A la rencontre de Cédric Fockeu

Cette semaine, partons à la rencontre de Cédric Fockeu, photographe passionné. Cédric a accepté de répondre à mes questions, je vous propose donc de découvrir ce photographe « touche à tout ». Si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver sur son site Cedricfockeu.fr

Interview de Cédric Fockeu

Bonjour Cédric,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie? 

Je m’appelle Cédric, 42 ans, j’habite dans les environs immédiats de Lille (dans les Hauts de France désormais) où j’exerce ma passion en tant que photographe amateur. Ingénieur en informatique, je travaille pour un grand groupe français dans le domaine des objets connectés. Dans les années 2000, j’ai longtemps été longuement et fortement impliqué dans l’étude et la promotion de l’œuvre de J.R.R. Tolkien (l’auteur, entre autres, du Seigneur des Anneaux) via un site que j’ai lancé il y a maintenant 18 ans qui lui est entièrement consacré, www.jrrvf.com.

J’ai également une attirance particulière pour l’Histoire avec deux périodes qui m’intéressent particulièrement que sont le Moyen-Âge et la Seconde Guerre Mondiale. J’aime également profiter d’un bon bouquin, tout simplement. Au total, j’aime beaucoup de choses et je profite de mon temps libre pour m’y consacrer même si une large part est consacrée aujourd’hui à ma pratique photographique et à faire vivre mon site consacré à mes photos et au partage de ma production avec d’autres photographes.

Safran
Tous droits réservés à Cédric Fockeu

Peux-tu nous raconter comment la photographie est entrée dans ta vie ?

Mon épouse a toujours fait des photos en se concentrant sur les photos de famille et à la capture de nos plus beaux souvenirs du quotidien et de nos vacances. De mon côté, j’ai voulu concilier mes balades durant les vacances et l’envie de garder les plus belles images de la Nature que je visitais.

C’était il y a 10 ans avec l’achat du premier reflex numérique grand public, le Canon 3OOD. De fil en aiguille, je me suis mis à fouiller le Net en quête de photographes et de forum Photo avec l’idée de partager mes premiers clichés mais aussi de progresser et découvrir le travail de « vrais » photographes. C’est donc en tant qu’autodidacte, via le net mais aussi la littérature photographique que je me suis formé, et plus encore en étant sur le terrain. Depuis, j’essayer de progresser modestement, toujours dans l’espace de mon temps libre.

Degrés
Tous droits réservés à Cédric Fockeu

Tu sembles être un touche à tout, mais quel est le thème photographique que tu affectionnes particulièrement en ce moment?

Globalement, j’ai toujours un appareil sur moi. Que ce soit évidemment lors de mes sorties dédiées Photos avec l’ensemble du fourre-tout mais aussi sur des sorties plus anodines avec un sac plus léger contenant un compact. Je saisis donc toutes les occasions possibles pour photographier divers sujets, ce qui m’amène en effet à proposer des photos variées mais que j’espère toujours intéressantes.

La photo de paysages est manifestement celle que j’exerce le plus et qui a ma faveur. Lève-tôt, j’aime particulièrement ces moments où le Jour se lève, c’est pourquoi mes photos sont bien souvent vierges de toute présence humaine.  Ce fut d’ailleurs longtemps une des caractéristiques de mon travail. Les paysages resteront en bonne place dans ma pratique photographique mais je suis de plus en plus attiré par la photo de rue et les photos en mode « reportage ». Nous verrons comment les choses évoluent 😉

Chien-Plage
Tous droits réservés à Cédric Fockeu

On dit que la photographie est un virus qui se transmet, où l’as-tu attrapé ? L’as-tu transmis ?

Les passions ont ceci de commun qu’elles suscitent souvent l’enthousiasme autour de soi. La Photo est un art universel et intemporel, il n’est donc pas étonnant qu’elle se transmette d’une personne à une autre parce que ce que nous savons a su capter l’attention, créer une émotion, donner une vision du Beau. Peut-être y suis-je arrivé moi-même et ai-je transmis ce virus, je ne sais pas. Ce qui est d’ailleurs parfaitement logique car,  comme tout virus, on ne sait pas toujours comment il se propage 😉

Dans tout ton matériel photo, as-tu un objet porte bonheur, ou un objet qui t’est précieux?

Très sincèrement, je n’ai pas de « grigri » qui ferait que je bousculerai la chance ou compterai sur un évènement extra-ordinaire. J’essaie plutôt de compter sur un certain « savoir-faire » mais aussi sur la préparation et la reconnaissance du terrain et surtout une bonne dose d’intuition.

Pour ce qui est de la reconnaissance, un objet fort utile à avoir dans la poche est une boussole. Cela peut sembler bête mais arriver au petit matin à un endroit pour le lever du soleil (ce qui veut dire se lever tôt voire vraiment, vraiment tôt !), préparer le matériel, viser un sujet intéressant qui devrait être baigné d’une belle lumière et constater en réalité que le soleil se lève dans notre dos, c’est plutôt frustrant… Et ce qui est valable le matin vaut également pour le soir, savoir où se trouve l’Ouest peut être utile…

Alors autant que possible, après une séance photo, je me rends sur d’autres spots potentiels où je repère les points cardinaux avec ma boussole, imagine éventuellement déjà certaines compositions et revient sur place au moment opportun.

Hélice-marine
Tous droits réservés à Cédric Fockeu

Imagines que tu dois partir 2 jours sur une île déserte, quel matériel photographique qui t’est vital amènerais tu ?

Séjourner sur une île déserte, c’est probablement une aventure hors-du-commun qui offre quantité de possibilités. Des paysages avec la mer, la plage, une végétation que j’imagine luxuriante avec quantité d’insectes et peut-être même des animaux. Si l’on imagine un combiné boitier+objectif qui soit capable de capter l’ensemble de ces situations, je crois que je ferai très attention à emmener suffisamment de batteries pour tenir les deux jours (sur une île déserte, il peut être difficile de recharger ses batteries ! 😉 )

Flore-Vue-Du-Ciel
Tous droits réservés à Cédric Fockeu

Où puises-tu ton inspiration ?

J’ai toujours admiré l’œuvre de Vermeer qui a une capacité proprement ahurissante à saisir, comprendre et restituer la lumière. Si la Photographie est l’art de Peindre avec la Lumière, Vermeer était assurément photographe avant l’heure. Du côté des photographes, Ansel Adams a toute mon admiration, un pionnier dans le domaine. Admiration pour son œuvre, bien entendu, sa vision de la Vie Sauvage ou encore son approche technique. C’était un Maître dans la discipline, probablement celui dont beaucoup se sont inspiré et le feront encore longtemps.

Outre ce nom célèbre, depuis l’avènement du Numérique quantité de photographes nous donnent à voir des photos vraiment superbes, quel que soit le genre. Il n’y a qu’à consulter le site 500px et la production journalière qui y défile pour s’en convaincre! Au-delà de toutes ces influences, c’est ce que j’ai devant moi, le quotidien ou les situations et occasions plus rares que je me plais à photographier et partager.

Luc-sur-Mer
Tous droits réservés à Cédric Fockeu

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

J’ai une tendresse particulière pour la première photo que j’ai considérée comme vraiment réussie. J’utilise aujourd’hui beaucoup de petites focales (photos de paysages obligent) mais c’est surtout l’animalier qui m’a séduit à mes débuts. J’avais investi à l’époque dans un objectif Canon 300mm/f4 L d’occasion pour pouvoir photographier les oiseaux.

Pour m’entraîner à moindre effort j’avais préparé chez moi (il ne faut pas forcément aller bien loin) un perchoir pour accueillir oiseaux de tous genres et c’est camouflé dans ma cabane de jardin, après un nombre certain de tentatives, que j’ai saisi cet oiseau « commun » mais fort agréable à regarder qu’est le rouge-gorge. C’est à ce moment que j’ai pu mettre une photo en face de mots comme « piqué » et « bookeh »…

Rouge-gorge
Tous droits réservés à Cédric Fockeu

Quelle serait la prochaine photo que tu aimerais faire ?

