Home » A la une » A la rencontre de Didier Taberlet

A la rencontre de Didier Taberlet

Cette semaine, je vous propose de partir à la rencontre de Didier Tarbelet, photographe spécialisé en concerts, évidement si vous voulez suivre son travail, vous pouvez le retrouver:

A la rencontre de Didier Taberlet

Bonjour Didier,

Peux-tu te présenter en quelques lignes, comme photographe, mais pourquoi pas sur ta vie en dehors de la photographie?

Je suis photographe spécialisé en concerts, âgé d’une quarantaine d’années, et j’habite à côté de Dijon, Je travaille dans ce domaine pour la presse quotidienne de ma région : j’assure la couverture photo de concerts/spectacles sur Dijon. Cela va des grosses scènes de type Zenith aux petites salles de théâtre. En dehors, je travaille sur le campus universitaire de cette ville. J’ai donc 2 activités qui me font vivre et qui remplissent beaucoup mes semaines, parfois trop d’ailleurs…

Hubert-Felix Thiefaine - Tous droits réservés à Didier Taberlet
Hubert-Felix Thiefaine – Tous droits réservés à Didier Taberlet

Peux-tu nous raconter comment la photographie est entrée dans ta vie ?

Boulimique de musique, j’ai toujours eu une activité en parallèle des scènes : émissions de radio, fanzines, webzines autour du blues… Rapidement, ayant été amené à faire des photos pour illustrer mes écrits d’alors, je me suis pris au jeu de la photo de concerts. C’était il y a une quinzaine d’années. La photo de concerts a vite prit le dessus sur tout le reste, j’ai compris que c’était ça “mon truc”. J’ai arrêté mes autres activités pour ne faire que ça.

DSC_0584
Lil’ed and the Blues Imperials – Tous droits réservés à Didier Taberlet

Quels sont tes spécialités photographiques ?

Concerts, spectacles, principalement la scène blues, et surtout en noir et blanc.

La photographie est un moyen d’expression, que cherches-tu à faire comprendre à travers tes photos ?

Mon domaine de prédilection est le blues, même si pour le journal je suis amené à faire des photos de styles musicaux extrêmement différents. Mais le blues est une musique que je connais, que j’aime, et qui me parle. C’est aussi une musique d’interprétation, dans laquelle les musiciens sont généralement très expressifs. Disons que j’essaye de montrer ce qui me plaît dans cette musique. J’avoue que ma démarche est avant tout égoïste, pour me faire plaisir.

Scorpions - Tous droits réservés à Didier Taberlet
Scorpions – Tous droits réservés à Didier Taberlet

Comment se compose ton sac photo pour photographier un concert?

Je ne suis pas un fan de matos. Je possède le même équipement depuis des années. J’ai même encore un objectif que j’utilise depuis mon époque argentique, il y a plus de 10 ans.

Mon boîtier est un Nikon D90, et côté optiques j’ai un 35mm fixe ouvrant à 1.8, un 70/200 à 2.8, un 18/50 à 2.8, et un 28/70 à 2.8. Des cailloux lumineux donc (Sigma pour la plupart), c’est surtout ce qui m’importe.

J’ai aussi une lampe frontale et des bouchons d’oreilles. Ces derniers sont utiles pour se protéger des acouphènes car nous sommes parfois très près des enceintes et le volume sonore est souvent élevé. Bien entendu, dans les concerts blues je ne les mets pratiquement pas, mais pour tout ce qui est Shy’m ou Maître Gims, je les enfonce au maximum 🙂

Rikkha - Tous droits réservés à Didier Taberlet
Rikkha – Tous droits réservés à Didier Taberlet

Qu’est ce qui est, selon toi, le plus compliqué dans la photographie de concert ….? Et le plus gratifiant?

La technique de la photo de concerts s’acquiert rapidement, en quelques mois. Le plus compliqué, ou plutôt le plus important, est peut-être d’apporter quelque chose de personnel, de particulier, qui nous est propre.

Le plus gratifiant c’est quand un artiste voit ta photo et la trouve bien, mais sincèrement, pas uniquement dans le seul but de la récupérer.

