Home » A la une » A la rencontre de Grégory Henrio

A la rencontre de Grégory Henrio

Aujourd’hui, partons à la rencontre de Grégory Henrio, photographe attiré par la photographie urbaine au sens large. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

A la rencontre de Grégory Henrio

Bonjour Grégory,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?  

Bonjour. Je pratique la photographie en amateur depuis une dizaine d’années. Je suis originaire de Normandie, près de Rouen, j’ai rejoint Le Havre pour les études, j’y suis resté jusqu’en 2012 et je vis depuis sur Paris. Je travaille dans le domaine du commerce international, mais la photo est toujours là en second plan, j’ai du tout pour ça.

J’ai toujours eu besoin et envie de pratiquer une activité artistique. Plus jeune je dessinais, je réalisais des collages en grand format. J’ai aussi composé de la musique électronique, je suis un passionné de musique techno et house.

La photographie est naturellement devenu mon moyen d’expression principal. D’un point de vu matériel et logistique c’est accessible et pratique. C’est une activité solitaire qui permet de s’échapper de son quotidien à tout moment. Il y a toujours quelque chose à voir, de la découverte à la clé.

Il est plaisant de pouvoir partager sa passion avec tout le monde. Il n’y a pas de connaissance nécessaire ou de code pour regarder une photo, s’en imprégner. Il est juste question de sensibilité et d’émotion.

Racontes-nous un peu ton «histoire» photographique?

J’ai rencontré un photographe qui m’a parlé de sa passion pour la lomographie en 2006. J’ai été séduit par l’idée d’utiliser de petits appareils plastiques rétro pour s’amuser. Immédiatement j’ai acheté un LOMO LC-A 35mm avec lequel je photographiais de tout. Il a été mon unique appareil pendant un bon moment. J’ai pris beaucoup de plaisir à photographier sans trop réfléchir, je suis au départ autodidacte.

J’ai eu l’occasion de réaliser une exposition photo dans une boutique lorsque j’étais au Havre, autour de l’architecture de la ville : des photos aux tonalités orange et rouge, des expositions doubles, une proposition graphique assez évidente quand on connaît cette ville.

Le passage au numérique m’a permis de prendre beaucoup plus de photos et donc d’aborder le côté technique plus sérieusement, et éviter certaines erreur que l’on fait sans forcément s’en rendre compte.

A partir de là il est devient plus clair de savoir ou l’on veut aller en photographie. Le regard sur les choses change aussi. Il me semble important de faire des choix et poursuivre dans sa propre direction ou son propre style, quand cela devient évident.

Quelles sont tes spécialités photographiques ?

Vivre en région parisienne me convient parfaitement car j’ai toujours été attiré par la photographie urbaine au sens large, de la rue à l’architecture, en passant par le portrait à l’occasion.

Dans tout ton matériel photo, as tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux?

Non pas particulièrement. Mon appareil photo monté d’un de mes objectifs préféré, tout simplement.

Sors- tu toujours accompagné de ton appareil photo ?

Oui c’est systématique. J’ai pris cette habitude et cela me semble nécessaire, car la plupart du temps on est soit même surpris du moment et de l’endroit ou l’on prends la photo que l’on va retenir de sa journée.

Où trouves-tu ton inspiration?

Lors de balades photo je retiens souvent des lieux calmes desquels se dégage une ambiance particulière, que j’essaye de capter au mieux. J’aime flâner dans le quartier de la défense qui regorge de ces ambiances étonnantes.

Je me tourne de plus en plus vers ce que je nomme les “détails urbains”. Cela couvre l’architecture, le mobilier urbain, ou des objets laissés sur un trottoir, par exemple. Les objets d’intérieur prennent une autre dimension une fois sortis de leur contexte. J’y vois une certaine poésie.

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Cette photo de guidon de vélo avec un bouquet de fleurs en plastique accroché. Elle est assez mélancolique mais c’est ce qui me plait. Elle n’a pas d’histoire particulière, mais à l’opposé il y a une histoire derrière ce vélo, ce bouquet : qui, quand, comment et pourquoi ? C’est ça qui est intéressant. A nous de l’imaginer, ou pas…

Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

Ce sera certainement une photo qui me surprendra moi-même, donc pour le moment je n’en sais rien.

Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Très honnêtement je ne sais pas répondre à cette question. Mon approche de la photo me parait assez simple, je me contente de la façon dont je l’envisage déjà. Ma seule idée serait d’acquérir du matériel plus coûteux et de très bonne facture, comme… un appareil Leica par exemple!

Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

Je n’ai pas de meilleur ou pire souvenir, mais je pense à ces moments ou tu voyages et tout est si différent de ce que tu connais, avec à la fois l’envie de photographier des tas de choses, et en même temps la frustration de pouvoir rater quelque chose, ou celle de ne plus trop savoir où donner de l’oeil…

Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?

Nous nous sommes déjà rencontré grâce à  l’application Instagram, il est photographe amateur également, photographe de rue, c’est Louis-Pierre Henry. Il y a quelque chose de très spontané dans son approche de la photo, c’est frais et vivant, j’aime ce qu’il propose. De la pure photo de rue.

Un dernier mot ?

Elefoh (le pseudo que j’ai choisi). J’aime comment il sonne. Les musiciens devinent peut-être qu’il fait référence au terme LFO (Low Frequency Oscillator – modulation de fréquence intégré aux synthétiseurs), fan de techno-house que je suis oblige…

Merci Grégory

Encore une fois un grand merci à Grégory pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

a propose Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire