A la rencontre de Pierre Rolin

Aujourd’hui, partons à la rencontre de Pierre Rolin, photographe lorrain, spécialisé dans la photo sportive et la photographie paysagère, principalement nocturne. Pierre a accepté de se prêter au jeu de mes questions et je vous propose donc d’en découvrir un peu plus sur ce photographe passionné. Vous pouvez également retrouver sont travail sur :

A la rencontre de Pierre Rolin
Pierre Rolin
Tous droits réservés à Pierre Rolin
Bonjour Pierre,
Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie? 

Bonjour, j’ai 31 ans, je suis lorrain, plus précisément nancéien. J’aime principalement les grands espaces vides de population, la montagne, et surtout les pays froids. Photographe de presse le weekend pour la presse quotidienne régionale et la semaine je vends du matériel photo pour une enseigne spécialisée. 

Pierre Rolin
Tous droits réservés à Pierre Rolin
Racontes-nous quand et comment tu as commencé la photo?

La photo, je suis tombé dedans un peu par hasard. J’ai commencé il y a 6 ou 7 ans en photo sportive par pur besoin. En tenant un site internet d’actu sportive locale, il fallait illustrer les articles et donc il fallait des images. C’est vite devenu un plaisir de les faire. J’ai arrêté depuis ce site mais la photo est devenue une jolie passion. À ce jour je dirais surtout que c’est mon meilleur alibi pour avoir une bonne raison d’être dehors, d’aller marcher ou de voyager. Parfois je sors avec l’appareil avec une idée en tête, mais au final je me suis juste promené et l’idée était pourrie. 

Pierre Rolin
Tous droits réservés à Pierre Rolin
Quelles sont tes spécialités photographiques ?

À ce jour je me suis spécialisé dans la photo sportive qui me finance mon matériel. Et pour le plaisir, la photographie paysagère, principalement nocturne (astrophotographie en grosse partie) ou pose longue. En ce moment je suis dans ma période un peu glauque, avec une attirance particulière pour le brouillard ou la fumée. J’aime aussi beaucoup les conditions météos extrêmes, comme les orages, bien que la vie de famille m’empêche de trop courir après. Par le passé j’ai goûté un peu à tout mais à un moment faut se recentrer sur une ou deux spécialités, aujourd’hui ça me suffit largement. 

Tous droits réservés à Pierre Rolin
Dans tout ton matériel photo, as tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux?

Non, pas spécifiquement d’objet porte bonheur. Il y a surtout une optique que j’aime énormément. Elle n’est pourtant pas la meilleure en piqué, c’est le 17-35 f/2.8 de Nikon. Elle a une vieille formule optique mais elle possède l’avantage d’avoir une lentille plate et de pouvoir facilement être filtrée, et en qualité ça reste correct. C’est la focale que j’utilise le plus en paysage. Le plus précieux c’est certainement le trépied, sans lui je suis mort !

Est-ce que ton travail est influencé par certains photographes?

Comme tout le monde, les réseaux sociaux m’influencent et on cherche toujours LA bonne idée chez les autres, mais j’évite de trop m’inspirer. Déjà car c’est sans intérêt d’aller repomper une composition ou un traitement, et surtout car il y a tellement de choses à faire ailleurs. J’essaye au plus d’avoir mon propre univers. Après, bien entendu certains lieux ultra photogéniques m’attirent et donc logiquement on ne réinvente pas l’eau chaude sur ces spots, surtout quand de grands photographes de la discipline sont passés avant nous. 

Parmi les photographes que j’apprécie il y a le célèbre Thomas Heaton, excellent en photo paysagère (principalement au téléobjectif), ou encore Mark Gee pour l’astrophotographie. J’aime aussi beaucoup l’univers de Daniel Kordan et ses traitements, et du côté des français il y a Olivier Rocq, Ludovic Fremondiere, Eric Castaings, Arnaud Cassagnet … Et il y en a surement plein d’autres à découvrir.

Pierre Rolin
Tous droits réservés à Pierre Rolin
Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Cette photo n’est probablement pas la plus spectaculaire qui puisse exister, et ce n’est visuellement pas ma préférée, mais c’est surtout son histoire qui me fait l’apprécier très particulièrement. Cette image est avant tout un vrai coup de chance. Comme beaucoup l’auront reconnu il s’agit du C-47 écrasé en Islande. J’avais photographié l’appareil de jour et c’était sans grand intérêt.

On dormait en auberge de jeunesse et le soir là en pleine nuit un gars rentre dans la chambre, sort l’ordi portable et commence à dérusher des photos de l’avion prises en pleine nuit. C’était un gros intagrammeur américain, on engage la discussion, et on parle un peu de ce lieu assez particulier. En plus les photos qu’il m’a montré étaient d’une splendeur, j’avais honte de lui dire que je faisais aussi de la photo. On dormait de nouveau dans cette même auberge deux nuits après, et l’avion me restait en tête, il fallait que j’arrive à sortir une image de cet endroit, mais avec de l’éclairage à l’intérieur. On y est retourné de nuit, on était seul, et la pluie a commencé à tomber pile au mauvais moment. 

