Home » A la une » A la rencontre de Stephanie Jantzen

A la rencontre de Stephanie Jantzen

Cette semaine, c’est avec un grand plaisir que je vous emmène voyager avec Stephanie Jantzen. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez la retrouver:

A la rencontre de Stephanie Jantzen

Bonjour Stéphanie,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie? Racontes-nous également quand et comment tu as commencé la photo ?

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé la photographie. Dès l’âge de 12 ans, je passais mon temps dans la chambre noire de mon club photo… Ma mère est artiste peintre, j’ai donc été élevée dans une liberté d’expression créative et j’ai su très jeune que je voulais être photographe. Je me suis toujours raccrochée à ce rêve d’enfant.

La vie m’a emmenée aux États Unis où j’ai réalisé mes études de photographe à l’école publicitaire « The Creative Circus d’Atlanta ». Après trois années d’école de photographie, je suis partie à New York mon diplôme et portfolio sous le bras. Une fois là-bas, j’ai commencé par assister de grands photographes et suis devenue photographe publicitaire.

Puis très vite je m’oriente vers la photo documentaire à travers le monde. Le milieu de la photographie publicitaire ne correspondait plus à mes valeurs de vie. Je ressentais le besoin de plus d’authenticité dans mes rencontres et dans mon travail, donc j’ai décidé de tout quitter et de partir en Asie, au LongCours pour commencer le projet de livre « Sous un même ciel – Regards du monde », qui évoque en images les similarités observées dans la diversité des peuples.

Quels sont tes spécialités photographiques ? 

La photographie de voyage à but narratif et non à but journalistique. J’aime raconter des histoires à travers la photographie ; une histoire de voyage, de rencontre, documenter une culture, un style de vie…

Tes missions photographiques t’entraînent aux quatre coins de la planète, mais y a t’il un endroit que tu affectionnes particulièrement.

L’Inde et la Birmanie. L’Inde est un pays de contraste. Un pays tout particulièrement splendide pour un photographe. Tous nos sens sont en éveil constant et nos yeux s’émerveillent de ces palettes de couleurs époustouflantes. Les gens y sont très ouverts, ce qui favorise les belles rencontres. La Birmanie, est un pays plus doux mais la beauté des gens et la richesse des rencontres y sont tout aussi fascinantes. (A découvrir sur stephaniejantzenphoto.com)

Comment se compose ton sac photo ?

Mon sac photo dépend de la destination et du projet, je ne suis pas une consommatrice d’équipement, j’aime que cela reste simple et surtout léger! Pour un voyage comportant des treks, je prends le minimum : mon CANON 5D3, deux trois objectifs (24 -105mm, 50mm / 1.4 et un grand angle), un Macbook air et deux disques durs. Et pour le plaisir, je prends aussi mon Hasselblad 6×6 argentique avec des pellicules 120 couleurs et noir et blanc pour les portraits.

Pour les destinations plus orientées vers la photographie de paysage comme l’Islande, je rajoute un trépied, des filtres neutres, une télécommande et un télé objectif.

Quels conseils donnerais-tu à un photographe débutant?

En photographie de voyage, l’approche du photographe envers le sujet est tout aussi importante que la technique employée. Celle-ci se doit d’être avant tout une approche humaine et respectueuse. De mon point de vue, trois qualités sont essentielles pour un photographe de voyage :

  • ÊTRE CURIEUX nous pousse à découvrir des richesses insoupçonnées et nous permet de mieux comprendre le monde qui nous entoure.
  • ÊTRE FLEXIBLE nous permet d’apprécier de nouvelles opportunités

qui se présentent à nous et de nous adapter en toutes circonstances.

  • ÊTRE AUTHENTIQUE dans notre approche nous ouvre les portes sur de belles rencontres.

D’un point de vue technique, tous mes conseils sont dans le livre «GUIDE Pratique pour les Photographes Voyageurs» (Voyage au Bout du Regard, disponible sur mon site).

L’essentiel est dans l’approche du photographe, son attitude et sa sensibilité. Les techniques ne sont que des outils à utiliser selon la situation pour exprimer notre vision des choses.

Où puises-tu ton inspiration (artistes, tes « maîtres à photographier », d’autres formes-expressions artistiques… )?

Ma source d’inspiration en photographie de voyage et dans la vie en général, est dans la rencontre et les partages avec les gens, ce que j’appelle des «moments de cœur ». Sinon mon artiste peintre préférée est Ode Droit (www.odedroit.com), les couleurs et les lumières de ses toiles sont pour moi très inspirantes. Chez moi, ce sont les seules œuvres sur mes murs et elles m’inspirent et m’apaisent au quotidien.

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Dans le marché aux épices de Jodhpur, ce jaune vif a attiré mon attention, puis j’ai vu l’enfant. Cette jeune femme affairée avec ses amies n’a pas fait attention à moi. L’enfant, quant à lui, les yeux grands ouverts m’observait, tel un miroir. La lumière de fin journée était splendide. Après avoir marché avec eux un petit instant, la jeune mère s’est orientée naturellement vers la lumière, les rayons traversaient son voile jaune. Il n’y avait plus qu’à photographier ce moment magique.

Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

La photo de notre petit garçon qui va naître début septembre.

Quelles sont tes actualités – projets en cours & à venir ?

Un livre sur l’Islande va sortir début octobre : « ISLANDE – Formes de Lumières ». Un livre que nous avons fait avec Régis Rigal lors de 4 voyages, à la découverte de cette nature merveilleuse et très particulière de l’Ile.

Les prochains stages photo en voyage que je propose et accompagnerai sont prévus pour le 24 février 2018 en Birmanie, puis en Avril 2018 au Vietnam, en juillet 2018 au Ladakh – Inde, octobre 2018 au Népal et en Novembre 2018 en Inde.

Exemples :

Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

Mes plus beaux souvenirs de voyage sont innombrables ! chaque rencontre, une lueur dans un regard que je photographie est pour moi un moment privilégié et chaque portrait est le plus beau souvenir de voyage. Je vous invite à en découvrir quelques-uns sur ce lien

Je ne peux pas vraiment penser à un pire souvenir…si ce n’est le froid glacial des nuits des aurores en Islande que nous avons photographié pour le livre. Je n’aime vraiment pas le froid ! Mais la beauté était tellement enivrante que le froid n’est pas ce dont je me souviens le plus.

Une question à laquelle tu aurais aimé répondre ?

Dans le monde de la photographie de voyage, comment cela se passe-t-il pour une femme photographe ?

Le monde de la photographie en général est actuellement une profession très compliquée et difficile pour tous. Pour une femme cela est bien évidement vrai mais de façon démultiplié car aujourd’hui encore c’est un secteur sexiste. Les éditeurs vous diront que c’est la société qui veut cela, que les femmes doivent s’occuper des enfants et donc il est plus simple d’embaucher un homme. Mais de nos jours, je trouve ce concept complètement absurde, ils doivent encore vivre au moyen âge dans leur tête. Bien sur la femme peut avoir des enfants, mais avec un compagnon intelligent et une organisation de vie appropriée, la femme ne devrait pas à avoir à choisir entre « être mère » ou « photographe ». Les deux devraient être possibles.

Donc un changement et une ouverture d’état d’esprit a besoin de prendre place en France et ailleurs et je pense que cela est en train de se faire tout doucement. Pour que cela change il faut en parler, car ces concepts sexistes sont bien ancrés dans les esprits des « preneurs de décisions » du monde de la photo (hommes ou femmes). Et bien trop souvent, les concours, les festivals, les agences (…) représentent majoritairement des hommes et oublient les femmes photographes alors qu’elles existent et ont tout autant de talent. On espère que bientôt on aura plus à en parler et que l’équitabilité «homme-femme» sera naturelle.

Merci Stéphanie

Encore une fois un grand merci à Stéphanie pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez la retrouver:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

a propose Gregory LAROCHE

J’ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques.

N’hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire