier plus certaines zones que d’autres, et à m’y cantonner une fois que je les connais bien (sans doute un peu par facilité). J’aimerais bien plus photographier la partie du trajet à Rouen (mais c’est le matin et je suis à côté de mes pomes souvent), ou dans le train. Mais là c’est l’horreur, parce que t’es coincé 1h15 avec les gens, donc il faut être très discret, sinon c’est la conversation sans fin sur le droit à l’image assurée haha. Bref, faut que je retourne au boulot !

InColors

Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser ?

Comme tu le vois, réaliser mes projets ne me coûte pas grand-chose si ça n’est un peu d’huile de coude. Je pourrais répondre « voyager ici ou là », mais je trouve qu’il y a une certaine faiblesse intellectuelle dans cette démarche, c’est résoudre le problème de la créativité avec de l’argent, en imaginant que ça sera plus inspirant ailleurs (alors qu’on vit tous dans le lieu touristique de quelqu’un d’autre !).

Du coup, si j’avais un crédit illimité, j’irai au supermarché à côté de chez moi voler un caddie (je ne pense pas qu’on puisse les acheter) et ensuite je dévalise tous les rayons photos des librairies de ma ville. Mais je prends uniquement des monographies, catalogues d’exposition, essais, etc. Les ouvrages du type « manuels vulgarisés » ou théoriques sur la technique ne m’intéressent pas tellement.

Rouen

Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire ?

Alors, le pire, je n’ai pas de problèmes pour m’en souvenir. C’était lors de ma toute première sortie de photographie de rue. Je démarrais vraiment, je ne savais même pas dans quelle direction je voulais aller, je voulais seulement commencer à photographier des gens dans la rue. Et là, je croise un type en train de lire, donc je tente ma chance (ce qui créera la photographie la plus banale de la Terre certes). Le mec n’a pas apprécié du tout, m’a suivi, a voulu voir des photographies, bref, l’horreur ! J’ai failli arrêter direct la photographie de rue, finalement j’ai continué à bosser et avec le temps je suis devenu un ninja. Ça n’est plus arrivé depuis !

La meilleure, séance, je ne sais pas. En fait, c’est plus après qu’on le sait. En photographie de rue il y a une part de chance, parce qu’on ne sait jamais sur qui on va tomber, et qu’on a très peu de temps pour agir. Du coup, je ne regarde pas mes photographies pendant que je shoote, j’ai peur de rater le bon moment, je les découvre après (ça prend des semaines des fois). Et c’est à ce moment-là qu’on se dit parfois « tiens, ce jour-là c’était pas mal ! ».

Intercité

Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu ?

En fait, je parle de la plupart de mes découvertes sur mon Blog au fur et à mesure. Donc je vais prendre un méconnu de chez méconnu : Dan Bouteiller. C’est mon side-kick de toujours. Un boulimique de photographie, éternel crapahuteur, et le plus japonais des photographes français. C’est par ici : https://www.instagram.com/danbouteiller/

InColors

Un dernier mot ?

Memento Mori : « Souviens-toi que tu vas mourir ». Procrastinez plus tard, faites ce que vous avez à faire aujourd’hui, le temps s’échappe.

Merci Thomas

Encore une fois un grand merci à Thomas pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

a propose Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

7 Commentaires

  1. Au top, merci Gregory de m’avoir fait une petite place sur BonPlanPhoto 🙂

  2. Christophe

    Super interview. J’aime beaucoup ce que fait Thomas et son blog est top. C’est un peut grâce à lui que je me suis mis à la photo de rue et à Pascal Kempenar à la suite d’un stage qu’il a dispensé lors du photomenton

  3. Merci Thomas. J’aime aussi beaucoup ce que tu fais et je trouve aussi que Rouen est une ville magnifique!

  4. GAUTHIER

    Je suis vraiment content pour toi et la photographie car c’est assez rare de parler des personnes qui font et disent des choses intelligentes et cela sans encore avoir lu ton livre !!.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.