Lisa Simone - Tous droits réservés à Didier Taberlet
Lisa Simone – Tous droits réservés à Didier Taberlet

Parmi tes photos, si tu ne devais en retenir qu’une seule, peux-tu nous présenter ta photo préférée et nous raconter son histoire?

Dur choix, j’en ai tellement en stock et tellement d’images me plaisent. Je pense qu’on ne photographie bien que ce qu’on aime, et très souvent mes photos préférées sont liées à un concert qui m’a vraiment plu, dans lequel quelque chose se passait. Mes photos préférées, celles dont je suis le plus satisfait, sont toutes liées à de supers concerts où il se passait quelque chose d’un point de vue musical, ou humain.

Andre Williams - Tous droits réservés à Didier Taberlet
Andre Williams – Tous droits réservés à Didier Taberlet

Peux-tu nous parler de tes projets photographiques?

En ce moment je lève un peu le pied par rapport à mon activité concerts/spectacles pour le journal. Mes semaines étaient jusque-là très remplies, et cette année j’ai souhaité me consacrer à d’autres priorités, plus personnelles.

En parallèle, je pratique depuis peu la photo de paysages, ça correspond à mon côté calme et contemplatif. Et c’est plus reposant que les concerts 🙂

Pat Mother Blues Cohen - Tous droits réservés à Didier Taberlet
Pat Mother Blues Cohen – Tous droits réservés à Didier Taberlet

Imagine que l’on te donne un crédit illimité, quel projet photographique, dingue ou plus sage, aimerais-tu réaliser?

Le truc le plus fou serait de faire ressusciter tous ces bluesmen d’exception qui avaient des “tronches” bien marquées, ces légendes du blues très charismatiques, qui avaient parfois des physiques hors norme : Howlin’ Wolf, Freddie King, Albert King, Willie Dixon… J’aurais aimé voire ces types sur scène, et les photographier.

Skip The Use - Tous droits réservés à Didier Taberlet
Skip The Use – Tous droits réservés à Didier Taberlet

Peux-tu nous raconter un de tes meilleurs souvenirs pendant une séance photo et pourquoi pas également le pire?

Les meilleurs souvenirs en photos de concert ce sont ces quelques artistes qui jouent vraiment le jeu de la photo, comme Cali ou Rudolf Schenker, le guitariste de Scorpion. Ils interpellent visuellement le photographe, limite ils prennent la pose. C’est du pain bénit.

Le pire souvenir c’est un concert où les quelques photographes, pourtant accrédités, étaient parqués dans un coin du crash barrière d’où on ne voyait rien de la scène, et dont on a été refoulé au bout seulement de 2 morceaux au lieu des 3 autorisés, sans justification. C’était sur un concert de M (Matthieu Chedid).

Les Wampas - Tous droits réservés à Didier Taberlet
Les Wampas – Tous droits réservés à Didier Taberlet

Si tu devais faire découvrir un photographe peut être encore méconnu, et un seul, à BonPlanPhoto et à ses lecteurs, qui proposerais-tu?

J’admire le travail d’une photographe de ma région, qui fait aussi de la photo de concert, principalement en noir et blanc. Elle a un vrai regard et un talent certain, il s’agit de Sophie Hébert

Merci Didier.

Encore une fois un grand merci à Didier pour avoir accepté de se dévoiler un peu plus, j’espère que tout cela vous aura donné envie de découvrir son travail, pour rappel vous pouvez le retrouver:

Bien évidemment si vous connaissez un photographe de talent, qu’il soit professionnel ou amateur, et  que vous souhaitez  le faire découvrir à la communauté de BonPlanPhoto, ou si vous voulez vous même vous prêter au jeu de l’interview, il suffit de me contacter.

a propose Gregory LAROCHE

J'ai créé bonplanphoto.fr en 2010 pour partager avec vous mes découvertes et petits trucs photographiques. N'hésitez pas à me contacter pour toutes propositions de projets ou partenariats.

Laisser un commentaire