A la rencontre de Julien Tocanier

Aujourd’hui, partons à la rencontre de Julien Tocanier, photographe trentenaire pour qui la photo lui donne des ailes dans le relationnel. Julien a accepté de se dévoiler un peu plus. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

A la rencontre de Julien Tocanier
Bonjour Julien,
Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?

Julien la trentaine passée, j’ai eu mon premier appareil (un bridge) il y a une petite quinzaine d’année. La photo, avec le temps a pris une place grandissante dans ma vie, jusqu’à devenir quelque chose de nécessaire. Elle offre la possibilité de s’exprimer quand on ne sait ni écrire ni dessiner ni danser ni … Et permet de faire de nombreuses rencontres qui apportent à chaque fois quelque de nouvelles choses dans la vie.

Elle permet d’apprendre à voir ce qui nous entoure et plus simplement à regarder. La photo est devenue une partie de ma vie ; même quand je n’en fais pas pendant un moment, je sais que je l’ai pour m’accrocher et rebondir !

En dehors de la photo ma vie n’a rien d’exceptionnel, je travaille dans une assez grande boîte en Bretagne, en bureau. Pas de créativité requise, pas beaucoup de liberté non plus … Merci à la photo de m’apporter tout ce qui me manque de ce côté-là 😉

Tous droits réservés à Julien Tocanier
Raconte-nous un peu ton «histoire» photographique?

Oh mon histoire photo, un départ plus que banal je pense…. Je rêvais de savoir dessiner, mais je n’y arrivais pas vraiment. J’avais sûrement besoin de m’exprimer d’une manière ou d’une autre – mais à cette époque je ne le savais pas encore…

A un anniversaire j’ai donc demandé un appareil photo ; un bridge pour jouer avec les réglages, essayer de contrôler un minimum ce que je voulais faire et apprendre les bases avant de passer au reflex. Il a dû me faire 1 an 1/2 je crois, puis besoin de plus de réactivité, plus de qualité, plus de tout. Donc achat de mon premier reflex, un Nikon D90! Un appareil vraiment top !!!! Je l’ai gardé plusieurs années avant de passer à un peu plus grand, un plein format, le D700 et aujourd’hui je suis au D810.

Ces dernières années j’ai également commencé à faire de l’argentique. Je me suis lancé avec un moyen format, un Bronica Etrs 645, puis une chambre 4×5 Sinar Norma et j’ai remplacé le Bronica par un Mamiya RB67. Un peu de polaroid aussi… Aujourd’hui je prends plus de plaisir à faire de l’argentique que du numérique ; le numérique est pour moi trop connoté « prestation client »….

Tous droits réservés à Julien Tocanier
Quelles sont tes spécialités photographiques ?

Spécialité je n’aime pas vraiment ce mot qui nous met dans une case. Je suis à l’aise, une fois caché derrière l’excuse de la photo, avec les gens. Hommes, Femmes, peu importe. La photo me donne des ailes dans le relationnel.

Alors qu’en dehors, j’ai beaucoup de mal à parler aux gens, à m’ouvrir, à discuter normalement… J’aime et j’ai besoin de prendre des personnes en photo. Un paysage sans un être humain est trop vide pour moi ; il peut vouloir dire tout un tas de choses, si je ne vois pas un être humain dessus, il me paraît vide.

Tous droits réservés à Julien Tocanier
Dans tout ton matériel photo, as-tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux?

Un objet porte-bonheur, je ne crois pas. J’aime beaucoup mon appareil (D810) je me sens bien avec, mais c’est aussi le cas avec mon Mamiya. Je crois que ça serait le cas avec n’importe quel instrument qui me permettrait de créer de manière fluide et instinctive.

Tous droits réservés à Julien Tocanier
Imagines que tu dois partir 2 jours sur une île déserte, quel matériel photographique qui t’est vital amènerais-tu ?

Mon moyen format et quelques films. Pas besoin de trop, juste ce qu’il faut pour faire quelques images. Prendre son temps pour les réfléchir, les comprendre et les imaginer avant de ne déclencher. Aimer le geste et le moment plus que le résultat.

Tous droits réservés à Julien Tocanier
Est-ce que ton travail est influencé par certains photographes?

J’ai un gros souci avec ça. Que ce soit au cinéma, en musique ou en art, je n’arrive pas à idolâtrer quelqu’un ! J’aime un tas de choses qui peuvent changer du tout au tout selon mes humeurs. Je n’ai pas d’influenceur, je fais de la photo de manière assez égoïste, pour mon plaisir. Je le fais tel que je le veux au moment présent.

C’est d’ailleurs assez compliqué lorsque je propose des séances à des modèles d’expliquer ce que je veux… Les séances se passent toujours au feeling.

Tous droits réservés à Julien Tocanier
Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Alors ça c’est très très difficile ! Aujourd’hui je pense à une et demain ça en sera peut-être une autre… Pourquoi cette photo …. Plusieurs raisons : Je l’ai faite avec une personne avec qui j’ai beaucoup travaillé et surtout évolué! Nous avons fait énormément de photos de danse classique. Elle n’était pas du tout à l’aise devant l’appareil, un peu comme moi en dehors ; mais une fois dans son rôle de danseuse, tout changeait. Et le petit truc sympa dans cette photo, c’est qu’elle a été faite dans un joli château.

Tous droits réservés à Julien Tocanier
Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

Alors là, c’est une vraie colle! Il faudrait que je me remette à utiliser ma chambre 4×5, je voudrais m’en servir en extérieur pour du nu. Mais je n’ai clairement pas en tête une photo précise que je voudrais faire. Je veux continuer à faire des séances plaisantes et où le feeling est plus que présent.

Tous droits réservés à Julien Tocanier
Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

Un meilleur et pire souvenir, je ne sais pas si j’en ai. Je peux parler de mon projet « Indélébiles » sur les cicatrices peut-être. Je ne sais pas comment remercier les personnes qui y participent de la confiance qu’elles m’accordent! Chacune de ses séances est particulièrement intense en émotions. J’écoute leur histoire, je photographie leur cicatrice. C’est parfois difficile à entendre, mais cette confiance est tout simplement unique.

Tous droits réservés à Julien Tocanier
Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?

Une personne que j’ai découverte lors d’une séance (lui « modèle », moi « photographe »). Il s’agit de Johny Kessler. Il a des de choses à dire, il a une envie de progresser énorme, il sait se remettre en question et il se donne les moyens d’avancer.

Tous droits réservés à Julien Tocanier
Une question à laquelle tu aurais aimé répondre ?
Argentique ou numérique ?

Je choisirais numérique ! Pour moi c’est tout simplement plus « vrai », plus direct.  Et une photo faite au moyen format ou à la chambre, c’est tout simplement magnifique, il y a un tel modelé, une telle matière.

Tous droits réservés à Julien Tocanier
Merci Julien

J’espère que tout cela vous aura donné envie de découvrir son travail. Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.