A la rencontre de Franck Hamel

Cette semaine direction Rennes pour aller à la rencontre de Franck Hamel, photographe gourmand et passionné  par la photographie culiniare. Franck a accepté de répondre à mes questions et je le remercie de nous faire partager sa passion. Avant cela, si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:[checklist]

A la rencontre de Franck Hamel

Bonjour Franck,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe culinaire, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie? 

J’ai 36 ans, je suis originaire de Rennes et après quelques années de vie à l’étranger je suis de retour dans cette ville depuis 2010. En dehors de la photographie, je suis un fan de BD et quelqu’un de très gourmand !

Je voulais être photographe avant de faire de la photographie. Ce métier me faisait rêver depuis le lycée. C’est le reportage d’actualité qui m’a d’abord attiré et tout ce qui l’entoure, le voyage, l’aventure, les rencontres, vivre d’une certaine façon « l’histoire ».

Photographe culinaire
Franck Hamel de par Julien Eveno

Racontes-nous un peu ton «histoire» photographique? et comment tu en es arrivé à la photographie culinaire.

Comme je l’ai dit pour moi la photographie était avant tout un rêve. J’ai commencé à pratiquer la photographie en autodidacte lorsque j’étais au lycée puis j’ai fait des études en Arts Plastiques à Rennes jusqu’en maîtrise. J’ai tenté le concours de l’ENP d’Arles mais je n’ai pas été retenu. Après une seconde année de maîtrise qui devenait de plus en plus abstraite pour moi, j’ai décidé de chercher du travail, un poste d’assistant ou de photographe. J’ai fabriqué mon premier site internet et j’ai contacté de nombreux professionnels via le web. J’ai eu très peu de réponses mais une a retenu mon attention. Il s’agissait du directeur d’une agence photo en Roumanie qui aimait mon travail. J’ai donc décidé de partir à Bucarest.

Cette épisode serait trop long à raconté mais au final le gars n’était pas du tout directeur d’une agence et l’aventure à très vite commencé. Il était photographe pour l’agence de presse Mediafax et la rédactrice en chef qui a certainement eu pitié de moi m’a embauché en tant que pigiste. C’était galère car mon niveau en anglais était pas top et celui en roumain nul. J’ai ensuite rejoint la rédaction d’un magazine Franco Roumain « regard ». Au bout de 2 ans et un livre sur les personnalités de Bucarest avec le correspondant du journal Le Monde et de nombreuses aventures j’ai repris mon sac direction l’Asie du Sud Est. Mon amie avait obtenue un poste au Vietnam et je l’ai donc suivi à Hanoï. Nous y avons vécu 2 ans, le pays est magique mais ça a été très difficile pour moi de bosser. J’ai réalisé, entre autre, des piges pour un magazine pour les dentistes, je réalisais la rubrique « cabinets d’ailleurs ». J’ai même créé avec deux potes une marque de t shirt street wear « b-tong » pour occuper le temps.

Chef Sébastien de La Borde
Chef Sébastien de La Borde – Tous droits réservés à Franck Hamel

Nous sommes ensuite revenu en France mais pas pour longtemps. On m’a proposé de rejoindre l’équipe d’un nouveau magazine sur la mer au Maroc. C’était une belle aventure et je suis donc parti m’installer à Rabat. Nous y avons monté une SARL pour distribuer mon travail de photographe et celui de mon amie traductrice. Malheureusement nous avons fait faillite au bout d’un an et demi car nous n’arrivions pas à nous faire payer. Sur un coup de tête nous sommes repartis en France. Le retour a été difficile, mon travail n’intéressait personnes, je me suis dit à ce moment là soit je change de métier soit je trouve une idée.

En 2010, il y avait de plus en plus d’engouement pour tout ce qui touchait à la cuisine et la gastronomie. On m’a fait comprendre que l’on cherchait toujours de nouveaux talents dans ce domaine. Étant très gourmand je me suis dit qu’il y avait peut être quelques choses à tenter et je pense de plus en plus qu’il est très important aujourd’hui de se spécialiser.

Le problème principal était que comme j’ai toujours trouvé la photographie de studio ennuyeuse je n’ai jamais eu l’occasion d’apprendre à me servir de flash. Ayant cet handicap au début de ne pas maîtriser la lumière artificielle j’ai décidé de travailler à ma façon c’est à dire, comme en reportage, en lumière du jour. Je me suis vite rendu compte qu’il n’y avait rien de mieux pour sublimer les produits et ce que je pensais être un handicap au début est devenu ma marque de fabrique. J’ai travaillé ma technique pendant plusieurs mois puis petit à petit j’ai eu les premiers contrats.

Je suis désormais photographe auteur affilié à l’Agessa et j’ai la chance d’avoir rejoint depuis 2 ans le Centre Culinaire Contemporain de Rennes qui regroupe plusieurs acteurs autour des filières du manger. J’y loue un bureau pour accueillir mes clients et profiter de la dynamique de ce lieu unique en Europe pour développer de nouveaux projets.

Chef Sébastien de La Borde
Chef Sébastien de La Borde – Tous droits réservés à Franck Hamel

En dehors de la photo culinaire, y a t’il un autre thème photographique que tu affectionnes particulièrement ?

J’aime toujours le reportage mais également le portrait. J’ai découvert cet été la technique du collodion humide et de la chambre photographique, c’était passionnant.

