A la rencontre de Florian Roquinarc’h

Aujourd’hui, partons à la rencontre de Florian Roquinarc’h, photographe animalier et de nature, attaché à sa Bretagne. Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

A la rencontre de Florian Roquinarc’h

Florian Roquinarc'h
Autoportrait -Florian Roquinarc’h
Bonjour Florian,
Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?  

Bonjour,

Je pratique aujourd’hui la photo de manière occasionnelle, davantage pris par ma vie (urbaine, Nantes) de famille et professionnelle. Et je voue une passion pour la photo. J’aime les images mais particulièrement la photo animalière et de nature. Et je me sens davantage amoureux de nature et d’images que « photographe ». Dans la « vie civile » je suis chargé de mission dans une association qui fait de l’éducation à l’environnement et au développement durable, et jeune papa d’une petite fille, mon nouveau sujet photographique de prédilection.

Florian Roquinarc’h
Racontes-nous quand et comment tu as commencé la photo?

J’ai commencé la photo par la photo de nature avec un boîtier Minolta argentique et un télézoom vers l’âge de 10 ans dans le jardin de mes parents. Et j’ai tenté à l’époque de photographier les oiseaux à la mangeoire. J’ai assez vite abandonné car j’étais isolé dans ma pratique, le développement coûtait cher et les résultats n’étaient pas au rendez-vous 🙂

J’ai assouvi mon « besoin de nature » pendant plusieurs années avec des activités telles que la pêche et le VTT. Je ne manquais pas de prendre avec moi une paire de jumelles. J’ai passé beaucoup de temps à observer, particulièrement les oiseaux. Lorsque j’ai quitté « ma » Bretagne pour les études supérieures, je me suis rapproché d’un groupe ornithologique dans le Nord Est. J’ai souhaité à ce moment partager mes observations avec d’autres passionnées. Au départ de simples documents pour confirmer des observations en digiscopie (appareil compact collé à la longue vue ou aux jumelles à main levée). Puis petit à petit (très rapidement en fait 🙂 ) le désir de faire de « belles images » s’est fait sentir.

Florian Roquinarc’h
Peux-tu nous présenter ton/tes style(s) de photo de prédilection ?

Mon style de photo de prédilection est sans hésitation la photo animalière et de nature et les images épurées, graphiques, souvent en monochrome. Mais attention, dans cette recherche de style, je passe très rapidement du « j’adore » au « je n’aime pas du tout ». J’aime la photo naturaliste avant tout, des espèces que je reconnais, dans leur milieu et en situation de vie.

J’aime aussi beaucoup les noir et blanc, les portraits qui dégagent « quelque chose »…

Florian Roquinarc’h
A travers tes images, quelles émotions souhaites-tu procurer et/ou raconter quelles histoires ?

Mon style de photo? Je ne suis pas certain d’avoir un style. En tout cas ce que je souhaite c’est partager mes rencontres naturalistes. Beaucoup de personnes, notamment dans mon entourage proche ne connaissent pas les espèces animales et les milieux naturels proches de chez eux… Je souhaite les rendre accessibles à travers ces images. C’est aussi le rôle que se donne l’association des photographes animaliers bretons dont je suis membre, montrer, faire connaître pour protéger.

Comment se compose ton sac photo ?

Mon sac photo est assez rudimentaire, pour des raisons financières et de conviction de « consommation raisonnée », j’achète mon matériel d’occasion. J’ai aujourd’hui dans mon sac un boîtier Canon EOS 7d Mark II, un 10-22, un 50 1.8, un 70-200 2.8 et un 300 2.8 non stabilisé de 25 ans d’âge qui pique très bien, auquel je rajoute de temps en temps un TC 1.4.

Florian Roquinarc’h
Est-ce que ton travail est influencé par certains photographes?

Probablement même si je vais peut-être avoir du mal à donner des noms. Il y a une dizaine d’année je fréquentais beaucoup un forum de photo nature qui m’a beaucoup permis de progresser, www.beneluxnaturephoto.net.

Beaucoup de photographes de tous niveaux et horizons y échangeaient en toute simplicité images et conseils. On y retrouvait aussi des « bons »!

Pour donner quelques noms quand même, j’aime beaucoup les images de certains de mes camarades au sein de l’association des photographes animaliers bretons (David Ledan, Pascal Percheron, Guy Piton, etc.). Certains photographes rencontrés sur des festivals que j’apprécie autant pour leurs images que leur gentillesse et simplicité lorsque nous échangeons sur notre passion commune (Eric Medard, Olivier Simon, Elisabeth Gaillard, et bien d’autres…). Et puis des plus connus parfois tout aussi sympathiques comme Vincent Munier. Et d’autres que je n’ai pas eu l’occasion de rencontrer mais dont j’ai beaucoup regardé les images, Jean-François Hellio et Nicolas Van Ingen par exemple.

Florian Roquinarc’h
Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Alors là c’est vraiment compliqué, je vais avoir du mal à ne pas dissocier photo et histoire préférée… Techniquement et esthétiquement je dirai ce portrait de cormoran huppé que j’aime beaucoup. Si je vous présente ma photo préférée pour son histoire vous n’allez probablement pas comprendre car l’image qui en résulte est vraiment loin d’être exceptionnelle 🙂

L’histoire de celle-ci n’est par contre pas romanesque. Fin de journée sur le Cap Fréhel le cormoran huppé bénéficiait encore d’un peu de luminosité alors que les falaises en arrière plan étaient déjà dans l’obscurité, conditions de studio! Cet oiseau me fascine, sa huppe ostentatoire, ses attitudes… Je ne me lasse pas de l’observer et de la photographier.

Florian Roquinarc’h
Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Je pense que le crédit illimité serait principalement consacré à du temps (et un peu de matériel quand même 😉 ), car ce qui me fait rêver est à 2 pas de chez moi! Photographier la faune urbaine, faire le lien entre mes activités professionnelles et ma passion me plairait beaucoup. Monter une exposition, faire un diaporama pour montrer la difficulté pour le monde sauvage de subsister aujourd’hui… urbanisation, déchets, agriculture intensive, consommation de masse… un projet militant très certainement car je pense qu’il y a vraiment urgence à agir! Je perds mes sujets photographiques, mais vous l’aurez compris ce n’est pas pour ma passion que je m’inquiète.

Florian Roquinarc’h
Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenir pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

J’ai photographié ce coucou gris dans les falaises de grès rose du Cap Fréhel alors que le soleil était déjà couché. J’avais passé la journée dans les falaises du Cap avec un copain photographe (Nicolas Roquain, qui fait des images pas mal du tout au passage mais qui les garde pour lui…). Photo au petit matin, siestes, pique-nique, observations, nouvelles photos en fin de journée. Le tout au calme, à quelques mètres sous les centaines de visiteurs quotidiens du site. Le soleil tout juste couché nous sommes remontés tenter de faire des filés de fulmars sur fond de falaise. Quand j’entends le chant du coucou qui résonne en contrebas dans le petit cirque… Il mangeait des chenilles sur le « sentier des fous ». Je retourne à vitesse grand V en bas et je fais une approche de sioux derrière les rochers avec mon pote Nico qui m’indique du haut où le coucou se trouve, un gag. L’image est là, pas très nette… mais un super souvenir!

Pour le pire j’hésite, je pourrai raconter l’histoire de ce Fou de bassan mazouté, un waters qui prend l’eau…  Un affût préparé de longue date en Baie de Saint Brieuc : météo au top, heure du lever du jour qui coïncide avec la bonne heure de marée et le bon coef. Les oiseaux présents doucement poussés vers mon affût par la marée montante… Affût installé de nuit, de longues heures d’attente… Et un promeneur et son chien qui prennent un plaisir fou à faire décoller tout ce beau monde, la rage!

Florian Roquinarc’h
Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?

Je dirai Yoan Raoul, un bon copain avec qui je fais parfois des sorties. Il a été intégré l’association des photographes animaliers bretons alors qu’il n’avait pas encore 18 ans. Je l’ai parfois « véhiculé » à l’époque… On est parfois au même endroit au même moment et il sort des choses incroyables! Au démarrage il n’avait pas un matériel fantastique, mais des connaissances naturalistes et un regard… Et ça donne des choses plutôt pas mal!

Florian Roquinarc’h
Tu es également membre de l’Association des Photographes Animaliers Bretons, peux tu nous la présenter? 

L’APAB est un collectif de photographes animaliers, ce n’est pas un club photo thématique mais une association de photographes naturalistes passionnés qui partagent leurs images pour les montrer au plus grand nombre et sensibiliser. Nous nous réunissons tous les trimestres dans une petite auberge du centre Bretagne pour visionner nos dernières images et gérer les activités du collectif. Nous faisons des expositions tous les ans et nous nous apprêtons à sortir notre troisième livre « SAISONS – Temps de pause sur la Bretagne sauvage ». La richesse du collectif fait que nous avons un livre riche des différents regards des membres et des milieux de prédilection des uns et des autres…

Si vous souhaitez bénéficier du tari souscription n’hésitez pas à vous tourner vers moi 😉

Florian Roquinarc’h
Un dernier mot?

Merci pour cette petite « vitrine » grâce à cette interview, je ne me considère pas comme un « bon photographe » mais je suis passionné. J’ai profité de ces questions pour vous partager ce qui m’anime et passer un message sur l’urgence à agir pour nos milieux naturels.

Florian Roquinarc’h

Merci Florian

Encore une fois un grand merci à Florian pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donné envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de Bon Plan Photo, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Une pensée sur “A la rencontre de Florian Roquinarc’h

  • 27/06/2018 à 12 h 32 min
    Permalink

    Une interview intéressante et de jolies photos baignées d’une superbe lumière.
    Merci pour le partage et félicitations à Florian.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.