Tous droits réservés à Pierre Rolin
Tous droits réservés à Pierre Rolin

Cette image représente 4 minutes de pose, sous une pluie battante, on était trempé comme pas possible, il faisait froid, un ami protégeait tant bien que mal l’appareil avec son manteau, et j’éclairais l’avion avec un flash. Vu les conditions météo on n’a fait qu’une seule prise. L’APN était dans un état déplorable. Arrivé dans la voiture, en regardant le rendu, ce fut le soulagement! L’exposition calculée de tête était parfaite. Ce fut la première image traitée en rentrant. Après coup je pense qu’au final la pluie était une bonne chose, car sans elle le rendu aurait été totalement différent, et probablement sans intérêt. C’est donc en soit une photo “coup de chance”, mais chut !

Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

Il y en a tellement, il faut juste le temps, et du temps. La prochaine photo en tête est un projet débile que j’ai depuis quelques temps. J’ai repéré un vieux bunker de la seconde guerre mondiale, et mon idée est de sortir le même rendu que l’avion (avec les faisceaux de lumière qui sortent des meurtrières) et une jolie circumpolaire au dessus. C’est con non?  L’orientation est parfaite sur place. Ca se trouve ça va être sans intérêt, ou il y aura un élément parasite non prévu mais on l’aura tenté, ou alors ça marchera! 

Sinon, la photo que je rêve de sortir depuis quelques temps est une Voie lactée au dessus d’une mer de nuages. J’ai déjà les spots, mais les conditions pour réussir ce type d’images sont tellement précises et rares que le jour où je les aurais, il faudra y aller et ne pas se rater. 

Pierre Rolin
Tous droits réservés à Pierre Rolin
Peux-tu nous parler de tes projets photographiques?

Le prochain gros projet c’est la Norvège en hiver, mars 2020, bien tendu pour les paysages et surtout pour le nocturne. En espérant des aurores boréales bien entendu, et un ciel dégagé. Normalement c’est la période idéale, donc on verra bien. Sinon, j’aimerais bien partir en Slovénie, ça me semble un pays de dingue, mais aussi en Irlande, Estonie, ou dans la Russie abandonnée. 

En général, mis à part des voyages, je n’ai jamais de gros projets à l’avance, c’est souvent au feeling et à l’envie. 

Tous droits réservés à Pierre Rolin
Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Voyager, et prendre le temps de découvrir rien que l’Europe déjà (surtout le nord) et quelques beaux coins en France. Ca ne coutera pas très cher, juste une tente, un réchaud et des nouilles chinoises. On a souvent tendance à vouloir aller à 20 000km alors que parfois à 200km on a des merveilles insoupçonnées. Ce qui me fascinerait aussi c’est la Russie oubliée et abandonnée qui serait mon premier vrai projet, avec une thématique et éventuellement un aspect reportage. Il y a plein d’anciennes villes totalement à l’abandon, avec des mines, d’anciennes bases militaires…c’est glauque, vide mais ça serait génial. Mais aussi le Groenland, pour l’aspect extrême et sauvage, rien à voir quoi! 

Tous droits réservés à Pierre Rolin
Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

L’un de de mes meilleurs souvenirs en sortie photo date d’il y a un an. On s’était fait une virée dans les Dolomites avec un ami photographe. On voulait monter à Tre Cime et faire de l’astrophoto là haut. Donc bivouac obligatoire. On a dormi dans une grotte avec un brouillard à couper au couteau dehors, c’était complètement dingue et excitant. On ne voyait plus rien, impossible de sortir car on ne distinguait presque plus nos pieds. Il faisait un froid de fou et j’étais parti sans équipement de grands froids (on était en plein juillet, en France il faisait 35°), et je faisais moins le malin sur place avec 1° et une simple doudoune, sans isolant du sol. Réveillé régulièrement transit par le froid ça nous a sauvé la photo, car la seule fenêtre de ciel clair on l’a attrapée.

Le pire souvenir, je n’en ai pas spécifiquement. J’ai un projet photo dans les Alpes, toujours en astrophoto, mais qui nécessite de grimper assez haut. Ca fait deux années de suite que j’échoue pas loin du sommet. Cette année c’était le risque d’avalanche… c’est rageant quand on fait tout ça pour rien. Mais parfois derrière une image il y a eu des échecs précédents et on ne le sait pas toujours, c’est le jeu. Comme quoi une photo n’a pas la même saveur pour le photographe et celui qui la regarde. L’année prochaine sera la bonne j’espère ! 

Tous droits réservés à Pierre Rolin
Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?

Un seul ça ne serait pas juste, et vu que je n’aime les règles on va en donner deux. Il y a plein de photographes talentueux qui mériteraient d’écrire à ma place. Mes compères d’aventure, qui sont dans des délires assez proches: il s’agit de Stéphane Noll, qui aime aussi les grands espaces et l’astrophoto et Hans Mazetier qui quant à lui joue avec tout ce qui fait de la lumière la nuit. Leur boulot est intéressant, et à voir.

Pierre Rolin
Tous droits réservés à Pierre Rolin
Merci Pierre

J’espère que tout cela vous aura donné envie de découvrir son travail. Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.