Home » A la une » A la rencontre de Romain Descamps

A la rencontre de Romain Descamps

Cette semaine je vous  emmène à la rencontre de Romain Descamps, photographe qui passe son temps entre les sous bois et les zones humides de sa région. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

A la rencontre de Romain Descamps

24Bonjour Romain,
Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?  
Bonjour Grégory. Je vis à Lestrem, dans le Pas-de-Calais et je travaille pour un laboratoire basé à Laon dans le département de l’Aisne pour lequel je réalise, entres autres, des contrôles d’hygiène dans les cantines scolaires du Nord Pas-de-Calais. Je partage mon temps libre entre la photo et la pétanque 🙂
 
 
Peux-tu nous raconter comment la photographie est entrée dans ta vie ?
J’ai eu mon premier appareil à 14 ans, un petit compact Nikon pour faire mes photos de stages. J’ai eu la chance de connaitre les débuts du numérique « accessible pour tous ». J’étais donc, comme beaucoup de jeune garçon, très attiré par cette nouvelle technologie. Si on ajoute à ça, un père qui aimait et qui pratiquait lui aussi la photo, un grand père qui m’emmenait à la pêche et à la chasse le dimanche…le mélange des deux a donné le photographe nature que je suis devenu.
La passion pour la photo tient une place importante dans ma vie depuis 5 ou 6 ans environ. Avec mon meilleur ami c’était devenu notre passion commune. J’ai profité de mes premiers salaires pour investir dans du matériel plus sérieux et l’histoire a commencé.
Au début, comme beaucoup de photographe nature, le but était de trouver un maximum d’espèce, me rapprocher le plus possible pour réaliser mes images, une démarche qu’on pourrait qualifier de naturaliste. Et puis la curiosité m’a amener à m’intéresser aux insectes, aux fleurs, aux champignons etc…
Quels sont tes spécialités photographiques ? 
Je pratique essentiellement la macro (ou plutôt la proxy pour les puristes) et la photo animalière. Ça m’arrive également de me servir de mon grand angle pour capter des ambiances particulières qui se pourraient se présenter à moi lors de mes sorties (grosse brume, tempête de neige etc…). Je passe mon temps entre les sous bois et les zones humides de la région, en balade ou en affût. Je me suis assez vite lassé de la « course à la coche » et très rapidement je me suis orienté vers une recherche d’ambiances et d’atmosphères particulières. Ma démarche est aujourd’hui plus artistique que naturaliste. J’utilise la lumière naturelle et les éléments sur le terrain pour composer mes images. Le post traitement est réduit au strict minimum, parfois même inutile pour certaines photos. J’ai un goût particulier pour les ambiances plutôt « noires », je ne dis pas que le pastel ne m’attire pas, j’en ai fais quelques unes et j’en ferais encore…mais chez moi, le côté obscure de la force est plus fort ! 😀
Tes missions photographiques t’entraînent aux quatre coins de la planète, mais y a t’il un endroit que tu affectionnes particulièrement.
Au quatre coins de la planète…je voudrais bien ! 😀
J’ai très peu voyagé, en tout cas pas spécialement pour la photo. Je réalise 95% de mes images dans un rayon de 30 km on va dire. C’est aussi ça qui m’intéresse, montrer la faune et la flore autour de chez nous. Le Nord Pas-de-Calais n’est pas la région la plus accueillante pour la photo nature, certaines espèces sont très difficiles, parfois même impossible à trouver et l’empreinte de l’homme est très visible. Pour te donner quelques exemples concrets : je n’ai jamais vu de renard en plein jours ici, c’est parfois compliqué de trouver une dizaine de papillons l’été dans une praire qui n’a pas été fauchée, et pour le cerf, il n’est tout simplement pas visible à moins d’une heure et demi de route…si je compare avec le Perche là où une partie de ma famille habite, c’est le jour et nuit !
En revanche, dans le Pas-de-Calais on a un truc qu’ils n’ont pas : la côte d’Opale !!! Même si ça n’a rien à voir avec les images que je fais actuellement, c’est un endroit que j’aime beaucoup !
Sors- tu toujours accompagné de ton appareil photo ?
