A la rencontre de Romain Thiery

Aujourd’hui, partons à la rencontre de Romain Thiery, photographe professionnel et pianiste spécialisé en photographies de pianos et de patrimoine abandonné. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez la retrouver:

A la rencontre de Romain Thiery
Auto portrait, Romain Thiery
Bonjour Romain,
Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?

Mon nom est Romain Thiery, photographe et pianiste de 30 ans. Né dans le Périgord, une région très riche par son histoire et ses lieux patrimoniaux. C’est là, que tout a commencé pour moi en 2009, date à laquelle je suis devenu professionnel. J’ai commencé le piano à l’âge de 6 ans et j’ai continué en école jusqu’à mes 18 ans. Je joue tous les jours chez moi sur mon piano et donne quelques cours aux personnes souhaitant se perfectionner.  Je suis quelqu’un de passionné, et heureux de pouvoir faire se rencontrer mes deux mondes artistiques : la photographie de lieux abandonnés et le piano. Aujourd’hui, je vis et travaille près de Montpellier.

requiem pour pianos 4, Allemagne, Romain Thiery
Racontes-nous quand et comment tu as commencé la photo?

Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours vu ma mère utiliser un appareil photo. J’ai eu la chance de pouvoir la suivre lors de ses reportages et obtenir ses conseils précieux. De plus, après mes études, j’ai décidé de voyager pendant quelques temps en Asie. L’Inde fut une révélation, je souhaitais rendre intacte cette atmosphère, cette agitation constante, ces couleurs et ces architectures à travers l’objectif de mon appareil. Dès mon retour en France, ma mère avait commencé à référencer les lieux en ruines de ma région natale. J’ai décidé de la suivre et c’est ainsi que ma passion des lieux abandonnés est née.

Au début, la photographie n’était qu’une passion mais j’ai décidé assez rapidement d’utiliser ce médium à des fins artistiques. J’ai eu la chance de pouvoir travailler avec des professionnels de l’image qui m’ont aidé à me lancer et à montrer mon travail lors d’expositions.

 

Requiem pour pianos 11, France, Romain Thiery
Quelles sont tes spécialités photographiques ?

 Je suis spécialisé dans la photographie de pianos oubliés dans les lieux abandonnés d’Europe. Je me suis donné pour mission de combiner mes deux plus grandes passions: la photographie et le piano.

Mon modus operandi est d’explorer des bâtiments patrimoniaux abandonnés, et de dénicher de vieux pianos, souvent édentés, ravagés par l’impitoyable passage du temps. J’aime énormément l’architecture des lieux et l’atmosphère particulière qu’ils dégagent. Mon but est de pouvoir capturer cette ambiance et les dernières traces de vies avant que le temps ne les rend invisibles. J’aime surtout les villas, châteaux et manoirs qui sont les témoins d’une élégance passée et où j’ai plus de chance d’y trouver un piano à l’intérieur.

requiem pour pianos 28, Allemagne, Romain Thiery
Comment se compose ton sac photo ?

J’utilise un Sony @7RII, un objectif ZEISS 16-35mm et un trépied de la marque MeFoto.

Est-ce que ton travail est influencé par certains photographes?

Je ne dirai pas influencé mais le travail de certains photographes m’inspire beaucoup, essentiellement le travail de la photographe Sophie Calle et son travail sur la mémoire.

 

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Si je devais retenir une photographie de ma série ce serait la première que j’ai réalisée « Requiem pour pianos 10. C’était en 2014, dans un château abandonné dans le sud de la France, ou j’ai découvert un vieux piano oublié. L’instrument était toujours là. Peu de choses avaient résisté aux pilleurs, mais il était là, là où régnait il y a peu de temps encore le luxe et la beauté. Depuis ce jour précis, j’ai su que ma vie artistique allait prendre un tournant. Les lieux que j’allais rechercher devront être la rencontre de mes deux mondes artistiques : la photographie et le piano. C’est le point culminant de mon art, mes deux passions sont alors réunies en un seul et même sentiment.

requiem pour pianos 10, France, Romain Thiery
requiem pour pianos 10, France, Romain Thiery
Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

Il n’y a pas une photo précise que j’aimerai réaliser mais plutôt deux pays que j’aimerai explorer pour trouver ces pianos oubliés : les Etats-Unis et Cuba. J’ai déjà trouvé quelques lieux abandonnés ou je suis certain qu’il y a un piano à l’intérieur.

requiem pour pianos 33, Pologne, Romain Thiery
Peux-tu nous parler de tes projets photographiques?

Ma série « Requiem pour pianos » n’est pas terminée, je suis sûr qu’il m’est encore possible de trouver des pianos oubliés même si je dois m’éloigner de plus en plus de la France. Je collabore aujourd’hui avec des musiciens et des associations travaillant sur la spoliation des instruments. Ils m’aident à dénicher de nouveaux pianos. Depuis plusieurs mois, je travaille sur un nouveau projet, toujours sur la relation piano-patrimoine. Je n’en dis pas plus pour le moment, tant que cette série n’est pas plus aboutie.

requiem pour pianos 30, Pologne, Romain Thiery
requiem pour pianos 30, Pologne, Romain Thiery
Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Un projet que j’aimerai réaliser et de pouvoir photographier les pianos anciens que l’on retrouve dans les plus grands châteaux et domaine de France. Les autorisations sont un casse-tête !

requiem pour pianos 40, Belgique, Romain Thiery
Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?

Sans hésitation un photographe que j’apprécie particulièrement : Martin Stranka.

Merci Romain

Encore une fois un grand merci d’avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donné envie de découvrir son travail.

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.