On dit que la photographie est un virus qui se transmets, où l’as tu attrapé ? tu l’as transmis ?

Je ne me souvient pas comment j’ai découvert la photographie, on ne m’a pas offert un appareil quand j’étais gamin. J’ai toujours été fasciné par les métiers créatifs, quand j’étais ado j’ai voulu être architecte puis décorateur puis cameraman puis photographe… Je sais que c’est le travail d’Henri Cartier Bresson qui m’a le plus fasciné dans mes débuts.

Bouquet
Bouquet – Tous droits réservés à Franck Hamel

Comment se compose ton sac photo ?

Je ne suis pas un fou de matos. Je possède un Canon 5DS et un 5DM3. Principalement trois optiques Canon le 100 mm macro L 2.8, le 50 mm L 1,2 et le 24-70 L 2,8

Est-ce que ton travail est influencé par certains photographes?

C’est plutôt le travail de la lumière dans les natures mortes des peintres du XVIIIè comme Chardin qui m’influence.

Ail nouveau
Ail nouveau – Tous droits réservés à Franck Hamel

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire ?

Aujourd’hui je dirais ma photo de la queue de homard bleu. Je suis assez fier d’avoir trouvé cette idée qui intrigue souvent les personnes qui la regardent. Pour la petite histoire il s’agit d’un homard que j’ai pêché à St Malo. J’ai voulu profité de cette occasion pour immortaliser ce nouveau modèle car j’ai toujours été fasciné par cette couleur bleue du homard. Pour le rendre gourmand je voulais voir la chair mais lorsqu’elle est cru je trouve qu’elle est moins intéressante avec la couleur bleue de la coque. A l’inverse lorsqu’elle est cuite et qu’elle a prise une jolie couleur, c’est la couleur bleu de la coque qui devient rouge et qui perd pour moi son intérêt. J’ai donc eu l’idée de cuir seulement la chair en maintenant l’extrémité de la queue en dehors de l’eau bouillante. Il n’y a donc pas de montage en post production, le bricolage s’est fait à la prise de vue. Je n’aime pas utiliser le photomontage et je privilégie toujours de m’approcher au plus près de l’image finale au moment de la prise de vue.  Cette image est assez représentative de ma façon d’approcher la photographie.

Baie de Saint Malo - Bretagne
Baie de Saint Malo – Bretagne – Tous droits réservés à Franck Hamel

Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

Aucune idée, il est très rare que j’ai une idée en tête avant la prise de vue, j’aime me laissé surprendre par le sujet, la lumière, le hasard.

Peux-tu nous parler de tes projets photographiques ?

Il y a pas mal de choses. J’ai travaillé en début d’année pour l’Agence Publicis Annecy sur une campagne d’affichage pour la marque américaine True qui va être lancé dans les prochaines semaines. Je travaille également en ce moment sur des visuels de recettes qui utilisent un produit secret pour le groupe Pernod Ricard dont je ne peux pas encore vous dévoiler les images mais qui m’a permis de réaliser des prises de vue à Paris, Copenhague, Séville et bientôt Londres… Je viens de démarrer une série d’image pour une nouvelle marque de bocaux « Monsieur Appert ». Tous les mois je travail avec le chef Alexandre Bourdas dans sa cantine parisienne le restaurant Pascade. J’ai également de nombreux projets pour des sociétés agroalimentaires via le Centre Culinaire Contemporain qui me sert désormais d’agent.

Grenade
Grenade – Tous droits réservés à Franck Hamel

Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire ?

Mes meilleurs souvenirs de shooting sont quand il se passe quelques choses de magique, une harmonie du lieu, de la lumière, des gens, du sujet comme lors d’un shooting à Bermicourt chez le chef de La Cour de Rémi, Sébastien de la Borde par exemple.

Pire souvenir, peut être à mes début en Roumanie lorsque j’avais couvert une manifestation pour l’agence Mediafax et que dans la précipitation j’ai ouvert, devant le chef du service photo, le dos de mon boîtier avant que le film soit complètement rembobiné, on a pu sauver 2-3 photos. Un grand moment de solitude.

Chef Sébastien de La Borde
Chef Sébastien de La Borde – Tous droits réservés à Franck Hamel

Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à Bon Plan Photo et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?

Trop difficile, il y en a plusieurs… je me permet donc une petite faveur d’en citer deux. tOine qui est aussi le graphiste avec qui je travail pour mon identité graphique et qui a réalisé mon logo et Nicolas Folch.

Nous nous sommes tous les trois connus au Vietnam où nous avons réalisé une exposition  ensemble, un très bon souvenir avec des regards très différents. Ça a été une chance de les croiser tout les deux là bas, ils ont beaucoup de talent.

Alexandre Bourdas - Restaurant SaQuaNa - Honfleur
Alexandre Bourdas – Restaurant SaQuaNa – Honfleur – Tous droits réservés à Franck Hamel

Une question à laquelle tu aurais aimé répondre ?

J’ai déjà beaucoup parlé tu ne trouves pas ? Merci à toi Grégory pour tes interviews sur ton site ainsi qu’aux lecteurs de BonPlanPhoto qui ont pris le temps de découvrir un peu de mon histoire.

Merci

Encore une fois un grand merci à Franck pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donner envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:[checklist]

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.