Non ! Il m’arrive de l’oublier volontairement. Si l’appareil est à portée de main, je cherche à faire des images et je ne profite pas vraiment de l’instant. Il faut savoir que lorsque je trouve un sujet interessant, je vais passer parfois plusieurs dizaines de minutes pour trouver le bon angle, la meilleure lumière, le meilleur bokeh etc…et pendant ce temps là je ne profite pas vraiment de la nature. Donc ça m’arrive de partir me promener en laissant le matériel à la maison juste pour regarder les choses…sans réfléchir. Ce qui ne m’empêche pas de repérer les détails intéressants pour une prochaine sortie.
Imagines que tu dois partir 10 jours sur une île déserte, quel matériel photographique qui t’est vital amènerais tu ?
Je dirais…mon 300 mm, ma focale la plus longue. Histoire de repérer un bateau qui passerait par là pour ramener à la civilisation ! (plus sérieusement c’est vraiment mon objectif préféré) J’aime la nature et les grands espaces, mais j’aime aussi mon petit confort le soir, mes boules de pétanque le weekend et une bonne bière avec mes amis ! Donc ok pour l’île déserte mais pas plus de 10 jours alors :p
Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?
Être objectif sur ses images, un jeu bien compliqué pour moi. Il faut savoir faire abstraction de nos émotions liées à la prise de vue. Pour en choisir une seule, je vais dire…le champignon. C’est une image récente. J’avais déjà réalisé celle de la libellule en plein flare et celle de l’araignée faucheur en ombre chinoise. Je voulais trouver un champignon pour le photographier dans le même esprit on va dire.
Ce jours là, après le travail, je devais rejoindre un ami sur la partie d’un bois qu’ont avaient pas encore exploré cette année. Je suis arrivé en avance, j’ai fais mon petit tour vite fait et je n’ai strictement rien vu. Je l’ai rejoint un peu pessimiste. Il a quand même voulu jeter un oeil de lui même et il a trouvé, sur quelques mètres carrés, une petite dizaine de champignons, dont un de bien placé. Je lui ai donc laissé la place, j’ai bricolé deux trois trucs avec le reste mais bon…c’est ça le plus long en fait, chercher le bon sujet bien placé. Je me suis éloigné un peu pour m’occuper, le temps que mon ami fasse ses images…et là, le miracle ! On aurait dit que quelqu’un l’avait posé là rien que pour moi. Une petite motte de terre d’une trentaine de centimètre de haut avec un champignon bien formé pile poil au sommet, au bord d’un talus, dans l’axe du soleil, avec encore des feuilles sur les arbres pour filtrer la lumière et tout autour des ronces pour le bokeh. Je n’avais plus qu’à m’allonger et faire l’image. Le genre d’occasion que l’on a pas souvent !
Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?
J’en ai des centaines à faire ! Renard, chouette chevêche, blaireaux etc, des espèces un peu plus délicate à approcher. Sinon quelque soit le sujet, du moment que l’ambiance m’inspire je ne suis pas difficile !
Quelles sont tes actualités – projets en cours & à venir ?
Je travail toujours sur la même série depuis plusieurs années maintenant, elle a été baptisée « Entre bois et marais ». Très récemment, je me suis lancé dans une série d’images un peu particulières. Pas très « grand public » on va dire, à l’opposé des ambiances féériques que je recherche habituellement. Cette série s’appelle « Noctambule » : des photos réalisées au coucher du soleil, certaines jusqu’à une demi-heure après la disparition de l’astre…donc des images très sombres, bruitées, pour un résultat assez abstrait.
J’ai en tête depuis plusieurs années maintenant l’envie de faire une série sur la côte d’Opale, en paysage cette fois-ci. Des images en noir et blanc tirées en pose longue par gros temps, là aussi ce sera très probablement des images assez « noires », il ne me manque plus qu’un nouveau boitier et le temps pour la réaliser ! 🙂
Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?
Aller je démissionne, je me trouve un petit chalet perdu dans les Vosges ou dans le Jura…et au revoir à tous ! Les voyages ne sont pas une priorité pour moi, nous avons beaucoup de choses à faire et à montrer ici dans la région. Même si j’avoue être curieux de pouvoir visiter un jour les pays Nordiques. Un sujet m’attire plus que d’autres : la chouette laponne. Je ne me lasse pas de regarder les images des photographes qui ont eu la chance de la rencontrer.
Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?
Je pense pouvoir te faire un mix des deux avec une seule image. « Douceur d’un crépuscule ». Hibou des marais au programme ce jour là, nous sommes début janvier 2017, brouillard givrant. Un ami, Nicolas, m’embarque avec lui, sur la route on se met à rêver des images qu’on va pouvoir réaliser grâce à ces conditions météo très particulières et surtout très rares (un jour de repos en plus…incroyable !)
Le brouillard est vraiment magnifique, quelques rayons de soleil au travers, des arbres blanc de givre…nous arrivons sur place à 10h, et pour le moment…brouillard épais. Bon…on va attendre…ça ne se lève pas, rien ne bouge. Pas un seul hibou !
L’heure tourne, 7h plus tard, toujours rien, nous sommes gelés et bredouilles ! La déception est énorme. Nous décidons de repartir et là… Un hibou nous passe sous le nez ! Il se pose. Il est 17h15, ça fait un quart d’heure que le soleil est couché, les limites du boitier ne sont pas loin. Sensibilité ISO au max, temps de pose au minimum, à mains levée…c’est magnifique dans le viseur mais à 1/30 de seconde sans trépied quand on ne bouge pas depuis 7h dans le froid…ça tremble ! Finalement sur la cinquantaine d’images tirées en quelques minutes je n’en garderais qu’une pas trop mauvaise on va dire.
Ce jour là j’ai réalisé qu’au final, je faisais mes images lorsque je m’y attendais le moins ! Sur les 5 dernières minutes d’un affût interminable, lors d’une sortie repérage les mains dans les poches et le matériel dans le dos (comme celle du balbuzard pêcheur par exemple), ou encore lors des sorties totalement improvisées.
Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu? 
Je vais te proposer Nicolas Frin. On ne peut pas dire qu’il soit méconnu. C’est probablement le photographe qui a eu la plus grosse influence sur mes images. Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à la photo, j’avais deux grandes excuses préférées pour justifier mes échecs : « faire des belles photos c’est forcément passer par photoshop » ; « et on ne peux pas faire des belles photos natures dans cette région (le Nord PdC) ». Avec ses images Nico m’a prouvé le contraire ! J’ajouterai qu’on a le même attrait pour les ambiances féériques, les atmosphères sombres, la macro et l’animalier ! C’est quelqu’un avec qui je peux discuter en toute franchise quand j’ai besoin d’un avis sur mes images, il a un soucis du détail presque maniaque qui fait toute la différence ! Avec le temps j’ai fini par le rencontrer à la saison des aurores et des cardamines au milieu des bois, c’est devenu un ami avec lequel je me balade dans les festivals…et ça pour l’inspiration y a pas mieux !
Une question à laquelle tu aurais aimé répondre ? 
Que voudrais tu faire de tes images ?
Les montrer bien sur ! J’ai eu la chance de pouvoir exposer quelques unes de mes images pour la première fois en mai 2017, en compagnie d’autres photographes. J’ai adoré cette expérience. Et ce qui m’a marqué c’est le regard des enfants. J’espère qu’à l’avenir il y aura encore des gens pour réunir ceux, qui comme moi, aiment la nature et veulent la partager avec les autres. Avec des photos, des films, des livres…peu importe le support. Il faut essayer d’impliquer les écoles du coins pour pouvoir sensibiliser les plus jeunes en leur montrant la beauté des choses qu’ils peuvent observer autours de chez eux. Donc avis aux directeurs d’école, il y a beaucoup de photographes passionnés dans la région 😉
Personnellement j’exposerai la prochaine fois au Festival de Bachy les 10 et 11 février 2018 ! Je vous laisse le lien vers la page facebook de l’évènement.

Merci Romain

Encore une fois un grand merci à Romain pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

a propose Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

4 Commentaires

  1. Rabiller Jean Marc

    Merci Gregory de nous faire découvrir Romain Descamps ,de très belles photos comme je les aimes ,une personne que j aimerais croise

    • Romain Descamps

      Merci beaucoup Jean Marc ! Au plaisir !

  2. Belle découverte. Je trouve qu’il se dégage une vraie ambiance de ces photos plutôt sombres avec de beaux jeux avec les ombres.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.