A vrai dire, je n’ai pas d’idée préconçue sur ce que sera ma prochaine photo. Peut-être une coccinelle dans le jardin, une ruelle dans la vieille ville de Lille, une course automobile ou un paysage d’ici ou là. Ce qui compte avant tout lorsque je me lance dans une séance photo, c’est de ne pas rentrer bredouille, même si bien sûr cela nous est tous arrivé, et nous arrivera encore (comme j’ai pu l’entendre parfois, il ne suffit pas « d’appuyer-sur-le-bouton-parce-que-les-appareils-de-maintenant-savent-tout-faire »). Ma prochaine photo, c’est celle que je n’ai pas encore fait et dont je pourrais dire qu’elle me plaît. La Photo est d’abord une pratique « égoïste » car nous en profitons en premier lieu (je suis privilégié quand je vois par exemple un beau lever de soleil) mais aussi incroyablement généreuse car cette photo pourra être vue par des dizaines voire des milliers de personnes, et plus encore.

LaPetiteFrance
Tous droits réservés à Cédric Fockeu

Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Crédit illimité ? Voilà qui est tentant ! Mais je suis globalement raisonnable alors disons qu’être financé pour un tour de France pour en saisir toutes les richesses m’intéresserait au plus haut point. Mais je garde tout de même l’idée d’aller en Islande. Ou alors un Safari photo en Tanzanie ? Ou visiter tous les parcs nationaux des Etats-Unis ? Quoique, l’Asie est également très jolie. Ou ? Ou ?

En réalité, le projet ultime serait de pouvoir assouvir ma Passion à 100% sans avoir à penser à percevoir un salaire. Mais ça, c’est un rêve que beaucoup partageront avec moi !

Tigre-Blanc
Tous droits réservés à Cédric Fockeu

Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenirs pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

Pas véritablement un mauvais souvenir car finalement la conclusion fut heureuse mais voici une petite anecdote.  Je me promenais dans le parc du Mercantour, je prenais différents clichés, variait les focales, mises au points, plongées, contre-plongées, mais rien n’y fait, je n’étais pas entièrement convaincu. Chemin faisant, je trouve de belles rangées de sapins au bord d’un torrent qui s’écoulait autour de très beaux rochers colorés, un beau ciel bleu. C’est le paysage que je cherchais !

La composition idéale serait d’être sur un de ces rochers et prendre ma photo de là. Ni une ni deux, je décide d’y aller. L’eau est peu plus profonde, quelques 60cm au jugé. Une optique dans la poche, l’autre sur le boitier, le trépied, j’avance de rocher en rocher pour arriver à une petite plate-forme où je peux m’installer. Je prends donc mes photos, je profite du l’instant et du lieu et dans un moment de lucidité je me dis qu’il serait plus prudent de ranger l’optique que j’ai posé non loin de là.

J’ai un petit sac en cuir dans ma poche qui se ferme via un lacet. J’ouvre ledit sac, prend l’optique de l’autre main et la glisse dans le sac, que je ferme. Jusque-là, tout va bien. Je passe ensuite la main droite (enfin, je croyais) dans la dragonne. Et là, je ne sais pas ce qui se passe : ma main se fait soudain plus légère, et avant que je ne réalise, j’entends un petit « Plouf », mesquin, sournois, un rien moqueur. Je baisse les yeux et le voit, mon beau petit sac en cuir chargé de mon bel objectif, en train de couler vers le fond. Il se bat un temps contre le sort, expirant les quelques bulles d’air qu’il lui reste mais rien n’y fait, il s’enfonce dans les profondeurs. Le temps de réaliser, de poser (soigneusement cette fois) le boitier que je portais, le sac reste plusieurs dizaines de secondes dans l’eau… Je plonge le bras dans l’eau pour récupérer le sac et lui mets la tête en bas et c’est bien 250ml qui s’écoulent des poumons de mon naufragé.

Plein d’appréhension mais rempli d’une certitude que l’objet est hors-service, j’ouvre le sac et extirpe l’objectif. Je retire les bouchons avant et arrière, porte l’objectif au ciel et regarde au travers. Oui, évidemment, des gouttes d’eau sont belles et bien présentes DANS l’objectif, sur la face intérieur de la première lentille visible à l’œil nu. Je ne sais pas exactement ce que j’espérais… Je me console, un peu, en me disant que cet objectif-là est le moins cher de mon parc. Pas très convaincant. Je sèche la chose du mieux que je peux et me dit que, peut-être, en le faisant sécher soigneusement… ?

Il faut toujours garder espoir. Après trois jours de traitement intensif durant lesquels l’objectif est resté en plein soleil du Midi, les gouttes se sont transformées en d’autres plus fines pour devenir buée et finalement disparaître. Ma chance, quelque part aura été que l’eau était vierge d’impuretés, aucun champignon ou autre trace n’est visible. Une chance… Aujourd’hui, l’objectif fonctionne toujours parfaitement.

La-Vallee-Des-Merveilles
Tous droits réservés à Cédric Fockeu

Mon meilleur souvenir est quant à lui est celui d’un moment de pure magie, l’instant parfait lors d’un coucher de soleil à Lanzarote (Archipel des Canaries). Il y a des moments comme celui que j’ai vécu dont on sait qu’ils sont spéciaux. Si je photographie, je n’oublie jamais de profiter du spectacle autrement qu’à travers le miroir d’un reflex. C’était la fin de journée, le soleil se couche, la lumière est splendide, les ombres s’allongent sous un ciel menaçant. Ou comment être là au bon endroit, au bon moment. Je prends quelques clichés, je vérifie la prise sur l’écran, je sais déjà que la photo est réussie. La voici, brute de capteur.

En-Attendant-Eole
Tous droits réservés à Cédric Fockeu

Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?

J’ai découvert depuis peu le travail d’un « compatriote local », Gilles Fae, qui m’a marqué par la qualité, l’intensité et la profondeur de ses N&B (il n’officie d’ailleurs qu’en N&B). A travers des reportages complets, de l’urbex aux scènes de la vie quotidienne, c’est un artiste à découvrir.

Un dernier mot?

Il faut bien se l’avouer, même si nous autres, photographes, prenons beaucoup de plaisir à exercer notre Passion ou Métier, c’est selon, nous aimons également montrer, échanger et recevoir l’avis et les critiques de nos visiteurs. C’est que nous nous devons de perpétuellement nous interroger pour savoir où nous en sommes et continuer à progresser et/ou à persévérer dans une direction cohérente par rapport à ce que notre « public » peut penser de notre travail.

J’adresse donc mes remerciements reconnaissants à BonPlanPhoto pour s’être intéressé à ce que je propose et m’avoir accordé une place et l’occasion de présenter ma modeste production.

Invasion
Tous droits réservés à Cédric Fockeu

Merci cédric

Encore une fois un grand merci à Cédric pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donné envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez le retrouver sur son site Cedricfockeu.fr

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de BonPlanPhoto, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

7 pensées sur “A la rencontre de Cédric Fockeu

  • 04/05/2016 à 11 h 20 min
    Permalink

    Une belle et intéressante interview d’un photographe que j’ai découvert en faisant le tour des sites photos.Il y a pas mal d’années que je connais Cédric mais entre temps nous avons tous les deux vécu et ouvert d’autres sites sur des plateformes différentes qui nous font parfois nous perdre de vue pour un temps et nous retrouver un jour, au hasard d’une route photographique.
    Merci pour ce reportage.

    Répondre
  • 04/05/2016 à 15 h 23 min
    Permalink

    Je connais un petit peu Cédric, via son site de photos et j’apprécie beaucoup son travail, sa précision et ses dernières photos de paysages sont magnifiques ! Merci pour cette interview, qui nous permet toujours d’en apprendre un peu plus ! 🙂

    Répondre
  • 05/05/2016 à 13 h 45 min
    Permalink

    Vraiment sympa ces interview qui nous permettent de voir au delà des images d’un photographe. Ce qu’on découvre ici est très plaisant. Merci. 🙂

    Répondre
  • 08/05/2016 à 23 h 27 min
    Permalink

    Très sympa cette interview qui permet de te découvrir un peu plus.

    Répondre
  • 11/05/2016 à 16 h 07 min
    Permalink

    Bravo pour cette interview, sympa de découvrir ton parcours et tes motivations, Cédric 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.